En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

06.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

07.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

06.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 3 min 1 sec
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 33 min 37 sec
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 1 heure 18 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 1 heure 51 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 2 heures 41 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 15 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 16 heures 23 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 17 heures 19 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 19 heures 20 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 20 heures 50 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 3 min 39 sec
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 1 heure 42 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 2 heures 4 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 15 heures 13 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 16 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 16 heures 37 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 18 heures 47 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 19 heures 32 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 21 heures 1 min
© Marika Royer-Mémorial Charles de Gaulle / Wikipedia
© Marika Royer-Mémorial Charles de Gaulle / Wikipedia
Retour vers le futur

Tripartisme, instabilité et blocages institutionnels... Et si la France se dirigeait plutôt vers une nouvelle IVème République que vers une VIème ?

Publié le 22 février 2016
La Vème République est-elle morte ? Le retour de la guerre des partis, des divisions intra-partisanes et d'un centre puissant font penser à un retour à la IVème République plutôt qu'à une évolution vers la VIème. Et ce n'est pas bon signe pour les citoyens.
Yves Roucaute
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Roucaute est philosophe, épistémologue et logicien. Professeur des universités, agrégé de philosophie et de sciences politiques, docteur d’État en science politique, docteur en philosophie (épistémologie), conférencier pour de grands groupes sur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Vème République est-elle morte ? Le retour de la guerre des partis, des divisions intra-partisanes et d'un centre puissant font penser à un retour à la IVème République plutôt qu'à une évolution vers la VIème. Et ce n'est pas bon signe pour les citoyens.

Atlantico : On voit dans l’actualité des dissensions visibles au sein des partis eux-mêmes. Est-ce que le système bipartisan de la Vème République, déjà bousculé depuis plusieurs décennies par le FN, est en train d’exploser ?

Yves Roucaute : Oui, le passage au quinquennat a produit un phénomène de concentration du pouvoir politique entre les mains du président de la République, entraînant de facto un affaiblissement de ses pouvoirs. Le chef de l'Etat s’est retrouvé depuis en plein cœur de l’arène politique. Il est devenu un homme politique parmi d'autres. Par conséquent, il n'a moins la capacité qu'auparavant de prendre du recul par rapport au Gouvernement et d'apparaître comme étant au-dessus des partis.

La même évolution s'observe pour le Premier ministre qui devient un ministre comme les autres. Il était déjà affaibli par la constitution de la Vème République, qui n’en faisait déjà plus le président du Conseil comme sous la IVème. Mais le quinquennat a accentué cette faiblesse.   

Il y a un glissement dans la vie politique française : les jeux politiques prennent le dessus sur les idées. On est à un an et demi de la présidentielle, tout devient un enjeu politique, et donc un jeu politique. Le remaniement gouvernemental est symbolique de cette évolution. Il y avait clairement une volonté politique de fédérer en vue de la prochaine présidentielle. Cette volonté a pris le pas sur l'action et les enjeux de fond. La même logique prime actuellement dans la réforme constitutionnelle.

On observe d'ailleurs une explosion de la droite et de la gauche. La vie politique est soumise à un véritable émiettement, contraire à la volonté primaire du général de Gaulle qui voulait pour la Vème République des institutions solides. Au contraire, on assiste à une révision constitutionnelle en passe d’être avortée, ou alors, si elle est votée, de passer pour des raisons purement politiques, et non pour l’intérêt national. La tactique l’a emporté sur la stratégie. Le court terme a doublé le long terme, comme l'indique cette révision de la Constitution.

François Hollande doit compter sur la droite pour faire passer sa réforme, or le Sénat est majoritairement à droite. Il doit donc continuer les tractations avec l’opposition. C'est une véritable chienlit politique aujourd'hui.

Je le répète, les symptômes de cette explosion de la Vème République sont aussi perceptibles avec la nomination de ce nouveau Gouvernement. Traditionnellement, le président de la République préside le Conseil des ministres et le Premier ministre est tributaire de la politique du chef de l'Etat. Aujourd'hui, le système est totalement différent. Certaines nominations étaient clairement orientées contre Manuel Valls (que ce soit le retour des écologistes ou d'Ayrault au Gouvernement). Encore une fois, la tactique l’emporte sur l’esprit de la Vème République. Je pense que l'on peut même dire que l’on assiste à ce titre à la fin de la Constitution telle qu'elle avait été pensée par de Gaulle. Il n'y a plus ce qui faisait la grande cohésion de la vie politique.

Quand de Gaulle prend la décision de faire élire le président de la République au suffrage universel, il souhaite mettre définitivement un terme au manque de cohésion et de stabilité de la vie politique sous la IVème République. Le souci d'efficacité a guidé l'élaboration de la Vème République. Le suffrage universel plaçait, le temps du septennat, le président de la République au-dessus des partis pendant 7 ans.

La cohabitation a été premier coup de canif portée à la Constitution de De Gaulle. Le second fut le quinquennat. La réduction du mandat du chef de l'Etat a affaibli le président de la République. Les conséquences sont aujourd'hui visibles. François Hollande a essayé de piéger la droite sur la question de la sécurité sans se rendre compte que sa combine a aussi eu comme effet d'exploser son propre camp.

La droite aussi souffre de cette situation. Elle ne possède pas en son sein un homme politique assez fort pour imposer une vision et un programme. Si François Hollande est réélu, il ne réussira pas à imposer ses réformes. De fait, s'il bat Marine Le Pen au second tour, il n'en tirera aucune légitimité. Idem pour le candidat de la droite. Même si Alain Juppé, le favori des sondages actuellement, a des qualités réelles, il ne pourra pas mener de profondes réformes. 

Jusqu’où peut se déformer la Constitution face aux nouvelles logiques partisanes avant de casser véritablement ?

Il faut tout d'abord bien comprendre le fonctionnement de la Vème République. Il y a deux grands groupes derrière lesquels il faut se ranger pour exister : la droite et la gauche. Charles de Gaulle voulait donner une structure et un cadre à la gauche pour lui permettre de s’exprimer. Ce système avait l’avantage de contraindre les points de vue à s’associer, à se rationaliser et à se limiter. Il permettait aussi d’écraser le centre. Non pas parce que de Gaulle méprisait le centre, mais parce qu’un centre de type radical pouvait, au gré des tendances, pencher à droite ou à gauche. Le système bipartisan contraint à faire un choix entre les deux options que sont la gauche ou la droite. Il a d'une certaine façon pacifié les relations politiques.

Il y a néanmoins un paradoxe. Dans la Vème République, originellement, le centre déterminait les élections. Par conséquent, la gauche et la droite extrêmes devaient être un peu plus souples pour s’associer avec le centre. De cette façon, il n'y a pas eu d’extrémisme au pouvoir pendant les grandes crises du régime. Voilà le paradoxe : c’est en évacuant le centre que de Gaulle a renforcé le pouvoir de ce même centre. Il voulait que la France soit gouvernée et gouvernable. Ainsi, il est plus aisé de comprendre le problème auquel est confrontée la politique française aujourd'hui. Le système gaulliste ne fonctionne que si le président de la République a un Gouvernement qui lui est entièrement soumis. Le Premier ministre doit obéir au président de la République.

Actuellement, le problème est que le FN est très fort. Lorsque le PCF était à un tel niveau, avec les mêmes fonctions de tribun du peuple, le PS, de manière assez subtile, se passait de lui. Puis, le Parti socialiste a choisi sous l'impulsion de Mitterrand de faire alliance avec le Parti communiste dans le cadre de l'union de la gauche. Cette stratégie a forcé le PC à avoir un rôle fonctionnel (c'est ce qu'expliquait le juriste Georges Lavau) : les discours demeuraient révolutionnaires quand la pratique était devenue fonctionnelle. Par ailleurs, le PC avait une utilité. Il maintenait l’ordre dans les cités, permettant une forme de paix politique et sociale. Or, son remplacement, en partie par le FN, ne nous a pas fait gagner au change. Le FN est incapable de remplir le rôle social du PCF à l'époque. Le Front national ne pacifie pas, bien au contraire.

Aujourd’hui, le système politique est loin de se diriger vers une VIème République. Il revient plutôt à la IVème. La réforme constitutionnelle entérine le pouvoir et le jeu des partis. On retrouve finalement les mêmes dissensions que la France a connues sous la IVème République. François Hollande a toutes les caractéristiques de cette époque : c’est un homme de compromis, un homme de compromission.

On est face à un Etat faible. Les institutions ne peuvent pas répondre à cette médiocrité actuelle. La meilleure constitution du monde n’y pourrait rien. Ce ne sont pas les textes qui décident, ce sont les hommes. 

Du point de vue du citoyen, il est plus difficile de se repérer sur l'échiquier politique. N’y-a-t-il pas un risque de complexification du vote et donc de démobilisation encore plus forte de l'électorat ? N’y-a-t-il pas tout simplement un risque pour la démocratie ?

Nous sommes dans une situation où la légitimité des politiques est faible. C’est grave. Si dans le système américain, 4 personnes sur 10 ne se préoccupaient pas des élections, ce serait moins dramatique : le vote politique n’est qu’un volet de la démocratie étatsunienne à plusieurs étages qui s’appuie sur tout un tissu associatif.

En France, c’est différent, le tissu associatif est faible. Les hommes politiques sont déconnectés des questions qui agitent les citoyens.  Prenez par exemple la sécurité au sens large ou encore, plus précisément, les femmes qui craignent de prendre les transports trop tard le soir. Ces dernières représentent pourtant 50% de la population. Ce problème quotidien n’a jamais été repris par les hommes politiques, ni par les femmes politiques d’ailleurs qui vivent en général dans les beaux quartiers. La plupart de nos compagnes vivent dans la peur et/ou la méfiance. Pourtant, les politiques n’en parlent pas. Idem pour l’immigration, le djihadisme, etc.

Il y a une coupure entre le monde ordinaire et la classe politique. Par conséquent, est-ce que vous croyez que dans ce contexte le débat sur la réforme constitutionnelle intéresse les Français ? Ils veulent qu’on sanctionne violemment les terroristes - le Bataclan et l’affaire Merah sont passés par là. La question de la nationalité est secondaire. Les Français attendent des mesures. Il faut lutter contre le terrorisme et l’islamisme. A force de ne pas être écoutés, les Français vont se tourner vers des organisations populistes. Les Français ne sont pas les Suisses, ils ne vont pas se détourner de la politique. Ils aiment LA politique mais rejettent de plus en plus LE politique. Ils vont sanctionner le personnel politique, et parti comme cela le FN va gagner 5 ou 10 points.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 23/02/2016 - 06:26
@ Lafayette 68
Oui. Un de Gaulle a, avec une volonté et un talent forts, su se placer dans le jeu politique grâce à des circonstances exceptionnelles.

Ces circonstances ne sont pas encore "identifiées exceptionnelles" par l'opinion publique en France en 2016. Question de temps. Et de courage politique, mais aussi de volonté d’alliances, ce qui n'est pas le cas.
vangog
- 22/02/2016 - 23:42
Quelles inepties d'enseignant gauchiste!
Le Front National serait incapable, selon cet archaïque, d'avoir le rôle social qu'avait le parti communiste dans les cités. Votre logiciel est obsolète, M.Roucaute! Si vous vous référez au parti communiste pour comprendre le rôle du Front National, c'est que vous n'avez rien compris à la globalisation, et que vous êtes resté en état d'hibernation post-soixantuitarde, alors que tout s'accélérait autour de vous! Le parti communiste, recomposé en Front de Gauche, s'adressait à un clan, celui des révolutionnaires internationalistes ( la "révolution mondiale"), et à une classe, celle des travailleurs. Le Front National n'a absolument pas la même approche restrictive, ni internationaliste. Il s'adresse à l'ensemble du peuple français, sans exclusion, ni exclusive. Avec lui, pas de lutte des classes, pas de révolution, pas d'entrisme dans les institutions, pas de compromis foireux pour la conquête d'un pouvoir corrompu! voila pourquoi le Front national a autant de chances d'être plébiscité par les banlieues, qu'elles soient gauche-caviar ou plombées par le gauchisme...et ces banlieues assassinées par la gauche, trouveront un intérêt à redevenir zones de droit, grâce au Front National...
jurgio
- 22/02/2016 - 15:45
Deux constatations principales, en effet, qui deviennent
deux points névralgiques puisque la déontologie politique de De Gaulle a disparu avec lui : le suffrage universel qui transporte la pure démagogie et la « gérance» de la nation sans aucune obligation de résultats : un référendum de contrôle à mi-parcours est plus que nécessaire... Sinon la IVe ! qui fait engraisser les bobgochos.