En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

06.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

07.

Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 7 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 7 heures 27 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 8 heures 58 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 12 heures 52 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 13 heures 56 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 14 heures 32 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 14 heures 58 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 15 heures 54 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 7 heures 16 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 8 heures 15 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 10 heures 3 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 13 heures 23 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 14 heures 1 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 14 heures 31 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 14 heures 53 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 15 heures 37 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 16 heures 7 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 16 heures 40 min
© Reuters
© Reuters
Pour l’amour du risque

Et si la droite n’était pas aussi "OGM et gaz de schiste" que le souhaite Luc Chatel ?

Publié le 17 février 2016
Luc Chatel a dénoncé la frilosité excessive de l'économie française dans son rapport au gaz de schiste ou encore aux OGM. Sur ces questions, une véritable fracture sépare la droite française.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Chatel a dénoncé la frilosité excessive de l'économie française dans son rapport au gaz de schiste ou encore aux OGM. Sur ces questions, une véritable fracture sépare la droite française.

Atlantico : "Les Républicains doivent être le parti du principe d’innovation plus que du principe de précaution, le parti du gaz de schiste, des OGM, des biotechs", a déclaré le député de la Haute-Marne. Que veut dire Luc Chatel par cette phrase caricaturale et manichéenne ?

Eric Verhaeghe : Luc Chatel a le mérite de mettre le doigt sur la frilosité excessive de l'économie française, sur son aversion au risque, que l'inscription du principe de précaution dans la Constitution a bien symbolisé. Rappelons que le principe de précaution condamne par avance toute prise de risque collective qui déboucherait sur des conséquences négatives. Pour les défenseurs de l'entreprise, le principe de précaution est une aberration, dans la mesure où il revient à compliquer singulièrement l'innovation. D'une certaine façon, il exprime bien l'idée qu'il faut avoir peur de la nouveauté, et c'est une idée qui nous pénalise fortement. Sur tous ces plans, Chatel a donc raison de vouloir mettre un coup de pied dans la fourmilière et souligner la nécessaire inversion de la courbe du risque qui doit intervenir. Maintenant, personne n'a jamais dit que l'opposition au principe de précaution passait par un principe de mise en danger. On peut ici reprocher à Châtel de croire qu'entre le refus du risque et l'acceptation du risque, il n'y a pas d'intermédiaire. Précisément, le management du risque nous apprend que l'on peut réduire le risque ou le gérer de façon intelligente. On peut donc s'essayer à des innovations comme la recherche de gaz de schiste en maîtrisant la prise de risque que celle-ci comporte et en la réduisant. Cela suppose un travail politique qu'on attend des élus. 

Ne risque-t-il pas de heurter une partie des sympathisants et militants de droite, tant du côté plus progressiste (NKM) que chez les plus conservateurs (catholiques, décroissants…) ?

Ceux qui ont peur du gaz de schiste, des biotechnologies, des OGM, ont des raisons légitimes d'avoir peur et ne pas les prendre en compte est absurde. Dans le cas des OGM par exemple, la prise de risque n'est pas maîtrisée. Personne n'a clairement documenté le sujet et les décideurs publics avancent à l'aveugle. Dans le cas de la France, se pose la vraie question de savoir si nous voulons une agriculture intensive qui sacrifie la qualité pour faire du "low cost", au besoin en mettant en danger le consommateur, ou bien si nous faisons le pari d'une agriculture de qualité, plus chère, mais au développement mieux maîtrisé et aux affinités plus traditionnelles. On voit bien que la droite est aujourd'hui séparée par une fracture sur cette question, et le manque de discernement dans la remarque de Chatel risque en effet de heurter les partisans d'une France agricole, rétive à une industrialisation à outrance qui remettrait en cause les grands équilibres traditionnels du pays (déjà bien sacrifiés par ailleurs). On dira évidemment la même chose des biotechnologies, qui ont un impact fort sur notre conception de l'existence et de la vie, qu'il semble bien hâtif de régler par une provocation. On voit assez mal comment Nicolas Sarkozy parviendra à rassembler sa famille en prenant les sujets par cet angle-là.

N’a-t-on pas pris trop de précautions auparavant ? (le principe de précaution étant inscrit dans la Constitution)

Sans doute! Personne ne conteste vraiment que le principe de précaution symbolise bien l'extrême frilosité des décideurs français, qu'ils soient politiques ou économiques. Mais à qui la faute? Rappelons quand même que ce principe fut inscrit dans la Constitution en 2005 par le gouvernement Raffarin. A cette époque, Châtel était porte-parole de l'UMP. Auparavant, c'est Michel Barnier qui lui avait donné une première réalité légale en France. Autrement dit, la droite française ne peut pas se cacher derrière son petit doigt dans ce dossier. Elle s'est montrée bien plus active que la gauche pour l'installer dans le droit français. En prenant une position très provocatrice sur la question, Châtel commet une erreur de fait: il passe sous silence le rôle de son parti dans la consolidation du principe de précaution. Surtout, il tombe dans le vice agaçant de la classe politique traditionnelle, qui est celui du déni et de la posture. Pourquoi ne pas ouvrir un débat clair sur la façon de maîtriser les risques, notamment sanitaires, face à l'industrialisation ? Plutôt que de proférer des dénis, cette ligne sage manifesterait une plus grande cohérence politique vis-à-vis des positions prises par l'UMP par le passé et un plus grand respect vis-à-vis des différentes composantes de l'opinion.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
KAFADAROFF GERARD
- 16/04/2016 - 17:35
Désinformation
La prise de risque des OGM ne serait pas maîtrisée selon M Verhaeghe.
S'il s'agit des OGM sur le marché depuis 20 ans ces propos sont surprenants.
Ces plantes faisant appel à la transgénèse sont celles qui sont le plus étudiées et contrôlées avant et après leur mise en marché.
Les études scientifiques se comptent par milliers et les instances d'évaluation officielles nationales, européennes et internationales se sont toutes prononcées en faveur des OGM aujourd'hui commercialisés.
Ces avis scientifiques sont confortés par un retour d'expérience de 20 années de très large utilisation dans le monde sans le moindre problème sanitaire ou environnemental scientifiquement prouvé.
perceval
- 17/02/2016 - 15:30
M.Verhaeghe
On vous a vu plus pertinent dans vos rubriques!
Quand vous parlez de "droite" chiraquienne et ses raffarinades, il vaudrait mieux que vous omettiez le qualificatif de "droite". Quant à NKM....
Quant au principe de précaution, Chatel a raison c'est ériger la crétinerie en principe. On ne fait rien sur terre sans prendre de risques, il ne peut y avoir qu'un socialiste pour penser le contraire. Sans compter qu'on ne dit pas de quel risque l'on parle et qu'on ne le quantifie pas.
Avec le principe de précaution nous ne serions même pas là pour en discuter car nos ancêtres auraient refusé le feu domestiqué...risque d'incendies n'est-ce pas? Ils auraient refusé la création de la roue, la route tue! Etc...
Le seul bon côté que le principe de précaution pourrait nous apporter serait d'interdire à quiconque de vouloir "diriger" (enfin, diriger...) nos pays. Un autre peut-être interdire la procréation chez les socialistes.
Karg se
- 17/02/2016 - 13:58
Risible
"Dans le cas des OGM par exemple, la prise de risque n'est pas maîtrisée. Personne n'a clairement documenté le sujet et les décideurs publics avancent à l'aveugle"
C'est pathétique de lire ça en 2016. Des centaines d'études démontrent que les OGM sont sans danger. Toutes les grands organisations de protection de la santé sont unanimes. Les études antiOGM sont rétractées ou finissent dans des revues prédatrices nigériannes. Les scientifiques antiOGM sont même convaincu de fraude comme en Italie.
http://seppi.over-blog.com/2016/02/quand-la-recherche-anti-ogm-falsifie-ses-donnees-l-equipe-infascelli-punie.html