En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Comment le rover Perseverance va-t-il chercher la vie sur Mars ? ; L'avion électrique à décollage vertical conçu par la Suisse prend son envol

02.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

05.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

06.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

07.

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Jerusalema : ça fait longtemps que ça n’était pas arrivé mais 2020 s’est trouvée un tube de l’été planétaire

06.

Pères et maris dangereux ? Quand Alice Coffin oublie opportunément les guerres judiciaires sans fondements menées par des mères sans scrupules

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Alerte à l’aliénation idéologique : pire que les nouveaux extrémistes progressistes, les idiots utiles qui leur ouvrent les portes

03.

Chaudières à fioul et à charbon : une interdiction moins vertueuse qu’il n’y paraît

04.

PMA pour toutes : le conservatisme sociétal est-il une cause définitivement perdue ?

05.

Statues déboulonnées : la Martinique est-elle encore en France ?

06.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 18 min 37 sec
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 1 heure 3 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 3 heures 33 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 5 heures 19 min
pépites > Economie
Vroum
Hausse des ventes de voitures neuves
il y a 19 heures 57 min
pépites > Economie
Crise aux Etats-Unis
Coronavirus : le cauchemar des restaurants américains condamnés à la faillite
il y a 21 heures 8 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Comment le rover Perseverance va-t-il chercher la vie sur Mars ? ; L'avion électrique à décollage vertical conçu par la Suisse prend son envol
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Billet vert

Le Dollar est-il en crise?

il y a 1 jour 1 heure
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 36 min 15 sec
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 5 heures 1 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 5 heures 32 min
pépites > Politique
Renouvellement
Important mouvement préfectoral
il y a 20 heures 12 min
pépites > International
A la mode
Coronavirus : des New Yorkais adoptent le scooter
il y a 22 heures 20 min
décryptage > International
Ennemi depuis toujours

Entre hyper-ouverture et « pression maximale », quelle sera la stratégie iranienne de Joe Biden ?

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Politique
La famille Le Pen saison 3

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

il y a 1 jour 2 heures
© Pixabay
© Pixabay
SOS médecins

Désertification médicale, baisse du nombre de libéraux jusqu'en 2025... Les stigmates d'une politique d'étatisation de la médecine (que la réforme Touraine ne risque pas de soigner)

Publié le 16 février 2016
Consultation la plus basse d'Europe, dégradation des rémunérations... Depuis des années, l'Etat crée un déséquilibre entre secteur public et secteur privé, en plaçant au cœur du système de soin l’hôpital. Pourtant, les libéraux pourraient être une solution contre les déserts médicaux.
Jean-Paul Hamon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Hamon est président de la Fédération des médecins de France.
Voir la bio
Frédéric Bizard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Bizard est économiste de la santé et enseignant à Sciences Po Paris. Il est un expert reconnu du secteur de la santé en France et à l'international. Il dirige la société Salamati Consulting, société de conseil en stratégie de santé.Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Consultation la plus basse d'Europe, dégradation des rémunérations... Depuis des années, l'Etat crée un déséquilibre entre secteur public et secteur privé, en plaçant au cœur du système de soin l’hôpital. Pourtant, les libéraux pourraient être une solution contre les déserts médicaux.

Atlantico : Selon les prévisions de la Direction de la recherche du ministère des Affaires sociales, le nombre de médecins en 2025 devrait être de 7% inférieur à 1991. Dans quelle mesure les stratégies publiques en matière de santé sont-elles responsables ?

Jean-Paul Hamon : Madame Bachelot avait déjà bien chargé la barque avec la loi HPST… Les énarques qui nous gouvernent pensent que la vertu et la qualité sont exclusivement à l'hôpital par dogmatisme. On fait donc sortir l'hôpital de ses murs et on décourage les médecins de s'installer sur des territoires où l'on manque de médecins libéraux.

On rémunère les médecins de façon scandaleusement basse et on ne leur permet pas de travailler dans les mêmes conditions que leurs collègues européens : ils travaillent avec 0,3 salarié chacun, alors que la moyenne européenne est de 2,4 salariés par médecin. La consultation est quasiment la plus basse d'Europe, il n'y a que Malte qui soit sur un niveau inférieur au nôtre. Et enfin, quand on revalorise des médecins, c'est en échange de rémunérations prétendues sur objectif de santé publiqueCe qui équivaut à dire qu'on accorde les rémunérations en échange de protocolisation et de remplissage d'indicateurs qui sont, pour la plupart, obsolètes.

Nous sommes donc en train de compliquer la vie des médecins. Le statut du médecin a changé par rapport aux 30 ou 40 dernières années. Ce n'est plus une personne respectée pour son savoir. Dans les ministères, certains aimeraient les voir travailler nuit et jour et retravailler le lendemain dans de bonnes conditions… Or, le médecin qui travaillerait nuit et jour six jours sur sept serait un médecin divorcé, qui paierait une pension alimentaire et qui serait atteint d'épuisement professionnel !  Les patients ont changé. Il y a 40 ans, ils ne savaient rien et le médecin était censé tout savoir alors qu'il ne savait pas grand-chose. Maintenant, les patients – et heureusement pour eux – sont beaucoup mieux informés. Ils sont bien plus exigeants, et quand on leur donne un traitement ou qu'on leur propose un plan thérapeutique, il faut expliquer en détail ce que l'on va faire et que le patient soit d'accord avec ce qu'on lui propose, car il s'est renseigné sur Internet et il est informé !

Les conditions de travail sont donc différentes. Vous avez un patient beaucoup plus informé, une Sécurité sociale beaucoup plus exigeante, voire harcelante : on se rend compte de ce qu'il se passe quand on poursuit les médecins pour des arrêts de travail ou des prescriptions de transport en ambulance… Récemment, une femme a décroché sa plaque et deux autres ont arrêté de travailler avant de recommencer après un long moment d'arrêt, justement parce qu'elles avaient été harcelées par la Sécurité sociale.

C'est donc tout un ensemble de choses : entre le numerus clausus, le harcèlement de la Sécurité sociale, les contraintes que veut nous coller le ministère (et je ne vous parle pas du tiers payant…), les médecins hésitent vraiment à s'installer.

Dans quelle mesure une médecine salariée pourrait-elle motiver des départs des meilleurs éléments vers d'autres pays aux niveaux de revenus libres, ou d'ouvrir des cabinets non-conventionnés ?

Frédéric Bizard : Les maisons de santé sont le nouveau totem des responsables politiques qui n’ont pas beaucoup réfléchi sur la santé. Cela fait cinquante ans que les médecins se sont regroupés pour créer des cabinets de groupe, mono ou pluridisciplinaires (plus d’un médecin sur deux est en groupe). Les maisons de santé sous-tendent que les médecins y soient majoritairement salariés, avec des lieux d’installation choisis et financés par les collectivités locales. Conserver un exercice libéral dans un environnement de travail dont vous ne contrôlez plus l’organisation et où votre rémunération est déconnectée de votre activité n’a pas de sens.

Il faut favoriser par l’incitation (modalités de rémunération, coordination des parcours des patients chroniques) la mise en place de types de structures les mieux adaptées à chaque territoire. L’objectif est d’obtenir le bon équilibre entre qualité et accessibilité des soins. Par exemple, plus les structures de médecins sont grosses, moins il y a de proximité, ce qui pose des problèmes dans les zones rurales isolées, peuplées de nombreuses personnes âgées. Laisser le choix de l’organisation des structures de soins, selon un cahier des charges défini par les pouvoirs publics, est le meilleur moyen pour conserver les meilleurs médecins et rendre la profession plus attractive.

Comment, jusqu'à présent, décrire l'équilibre entre secteur privé et public ?

Frédéric Bizard : Par un principe essentiel dans notre système de santé : la délégation de services publics et l'installation d'un réseau d'établissements du secteur public très dense pour garantir l'enseignement, la recherche et le panel complet de l'offre médicale sur tout le territoire. Les secteurs privés du système de santé (dont la médecine libérale, les cliniques et les assureurs) doivent se réformer en conservant cette logique. Les idéologues étatistes estiment, eux, que seul le secteur public fonctionnarisé est digne de délivrer un service public, malgré le formidable succès de cette délégation de services publics en France (santé, eau, traitements des déchets). Le nouveau service public hospitalier vise à restreindre par étapes le service public hospitalier aux hôpitaux publics. Les maisons de santé et le concept de service territorial de santé régi par les agences d'Etat visent à développer une offre publique en médecine de ville. En matière d'innovation, de qualité, de productivité et de proximité, l'offre privée a démontré sa pertinence. Elle est un aiguillon pour la réforme du secteur public à condition de conserver un modèle concurrentiel avec le privé. L'Etat, régulateur et opérateur, est juge et partie, ce qui est un frein considérable à la réforme du secteur public. Il va jusqu'à affaiblir le modèle économique des opérateurs privés pour laisser survivre et se développer le secteur public. La baisse drastique des tarifs des actes des cliniques et le refus de revaloriser les actes des libéraux en sont deux exemples. On soviétise progressivement tout le système plutôt que de le réformer, aux dépens de ceux qui y travaillent d'abord et des usagers ensuite.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Scarabas
- 16/02/2016 - 22:32
Maudit numerus clausus
Il faut être juste et dire que c'est aussi les médecins eux-mêmes (par le bras armé du Conseil de l'Ordre) qui ont exigé le maintien du numerus clausus. C'est un sujet qui me fait baver de rage : pendant mes études, à Strasbourg dans les années soixante, j'entendais sans arrêt parler de copains étudiants en première année de médecine qui se plantaient plusieurs fois sur le terrible concours de fin d'année à 80 % d'échecs et s'en trouvaient désespérés. Je me souviens d'avoir même entendu parler d'un suicide.
Maintenant, dans ma petite ville de Dordogne, pourtant charmante, les médecins ont mon âge et sont clairement en voie de disparition par retraite ou décès.
JG
- 16/02/2016 - 22:27
A vauban
Désolé cher collègue,
je ne parlais pas des cardiologues-réanimateurs comme vous mais de ceux qui sont installés en ville et qui ne font plus de garde . Le terme anesthésiste englobe aussi pour moi les réanimateurs (bien que cela ne soit pas tout à fait pareil je vous le concède !!) ....tout aussi pénible !!
Je pense que vous avez compris l'esprit de mon message. Il y a une immense différence entre le collègue qui travaille (beaucoup) mais n'a plus de gardes et maitrise à peu près son revenu grâce aux compléments d'honoraires (je déteste le mot "dépassement" qui ne veut rien dire quand le prix de la consultation est le plus bas d'Europe !!) et celui qui croule sous les gardes (donc bosse au minimum 70 h par semaine) et/ou qui n'a pas la possibilité de prendre des compléments d'honoraires.
vauban
- 16/02/2016 - 12:32
JG
Je suis cardiologue
J ai 58 ans
Je suis d'astreinte opérationnelle ou de garde en USIC une nuit/4 un WE/4 depuis mon entrée en internat à l âgé de 25ans
Vous trouvez cela "pas trop pénible "?