En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Alliés européens
Emmanuel Macron et onze ministres sont attendus à Naples ce jeudi dans le cadre du 35e sommet franco-italien
il y a 2 heures 14 min
pépites > Politique
Aubaine ?
Anne Hidalgo ferait passer pour des HLM des logements loués aux classes moyennes
il y a 3 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dark Waters" de Todd Haynes : un homme seul contre une toute puissante industrie chimique...

il y a 6 heures 14 min
pépites > Santé
Médicaments efficaces ?
La chloroquine, un traitement contre le paludisme, pourrait-elle être efficace contre le coronavirus ?
il y a 7 heures 16 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Coronavirus : le patient français décédé à Paris était un enseignant dans l'Oise
il y a 8 heures 26 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 9 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 10 heures 14 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 11 heures 57 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 12 heures 14 min
pépites > Justice
Enquête
Attaque à la préfecture de police de Paris : une recherche internet faite par Mickaël Harpon accrédite l'hypothèse terroriste
il y a 2 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 5 heures 55 min
light > Culture
Réforme majeure
Académie des César : la productrice Margaret Menegoz est nommée présidente par intérim
il y a 6 heures 29 min
pépites > Education
Faits religieux à l'école
Mobilisation de soutien envers l'instituteur de Malicornay, Matthieu Faucher, suspendu pour prosélytisme après avoir utilisé des textes de la Bible
il y a 7 heures 54 min
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 10 heures 55 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 11 heures 27 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 12 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 13 heures 6 min
Atlantico Business

Crise agricole : y'en a marre ! Que chacun prenne ses responsabilités ! L'Etat, l'Europe mais aussi les agriculteurs français

Publié le 16 février 2016
Crise agricole, la stratégie du bouc-émissaire empruntée par les agriculteurs ne débouchera sur rien. Il faut que chacun prenne ses responsabilités.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Crise agricole, la stratégie du bouc-émissaire empruntée par les agriculteurs ne débouchera sur rien. Il faut que chacun prenne ses responsabilités.

La multiplication des manifestations agricoles fatigue tout le monde. Les agriculteurs eux-mêmes qui sont dans une situation difficile et qui commencent à se rendre compte que cette forme de violence ne débouchera sur rien. Les syndicats agricoles, la FNSEA en tête qui fait de son mieux pour limiter les débordements mais dont tous les arguments rationnels qu’elle peut avancer pour se remettre au travail le monde agricole, ne sont pas écoutés. Quant à l'Etat, il n’a visiblement pas de recettes miracle. Il est impuissant et pas très courageux.

Ce qui est désolant dans ce type de crise, c’est que le problème des agriculteurs est archi classique. Les économistes ont tous les outils nécessaires pour analyser et régler la crise. Encore faut-il accepter de regarder les problèmes en face et vouloir trouver des solutions.

La crise agricole française qui touche principalement les éleveurs et les producteurs de lait s’explique principalement par la surproduction, ou l'excédent d'offre sur la demande. Cette surproduction a tendance à tirer les prix vers le bas. Du coup, beaucoup d'exploitations ne sont pas assez rentables, pour investir et même survivre. CQFD.

Ce type de crise est archi classique dans l’histoire économique. Si les entreprises agricoles étaient des entreprises comme les autres, on les laisserait gérer leur problème de surproduction selon les lois du marché.

Ce qui dans le contexte actuel est insupportable au pouvoir politique. On prête au monde agricole beaucoup trop d'influence politique pour ne pas s'en préoccuper, sauf que l'Etat qui l'a fait, trop longtemps, n'en a plus les moyens. On prête aussi au monde agricole quantité de missions autres que de produire des biens alimentaires, et pour lesquelles il n'est pas forcement rémunéré. Quand on explique que le paysan est aussi le gardien de la nature, on fait frémir les écolos, mais on ne fait pas l'addition de ce que ça représenterait. Quand on explique que l'agriculture a pour devoir de nourrir la planète, on souhaite au même moment qu'elle produise bio et surtout pas cher… Tout cela est vaguement contradictoire.

Le mieux serait de considérer l'entreprise agricole comme une entreprise comme les autres. C'est-à-dire une entreprise qui avec du travail et du capital doit produire des biens et des services pour satisfaire des consommateurs à un juste prix de marché. Dans ce cas, les choses seraient beaucoup plus simples. A une condition, que chacun assume ses responsabilités. L'Etat et les agriculteurs. Parce qu'on ne peut pas tout attendre de l'Etat ou de la FNSEA. Il va falloir que les agriculteurs eux-mêmes se prennent en charge et en finissent avec ces prises d'otage de l'opinion en permanence.

La responsabilité de l'Etat est considérable, mais ça n est pas la seule. Beaucoup de disfonctionnements du marché de la viande et du lait viennent des décisions très contradictoires de l'administration.

1e. Il faudrait d'abord lever cet embargo sur la Russie. Avoir décrété un embargo sur les exportations vers la Russie aura été évidemment une énorme bêtise. Le monde agricole a perdu 20% de ses débouchés. Pour qui, pour quoi ? Politique stupide. Cet embargo est encore défendu aujourd'hui au nom des droits de l'homme par des courants qui par ailleurs se disent protecteurs des agriculteurs. Tout le monde réclame la levée de cet embargo.

2e. Il faudrait évidemment rendre obligatoire l'étiquetage des viandes et du lait de façon à informer le consommateur, distinguer des viandes d’animaux qui ont été élevés pour la boucherie et les viandes de ceux qui arrivent en boucherie en fin de carrière, après avoir passé des années à donner du lait. Les premières ont un vrai prix de revient. Les secondes ne coûtent plus rien puisque le lait a amorti l'investissement.

Le consommateur est-il au courant de ce distinguo ? Réponse : non !!! Commençons par là, ça barrera l'importation de beaucoup de viandes importées d'Allemagne ou d'Espagne. Après, les professionnels pourront s'occuper des marques et des labels d'origine.

3e. A l'Etat d'alléger toutes les contraintes environnementales qu'il a imposées, non pas pour protéger la nature, mais pour faire plaisir aux écologistes de tous poils. Les agriculteurs se sont fait bêtement avoir. Quelle naïveté, ou quel cynisme que d'aller au devant des frondeurs et des écolos qui réclament la protection des petits agriculteurs, des produits bio pour tout le monde, mais des prix les plus légers possibles. Le lait, le beurre, et l'argent du beurre et si possible la crémière en prime. 

Les agriculteurs aussi ont une énorme responsabilité. Les syndicats agricoles regroupés au sein de la FNSEA n'ont pas manqué de prôner des sorties courageuses par le haut en s'adaptant aux contraintes du marché.

1e Les agriculteurs le savent, mais la taille critique de leur exploitation est encore insuffisante au regard de la concurrence. Un élevage moyen en France est 20 à 30 % plus faible en taille que l'élevage moyen en Allemagne. 52 vaches dans l'Hexagone, 70 à 80 en Europe. La France a protégé ses agriculteurs, l'Europe a cherché à défendre l'exploitation. Il faudra forcement organiser les regroupements sous quelque forme que ce soit en réglant tous les aspects de la consolidation. Le financement, le juridique, les impacts familiaux, etc.

2e Les agriculteurs vont devoir se regrouper pour négocier avec l'aval de la filière, c'est-à-dire avec la distribution. Il n'existe que quatre centrales d'achats pour la grande distribution, et deux gros industriels qui transforment la viande, dont Bigard. Comment veut-on que les 200 000 exploitants agricoles s’en sortent. Même s'ils se regroupent en coopératives. Ces coopératives ne sont pas encore assez grosses. Les 200 000 exploitations agricoles ne sont pas condamnées mais il faudra, pour qu'elles s'en sortent, accepter des coopératives plus musclées encore.

Sait-on aujourd'hui que, si on augmentait de 1 centime le prix du yaourt et que ce centime remonte au producteur, ses problèmes seraient réglés. La grande distribution s'interdit ce centime supplémentaire en prétextant que le consommateur ne l'accepterait pas. Peut-être, sauf que c'est à la production de s’organiser et de s'expliquer sur la valeur de ce qu'il vend pour pouvoir s'en sortir.

Passez d'une logique de production encore trop partagée à une logique marketing de satisfaction client. L'agriculteur doit tout faire pour justifier de la valeur qu'il donne à ses produits et à ses services. Son métier ne se limite pas à travailler la terre, il doit aussi vendre ce qu'il produit dans un univers concurrentiel. Les céréaliers d'une part, les petits producteurs de proximité de l'autre ont trouvé les solutions chacun de leur côté. La classe moyenne des éleveurs est encore très en retard. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 17/02/2016 - 09:48
@Anguerrand
Vrai!
vangog
- 17/02/2016 - 00:56
@zouk vous avez raison!
La politique europeiste des subventions et des quotas n'aurait pas dû être mise en œuvre, ou alors éternellement....Elle a maintenu l'agriculture française dans l'assistanat en l'empêchant de se réformer, d'agrandir ses exploitations laitières et de s'adapter à la mondialisation. Après avoir habitué nos agriculteurs à une drogue subventionnée de plus en plus violente, et après leur avoir imposé des normes écolo de plus en plus débiles, l'UE a provoqué un sevrage brutal qui s'apparente, aujourd'hui, à un suicide! Et elle s'étonne que le malade se débatte, avant de crever...on souhaiterait plutôt que les technocrates europeistes et les PPI-PSE crèvent de honte, d'avoir provoqué sciemment ce désastre!
zouk
- 16/02/2016 - 18:56
Que chacun prenne ses responsabilités!
Mais depuis au moins 30 ans, tous nos dirigeants ne nous promettent que "protection ", assortie, plus discrètement, de mille contraintes, normes, contrôles dans une belle unanimité d'âneries législatives ou fautes de politique et même extérieure quand la politique "droits-de l'hommiste" s'en mêle. Seule la liberté pour chacun de prendre soin de son propre métier nous sortira de cet enfer, bien sûr, comme tout enfer pavé de bonnes intentions.