En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 7 heures 6 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 14 heures 11 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 14 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 15 heures 7 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 15 heures 39 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 16 heures 42 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 18 heures 20 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 18 heures 36 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 13 heures 8 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 14 heures 23 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 14 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 15 heures 4 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 15 heures 19 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 16 heures 1 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 17 heures 47 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 18 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 18 heures 29 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 18 heures 43 min
Atlantico Business

Crise agricole : y'en a marre ! Que chacun prenne ses responsabilités ! L'Etat, l'Europe mais aussi les agriculteurs français

Publié le 16 février 2016
Crise agricole, la stratégie du bouc-émissaire empruntée par les agriculteurs ne débouchera sur rien. Il faut que chacun prenne ses responsabilités.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Crise agricole, la stratégie du bouc-émissaire empruntée par les agriculteurs ne débouchera sur rien. Il faut que chacun prenne ses responsabilités.

La multiplication des manifestations agricoles fatigue tout le monde. Les agriculteurs eux-mêmes qui sont dans une situation difficile et qui commencent à se rendre compte que cette forme de violence ne débouchera sur rien. Les syndicats agricoles, la FNSEA en tête qui fait de son mieux pour limiter les débordements mais dont tous les arguments rationnels qu’elle peut avancer pour se remettre au travail le monde agricole, ne sont pas écoutés. Quant à l'Etat, il n’a visiblement pas de recettes miracle. Il est impuissant et pas très courageux.

Ce qui est désolant dans ce type de crise, c’est que le problème des agriculteurs est archi classique. Les économistes ont tous les outils nécessaires pour analyser et régler la crise. Encore faut-il accepter de regarder les problèmes en face et vouloir trouver des solutions.

La crise agricole française qui touche principalement les éleveurs et les producteurs de lait s’explique principalement par la surproduction, ou l'excédent d'offre sur la demande. Cette surproduction a tendance à tirer les prix vers le bas. Du coup, beaucoup d'exploitations ne sont pas assez rentables, pour investir et même survivre. CQFD.

Ce type de crise est archi classique dans l’histoire économique. Si les entreprises agricoles étaient des entreprises comme les autres, on les laisserait gérer leur problème de surproduction selon les lois du marché.

Ce qui dans le contexte actuel est insupportable au pouvoir politique. On prête au monde agricole beaucoup trop d'influence politique pour ne pas s'en préoccuper, sauf que l'Etat qui l'a fait, trop longtemps, n'en a plus les moyens. On prête aussi au monde agricole quantité de missions autres que de produire des biens alimentaires, et pour lesquelles il n'est pas forcement rémunéré. Quand on explique que le paysan est aussi le gardien de la nature, on fait frémir les écolos, mais on ne fait pas l'addition de ce que ça représenterait. Quand on explique que l'agriculture a pour devoir de nourrir la planète, on souhaite au même moment qu'elle produise bio et surtout pas cher… Tout cela est vaguement contradictoire.

Le mieux serait de considérer l'entreprise agricole comme une entreprise comme les autres. C'est-à-dire une entreprise qui avec du travail et du capital doit produire des biens et des services pour satisfaire des consommateurs à un juste prix de marché. Dans ce cas, les choses seraient beaucoup plus simples. A une condition, que chacun assume ses responsabilités. L'Etat et les agriculteurs. Parce qu'on ne peut pas tout attendre de l'Etat ou de la FNSEA. Il va falloir que les agriculteurs eux-mêmes se prennent en charge et en finissent avec ces prises d'otage de l'opinion en permanence.

La responsabilité de l'Etat est considérable, mais ça n est pas la seule. Beaucoup de disfonctionnements du marché de la viande et du lait viennent des décisions très contradictoires de l'administration.

1e. Il faudrait d'abord lever cet embargo sur la Russie. Avoir décrété un embargo sur les exportations vers la Russie aura été évidemment une énorme bêtise. Le monde agricole a perdu 20% de ses débouchés. Pour qui, pour quoi ? Politique stupide. Cet embargo est encore défendu aujourd'hui au nom des droits de l'homme par des courants qui par ailleurs se disent protecteurs des agriculteurs. Tout le monde réclame la levée de cet embargo.

2e. Il faudrait évidemment rendre obligatoire l'étiquetage des viandes et du lait de façon à informer le consommateur, distinguer des viandes d’animaux qui ont été élevés pour la boucherie et les viandes de ceux qui arrivent en boucherie en fin de carrière, après avoir passé des années à donner du lait. Les premières ont un vrai prix de revient. Les secondes ne coûtent plus rien puisque le lait a amorti l'investissement.

Le consommateur est-il au courant de ce distinguo ? Réponse : non !!! Commençons par là, ça barrera l'importation de beaucoup de viandes importées d'Allemagne ou d'Espagne. Après, les professionnels pourront s'occuper des marques et des labels d'origine.

3e. A l'Etat d'alléger toutes les contraintes environnementales qu'il a imposées, non pas pour protéger la nature, mais pour faire plaisir aux écologistes de tous poils. Les agriculteurs se sont fait bêtement avoir. Quelle naïveté, ou quel cynisme que d'aller au devant des frondeurs et des écolos qui réclament la protection des petits agriculteurs, des produits bio pour tout le monde, mais des prix les plus légers possibles. Le lait, le beurre, et l'argent du beurre et si possible la crémière en prime. 

Les agriculteurs aussi ont une énorme responsabilité. Les syndicats agricoles regroupés au sein de la FNSEA n'ont pas manqué de prôner des sorties courageuses par le haut en s'adaptant aux contraintes du marché.

1e Les agriculteurs le savent, mais la taille critique de leur exploitation est encore insuffisante au regard de la concurrence. Un élevage moyen en France est 20 à 30 % plus faible en taille que l'élevage moyen en Allemagne. 52 vaches dans l'Hexagone, 70 à 80 en Europe. La France a protégé ses agriculteurs, l'Europe a cherché à défendre l'exploitation. Il faudra forcement organiser les regroupements sous quelque forme que ce soit en réglant tous les aspects de la consolidation. Le financement, le juridique, les impacts familiaux, etc.

2e Les agriculteurs vont devoir se regrouper pour négocier avec l'aval de la filière, c'est-à-dire avec la distribution. Il n'existe que quatre centrales d'achats pour la grande distribution, et deux gros industriels qui transforment la viande, dont Bigard. Comment veut-on que les 200 000 exploitants agricoles s’en sortent. Même s'ils se regroupent en coopératives. Ces coopératives ne sont pas encore assez grosses. Les 200 000 exploitations agricoles ne sont pas condamnées mais il faudra, pour qu'elles s'en sortent, accepter des coopératives plus musclées encore.

Sait-on aujourd'hui que, si on augmentait de 1 centime le prix du yaourt et que ce centime remonte au producteur, ses problèmes seraient réglés. La grande distribution s'interdit ce centime supplémentaire en prétextant que le consommateur ne l'accepterait pas. Peut-être, sauf que c'est à la production de s’organiser et de s'expliquer sur la valeur de ce qu'il vend pour pouvoir s'en sortir.

Passez d'une logique de production encore trop partagée à une logique marketing de satisfaction client. L'agriculteur doit tout faire pour justifier de la valeur qu'il donne à ses produits et à ses services. Son métier ne se limite pas à travailler la terre, il doit aussi vendre ce qu'il produit dans un univers concurrentiel. Les céréaliers d'une part, les petits producteurs de proximité de l'autre ont trouvé les solutions chacun de leur côté. La classe moyenne des éleveurs est encore très en retard. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 17/02/2016 - 09:48
@Anguerrand
Vrai!
vangog
- 17/02/2016 - 00:56
@zouk vous avez raison!
La politique europeiste des subventions et des quotas n'aurait pas dû être mise en œuvre, ou alors éternellement....Elle a maintenu l'agriculture française dans l'assistanat en l'empêchant de se réformer, d'agrandir ses exploitations laitières et de s'adapter à la mondialisation. Après avoir habitué nos agriculteurs à une drogue subventionnée de plus en plus violente, et après leur avoir imposé des normes écolo de plus en plus débiles, l'UE a provoqué un sevrage brutal qui s'apparente, aujourd'hui, à un suicide! Et elle s'étonne que le malade se débatte, avant de crever...on souhaiterait plutôt que les technocrates europeistes et les PPI-PSE crèvent de honte, d'avoir provoqué sciemment ce désastre!
zouk
- 16/02/2016 - 18:56
Que chacun prenne ses responsabilités!
Mais depuis au moins 30 ans, tous nos dirigeants ne nous promettent que "protection ", assortie, plus discrètement, de mille contraintes, normes, contrôles dans une belle unanimité d'âneries législatives ou fautes de politique et même extérieure quand la politique "droits-de l'hommiste" s'en mêle. Seule la liberté pour chacun de prendre soin de son propre métier nous sortira de cet enfer, bien sûr, comme tout enfer pavé de bonnes intentions.