En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

05.

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

06.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

07.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 8 heures 35 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 9 heures 18 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 10 heures 45 min
pépites > Politique
#MeToo
Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018
il y a 12 heures 26 min
light > People
Contexte pesant
Michelle Obama confie souffrir d'une "légère dépression"
il y a 13 heures 44 min
pépite vidéo > International
"Le Liban n’est pas seul"
Emmanuel Macron est arrivé au Liban pour coordonner et participer à l’aide internationale
il y a 16 heures 14 min
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

il y a 18 heures 59 min
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 19 heures 29 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 20 heures 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 21 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 9 heures 28 sec
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 10 heures 9 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 11 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Bain de foule
Dans les rues de Beyrouth, Emmanuel Macron a entendu la colère du peuple libanais
il y a 13 heures 10 min
pépites > France
Nouveau drame
Le Mans : un policier a été tué par un chauffard lors d’une intervention
il y a 15 heures 36 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Darmanin défend la police (et lui-même); Marianne étrille EELV; Le Havre, port tué par la CGT; Guerre culturelle : Zemmour dénonce la bêtise de la droite qui croit avoir gagné alors que la gauche domine; Les secrets du nouveau modèle CNews
il y a 17 heures 46 min
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse

il y a 19 heures 11 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 19 heures 52 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 20 heures 49 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 21 heures 29 min
© Reuters
© Reuters
Gouvernail

Conseil national des Républicains : à qui profitera vraiment la stratégie à-droite-toute de Nicolas Sarkozy ?

Publié le 19 février 2016
Alors que le Conseil National des Républicains se tient ce week-end du 13-14 février, l'ancien Président a mis en place une stratégie particulièrement droitière. L'idée étant, notamment, de pousser son premier adversaire – Alain Juppé – à prendre position sur des sujets qu'il évitait soigneusement jusqu'à présent.
Bruno Jeudy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeudy est rédacteur en chef Politique et Économie chez Paris Match. Spécialiste de la droite, il est notamment le co-auteur du livre Le Coup monté, avec Carole Barjon.
Voir la bio
Ghislaine Ottenheimer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ghislaine Ottenheimer est journaliste politique et d'investigation. Elle est rédactrice en chef de Challenges depuis 2008. Elle a écrit de nombreux ouvrages dont Les deux Nicolas : La machine Balladur (Plon) en 1994 et Poison présidentiel en 2015 ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le Conseil National des Républicains se tient ce week-end du 13-14 février, l'ancien Président a mis en place une stratégie particulièrement droitière. L'idée étant, notamment, de pousser son premier adversaire – Alain Juppé – à prendre position sur des sujets qu'il évitait soigneusement jusqu'à présent.

Atlantico : le Conseil national des Républicains se tiendra samedi 13 et dimanche 14 février porte de Versailles à Paris. Quelle stratégie est susceptible de l'emporter ?

Bruno Jeudy : Nicolas Sarkozy va profiter du Conseil national des Républicains et plus globalement du renouvellement des conseillers nationaux pour changer de séquence, et passer du Nicolas Sarkozy que nous avons connu à la fondation des Républicains, c’est-à-dire qui est dans un exercice de synthèse, une séquence consensuelle, à une séquence où il va aborder de front tous les sujets pour montrer sa différence avec ses concurrents à la primaire, et en premier lieu avec Alain Juppé.

Nicolas Sarkozy a souhaité, pour ce Conseil national consacré à la ligne du parti en vue de 2017, que tout le monde puisse s'exprimer, y compris les voix dissonantes ce qui est nouveau dans les conseils de la droite sous Sarkozy, qui avait adopté la même méthode que Jacques Chirac, c’est-à-dire lui devant et tout le monde derrière. Il souhaite donc laisser la place au débat, aux voix contradictoires et à l'arrivée proposer un texte dont il espère que 80% serait inspiré de lui. Il souhaite en réalité engager une séquence plus clivante, plus assumée dans les différences avec ses concurrents à la primaire.

Ghislaine Ottenheimer : Il y a eu des élections dans les fédérations, au Conseil national… on se doute bien que Nicolas Sarkozy sera adoubé. Même si la primaire est très élargie, avec deux ou trois millions de votants, Nicolas Sarkozy pense que les militants des fédérations comptent pour quelque chose. D'autant que des sympathisants du Front National participeront peut-être aussi.

Comment peut-il mettre en place cette stratégie ?

Bruno Jeudy : Les membres du Conseil national vont probablement prendre la voix, ce qui donnera probablement une parole plus crue, plus radicale, car ils sont majoritairement plus droitisés que la moyenne des dirigeants. Deuxièmement, Nicolas Sarkozy entend mettre en ligne une plateforme sur pour définir du projet du parti en vue de 2017 et les militants, de même sont plus droitisés que les dirigeants.

Tout cela devant lui servir à lancer la campagne de la primaire sur des bases plus radicales, il a bien vu que cela lui avait plutôt bien réussi sur le régalien, et sur l'économie il sent bien que le parti est plus à droite que lui : le succès relatif de François Fillon montre que la base de la droite est dans l'attente de solutions plus radicales que les dirigeants et notamment sur les 35h, la fiscalité, la retraite…

Comment cela peut-il porter atteinte à ses concurrents ?

Bruno Jeudy : La tentative de Nicolas Sarkozy de faire un programme commun à droite, qui aurait en quelque sorte contraint les candidats à la primaire a fait long feu. On a vu que chaque candidat préférait présenter ses propres propositions et en premier lieu François Fillon, très avancé sur ce plan, mais aussi Alain Juppé qui a aligné méthodiquement ses propositions sur l'école et sur la sécurité, et celles sur l'économie demain. Bruno Le Maire sortira de même un livre prochainement.

Nicolas Sarkozy tente donc de réappliquer cette même logique à travers le parti cette fois, en imposant un socle idéologique commun non sur le programme mais sur les valeurs de la droite. Et là, il pense qu'il peut à la fois toucher le cœur des militants et sympathisants, mais surtout faire sortir du bois Alain Juppé qui évite de se mouiller sur certains sujets… Le maire de Bordeaux est en effet plutôt sur le programmatique.

Des valeurs comme l'identité, le rapport à la liberté, l'identité sont des sujets clivants et sensibles à droite. Obliger Alain Juppé à se positionner dessus, c'est le confronter à la "tribune". Il cherche donc à aller sur un terrain qui potentiellement peut toucher au cœur les militants et les sympathisants…

Pour autant, si Alain Juppé sera présent entre 12h et 15h pour montrer que malgré les tensions il ne s'écarte pas du parti, il ne fera pas de discours. Les derniers qu'il a tenu dans les Conseils nationaux du parti ne se sont pas très bien passées : il a été sifflé à deux reprises… Il n'a pas trop envie de s'exposer à nouveau.

François Fillon et Bruno Le Maire ne sont quant à eux pas dans la même position puisqu'ils sont challengers. Ils sont quasiment les alliés objectifs de Nicolas Sarkozy. François Fillon ne craint pas de débat portant sur les valeurs de la droite. Il n'a pas peur de cette stratégie. Bruno Le Maire, lui, tire à vue sur ses trois ainés car il prône un renouvellement des pratiques, des têtes et du style. Pour lui Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy, c'est la même chose.

Ghislaine Ottenheimer : Je pense que tous les candidats sont très à droite, en tout cas sur le plan économique, et c'est François Fillon qui a le premier mis la barre assez loin, suivi de Bruno Le Maire. Alain Juppé, pour le moment donne des signaux tantôt à droite, tantôt au centre… il semble être dans une stratégie de sondage pour voir ce qui convient le plus à sa stratégie. Pour le moment, Alain Juppé reste donc un peu en dehors de la tendance.

Et n'oublions pas que Nicolas Sarkozy pousse Alain Juppé à la cassure. Il met en place une stratégie de tension, il essaye de faire rentrer les candidats dans un même cercle alors qu'Alain Juppé est dans une bonne dynamique.

Si cette ligne droitière dérangera certains de ses dirigeants, elle permettra surtout à Nicolas Sarkozy a partir en échappée belle au moment de la primaire, s'il est candidat bien sûr. D'autant que Nicolas Sarkozy est pour le moment celui qui a pris le risque d'être chef de parti et pour les militants c'est important car ils sont la force dynamique d'une primaire.

Cette situation, cette stratégie, pourrait-elle se retourner contre l'ancien Président ?

Bruno Jeudy : On l'a vu sur la déchéance, Nicolas Sarkozy a pris le risque d'être minoritaire devant les parlementaires. Il a décidé justement de mettre de côté sa casquette de chef de parti, de rentrer en campagne pour la primaire et donc d'affirmer ses convictions notamment sur la déchéance qui a les faveurs de l'opinion.

Il doit prendre des risques car il est en retard sur Alain Juppé. Il veut alors pousser son avantage sur les valeurs de la droite, et essayer de mettre en minorité Juppé, voire de l'emporter. Mais ce n'est pas sans risque.

Le risque de défection de la part d'Alain Juppé ou des autres candidats est extrêmement faible, d'autant que je pense qu'à l'arrivée la primaire ne se jouera pas sur le programme mais sur les tempéraments. Et puis ce ne serait pas l'intérêt d'Alain Juppé qui fait le plein des voix chez Les Républicains et au centre, il a tout intérêt à rester au chaud dans la famille politique et à gérer les tensions au sein de celle-ci. Il a peut-être en tête la jurisprudence Martine Aubry qui à l'époque n'avait pu bénéficier de son rôle de premier secrétaire pour se présenter à la présidentielle en 2012…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
michelecambie
- 16/02/2016 - 17:23
Bravo Vincennes !
Merci de reconnaître que Valeurs Actuelles reste avec Atlantico l'un des rares médias qui ne soit pas aux ordres du gouvernement ! Grâce à eux nous pouvons encore avoir une information libre et vraie . Et d'accord avec Odelaf : N.Sarkozy est le seul qui osera faire ce qu'il dit . Et honte â Juppè de trahir la Droite avec l'épisode Bayrou qui roule pour lui !!!!
Vincennes
- 14/02/2016 - 11:22
@ CLINT.........suite......parti trop vite
il est vrai, comme vous l'écrivez, que BEYTOUT est pro/ JUPPE et Vigogne (préposé LR) qui roule pour FILLON, en ne cessant de "descendre" Sarko. On ne peut que constater que les Journalistes manquent TOTALEMENT d'IMPARTIALITE et se laisse "acheter" pour préserver leur niche fiscale octroyée par Hollande pour mieux les asservir J'avais pris un abonnement pour 2 ans à l'OPINION que je regrette et que je ne renouvellerai pas.......préférant et de loin VALEURS ACTUELLES........ qui n'a pas du tout les faveurs d'Hollande puisque grâce à ce journal on connait le degré de fourberies d'Hollande
Vincennes
- 14/02/2016 - 11:11
@CLINT j'ai proposé BEYTOUT car, au moins, il sait contrer
WEILL (ex/l'OBS) un des invités récurrent de Calvi...... et c'est certainement l'une des raisons qui font qu'il est moins invité car, en plus, il n'est pas tendre avec ce Gvt........cette émission étant avant tout "AUX ORDRES" c'est évident .......comme tout le service public d'ailleurs qui a comme Chefton politique N. St Cricq dont le mari DUHAMEL ex/PDT DE FRANCE tv) avait du laisser sa place à PFLIMLIN