En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

06.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

07.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 16 min 18 sec
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 1 heure 29 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 2 heures 44 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 3 heures 37 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 3 heures 39 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 47 min 44 sec
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 1 heure 54 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 3 heures 14 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 3 heures 36 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 3 heures 39 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 3 heures 39 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 3 heures 39 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 3 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 14 heures 41 min
© Reuters
© Reuters
Gouvernail

Conseil national des Républicains : à qui profitera vraiment la stratégie à-droite-toute de Nicolas Sarkozy ?

Publié le 19 février 2016
Alors que le Conseil National des Républicains se tient ce week-end du 13-14 février, l'ancien Président a mis en place une stratégie particulièrement droitière. L'idée étant, notamment, de pousser son premier adversaire – Alain Juppé – à prendre position sur des sujets qu'il évitait soigneusement jusqu'à présent.
Bruno Jeudy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Jeudy est rédacteur en chef Politique et Économie chez Paris Match. Spécialiste de la droite, il est notamment le co-auteur du livre Le Coup monté, avec Carole Barjon.
Voir la bio
Ghislaine Ottenheimer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ghislaine Ottenheimer est journaliste politique et d'investigation. Elle est rédactrice en chef de Challenges depuis 2008. Elle a écrit de nombreux ouvrages dont Les deux Nicolas : La machine Balladur (Plon) en 1994 et Poison présidentiel en 2015 ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le Conseil National des Républicains se tient ce week-end du 13-14 février, l'ancien Président a mis en place une stratégie particulièrement droitière. L'idée étant, notamment, de pousser son premier adversaire – Alain Juppé – à prendre position sur des sujets qu'il évitait soigneusement jusqu'à présent.

Atlantico : le Conseil national des Républicains se tiendra samedi 13 et dimanche 14 février porte de Versailles à Paris. Quelle stratégie est susceptible de l'emporter ?

Bruno Jeudy : Nicolas Sarkozy va profiter du Conseil national des Républicains et plus globalement du renouvellement des conseillers nationaux pour changer de séquence, et passer du Nicolas Sarkozy que nous avons connu à la fondation des Républicains, c’est-à-dire qui est dans un exercice de synthèse, une séquence consensuelle, à une séquence où il va aborder de front tous les sujets pour montrer sa différence avec ses concurrents à la primaire, et en premier lieu avec Alain Juppé.

Nicolas Sarkozy a souhaité, pour ce Conseil national consacré à la ligne du parti en vue de 2017, que tout le monde puisse s'exprimer, y compris les voix dissonantes ce qui est nouveau dans les conseils de la droite sous Sarkozy, qui avait adopté la même méthode que Jacques Chirac, c’est-à-dire lui devant et tout le monde derrière. Il souhaite donc laisser la place au débat, aux voix contradictoires et à l'arrivée proposer un texte dont il espère que 80% serait inspiré de lui. Il souhaite en réalité engager une séquence plus clivante, plus assumée dans les différences avec ses concurrents à la primaire.

Ghislaine Ottenheimer : Il y a eu des élections dans les fédérations, au Conseil national… on se doute bien que Nicolas Sarkozy sera adoubé. Même si la primaire est très élargie, avec deux ou trois millions de votants, Nicolas Sarkozy pense que les militants des fédérations comptent pour quelque chose. D'autant que des sympathisants du Front National participeront peut-être aussi.

Comment peut-il mettre en place cette stratégie ?

Bruno Jeudy : Les membres du Conseil national vont probablement prendre la voix, ce qui donnera probablement une parole plus crue, plus radicale, car ils sont majoritairement plus droitisés que la moyenne des dirigeants. Deuxièmement, Nicolas Sarkozy entend mettre en ligne une plateforme sur pour définir du projet du parti en vue de 2017 et les militants, de même sont plus droitisés que les dirigeants.

Tout cela devant lui servir à lancer la campagne de la primaire sur des bases plus radicales, il a bien vu que cela lui avait plutôt bien réussi sur le régalien, et sur l'économie il sent bien que le parti est plus à droite que lui : le succès relatif de François Fillon montre que la base de la droite est dans l'attente de solutions plus radicales que les dirigeants et notamment sur les 35h, la fiscalité, la retraite…

Comment cela peut-il porter atteinte à ses concurrents ?

Bruno Jeudy : La tentative de Nicolas Sarkozy de faire un programme commun à droite, qui aurait en quelque sorte contraint les candidats à la primaire a fait long feu. On a vu que chaque candidat préférait présenter ses propres propositions et en premier lieu François Fillon, très avancé sur ce plan, mais aussi Alain Juppé qui a aligné méthodiquement ses propositions sur l'école et sur la sécurité, et celles sur l'économie demain. Bruno Le Maire sortira de même un livre prochainement.

Nicolas Sarkozy tente donc de réappliquer cette même logique à travers le parti cette fois, en imposant un socle idéologique commun non sur le programme mais sur les valeurs de la droite. Et là, il pense qu'il peut à la fois toucher le cœur des militants et sympathisants, mais surtout faire sortir du bois Alain Juppé qui évite de se mouiller sur certains sujets… Le maire de Bordeaux est en effet plutôt sur le programmatique.

Des valeurs comme l'identité, le rapport à la liberté, l'identité sont des sujets clivants et sensibles à droite. Obliger Alain Juppé à se positionner dessus, c'est le confronter à la "tribune". Il cherche donc à aller sur un terrain qui potentiellement peut toucher au cœur les militants et les sympathisants…

Pour autant, si Alain Juppé sera présent entre 12h et 15h pour montrer que malgré les tensions il ne s'écarte pas du parti, il ne fera pas de discours. Les derniers qu'il a tenu dans les Conseils nationaux du parti ne se sont pas très bien passées : il a été sifflé à deux reprises… Il n'a pas trop envie de s'exposer à nouveau.

François Fillon et Bruno Le Maire ne sont quant à eux pas dans la même position puisqu'ils sont challengers. Ils sont quasiment les alliés objectifs de Nicolas Sarkozy. François Fillon ne craint pas de débat portant sur les valeurs de la droite. Il n'a pas peur de cette stratégie. Bruno Le Maire, lui, tire à vue sur ses trois ainés car il prône un renouvellement des pratiques, des têtes et du style. Pour lui Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy, c'est la même chose.

Ghislaine Ottenheimer : Je pense que tous les candidats sont très à droite, en tout cas sur le plan économique, et c'est François Fillon qui a le premier mis la barre assez loin, suivi de Bruno Le Maire. Alain Juppé, pour le moment donne des signaux tantôt à droite, tantôt au centre… il semble être dans une stratégie de sondage pour voir ce qui convient le plus à sa stratégie. Pour le moment, Alain Juppé reste donc un peu en dehors de la tendance.

Et n'oublions pas que Nicolas Sarkozy pousse Alain Juppé à la cassure. Il met en place une stratégie de tension, il essaye de faire rentrer les candidats dans un même cercle alors qu'Alain Juppé est dans une bonne dynamique.

Si cette ligne droitière dérangera certains de ses dirigeants, elle permettra surtout à Nicolas Sarkozy a partir en échappée belle au moment de la primaire, s'il est candidat bien sûr. D'autant que Nicolas Sarkozy est pour le moment celui qui a pris le risque d'être chef de parti et pour les militants c'est important car ils sont la force dynamique d'une primaire.

Cette situation, cette stratégie, pourrait-elle se retourner contre l'ancien Président ?

Bruno Jeudy : On l'a vu sur la déchéance, Nicolas Sarkozy a pris le risque d'être minoritaire devant les parlementaires. Il a décidé justement de mettre de côté sa casquette de chef de parti, de rentrer en campagne pour la primaire et donc d'affirmer ses convictions notamment sur la déchéance qui a les faveurs de l'opinion.

Il doit prendre des risques car il est en retard sur Alain Juppé. Il veut alors pousser son avantage sur les valeurs de la droite, et essayer de mettre en minorité Juppé, voire de l'emporter. Mais ce n'est pas sans risque.

Le risque de défection de la part d'Alain Juppé ou des autres candidats est extrêmement faible, d'autant que je pense qu'à l'arrivée la primaire ne se jouera pas sur le programme mais sur les tempéraments. Et puis ce ne serait pas l'intérêt d'Alain Juppé qui fait le plein des voix chez Les Républicains et au centre, il a tout intérêt à rester au chaud dans la famille politique et à gérer les tensions au sein de celle-ci. Il a peut-être en tête la jurisprudence Martine Aubry qui à l'époque n'avait pu bénéficier de son rôle de premier secrétaire pour se présenter à la présidentielle en 2012…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
michelecambie
- 16/02/2016 - 17:23
Bravo Vincennes !
Merci de reconnaître que Valeurs Actuelles reste avec Atlantico l'un des rares médias qui ne soit pas aux ordres du gouvernement ! Grâce à eux nous pouvons encore avoir une information libre et vraie . Et d'accord avec Odelaf : N.Sarkozy est le seul qui osera faire ce qu'il dit . Et honte â Juppè de trahir la Droite avec l'épisode Bayrou qui roule pour lui !!!!
Vincennes
- 14/02/2016 - 11:22
@ CLINT.........suite......parti trop vite
il est vrai, comme vous l'écrivez, que BEYTOUT est pro/ JUPPE et Vigogne (préposé LR) qui roule pour FILLON, en ne cessant de "descendre" Sarko. On ne peut que constater que les Journalistes manquent TOTALEMENT d'IMPARTIALITE et se laisse "acheter" pour préserver leur niche fiscale octroyée par Hollande pour mieux les asservir J'avais pris un abonnement pour 2 ans à l'OPINION que je regrette et que je ne renouvellerai pas.......préférant et de loin VALEURS ACTUELLES........ qui n'a pas du tout les faveurs d'Hollande puisque grâce à ce journal on connait le degré de fourberies d'Hollande
Vincennes
- 14/02/2016 - 11:11
@CLINT j'ai proposé BEYTOUT car, au moins, il sait contrer
WEILL (ex/l'OBS) un des invités récurrent de Calvi...... et c'est certainement l'une des raisons qui font qu'il est moins invité car, en plus, il n'est pas tendre avec ce Gvt........cette émission étant avant tout "AUX ORDRES" c'est évident .......comme tout le service public d'ailleurs qui a comme Chefton politique N. St Cricq dont le mari DUHAMEL ex/PDT DE FRANCE tv) avait du laisser sa place à PFLIMLIN