En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

06.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

07.

L’inconscience de certains juges face au terrorisme

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

2ème vague du Covid-19 : ces mesures efficaces que la France ne parvient toujours pas à mettre en œuvre (et dont l’absence nous contraint à toujours plus de restrictions)

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 24 min 29 sec
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 1 heure 31 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 4 heures 9 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 4 heures 29 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 5 heures 10 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 6 heures 19 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 6 heures 52 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 7 heures 37 min
décryptage > Terrorisme
Il ne faut surtout pas faire trop de bruit

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

il y a 8 heures 6 min
décryptage > Economie
Menace pour l'emploi

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

il y a 8 heures 26 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 59 min 13 sec
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 3 heures 32 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 4 heures 22 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 4 heures 42 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 5 heures 35 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 6 heures 33 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 7 heures 16 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 7 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid-19 : les entreprises françaises sont plus gênées par la peur de l’épidémie que par l’épidémie elle-même...

il y a 8 heures 14 min
pépites > Terrorisme
Sécurité
Opérations de police en cours selon Gérald Darmanin plus contrôles d'associations et demande de dissolution de certaines d'entre elles
il y a 8 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
OSS

Piratage massif au FBI : comment les services de renseignement peuvent-ils s’adapter au monde de Wikileaks et des hackers ?

Publié le 14 février 2016
Il y a quelques jours des hackers ont piratés et divulgués les informations de contact associées à plus de 20 000 employés du FBI, ainsi qu’à 9 000 collaborateurs du département américain de la Sécurité intérieure (DHS). Les services de renseignement doivent depuis plusieurs années faire face aux attaques de hackers, des Anonymous, aux publications de Wikileaks ou encore aux révélations de lanceurs d'alerte comme Edward Snowden. Un nouveau défi.
Jérôme de Labriffe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme de Labriffe, est actuellement Président de KINGERI société de consulting stratégique dans le domaine de la cyber-sécurité et le développement des crypto-monnaies et de la blockchain.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a quelques jours des hackers ont piratés et divulgués les informations de contact associées à plus de 20 000 employés du FBI, ainsi qu’à 9 000 collaborateurs du département américain de la Sécurité intérieure (DHS). Les services de renseignement doivent depuis plusieurs années faire face aux attaques de hackers, des Anonymous, aux publications de Wikileaks ou encore aux révélations de lanceurs d'alerte comme Edward Snowden. Un nouveau défi.

Atlantico : L'ère du numérique a-t-il rendu les services de renseignements plus vulnérables qu'auparavant ?

Jérôme de Labriffe : Concernant le piratage des contacts associés des employés du FBI et des collaborateurs du DHS, il semble que ce piratage ait été effectué en « attaquant » le système informatique du Département de la Justice et non pas le FBI lui-même.

Cette attaque a exploité des méthodes tout à fait classique d’ingénierie sociale mettant en exergue le défi qu’elle constitue pour toutes organisation, comme nous avons eu l’occasion de le souligner en France, avec la « fraude au président ». Seule la mise en place de procédure de sécurité à respecter rigoureusement, et la formation des personnels peuvent permettre de réduire le risque lié à ce type d’attaque.

L’ère du numérique et toutes ses conséquences ont effectivement créé des modifications profondes pour toutes les organisations, privées et publiques qui se sont adaptées à cette « facilitation » des modes de communication (email, messagerie instantanée, réseaux sociaux), pour accéder à l’ensemble des informations disponibles sur internet (web, web 2.0, bases de données, etc.), pour faciliter les transactions, (e-commerce, dématérialisation de certains échanges administratifs)

Les acteurs du renseignement qui sont organisés par tradition et par culture autour de la culture du secret et du cloisonnement ont dû s’adapter à cette « transformation digital » qui s’organise autour du partage et de la diffusion en masse de l’information, ce qui a augmenté le nombre et le type de risques.

Pour remplir ses missions, mais aussi pour se développer en tant qu’organisation, un service de renseignement a désormais la nécessité d’organiser sa communication pour faire comprendre ses challenges, et obtenir les moyens financiers ou réglementaires nécessaires. De plus, les personnels de ses services sont eux-mêmes confrontés, dans leur vie privée, à un monde beaucoup plus ouvert, à travers les réseaux sociaux.

Ces challenges sont évidemment mieux maîtrisés que dans les autres organisations, dans un environnement habitué à la culture du secret et de la sécurité. Néanmoins, entre ouverture et secret, les services de renseignement sont aujourd’hui confrontés à une savante gestion de l’équilibre.

Les hackers comme les Anonymous et les « lanceurs d'alerte » comme Edward Snowden ont-ils un impact sur les activités des services de renseignement ?

Il est clairement démontré aujourd’hui que les révélations liées à Snowden ont impacté fortement les services de renseignement, ne serait-ce qu’au niveau de leur communication et de leur perception par les opinions publiques. Il semble également évident que les conséquences de ces révélations ont été à l’origine de modification significatives des méthodes de travail des services qui ont dû revoir et adapter leurs procédures internes aux challenges proposés par l’économie numérique.

La galaxie internet qui décuple la circulation de l’information crée de nouveaux repères et donc un nouveau type de transparence qui conjugue "l'indélébilité" et le "mixage" de multiples sources d''information. Ce cocktail peut sembler plus transparent en terme de "quantité" mais plus "flou" en terme de qualité.

Comment adaptent-ils leurs modes d'action à ce nouvel environnement numérique et à ces nouvelles menaces ? Va-t-on revenir aux bonnes vieilles méthodes : l'encre sympathique, les boîtes aux lettres mortes etc. ?

Le numérique propose de nouvelles règles, il est donc normal de s'y adapter. C'est par ailleurs un contexte en permanente évolution, il est donc important d'avoir cette capacité de réactivité et d'anticipation. Ce sont les deux clés pour appréhender les enjeux du digital.

Quant à revenir à des méthodes plus que traditionnelles, cela pourrait être tentant à court terme dans certains cas pour résoudre un problème précis. Mais le numérique est une "never ending story" que l'on arrête pas et qui ne fait pas marche arrière.

Où en est la France dans sa réflexion stratégique de cyberdéfense ? Elle semble avoir été moins victimes d'attaques et fuites que les Etats-Unis…

Comparer la France et les Etats Unis est toujours un exercice difficile, les ordres de valeur étant tellement différents que cette comparaison est souvent un non-sens. En matière de cyber-sécurité ou cyberdéfense c'est le même principe. La question est plutôt de savoir quel est le potentiel d'efficacité et de réaction de la France sur ces sujets.

Si l'on regarde la prise de conscience politique et collective de ces menaces depuis quelques années, qui s'appuient sur des relais opérationnels organisés et déterminés comme l'ANSSI par exemple, pour déployer les politiques annoncées et assurer la prévention du risque cyber, nous avons là les deux piliers vitaux d'une stratégie cyber.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires