En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

03.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

04.

Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée

05.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

06.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
pépites > France
Galère
Grève : les perturbations prévues ce lundi
il y a 7 heures 58 min
pépite vidéo > International
Noir de monde
Hong Kong : 800.000 manifestants lors du défilé marquant les six mois de la contestation
il y a 10 heures 42 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Neuf exoterres sur dix autour d'étoiles doubles seraient propices à la vie ; Exobiologie : ce microorganisme préfère les météorites à la Terre
il y a 12 heures 7 min
pépites > France
Jusqu'au boutisme
Philippe Martinez : "Nous tiendrons jusqu'au retrait" de la réforme des retraites
il y a 13 heures 8 min
pépites > Santé
Générosité
Téléthon : la collecte atteint 74,6 millions d'euros
il y a 13 heures 55 min
décryptage > Santé
Pouvoir du marketing

C’est établi, l’idéologie biaise nos perceptions de ce qui est sain ou pas en matière d’alimentation

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Terrorisme
Discrétion

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

il y a 15 heures 24 min
décryptage > Sport
Bonnes feuilles

Le sport et la marche : ces outils précieux pour aider et guérir certains jeunes en souffrance à l'adolescence

il y a 16 heures 48 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le plan de Joe Biden face à Donald Trump dans le cadre d'une élection qui ne ressemblera à aucune autre dans l'histoire des Etats-Unis

il y a 16 heures 50 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Ces 5 tendances planétaires qui définissent notre futur climatique
il y a 16 heures 52 min
pépites > France
Divisés
Retraites : un Français sur deux a une image positive du mouvement de contestation
il y a 9 heures 43 min
pépite vidéo > Media
Le beauf final
Marquinhos papa : le PSG dénonce les propos "immatures et blessants" de Guy Roux
il y a 11 heures 3 min
light > Insolite
Erreur de la banque
Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée
il y a 12 heures 38 min
Sain et sauf
L'aventurier Mike Horn a été sauvé en Arctique
il y a 13 heures 32 min
décryptage > Politique
Idiots utiles

L'instrumentalisation des extrêmes gauches : une astuce des partis de droite pour gagner les élections ?

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Société
« Il nous faut une nouvelle nuit du 4 août ! »

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Insolite
Bonnes feuilles

Comment Charles de Gaulle a été envoûté par Brigitte Bardot lors de sa visite à l'Elysée

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Comment la violence a envahi l'espace public face à la faiblesse de ceux qui conservent le monopole de la force

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Economie
Liberté chérie

Joseph Macé-Scaron : "Face à la montée des totalitarismes, se passer du libéralisme est plus qu’un crime, c’est une faute"

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Media
Censure

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

il y a 16 heures 52 min
© Reuters
© Reuters
Or noir à gogo

Cette excellente raison pour laquelle vous n’entendez plus parler du cauchemar de la fin du pétrole

Publié le 12 février 2016
L'industrie du pétrole s'est réunie à Londres ce mercredi 10 février pour son rendez-vous annuel. Et une conclusion émerge : le monde n'en a pas fini avec la baisse des cours pétroliers. Mais contrairement à ce que l'on pourrait penser, le déséquilibre annoncé entre l'offre et la demande est loin d'en être la raison principale.
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'industrie du pétrole s'est réunie à Londres ce mercredi 10 février pour son rendez-vous annuel. Et une conclusion émerge : le monde n'en a pas fini avec la baisse des cours pétroliers. Mais contrairement à ce que l'on pourrait penser, le déséquilibre annoncé entre l'offre et la demande est loin d'en être la raison principale.

Atlantico : Le baril de pétrole se négocie aujourd'hui en deçà des 30 dollars, soit son plus faible niveau en 12 ans. Comment expliquer que malgré cette baisse, l'offre paraît incapable de s'adapter, notamment dans le cas des États-Unis ?

Stephan Silvestre : En premier lieu parce que la production pétrolière, et plus généralement minière, est caractérisée par d’assez fortes latences : les investissements sont engagés pour de longues périodes, notamment les infrastructures (pipelines, routes, unités de traitement…) et les exploitants doivent les amortir, même si les cours sont bas. Ensuite, parce que la concurrence fait rage au niveau mondial : à l’époque des prix élevés, la prospection a révélé de nouvelles zones pétrolifères, en particulier dans des zones éloignées des régions géopolitiquement sensibles, et les exploitants cherchent, là aussi, à amortir les coûts de prospection. Enfin, pour ce qui concerne plus spécifiquement les États-Unis, les stocks ne cessent de gonfler. Il existe des causes techniques à cette situation : trop de pipelines convergent vers Cushing (centre névralgique du raffinage américain, au nord du Texas) et trop peu en sortent en direction des zones de consommation. Ensuite, les nouveaux pétroles non conventionnels, qui sont des condensats ultralégers, ne conviennent pas aux raffineries américaines et les producteurs attendent des autorisations de l’administration pour pouvoir les exporter vers des raffineries étrangères. En attendant, les stocks gonflent. Néanmoins, la consommation américaine reste toujours largement supérieure à la production et les producteurs n’ont guère de raison de stopper l’extraction tant que le pays est importateur.

Plus largement, en quoi la notion de Peak Oil (estimant la finitude des réserves), évoquée depuis de nombreuses années paraît obsolète ? N'avons-nous pas sous-estimé les réserves pétrolières mondiales ?

La notion de peak oil a été développée dans les années 1950 par Marion Hubbert à partir d’un modèle d’exploitation d’un gisement. Elle prédit que la production commence à diminuer lorsque la moitié du réservoir est atteinte. Le problème, c’est que son extrapolation à un pays très vaste et a fortiori au monde est biaisée car elle ne tient compte ni de l’évolution des technologies d’extraction, ni de celles de prospection, ni de nombreux autres facteurs comme les progrès de la logistique ou des unités de raffinage. C’est pourquoi la durée estimée des réserves de pétrole a toujours été erronée : il y a 40 ans que l’on prédit qu’il ne reste plus que 40 ans de réserves ! En réalité, on sait exploiter beaucoup plus de gisements aujourd’hui qu’il y a quelques décennies, notamment en eaux très profondes ou dans des environnements très hostiles. On le fait aussi à des coûts plus faibles. Les taux de récupération augmentent encore grâce à de nouvelles techniques. Enfin, on sait exploiter des qualités de pétroles que l’on aurait jadis laissés sous terre (ou mer). Au final, on pourra encore exploiter du pétrole dans un siècle si besoin et la demande chutera avant l’offre, sous l’effet des solutions de substitution.

Quelles en sont les conséquences, notamment dans le cas du Moyen-Orient ? Entre le retour de l'Iran, ou l'état des réserves vénézuéliennes, l'Arabie Saoudite est-elle en train de perdre son statut d'acteur incontournable sur les marchés pétroliers ? Quelles en sont les conséquences du point de vue de l'OPEP ?

Dans l’OPEP, et sur le marché mondial, l’Arabie Saoudite a longtemps assuré le rôle d’État "pivot" (swing State). Face à la montée de l’offre (États-Unis, Canada, Chine, Brésil, Russie, Kazakhstan), elle craint en effet de perdre ce statut. C’est ce qui guide sa stratégie de cours faibles, destinée à décourager la prospection et les investissements dans les nouvelles zones. Les conséquences pour l’OPEP sont graves, puisque sa survie est en jeu. Les fortes divergences entre le nord (Iran, Irak) et le sud du golfe Arabo-persique (Arabie Saoudite, Émirats Arabes Unis, Qatar, Koweït), c’est-à-dire entre États chiites et sunnites, sont en train de tuer le principe même du cartel qui était fondé sur l’entente entre les producteurs. Quant au Venezuela, il dispose certes de gigantesques réserves, mais d’aucun moyen pour les exploiter. Il est donc inaudible dans l’OPEP, de même que les pays africains, très désunis.

Globalement, l'ampleur de la crise actuelle, sa nature, sont-elles à même de modifier les rapports de force de la géopolitique du pétrole à long terme ?

Oui, pour ces raisons, l’Arabie Saoudite est en train de chercher une nouvelle alliance avec la Russie. Il s’agit aussi de faire pression sur l’allié américain, lui-même en train de se rapprocher de l’ennemi iranien. Mais il est peu probable que cette alliance face long feu : les Chinois sauront certainement la casser. À plus long terme, les Occidentaux continueront de chercher à s’approvisionner ailleurs qu’au Moyen-Orient et le pétrole du Golfe partira de plus en plus vers l’Asie (Chine et Inde). Les États-Unis s’efforcent notamment de se libérer de la contrainte pétrolière pour pouvoir frapper les sources du terrorisme localisées en territoires sunnites. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

03.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

04.

Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée

05.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

06.

La guerre Filipetti /Piketty repart; Gad Elmaleh retrouve l’amour avec Léna (4 ans de plus que son fils), Cyril Hanouna reperd Emilie; Brigitte Macron a peur pour sa famille; Louane enceinte jusqu’aux dents; Jenifer Aniston passe Thanksgiving avec son ex

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

06.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
elvin
- 12/02/2016 - 14:07
enfin du bon sens
" il y a 40 ans que l’on prédit qu’il ne reste plus que 40 ans de réserves !"

Enfin une position de bon sens sur le mythe du "peak oil" !!