En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

06.

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

07.

L’Europe face au dilemme biélorusse

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 6 heures 11 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 7 heures 12 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 7 heures 47 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 9 heures 38 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 10 heures 15 min
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 11 heures 10 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 12 heures 38 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 13 heures 13 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 13 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 6 heures 59 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 7 heures 31 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 9 heures 22 min
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 9 heures 58 min
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 10 heures 40 min
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 12 heures 28 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 12 heures 59 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 1 jour 1 heure
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 1 jour 1 heure
© Rick Wilking / Reuters
© Rick Wilking / Reuters
Apparences trompeuses

Épidémie d’obésité : il n’y a pas que la malbouffe et la pauvreté, d’autres causes viennent d’être identifiées...

Publié le 15 février 2016
De nouvelles études sur le lien entre les inégalités de revenu et l'obésité pointent un facteur sous-estimé jusqu'alors : le stress dû à la précarité. Et comme le stress n'est pas l’apanage des classes défavorisées, il expliquerait en partie les cas d'obésité dans les milieux sociaux aisés.
Catherine Grangeard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Grangeard est psychanalyste. Elle est l'auteur du livre Comprendre l'obésité chez Albin Michel, et de Obésité, le poids des mots, les maux du poids chez Calmann-Lévy.Elle est membre du Think Tank ObésitéS, premier groupe de réflexion...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De nouvelles études sur le lien entre les inégalités de revenu et l'obésité pointent un facteur sous-estimé jusqu'alors : le stress dû à la précarité. Et comme le stress n'est pas l’apanage des classes défavorisées, il expliquerait en partie les cas d'obésité dans les milieux sociaux aisés.

Atlantico : Quelles sont les explications traditionnellement avancées pour expliquer l'augmentation de l'obésité chez les populations les plus pauvres ?

Catherine Grangeard : L'explication numéro un, c'est le coût de la nourriture. Lorsque vous comparez les calories grasses et les calories maigres, vous avez tout de suite l'explication. Un kilo de pommes de terre nourrit plus de personnes qu'un kilo d'haricots verts. Les plats les plus sophistiqués vont aussi être plus chers et apporter moins de calories.

La deuxième explication souvent avancée, ce sont les habitudes culturelles de certains milieux sociaux défavorisés qui ont pris l'habitude de sortir là où la nourriture est la moins chère, c'est-à-dire dans les fast food.

De nouvelles études démontrent que le stress généré par la précarité pousse à manger. Pourquoi?

Scientifiquement, c'est prouvé que le stress et l'anxiété poussent à manger, parce que cela calme. Il y a une action chimique de l'apport de nourriture sur le corps. Mais ce phénomène n'est pas réservé aux classes défavorisées, les riches mangent aussi pour soulager leur stress.

Ce qui est plus propre aux populations défavorisées, c'est que quand on se donne à manger, on réussit à faire quelque chose pour soi, ce qui est très difficile lorsqu'on est pauvre, qu'on a pas les clefs pour s'en sortir et qu'on est habitué à subir plus qu'à prendre des décisions, au travail notamment.

Pourquoi le fait d'être pauvre génère-t-il du stress et de l'anxiété ?

Lorsque vous êtes en situation de pauvreté, vous êtes dans une insécurité totale, car ne pas savoir de quoi sera fait demain est extrêmement anxiogène.

Ils n'ont aussi pas les moyens de s'offrir des sas de décompression que d'autres classes plus favorisées peuvent s'offrir, comme de faire du shopping, partir en vacances ou aller au cinéma.

Enfin, il y a un stress généré par la comparaison avec la situation des classes plus favorisées, notamment lorsque les parents ne peuvent pas habiller leur enfant à la dernière mode par exemple, car ils n'en ont pas les moyens, ce qui est la source d'une grande souffrance psychique car c'est un signe visible de pauvreté, et ce d'autant plus que la société pousse sans arrêt à la consommation.

Ces réflexes s'installent-ils dès la petite enfance ?

Bien sûr, tout s'installe dès la petite enfance. L'exemple le plus probant est certainement celui des immigrés, qui importent leur nourriture dans leur pays d'adoption, car cela fait partie intégrante de leur personnalité.

Si ce facteur de stress est si important que cela dans le fait de devenir obèse, cette étude veut-elle dire que tout sujet soumis à situation de fort stress peut aussi devenir obèse ?

Oui bien sûr, il y a plus de cas d'obésité dans les classes pauvres de la société, mais l'obésité touche toutes les classes de population.

Il y a des enfants qui sont issus de milieux privilégiés qui vont trouver refuge dans la nourriture, parce qu'ils ne sont pas sûrs d'eux, qu'ils ne correspondent pas forcément aux attentes des parents, qu'ils n'étaient peut-être pas désirés à la base, ou qu'ils n'arrivent pas à trouver leur place dans leur fratrie, ect.

Il y a aussi la pression des études, de la réussite professionnelle et sociale qui est souvent très forte dans les milieux aisés.

Concernant l'obésité, il y a des grandes tendances et des cas individuels.

Les sociétés qui seraient plus égalitaires génèreraient-elle plus d'obésité ?

C'est sûr que l'argent peut diminuer les risques d'obésité, donc des sociétés plus égalitaires pourraient certainement faire baisser le taux d'obésité.

Mais l'argent ne fait pas tout. Il ne diminue pas les inégalités physiques dans une même fratrie par exemple, ou des soeurs peuvent être plus ou mois jolies, et la moins gâtée par la nature peut compenser son malaise en mangeant et finir obèse, car la différence physique se ressent dès la petite enfance.

Quels sont les autres facteurs qui génèrent de l'obésité ?

- Comme le démontre cette nouvelle étude, le stress est un des facteurs qui peut provoquer l'obésité.

- Il y a aussi toutes les inégalités psychiques dont on vient de parler.

- Les mauvaises habitudes sociales jouent aussi, comme la sur-fréquentation de fast food.

- Les inégalités de revenus aggravent ces trois premiers facteurs, et donc favorise le développement de l'obésité.

- Ensuite, il y a des causes génétiques, qui font que certains vont prendre du poids plus ou moins facilement.

-On sait aussi que le bisphénol A (composant chimique des contenants alimentaires) peut favoriser l'obésité.

Tous ces phénomènes s'articulent les uns aux autres. L'obésité n'est pas une maladie mono factorielle, ce explique pourquoi cette dernière étude est si intéressante : elle permet d'ajouter une clef de compréhension de cette maladie, donc un nouveau facteur sur lequel on peut agir. 

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
brennec
- 10/02/2016 - 14:14
On ne sortira pas de l'auberge
A noter qu'aux états unis on revient sur la chasse aux lipides qui s'est faite au profit des glucides. Cette chasse est maintenant rendue responsable de l'épidémie d'obésité. On sait maintenant que ce n'est pas le beurre qui fait grossir, mais on va continuer pendant longtemps a nous fourguer des yaourts allégés (!), a enlever le gras des entrecôtes (avec un ^)... etc