En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

06.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

07.

Docteurs Jekyll et Mister Hyde de la réforme des retraites : ces cerveaux de gauche qui l’ont conçue... avant de la vomir

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 12 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 5 heures 35 min
light > Social
Colère des usagers
Grève RATP : sera-t-il possible de se faire rembourser son pass Navigo ?
il y a 9 heures 48 min
pépites > Politique
Engagement
Retraites : Emmanuel Macron défend son projet, salue les efforts du gouvernement et évoque "une réforme historique pour le pays"
il y a 11 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Trois femmes (l'échappée)" de Catherine Anne : une interprétation séduisante

il y a 14 heures 59 min
décryptage > France
Réforme

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

il y a 15 heures 42 min
pépites > International
Algérie
Présidentielle algérienne : Abdelmadjid Tebboune, l'ancien Premier ministre de Bouteflika, est élu dès le premier tour avec 58,15% des voix
il y a 16 heures 16 min
décryptage > Culture
Check news

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

il y a 17 heures 26 min
décryptage > Science
Art préhistorique

La première œuvre figurative de l’histoire vient d’être découverte. Elle date d’il y a 44 000 ans

il y a 18 heures 14 min
décryptage > Europe
Brexit

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

il y a 19 heures 49 min
décryptage > Politique
La grande illusion

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

il y a 20 heures 24 min
pépite vidéo > Social
Main tendue
Grève : Jean-Pierre Farandou, patron de la SNCF, demande aux cheminots de "faire une pause" pendant les fêtes de Noël
il y a 6 heures 53 min
pépites > International
Réconciliation
Fin de la guerre commerciale ? : les États-Unis et la Chine annoncent un accord
il y a 10 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"De l'autre côté, la vie volée" de Aroa Moreno Duran : le soleil se lève à l'est

il y a 14 heures 35 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand coulent les heures de bronze et quand roulent les nanobilles dorées : c’est l’actualité des montres à la veille de l’hiver
il y a 15 heures 19 min
décryptage > Social
Réforme protéiforme

Docteurs Jekyll et Mister Hyde de la réforme des retraites : ces cerveaux de gauche qui l’ont conçue... avant de la vomir

il y a 15 heures 56 min
pépites > France
Agression
Un homme qui menaçait des policiers avec une arme blanche a été "neutralisé" à la Défense
il y a 17 heures 54 sec
décryptage > International
Vote

Elections algériennes : manifestations et abstention record, le peuple algérien plus déterminé que jamais à en finir avec les années Bouteflika

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Santé
Activité physique

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

il y a 19 heures 5 min
décryptage > France
Clownerie généralisée

Retraites : le jeu des 7 erreurs

il y a 20 heures 3 min
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 1 jour 13 heures
© Reuters
© Reuters
Danse du ventre

Nicolas Sarkozy veut aller chercher les électeurs FN : mais concrètement, quel est le mode d’emploi ?

Publié le 06 février 2016
Alors qu'il était l'invité de Des Paroles et Des Actes ce jeudi 4 février, Nicolas Sarkozy s'est exprimé à l'égard d'un électeur FN à qui il a annoncé "vouloir aller le chercher". Néanmoins, la solution n'est pas si simple, même pour pour d'autres que l'ancien Président, qui a beaucoup déçu cet électorat après les promesses de 2007.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'il était l'invité de Des Paroles et Des Actes ce jeudi 4 février, Nicolas Sarkozy s'est exprimé à l'égard d'un électeur FN à qui il a annoncé "vouloir aller le chercher". Néanmoins, la solution n'est pas si simple, même pour pour d'autres que l'ancien Président, qui a beaucoup déçu cet électorat après les promesses de 2007.

Atlantico : Ce jeudi 4 février, invité de Des Paroles et Des Actes sur France 2, Nicolas Sarkozy a annoncé à un électeur FN "vouloir aller le chercher". Concrètement, quels sont les secrets permettant de séduire un électorat FN ?

Christophe Bouillaud : C'est tout le problème : il n'existe pas de solution connue, aujourd'hui, pour reconvertir un électorat radicalisé et qui a gagné le Front National. La fidélisation à ce parti ne se fait pas sans un passage particulier et demeure difficile – il faut accepter de passer du "mauvais côté" de la barrière ; du côté de l'illégitimité. Néanmoins, une fois que le pas est fait, que l'électeur est fidélisé au FN (il ne s'agit pas de voter une fois Front National en guise de protestation), il devient très difficile de le faire revenir sur son engagement. Cette fidélisation est difficile, mais durable et elle l'est d'autant plus que la situation qui a provoqué ce passage ne change pas, ou alors s'aggrave. La crise des migrants, la menace terroriste, le chômage et les différents problèmes économiques que traverse la France aujourd'hui ne vont pas en s'améliorant, contribuant à fournir des raisons pour rester frontiste (le passage du "mauvais côté" de la barrière n'a finalement pas énormément d'impact, comme c'était le cas par le passé quand un électeur passait au Parti Communiste). De facto, il existe donc peu de ressorts sémantiques pour convaincre un électeur de revenir vers des partis plus traditionnels. En outre, si Nicolas Sarkozy avait réussi à séduire un pan de cet électorat en 2007, il l'a également déçu puisque, à leurs yeux, il n'a pas tenu les engagements qu'il avait pris. Ce faisant, il a laissé un sentiment de trahison, qui rejaillit sur potentiellement l'ensemble des personnalités de droite tentant de ramener à eux l'électorat frontiste.

Jusqu'où Nicolas Sarkozy – ainsi que LR – se retrouvent face à la nécessité de se transformer en outsiders pour être crédibles aux yeux des électeurs FN ? Que dire du parti de Marine Le Pen ?

Jérôme Fourquet : La situation des Républicains, mais aussi du FN, traduit clairement la diversité de la France. Les partis politiques représentent et défendent les intérêts et les opinions de certaines franges, certains groupes de la société française. Mais, quelque part, cette diversité implique nécessairement que chaque parti joue dans son propre couloir. Dès lors, il devient compliqué pour chaque formation politique de prétendre représenter une majorité de Français. C'est, par ailleurs, tout l'objet du séminaire du Front National qui se tiendra le week-end du 6 et du 7 février. S'ils disposent encore de quelques marges de progressions, celles-ci ne devraient pas les emmener beaucoup plus loin que la barre des 30%. Aspirer à plus me paraît tantôt audacieux, tantôt compliqué : la seule façon qui pourrait leur permettre de combler ce différentiel jusqu'à atteindre 50% de l'électorat réside dans un système d'alliance. Nicolas Sarkozy se trouve dans une situation comparable. L'électorat de droite continue d'exister en France et, sur certains aspects, se rapproche beaucoup de celui du Front National. Sur d'autres, comme la priorité accordée aux questions économiques, il en est très différent. Du fait de la question identitaire et de la menace sécuritaire, une part de cet électorat est parti au FN.

Aspirer à faire la synthèse de ces deux électorats sur son propre nom, tant pour Nicolas Sarkozy que pour le Front National, me semble illusoire. Certes, ils se recoupent en partie, mais demeurent très éloignés sur une majorité de questions. Rassembler tous ces électeurs est très complexe. Nicolas Sarkozy adopte aujourd'hui une attitude comparable à celle qu'il avait adoptée durant l'entre-deux tours de 2012, déjà similaire à celle adoptée en 2007 et auparavant. L'objectif étant de taper violemment sur les leaders du Front National tout en s'adressant à ses électeurs. Et pour cause : toute une partie de son électorat est parti, ou est tenté de le faire, pour gagner le Front National. Il est donc primordial de parvenir à le retenir, comme Nicolas Sarkozy avait su le faire en 2007. Pour cela, il faut être crédible dans sa volonté de rupture, d'application de solutions énergiques. Cela se complique particulièrement après l'exercice du pouvoir.

En 2007, Nicolas Sarkozy avait su rallier à lui les électeurs FN. En revanche, en 2012, le Président sortant n'a pas su transformer l'essai. Quelles leçons peut-il tirer, tant de son échec que de sa réussite ?

Jérôme Fourquet : Le discours de Nicolas Sarkozy a très bien fonctionné en 2007. La politique qu'il a menée, en revanche, n'était pas en ligne avec les promesses qu'il a formulées. Dès lors cet électorat, et d'autres, sont partis, voire repartis. Ils étaient déçus.

De là une question lancinante nait à droite sur l'attitude qu'il convient d'avoir vis-à-vis du Front National. Faut-il mordre sur ses thèmes et jouer la concurrence – au risque de les faire monter – ou à l'inverse partir sur un registre très différent. Le débat est encore ouvert, jusqu'à présent et la réponse est loin d'être évidente.

En revanche, décider de jouer sur ce terrain, de faire des promesses et de ne pas les tenir ne peut mener qu'à la déception et à la montée du Front National. Ne pas le faire consiste à placer ces thématiques dans le débat politique, à faire naître des espoirs et à ensuite les décevoir. C'est, concrètement, faire le jeu du Front National.

C'est un problème auquel est confrontée toute la droite et pas uniquement Nicolas Sarkozy. Par ailleurs, cela ne concerne pas que l'électorat FN. Dans de nombreux, si pas tous, meetings de droite, l'électorat traditionnel revient régulièrement sur la question des 35h, par exemple, et des autres promesses énoncées sans avoir été tenues. C'est la question centrale : comment persuader et convaincre les différents électorats de droites – partis vers le FN, qui ne votent plus, etc. Beaucoup sont déçus, se sentent trahis par une droite qu'ils estiment avoir promis beaucoup mais pas fait autant, finalement.

Qui sont aujourd'hui les électeurs Front National ? Peut-on encore dresser un portrait type ?

Jérôme Fourquet : Le FN regroupe 28% des voix. Nécessairement, son électorat se diversifie et devient plus difficile à représenter. Néanmoins, pour aller dans les grandes masses et sans faire de portrait-robot, il est possible de revenir sur la population la plus représentée au sein de l'électorat FN.

Globalement, il s'agit d'un électorat plus représenté dans les milieux populaires, ouvriers, employés, commerçants ou artisans. En matière de tranche d'âge, on rencontrera essentiellement des gens de 35 à 49 ans : les actifs susceptibles de cumuler le plus de facteurs de fragilités. Emprunts immobiliers, carrière à construire, enfants à nourrir… Ces charges ont tendance à produire un discours anti-assistanat plus important que dans d'autres classes sociales, comme chez les retraités. En termes de genre, en dépit d'un ré-équilibrage réel, l'électorat FN est plutôt masculin. Enfin, on rencontre le plus souvent cet électorat dans la périphérie d'une ville. Bien entendu, tout cela ne signifie pas que l'électorat FN ne peut pas sortir de cette classification : il ne s'agit que de revenir sur la population la plus représentée au sein des électeurs votant pour le Front National.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

02.

Réforme des retraites : cette victoire du gouvernement qui se profile… mais pourrait bien ne rien lui rapporter

03.

Est-il exact que, comme le dit France Culture, La Fontaine s'est inspiré d'un recueil de fables arabes pour les siennes ?

04.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

05.

Retraites : Macron / Philippe, une dangereuse course à l’échalote technocratique

06.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

07.

Docteurs Jekyll et Mister Hyde de la réforme des retraites : ces cerveaux de gauche qui l’ont conçue... avant de la vomir

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

04.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 07/02/2016 - 10:22
@Clint
c'est la différence entre les 2 droites dans la droite, entre Hollande et Lepen au 2eme tour, y a pas photo, Lepen.
Lafayette 68
- 07/02/2016 - 08:56
Attendons un peu
2017 sera plein de surprises qui sait ...
Macron ? Dissolution ? Le Maire ? La justice pour freiner des candidats ? Les attentats ? ETC ETC ...
Anguerrand
- 07/02/2016 - 07:43
À. Liberte5
L'Histoire dira si le quinquennat de NS à été un échec. Il a parfaitement maîtrisé la crise 2008-2010, les banques seraient ruinées et nous avec, quand il a quitté le pouvoir le France la croissance etait a +2,2% quand elle se traîne à moins de 1% sur 4 ans. Maintenant vous faites une erreur ÉNORME, en affirmant que c'est NS qui a pris la décision de faire entrer Mayotte comme département français. C'est Chirac qui avait signé en son temps cet engagement à terme (5 ans je crois) et NS ne pouvait que respecter la signature de la France. Je vous concède que c'est une énorme connerie car Mayotte est devenue la plus grande maternité de France loin devant la Guyane ou le 9-3! Sur le reste je suis d'accord comme les 35 heures mais souvenez vous du climat délétère a l'épique dēs qu'il voulait faire une réforme, il avait contre lui les syndicats, les medias, la magistrature, le PS, le PC, FDG, FN contre lui, pas facile de réformer dans ces conditions.