En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Nouvel épicentre de la pandémie

L’Union européenne en réanimation : pronostic vital engagé

il y a 4 min 56 sec
décryptage > Société
Contagion

Petites prévisions sur l’impact du Coronavirus sur les inégalités

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Santé
Crise silencieuse

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Politique
Stratégie offensive

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

il y a 2 heures 37 min
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 12 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 15 heures 20 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 16 heures 49 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 18 heures 28 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 19 heures 46 min
décryptage > International
Campagne électorale

Les élections américaines face à l’émergence d’un nouveau candidat : le coronavirus

il y a 43 min 7 sec
décryptage > International
Il paraît que c’est de l’humour

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

il y a 1 heure 20 min
décryptage > Consommation
Mesures barrières... contre les kilos

Déjeuner chez soi par temps de confinement : attention surpoids

il y a 1 heure 45 min
décryptage > Santé
Drame de la désindustrialisation

Vaccins contre le Covid-19 : mais qui sera capable de produire les dizaines de millions de doses nécessaires ?

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Environnement
Alimentation

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

il y a 3 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 14 heures 58 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 15 heures 51 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 17 heures 55 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 18 heures 51 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 20 heures 53 min
© Reuters
© Reuters
Une question primordiale

Ce que la reprise en main des services de sécurité par Bouteflika révèle sur ceux qui détiennent vraiment le pouvoir en Algérie

Publié le 27 janvier 2016
Le président Algérien Abdelaziz Bouteflika a crée une nouvelle Direction des services sécuritaires, rattachée à la présidence. Un acte qui intervient quelques semaines après la présentation d'un avant projet de réforme de la Constitution. Alors que le pays subit une grave crise économique, le président algérien prépare sa succession pas à pas.
Pierre Vermeren est professeur d'histoire contemporaine à l'Université Paris 1. Normalien, il est spécialiste des sociétés maghrébines et  est membre du Laboratoire CEMAF (Centre d'études des mondes africains). Il a également vécu en Égypte et en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Vermeren
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Vermeren est professeur d'histoire contemporaine à l'Université Paris 1. Normalien, il est spécialiste des sociétés maghrébines et  est membre du Laboratoire CEMAF (Centre d'études des mondes africains). Il a également vécu en Égypte et en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président Algérien Abdelaziz Bouteflika a crée une nouvelle Direction des services sécuritaires, rattachée à la présidence. Un acte qui intervient quelques semaines après la présentation d'un avant projet de réforme de la Constitution. Alors que le pays subit une grave crise économique, le président algérien prépare sa succession pas à pas.

Atlantico : Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a décidé de dissoudre le Département du renseignement et de la sécurité (DRS), pour créer la Direction des services sécuritaires, rattachée à la présidence. En plaçant les services de renseignements sous sa coupe, que cherche à faire le président ?

Pierre Vermeren : Si la réforme se limitait à un changement de consonnes, DRS devenant DSS, on en resterait au symbole : car le DRS connote en Algérie la « décennie noire », comme avant lui la SM (Sécurité militaire) renvoie aux années Boumediene. Le service de sécurité de l’État, chargé à la fois de la police politique, du renseignement et des actions extérieures et de contre-espionnage, symbolise la toute puissance de l’Etat militaire algérien, tel qu’il s’est forgé dans la violence et l’adversité de la guerre d’indépendance (1954-1962), sur fond de guerre froide et du nationalisme arabe porté par les Etats.

Symboliquement ou effectivement, l’avenir le dira, la réforme en cours tend à faire passer le plus puissant service de l’Etat sous le contrôle du politique, en l’occurrence sous la tutelle de la présidence (la Mouradia). N’oublions pas que c’est le DRS qui est allé chercher Bouteflika, comme ses prédécesseurs, puis qui l’a fait élire. Depuis l’assassinat d’Aban Ramdane en décembre 1957 par les sécuritaires du FLN, le militaire prédomine en Algérie sur le politique : on observe donc en apparence un tournant séculaire…

Plusieurs réformes que l’on a découvert dans la presse algérienne ces derniers mois confortent cette évolution : les principaux chefs du DRS ont été écartés, ses services ont été découpés et placés sous diverses tutelles, l’armée et la présidence ont repris la main sur cette administration, et son grand chef depuis trente ans, le mystérieux Toufiq, a été mis à la retraite. Cette mesure est donc la dernière partie d’un jeu de billard à plusieurs bandes.

Qui détient le pouvoir réel en Algérie ? Bouteflika ne risque-t-il pas de se faire des ennemis ? 

That is the question… Sous Boumediene, dans les années soixante-dix, le président détenait seul le pouvoir, ou a minima avec son alter ego Kasdi Merbah, chef de la SM. Puis des présidents se sont succédés, avec moins de charisme, et la guerre civile (« décennie noire ») des années 1992-2001 a frappé un pays de plus en plus tétanisé. Pour arracher le pays au chaos programmé, les services spéciaux et l’armée ont eu carte blanche, et ont incontestablement repris l’ascendant sur la Mouradia, sur le FLN et sur les divers centres de pouvoir. Le président Boudiaf aurait été assassiné en 1992 pour avoir tenté de débloquer le dossier saharien sans l’aval de l’armée. Cette thèse dont l’histoire dira la valeur, met à jour cette toute puissance.

Bouteflika le sait, lorsqu’il accepte de présider l’Algérie. Lui aussi est un politique, un grand politique, qui a toute sa vie été diplomate, au service de la révolution, de Ben Bella puis de Boumediene, avant de sillonner le monde et de séjourner dans le Golfe. Ronge-t-il son frein depuis 1999 et ses quatre mandats, rêvant de reprendre le pouvoir politique confisqué par l’armée et le DRS ? C’est incontestablement ce scénario qui est mis en scène, sorte de storytelling à l’algérienne, pour rendre le régime plus présentable à l’approche de l’inéluctable succession (rappelons que le président Bouteflika a 78 ans, est malade, et a annoncé il y a quelques années la fin du règne de sa génération).

Le pouvoir est donc partagé entre plusieurs instances, l’armée, les services de sécurité, la présidence et ses proches, le FLN, les réseaux économiques calés sur la rente pétrolière etc. Bouteflika est parfaitement connu dans ce petit monde : en tant que survivant de sa génération, même affaibli, il a l’avantage de pouvoir poser des actes et imposer des hommes sans faire trop de vagues. Tout est millimétré, et quand les choses sont annoncées dans la presse, tout a été avalisé dans le sérail. Est-ce que les mécontents se taisent en attendant leur heure, ou acceptent leur sort car leurs intérêts (et leurs enfants) sont préservés, nous le saurons un jour.

Pourquoi le contrôle des services secrets est-il essentiel pour le pouvoir algérien ? Quels intérêts se cachent derrière ? 


L’Algérie n’est pas une démocratie, et la population est très remontée (c’est un euphémisme) contre le pouvoir et tous les dirigeants. La situation économique très favorable depuis 10 ans, est en train de se retourner, avec l’effondrement du pétrole, et alors que toute l’économie repose sur cette rente. Quelques maquis islamistes sont toujours présents en Algérie, l’islam révolutionnaire a encore incontestablement des partisans, et le feu couve au Sahara, chez les voisins libyens, sahéliens et même un peu en Tunisie. Autant dire que la situation est potentiellement instable.

Dans ces conditions, l’Etat algérien est établi sur un appareil sécuritaire très performant, très professionnel et tentaculaire. Diriger les services en Algérie, c’est contrôler l’Etat, la population et prévenir les crises. Sans cet appareil, l’Etat n’aurait pas pu traverser la crise des années 1990, qui n’a fait que le renforcer en retour. Dès lors, l’armée et la présidence, qui constituent avec l’ancien DRS le triangle du pouvoir algérien, s’observent, se surveillent et pactisent. Il n’y a pas d’acteur caché car tout remonte à ce niveau : les intérêts économiques, pétroliers et financiers, car ils sont la condition d’existence du système ; il en va de même de la rente politique du FLN-RND et des associations de moudjahiddines et de leurs descendants, qui sont associés à ce triangle de fer.

Cet acte intervient quelques semaines après la présentation de l’avant-projet de réforme de la Constitution. Bouteflika continue-t-il de préparer sa succession ?

C’est une évidence : ou bien il la prépare lui-même, ce qui semble être le cas, ou bien ses proches le font dans l’ombre. Tout se qui se passe en Algérie depuis 2010 conduit à la préparation de la succession du président. Le scandale de la Sonatrach qui éclabousse en 2010 des proches du président annonce l’entrée dans la guerre de succession. C’est peut-être là qu’ont commencé les actions visant à contenir puis démanteler le DRS. Puis en 2010, alors que s’intensifiait dans le pays la rumeur d’une succession programmée pour le frère du président, Saïd, le printemps arabe, qui fut très bref à Alger, a levé l’hypothèque. Avec les accidents vasculaires cérébraux qui frappent le président à partir de 2013, il y a bientôt trois ans, on entre dans une nouvelle phase. Cela n’a pas empêché la réélection surréaliste de 2014 ! Depuis, le président, toujours aussi invisible, réforme l’armée, les services, la constitution et l’Etat par petites touches. Ses proches tiennent tous les pôles de pouvoir, ce qui facilite les choses.

Ces réformes interviennent alors que l’état de santé du président Bouteflika est fragile comme vous les mentionnez, qui plus est dans un contexte de grave crise économique. Y-a-il un risque d’explosion, en cas de décès du président ? 

C’est évidemment une inconnue de taille. Car sur le papier, tout est possible, sous réserve que l’expérience traumatisante de la violence ait immunisé la société, rendue prudente, désabusée et méfiante. Mais les générations passent et les jeunes qui ont 15 ans aujourd’hui n’ont pas connu la guerre… Ce qui est certain, c’est que tous les clignotants sont au rouge : la démographie est au plus haut dans un pays qui ne nourrit pas sa population ; le « tout pétrole » est terminé, alors que toute l’économie repose sur lui ; la rente pétrolière et les réserves de changes s’effondrent alors que l’Etat en dépend ; la guerre couve chez certains voisins sahariens de l’Algérie, alors que ce pays a de grandes responsabilités régionales ; et la classe politique semble totalement coupée d’un peuple qui est particulièrement défiant et rétif à ses mots d’ordre…

C’est pourquoi on assiste depuis des mois à la mise en place de mécanismes politiques et institutionnels visant à changer le visage de l’Etat sans heurter les Algériens : réforme constitutionnelle, place plus grande promise à la langue berbère (pour calmer les Kabyles), mise sous tutelle politique de la police politique, réformes économiques atténuées au maximum, mise en veilleuse des tensions avec la France et les autres puissances occidentales et arabes etc. Tout cela annonce une volonté de calmer le jeu pour le jour où… 2019 est le terme de l’actuel mandat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

06.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 28/01/2016 - 12:09
Les membres du F.L.N.
Les fellaghas ont tué et torturé des centaines de ''civils innocents''... des non-musulmans ET des musulmans! Le F.L.N. a tué et torturé davantage de musulmans que l'armée française!...Les ''héros'' de la Révolution algérienne étaient des BARBARES sanguinaires qui éventraient des femmes, égorgeaient des enfants, émasculaient des hommes, ils crucifiaient nos soldats, ils coupaient le nez des musulmans qui ne leur obéissaient pas!...etc...etc...Actuellement, en Algérie, les ''commandos de la mort'' torturent ceux qui s'opposent au ''régime'' et tire ''à balles réelles'' sur ceux qui osent manifester!.. ceux qui gouvernent, en Algérie, sont des anciens fellaghas qui se remplissent leurs poches avec les sous du pétrole et laissent ''le peuple'' crever de faim....Le F.L.N. a nationalisé les biens des Pieds-Noirs (en 1963) et ses membres viennent,maintenant,en France où ils achètent de nombreuses propriétés...