En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 2 heures 24 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 3 heures 45 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 4 heures 59 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 5 heures 36 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 7 heures 55 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 9 heures 24 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 10 heures 4 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 10 heures 6 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 3 heures 10 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 4 heures 19 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 5 heures 26 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 6 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 8 heures 33 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 8 heures 56 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 9 heures 39 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 10 heures 4 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 10 heures 7 min
© Reuters
© Reuters
Retraite forcée

Contre-coup des régionales : le FN en pleine mutation

Publié le 25 janvier 2016
Très discrète depuis les dernières élections régionales, Marine Le Pen rumine encore aujourd'hui son échec en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Mais ce retrait volontaire lui permet également de passer sous silence les contradictions actuelles de son propre parti.
Jean-Philippe Moinet, ancien Président de l’Observatoire de l’extrémisme, est chroniqueur, directeur de la Revue Civique.  Son compte Twitter : @JP_Moinet.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Moinet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Moinet, ancien Président de l’Observatoire de l’extrémisme, est chroniqueur, directeur de la Revue Civique.  Son compte Twitter : @JP_Moinet.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Très discrète depuis les dernières élections régionales, Marine Le Pen rumine encore aujourd'hui son échec en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Mais ce retrait volontaire lui permet également de passer sous silence les contradictions actuelles de son propre parti.

Atlantico : Dans quel état se trouve Marine Le Pen aujourd’hui ? Est-elle affectée par l’échec des régionales ? Même si le FN a récolté plus de voix que jamais, il n’a gagné aucune région et Marine Le Pen a été nettement battue dans son fief…

Jean-Philippe Moinet : Je pense que Marine Le Pen ne va pas très bien, elle ne croit pas elle-même à un destin national. Elle a fait moins bien que sa nièce en PACA et, surtout, elle peut craindre que le FN a mangé son pain blanc. C'est ma thèse, avancée d'ailleurs lors d'élections précédentes en réponse aux questions d'Atlantico : le cycle des élections intermédiaires est terminé avec les dernières régionales ; le vote défouloir à une élection sans grand enjeu de pouvoir est derrière nous, et à l'élection présidentielle, c'est bien le critère de la crédibilité et de l'expérience du pouvoir qui va devenir dominant. Sur ce terrain, Marine Le Pen n'a rien de convainquant à présenter : ni son expérience, ni sa personnalité, ni son programme.

Comme elle voulait, contrairement à son père, acquérir du pouvoir réel, je pense que tout cela peut être de nature à la déprimer. D'autant que dans le clan Le Pen, que ce soit son père ou sa nièce, on ne lui fera pas de cadeau ! Le moindre changement de ligne peut être prétexte à une querelle, qui peut tourner à un grand règlement de comptes politico-familial ! N'oublions pas que Jean-Marie Le Pen, bien présent dans le Sud, n'a pas dit son dernier mot, lui, le parrain politique de Marion Maréchal-Le Pen, entourée d'"identitaires" qui ne cachent pas un extrémisme à la grand-papa !

Depuis les dernières élections régionales, elle se fait très discrète publiquement et a décidé de prendre du recul pendant quelques mois. Qu’est-ce que cette stratégie signifie selon vous ?

Je pense que cette attitude de retraite dans le silence est d'abord le symptôme d'une défaite qui a du mal à être digérée. Marine Le Pen a bien vu, dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, alors que tous les facteurs de contexte pour une "prise de la région" étaient très favorables (des socialistes au plus bas de l'impopularité, des événements anxiogènes, comme la "crise" des migrants et, surtout, les attentats du 13 novembre), elle a très bien vu qu'un barrage s'érigeait contre son accession au pouvoir. Malgré tous ces efforts, depuis des années, le toilettage de la vitrine FN, sa féminisation, le lissage du discours dans les médias (via Florian Philippot notamment), l'exclusion de Jean-Marie Le Pen et la tentative de parricide politique... Tout cela n'a pas suffi à convaincre une majorité d'électeurs, même si les scores FN n'ont jamais été aussi élevés dans les régions, que le FN pouvait accéder au pouvoir sans risques majeurs.

L'autre raison du silence annoncé comme prolongé : c'est la meilleure manière, pour elle, de ne pas trancher dans les contradictions qui traversent son parti, avec du national-mélanchonisme au Nord, et du poujadisme plus libéral au Sud, des positions affichées comme catholiques ultra-traditionnalistes et ultra-conservatrices sur les sujets de société avec Marion Maréchal Le Pen, une laïcité plus affichée et instrumentalisée avec Marine Le Pen, qui était restée en retrait des "Manifs pour tous". Le silence est donc une position de prudence, alors que des voix discordantes se sont manifestées lors des élections régionales.

Nouveau slogan, nouveau nom, nouvelle ligne économique… Marine Le Pen semble accélérer la mutation du Front national, avec notamment un séminaire stratégique prévu début février. Tant de changements d’un coup, s’ils sont effectivement appliqués, ne risquent-ils pas de voir certains de ses électeurs historiques et traditionnels tourner le dos au FN ?

Les changements que vous évoquez sont de nature différentes et, pour certains, encore très hypothétiques, en particulier celle d'un changement de ligne économique. La récente déclaration de Louis Alliot, qui revient sur la position de Marine Le Pen qui préconisait une sortie de l'euro est peut-être un ballon d'essai. Mais une hirondelle Alliot ne fait pas le printemps lepéniste : le FN reste un parti europhobe, qui tire à vue sur toutes les avancées de l'Union européenne, y compris la création de la monnaie commune, qui est entrée dans la vie quotidienne des Français. Ceux-ci sont très majoritairement attachés à l'euro, et voient dans une sortie de l'euro un lourd risque d'aventure financière. C'est l'un des points qui rend la posture protestataire du lepénisme très peu crédible. Il y a même de gros doutes quant à la capacité du FN à gouverner le pays, sans risque majeur ni grave crise avec nos voisins. Déjà pour diriger des régions, les électeurs ont, dans les urnes, montré les limites que le FN ne devait pas dépasser. Alors pour diriger la France, elles seront sans doute encore plus strictement tracées.

Bien sûr, le FN, pour dépasser la flamboyance protestataire qui fonctionne lors d'élections intermédiaires et le recyclage des peurs qui s'enclenche après des attentats, va tenter de nouvelles formules de marketing. Celle de la rassurance, avec ce slogan "La France apaisée", alors que le parti d'extrême-droite hystérise à l'évidence toutes les fractures - ethniques, religieuses et sociales du pays - pour tenter les logiques de repli national et "identitaire", qui est son essentiel fonds de commerce. Nouveau nom ? On verra. Nouvelle ligne économique ? Cela demande un inventaire des mesures officiellement avancées par la présidente et les instances du parti. Pour l'heure, le FN est économiquement plus social-national et ultra-étatiste (il concurrence la gauche de la gauche, sur ce terrain) que libéral-européen et crédible pour dynamiser l'économie. S'il y avait véritable changement de ligne sur la politique économique et l'Europe, une partie de l'électorat historique du FN l'accuserait de haute trahison idéologique. Sa marge de manœuvre est très étroite.


Pour le Front national, quels sont les avantages et les inconvénients de cette stratégie de normalisation du parti, matérialisée par le nouveau slogan et la volonté de s’allier à certaines figures de la droite "traditionnelle" telles que Nicolas Dupont-Aignan, Philippe de Villiers, Henri Guaino ou Thierry Mariani ?

Il est clair, en effet, que le FN rêve, pour élargir son marché électoral, de satelliser des figures souverainistes ou ultra-droitières qui, pour des raisons diverses, sont séparées du mouvement "Les Républicains" ou qui, en son sein, aux franges les plus droitières, pourraient dériver et, un jour, parler rapprochement avec le parti lepéniste. Il est vrai que les scores atteints par le mouvement d'extrême droite peut attirer les plus faibles, dans une logique d' apparentement idéologique d'abord, politique ensuite.  En ce domaine, Philippe de Villiers, encouragé par l'ex-conseiller de Jean-Marie Le Pen passé cinq ans en Sarkozie, Patrick Buisson, est bien avancé dans une logique d'apparentement idéologique avec le lepénisme, versus Marion Maréchal-Le Pen, le traditionalisme catholique faisant trait d'union, tout comme un certain penchant  pro-russe d'ailleurs.

Nicolas Dupont-Aignan ? Il cultive certes une posture "anti-système" et un souverainisme farouche que ne renierait pas un Florian Philippot mais il peut percevoir le risque pour lui d'être satellisé, et finalement absorbé, par un FN dont il se rapprocherait trop. A l'inverse, il peut se laisser emporter par l'attraction d'un bloc nationaliste puissant, histoire de tenter l'impossible, en perspective du deuxième tour de la présidentielle.

En tout cas, toute une série d'électrons ultra-droitiers se disent que 2017 est une occasion peut-être unique, en se rapprochant du FN, de bénéficier du rejet massif que susciterait le pouvoir socialiste sortant qui, selon eux, a aggravé toutes les crises : sociales, économiques, culturelles, "identitaires" et sécuritaires.  Ils sont prêts à jouer la partition national-populiste du "peuple" qui doit se rebeller contre les "élites". Ils ne voient pas toujours, ces électrons-satellites, qu'ils vont à leur propre perte en légitimant le FN, qui reste le premier mouvement d'extrême droite d'Europe. Je ne pense pas qu'un simple changement d'étiquette et de nom suffira, d'ici l'élection présidentielle de 2017, à le normaliser.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 26/01/2016 - 13:01
Présidentielle de 2017
Vu ses différents succès qu'il lui convient maintenant de "solidifier" et d'étendre, le FN aborde 2017 avec confiance et a aussi l'immense avantage sur les partis du Marais centriste de gauche et de droite de connaître le nom de celle qui se présentera à la présidentielle.
La guéguerre pour la désignation du candidat dans la nébuleuse de gauche et de droite promet de l'action et est donc très observée par la presse qui y trouve matière à publier ou à enregistrer alors qu'elle n'a pas grand chose à se mettre sous la dent avec le FN.
D'autant que ce parti, le premier de France, a décidée de profiter de l'année 2016 sans élections pour approfondir, étayer et actualiser son socle de propositions qui commence à dater (2011/2012) afin de continuer à mordre sur les électorats votant encore pour les partis du Marais et en faire de nouveaux sympathisants.
A ce sujet, le FN n'a presque plus besoin de faire campagne, les politiciens du Marais la font pour lui; par ailleurs, vu la situation actuelle, il ne fait nul doute que des évènements allant dans la logique de la dilution de l'état de droit contribueront a dessiller encore davantage les yeux de ceux qui ne voient pas le monde réel.
A M A
- 26/01/2016 - 12:12
La claque a été rude
Se berçant d'illusion, le FN a cru qu'il lui serait possible de se faire une place dans l'échiquier politique qui teint la France sous sa dictature depuis presque 1875. La claque a été rude, mais elle est peut-être salutaire. De telle sorte que le FN va devoir revenir vers des fondamentaux dont il n'aurait jamais dû s'écarter, son véritable fond d commerce. Ses luttes séculaires, porteuses d'un espoir toujours déçus et plus vieilles même que la III° République, étaient les bonnes.
de20
- 26/01/2016 - 00:05
Encore quelques coup de becs
Encore quelques coup de becs d oiseaux migrateurs et la fievre populaire fera le reste comme il en va toujours ainsi .