En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

05.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

07.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 8 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 9 heures 40 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 14 heures 13 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 14 heures 33 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 14 heures 47 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 3 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 5 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 9 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 9 heures 46 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 13 heures 34 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 13 heures 57 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 15 heures 10 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 4 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 5 heures
© Reuters
© Reuters
Retraite forcée

Contre-coup des régionales : le FN en pleine mutation

Publié le 25 janvier 2016
Très discrète depuis les dernières élections régionales, Marine Le Pen rumine encore aujourd'hui son échec en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Mais ce retrait volontaire lui permet également de passer sous silence les contradictions actuelles de son propre parti.
Jean-Philippe Moinet, ancien Président de l’Observatoire de l’extrémisme, est chroniqueur, directeur de la Revue Civique.  Son compte Twitter : @JP_Moinet.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Moinet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Moinet, ancien Président de l’Observatoire de l’extrémisme, est chroniqueur, directeur de la Revue Civique.  Son compte Twitter : @JP_Moinet.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Très discrète depuis les dernières élections régionales, Marine Le Pen rumine encore aujourd'hui son échec en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Mais ce retrait volontaire lui permet également de passer sous silence les contradictions actuelles de son propre parti.

Atlantico : Dans quel état se trouve Marine Le Pen aujourd’hui ? Est-elle affectée par l’échec des régionales ? Même si le FN a récolté plus de voix que jamais, il n’a gagné aucune région et Marine Le Pen a été nettement battue dans son fief…

Jean-Philippe Moinet : Je pense que Marine Le Pen ne va pas très bien, elle ne croit pas elle-même à un destin national. Elle a fait moins bien que sa nièce en PACA et, surtout, elle peut craindre que le FN a mangé son pain blanc. C'est ma thèse, avancée d'ailleurs lors d'élections précédentes en réponse aux questions d'Atlantico : le cycle des élections intermédiaires est terminé avec les dernières régionales ; le vote défouloir à une élection sans grand enjeu de pouvoir est derrière nous, et à l'élection présidentielle, c'est bien le critère de la crédibilité et de l'expérience du pouvoir qui va devenir dominant. Sur ce terrain, Marine Le Pen n'a rien de convainquant à présenter : ni son expérience, ni sa personnalité, ni son programme.

Comme elle voulait, contrairement à son père, acquérir du pouvoir réel, je pense que tout cela peut être de nature à la déprimer. D'autant que dans le clan Le Pen, que ce soit son père ou sa nièce, on ne lui fera pas de cadeau ! Le moindre changement de ligne peut être prétexte à une querelle, qui peut tourner à un grand règlement de comptes politico-familial ! N'oublions pas que Jean-Marie Le Pen, bien présent dans le Sud, n'a pas dit son dernier mot, lui, le parrain politique de Marion Maréchal-Le Pen, entourée d'"identitaires" qui ne cachent pas un extrémisme à la grand-papa !

Depuis les dernières élections régionales, elle se fait très discrète publiquement et a décidé de prendre du recul pendant quelques mois. Qu’est-ce que cette stratégie signifie selon vous ?

Je pense que cette attitude de retraite dans le silence est d'abord le symptôme d'une défaite qui a du mal à être digérée. Marine Le Pen a bien vu, dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, alors que tous les facteurs de contexte pour une "prise de la région" étaient très favorables (des socialistes au plus bas de l'impopularité, des événements anxiogènes, comme la "crise" des migrants et, surtout, les attentats du 13 novembre), elle a très bien vu qu'un barrage s'érigeait contre son accession au pouvoir. Malgré tous ces efforts, depuis des années, le toilettage de la vitrine FN, sa féminisation, le lissage du discours dans les médias (via Florian Philippot notamment), l'exclusion de Jean-Marie Le Pen et la tentative de parricide politique... Tout cela n'a pas suffi à convaincre une majorité d'électeurs, même si les scores FN n'ont jamais été aussi élevés dans les régions, que le FN pouvait accéder au pouvoir sans risques majeurs.

L'autre raison du silence annoncé comme prolongé : c'est la meilleure manière, pour elle, de ne pas trancher dans les contradictions qui traversent son parti, avec du national-mélanchonisme au Nord, et du poujadisme plus libéral au Sud, des positions affichées comme catholiques ultra-traditionnalistes et ultra-conservatrices sur les sujets de société avec Marion Maréchal Le Pen, une laïcité plus affichée et instrumentalisée avec Marine Le Pen, qui était restée en retrait des "Manifs pour tous". Le silence est donc une position de prudence, alors que des voix discordantes se sont manifestées lors des élections régionales.

Nouveau slogan, nouveau nom, nouvelle ligne économique… Marine Le Pen semble accélérer la mutation du Front national, avec notamment un séminaire stratégique prévu début février. Tant de changements d’un coup, s’ils sont effectivement appliqués, ne risquent-ils pas de voir certains de ses électeurs historiques et traditionnels tourner le dos au FN ?

Les changements que vous évoquez sont de nature différentes et, pour certains, encore très hypothétiques, en particulier celle d'un changement de ligne économique. La récente déclaration de Louis Alliot, qui revient sur la position de Marine Le Pen qui préconisait une sortie de l'euro est peut-être un ballon d'essai. Mais une hirondelle Alliot ne fait pas le printemps lepéniste : le FN reste un parti europhobe, qui tire à vue sur toutes les avancées de l'Union européenne, y compris la création de la monnaie commune, qui est entrée dans la vie quotidienne des Français. Ceux-ci sont très majoritairement attachés à l'euro, et voient dans une sortie de l'euro un lourd risque d'aventure financière. C'est l'un des points qui rend la posture protestataire du lepénisme très peu crédible. Il y a même de gros doutes quant à la capacité du FN à gouverner le pays, sans risque majeur ni grave crise avec nos voisins. Déjà pour diriger des régions, les électeurs ont, dans les urnes, montré les limites que le FN ne devait pas dépasser. Alors pour diriger la France, elles seront sans doute encore plus strictement tracées.

Bien sûr, le FN, pour dépasser la flamboyance protestataire qui fonctionne lors d'élections intermédiaires et le recyclage des peurs qui s'enclenche après des attentats, va tenter de nouvelles formules de marketing. Celle de la rassurance, avec ce slogan "La France apaisée", alors que le parti d'extrême-droite hystérise à l'évidence toutes les fractures - ethniques, religieuses et sociales du pays - pour tenter les logiques de repli national et "identitaire", qui est son essentiel fonds de commerce. Nouveau nom ? On verra. Nouvelle ligne économique ? Cela demande un inventaire des mesures officiellement avancées par la présidente et les instances du parti. Pour l'heure, le FN est économiquement plus social-national et ultra-étatiste (il concurrence la gauche de la gauche, sur ce terrain) que libéral-européen et crédible pour dynamiser l'économie. S'il y avait véritable changement de ligne sur la politique économique et l'Europe, une partie de l'électorat historique du FN l'accuserait de haute trahison idéologique. Sa marge de manœuvre est très étroite.


Pour le Front national, quels sont les avantages et les inconvénients de cette stratégie de normalisation du parti, matérialisée par le nouveau slogan et la volonté de s’allier à certaines figures de la droite "traditionnelle" telles que Nicolas Dupont-Aignan, Philippe de Villiers, Henri Guaino ou Thierry Mariani ?

Il est clair, en effet, que le FN rêve, pour élargir son marché électoral, de satelliser des figures souverainistes ou ultra-droitières qui, pour des raisons diverses, sont séparées du mouvement "Les Républicains" ou qui, en son sein, aux franges les plus droitières, pourraient dériver et, un jour, parler rapprochement avec le parti lepéniste. Il est vrai que les scores atteints par le mouvement d'extrême droite peut attirer les plus faibles, dans une logique d' apparentement idéologique d'abord, politique ensuite.  En ce domaine, Philippe de Villiers, encouragé par l'ex-conseiller de Jean-Marie Le Pen passé cinq ans en Sarkozie, Patrick Buisson, est bien avancé dans une logique d'apparentement idéologique avec le lepénisme, versus Marion Maréchal-Le Pen, le traditionalisme catholique faisant trait d'union, tout comme un certain penchant  pro-russe d'ailleurs.

Nicolas Dupont-Aignan ? Il cultive certes une posture "anti-système" et un souverainisme farouche que ne renierait pas un Florian Philippot mais il peut percevoir le risque pour lui d'être satellisé, et finalement absorbé, par un FN dont il se rapprocherait trop. A l'inverse, il peut se laisser emporter par l'attraction d'un bloc nationaliste puissant, histoire de tenter l'impossible, en perspective du deuxième tour de la présidentielle.

En tout cas, toute une série d'électrons ultra-droitiers se disent que 2017 est une occasion peut-être unique, en se rapprochant du FN, de bénéficier du rejet massif que susciterait le pouvoir socialiste sortant qui, selon eux, a aggravé toutes les crises : sociales, économiques, culturelles, "identitaires" et sécuritaires.  Ils sont prêts à jouer la partition national-populiste du "peuple" qui doit se rebeller contre les "élites". Ils ne voient pas toujours, ces électrons-satellites, qu'ils vont à leur propre perte en légitimant le FN, qui reste le premier mouvement d'extrême droite d'Europe. Je ne pense pas qu'un simple changement d'étiquette et de nom suffira, d'ici l'élection présidentielle de 2017, à le normaliser.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

03.

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

04.

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

05.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

07.

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 26/01/2016 - 13:01
Présidentielle de 2017
Vu ses différents succès qu'il lui convient maintenant de "solidifier" et d'étendre, le FN aborde 2017 avec confiance et a aussi l'immense avantage sur les partis du Marais centriste de gauche et de droite de connaître le nom de celle qui se présentera à la présidentielle.
La guéguerre pour la désignation du candidat dans la nébuleuse de gauche et de droite promet de l'action et est donc très observée par la presse qui y trouve matière à publier ou à enregistrer alors qu'elle n'a pas grand chose à se mettre sous la dent avec le FN.
D'autant que ce parti, le premier de France, a décidée de profiter de l'année 2016 sans élections pour approfondir, étayer et actualiser son socle de propositions qui commence à dater (2011/2012) afin de continuer à mordre sur les électorats votant encore pour les partis du Marais et en faire de nouveaux sympathisants.
A ce sujet, le FN n'a presque plus besoin de faire campagne, les politiciens du Marais la font pour lui; par ailleurs, vu la situation actuelle, il ne fait nul doute que des évènements allant dans la logique de la dilution de l'état de droit contribueront a dessiller encore davantage les yeux de ceux qui ne voient pas le monde réel.
A M A
- 26/01/2016 - 12:12
La claque a été rude
Se berçant d'illusion, le FN a cru qu'il lui serait possible de se faire une place dans l'échiquier politique qui teint la France sous sa dictature depuis presque 1875. La claque a été rude, mais elle est peut-être salutaire. De telle sorte que le FN va devoir revenir vers des fondamentaux dont il n'aurait jamais dû s'écarter, son véritable fond d commerce. Ses luttes séculaires, porteuses d'un espoir toujours déçus et plus vieilles même que la III° République, étaient les bonnes.
de20
- 26/01/2016 - 00:05
Encore quelques coup de becs
Encore quelques coup de becs d oiseaux migrateurs et la fievre populaire fera le reste comme il en va toujours ainsi .