En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

07.

Les secrets du modèle coréen : des masques et des tests pour tout le monde, mais pas de confinement ni de vie privée

01.

Escroquerie à la mémoire

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

ça vient d'être publié
décryptage > Science
Hécatombe

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

il y a 6 min 31 sec
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 1 heure 7 min
pépites > International
ONG
SOS Chrétiens d'Orient : libération de trois otages français en Irak
il y a 12 heures 48 min
pépite vidéo > France
Victimes françaises
Covid-19 : "les visages d’une tragédie"
il y a 15 heures 29 min
pépites > Politique
Deux semaines de plus
Coronavirus : Edouard Philippe officialise le prolongement du confinement jusqu’au 15 avril
il y a 16 heures 58 min
pépites > Religion
"Urbi et Orbi"
Vatican : le pape François va présider une prière planétaire et bénir le monde entier face au Covid-19
il y a 18 heures 42 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le bulldog baille et quand les clous d’or piquent le ciel : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 19 heures 53 min
pépite vidéo > Santé
Immense tristesse
Julie, 16 ans, est la plus jeune victime du Covid-19 en France
il y a 20 heures 50 min
décryptage > Europe
Commission européenne

Union européenne : l’intérêt général otage des bien-pensants ?

il y a 22 heures 22 min
décryptage > Social
Impact de la crise sanitaire

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

il y a 23 heures 40 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 52 min 5 sec
light > Culture
Fin du confinement ?
Olivier Py reste optimiste pour la prochaine édition du Festival d’Avignon en juillet 2020
il y a 12 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La fin de l'amour" d'Eva Illouz : quand Tinder, grand centre commercial de rencontres, détrône la cour amoureuse

il y a 13 heures 21 min
pépites > International
Lutter contre un retour du virus
Covid-19 : la Chine décide de fermer temporairement ses frontières aux étrangers
il y a 16 heures 32 min
light > France
Changement d’heure
Malgré le confinement, n’oubliez pas le passage à l’heure d’été ce week-end
il y a 18 heures 17 min
pépites > Politique
Face à la vague
Covid-19 : Edouard Philippe alerte contre "la vague extrêmement élevée" qui "déferle"
il y a 19 heures 17 min
décryptage > Politique
Ami entends-tu...

Et Didier Guillaume lança un appel à l'armée des ombres !

il y a 20 heures 40 min
pépites > Europe
Nouvelle personnalité
Royaume-Uni : le Premier ministre Boris Johnson a été testé positif au coronavirus
il y a 21 heures 20 min
décryptage > Politique
Conséquences politiques

Philippe Gosselin : "Nous avons refusé que l’équivalent des pleins pouvoirs soient votés pour le Premier ministre. Mais nous devons rester vigilants"

il y a 23 heures 24 min
décryptage > Justice
Responsabilités

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

il y a 23 heures 51 min
© Reuters
© Reuters
Entretien

Mohamed Louizi : "Dans un quartier, où rien ne se faisait pour la jeunesse, lorsque des islamistes proposaient des activités, mes parents considéraient les frères comme une chance"

Publié le 25 janvier 2016
Mohamed Louizi raconte dans "Pourquoi j'ai quitté les Frères musulmans" ses quinze ans de militantisme dogmatique, et revient sur les découvertes, les doutes et les interrogations qui ont précédé son désengagement ; il décrypte la stratégie d'islamisation globale non-déclarée des Frères musulmans en France et en Europe, avant de conclure sur son retour vers un islam éclairé et apolitique.
Mohamed Louizi est un ancien membre du mouvement marocain Attawihid wal'Islah, du PJD et de l'UOIF, ex-président des Étudiants musulmans de France (Lille) Il est ingénieur. Il anime depuis 2007 le blog "Écrire sans censures !".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mohamed Louizi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mohamed Louizi est un ancien membre du mouvement marocain Attawihid wal'Islah, du PJD et de l'UOIF, ex-président des Étudiants musulmans de France (Lille) Il est ingénieur. Il anime depuis 2007 le blog "Écrire sans censures !".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mohamed Louizi raconte dans "Pourquoi j'ai quitté les Frères musulmans" ses quinze ans de militantisme dogmatique, et revient sur les découvertes, les doutes et les interrogations qui ont précédé son désengagement ; il décrypte la stratégie d'islamisation globale non-déclarée des Frères musulmans en France et en Europe, avant de conclure sur son retour vers un islam éclairé et apolitique.

Atlantico : Comment êtes-vous devenu un "frère" dès l'âge de 13 ans ?

Mohamed Louizi : Mon rapport à l’islamisme des Frères Musulmans remonte au moins à mon adolescence. D’abord, ma famille à Casablanca fut très marquée et influencée par le wahhabisme de conquête et l’idéologie frériste jusqu’au milieu des années 90. Dès 1991, lorsque j’étais en 6ème, j’avais 13 ans, j’ai intégré les cercles éducatifs de certains mouvements islamistes marocains, affiliés idéologiquement aux Frères Musulmans.

Ainsi, durant une quinzaine d’années, j’ai acquis les standards de l’idéologie frériste et y juré allégeance, et suis devenu très vite un acteur de la diffusion dans les milieux scolaires et universitaires. A mon arrivée en France en 1999, j’ai rejoint les Frères Musulmans, sous la bannière de l’UOIF (Union des Organisations Islamiques de France).

J’ai occupé plusieurs postes de responsabilité et suis devenu président des Etudiants Musulmans de France de la section de Lille et membre des instances nationales de ce syndicat confessionnel. Localement, en métropole lilloise, j’ai cumulé plusieurs responsabilités, à la mosquée de Villeneuve d’Ascq et à la mosquée de Lille-Sud qui sont, toutes les deux gérées et dominées par les Frères Musulmans.

Il est évident qu’à l’âge de 13 ans, je n’étais pas en mesure de choisir ni de donner un sens à mon engagement. Dans un quartier populaire très pauvre, exposé à la délinquance et au décrochage scolaire, où rien ne se faisait pour la jeunesse, lorsque des islamistes proposaient des activités de soutien scolaire et d’autres animations religieuses et sportives, mes parents appréciaient l’encadrement et considéraient les frères comme une chance. Je le pensais aussi, à tort !

Qu’est-ce que le projet Tamkine ?

Dans tous les pays où se trouvent des Frères musulmans, en Orient comme en Occident, le projet islamiste est le même depuis la création de la mouvance par Hassan Al-Banna en 1928. Il s’agit, ni plus ni moins, de rétablir le califat islamique aux frontières historiques, y compris là où l’islam avait une présence en Europe. Ce projet politique a un nom : le projet Tamkine. C’est un plan stratégique visant à atteindre à terme le sommet du pouvoir politique pour que l’islam, tel qu’il est compris par les Frères musulmans et leurs idéologues, domine totalement l’Etat et la société et impose sa loi religieuse totalitaire, rétrograde et liberticide.

Pour y arriver, dans chaque pays, les stratèges de la mouvance ont imaginé quatre étapes : Premièrement, diffuser l’islam frériste par toutes les voies possibles et notamment par la voie des mosquées ; deuxièmement,  sélectionner les ressources humaines nécessaires, en particulier des jeunes, pour les endoctriner dans des structures associatives et scolaires privées afin qu’ils infiltrent toutes les sphères du pouvoir ; s’assurer que l’infiltration opérée couvre toutes les sphères et, le cas échéant, corriger les écarts de projection constatées et enfin, prendre le pouvoir suprême. En 1992, la police égyptienne avait découvert lors d’une perquisition un plan Tamkine secret, appliqué à l’Egypte. En 2012, le frère musulman Mohamed Morsi est devenu président.       

Vous avez consacré un chapitre à l'implication des Frères musulmans en Europe ? Comment font-ils pour recruter ? Quels rôles ont-ils ? Existent-ils des dangers à cette présence en Europe ?

En Europe et en Occident, le projet Tamkine se présente avec un préalable supplémentaire. Car si le monde arabo-musulman est considéré déjà comme un « territoire » acquis. En Occident, cela n’est pas le cas. Les Frères musulmans, présents sous la bannière de la FOIE (Fédération des Organisations Islamiques en Europe) s’emploient, depuis les années 1980, sur le vieux contient à acquérir divers « territoires » privés, avec l’argent venant des pays du Golfe essentiellement pour inscrire définitivement leur récit islamiste comme élément du récit national de chaque pays de l’Europe. Cette opération s’appelle le « Tawtine ». Elle est exécutée par la construction de lieux de culte, de mosquées-cathédrales, d’acquisitions immobilières diverses et variées, de construction d’établissements scolaires privés, etc.

En plus de toutes ces structures, les Frères musulmans développent tout un réseau national et européen composé de milliers d’associations de femmes, de jeunes, d’étudiants, d’imams, de médecins, de journalistes, d’avocats, d’universitaires, de militants contre l’islamophobie, etc. Les Frères musulmans sont une organisation qui modernise son action stratégique continuellement depuis maintenant 88 ans !

Avant, la diffusion de l’idéologie se faisait selon un modèle archaïque sous forme d’une « toile d’araignée » en prenant le risque de s’affaiblir voire de disparaître, en cas de coup dur. Parce que couper la tête de l’araignée frériste se résumerait à tuer toute la structure. Aujourd'hui, cette manière de fonctionner est dépassée. Place désormais aux organismes fréristes sous forme « d'étoiles de mer ». Parce que couper le bras d’une étoile de mer, celle-ci ne meurt pas. Au contraire, elle se développe un nouveau bras. Mieux encore, le bras coupé se transforme, à son tour, en une nouvelle étoile de mer autonome et ainsi de suite, dans une sorte de multiplication effrayante et à l’infinie. Si dans chaque étoile, les frères placent seulement quelques membres porteurs du virus islamiste et très influents, cela suffit pour contaminer celles et ceux qui sont tout autour. L’infiltration se passe sous ce modèle efficace.

Chakib Benmakhlouf, ex-président de la FOIE, avait déclaré, dans une interview au journal londonien arabe Asharq Al-Awsat, le 20 mai 2008, je traduis : «Au sein de la FOIE, nous avons un plan d’action, nous avons un plan d’action sur 20 ans; sur le court terme, le moyen et le long terme. Certains événements, malheureusement, se déroulant de temps en temps, influent négativement sur l’avancement de notre action. Certains musulmans se sont vite sentis attirés vers des combats marginaux et cela perturbe notre plan d’action global.» Avec de telle déclaration, l’Europe devrait peut-être commencer à se poser les bonnes questions, à l’image du gouvernement britannique qui commence à bouger depuis le 17 décembre 2015. Car au sein de la FOIE, comme au sein de l’UOIF, les frères conduisent secrètement le même projet. Leur réseau s’étend et gagne en influence.

A l’échelle de l’Europe, les frères sont consultés, comme interlocuteurs, par les instances européennes. Leurs organisations sont reconnues et même financées par les deniers de l’Union Européenne. Je donne l’exemple du FEMYSO (Forum of European Muslim Youth and Student Organisations) qui est le bras frériste s’occupant des jeunes et des étudiants. Cette organisation reçoit tous les ans de l’argent de l’Europe pour ses activités. Elle est affiliée à l’échelle mondiale à l’autre organisation frériste l’IIFSO (International Islamic Federation of Student Organizations), domiciliée à Istanbul en Turquie. Dès l’élection de Mohamed Morsi comme président de l’Egypte en 2012, l’ex-président de l’IIFSO, Abdel Ati, a été choisi directeur de son cabinet présidentiel !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

07.

Les secrets du modèle coréen : des masques et des tests pour tout le monde, mais pas de confinement ni de vie privée

01.

Escroquerie à la mémoire

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 23/01/2016 - 15:15
MIMINE 95
Quand vous me connaitrez un peu mieux, vous saurez que je considère que Marine Le Pen est la seule alternative qui s'offre, non pas pour ''combattre l'Islam'', mais pour proposer un avenir aux français qui vivent en Seine St Denis, au Nord de Marseille, et partout ailleurs ! Si nous voulons vraiment sortir du chômage, elle est la seule à nous offrir un espoir crédible !
MIMINE 95
- 23/01/2016 - 14:45
A GANESHA
Sarko, Hollande..... et la prochaine fois: Juppé , grand vicaire de T Oubrou, comme Aubry fut la grand prêtresse d' A Lasfar. Les frères musulmans peuvent se réjouir d'avoir autant d'idiots utiles à leur service !. En France pour eux, nul besoin d'investir dans la charité sociale. Injecter le germe de la paranoïa et du ressentiment victimaire chez les musulmans, suffit amplement à porter leur projet final avec la bénédiction de nos "z'élites" ,avec un Z qui veut dire Zo........(zorro ou zozo , au choix !)
Ganesha
- 23/01/2016 - 13:42
Chômage
Ce qui a fait le succès des frères musulmans aussi bien en Égypte, en Tunisie, qu'en France, c'est son caractère ''social'' ? En Égypte, des centres médicaux, de hôpitaux, qui délivrent des soins gratuits. En Tunisie, ce que la population attendait clairement des ''frères musulmans'', c'est qu'ils apportent une solution à la question du chômage ! Mais leur désillusion est au moins aussi grave que celle que nous ont occasionné Sarko puis Hollande !