En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > Sport
"Etat de santé confidentiel"
Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1
il y a 10 heures 5 min
pépite vidéo > Santé
Prouesse médicale
Une opération de deux soeurs siamoises s'est déroulée avec succès
il y a 11 heures 1 min
pépites > Santé
Réponse du gouvernement
Crise à l'hôpital : Emmanuel Macron dit avoir "entendu la colère et l'indignation" et promet des mesures fortes
il y a 12 heures 22 min
décryptage > Société
Rhétorique hochet

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 13 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Greco" au Grand Palais : Greco, ce génie...

il y a 15 heures 28 min
pépites > International
Bras de fer
Recep Tayyip Erdogan considère que les propos d'Emmanuel Macron sur l’Otan et la Turquie sont "inacceptables"
il y a 16 heures 52 min
décryptage > Europe
Facilité

Souveraineté numérique : attention aux pièges de l’ambition politique européenne

il y a 17 heures 54 min
décryptage > Consommation
Enchères Patek Philippe

Une montre en acier adjugée à 28 millions d’euros, c’est extravagant, mais n’est-ce pas indécent ?

il y a 18 heures 41 min
décryptage > International
Lueur d'espoir

Quand l’Amérique du Sud trahit les espoirs de la gauche radicale … à moins que ce ne soit l’inverse

il y a 19 heures 18 min
pépites > Europe
Voix de la France
La candidature de Thierry Breton à la Commission européenne a été validée par les eurodéputés
il y a 10 heures 37 min
pépites > International
Lourd bilan
Cessez-le-feu à Gaza après deux jours d'affrontements
il y a 12 heures 4 min
pépite vidéo > France
Incendie
Le toit de la mairie d'Annecy a été ravagé par les flammes
il y a 12 heures 55 min
pépites > France
Coup de sang
Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"
il y a 13 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un amour sans résistance" de Gilles Rozier : interroge intelligemment en laissant la place à plusieurs interprétations

il y a 15 heures 21 min
light > High-tech
Mickey détrône Netflix
10 millions de personnes se sont abonnées à Disney + en un seul jour
il y a 16 heures 26 min
décryptage > Politique
Engagement

Combats de gauche : alerte à la supériorité morale

il y a 17 heures 33 min
décryptage > Santé
Manger avec Atlantico

Vous n'aimez pas les épinards ? Cette étude scientifique vous explique pourquoi

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Politique
Espèce protégée ?

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

il y a 19 heures 5 min
décryptage > International
Crise

Fin de l’histoire : leçons planétaires d’une démission bolivienne

il y a 19 heures 24 min
Tribune

Le Référendum d’initiative populaire, la mère des réformes institutionnelles

Publié le 19 janvier 2016
La crise politique majeure révélée par les élections régionales est celle d’un peuple qui ne sait plus à quoi sert d’aller voter pour des partis de droite ou de gauche, puisque tout semble irrémédiablement bloqué, enlisé, enkysté, malgré les alternances, malgré les élections successives.
 Léonidas Kalogeropoulos est Président du Cabinet de lobbying Médiation & Arguments qui défend la liberté d’entreprendre, l’innovation, le pluralisme et la concurrence dans les domaines de l’audiovisuel, des télécoms, du sport, d’Internet, de l’énergie,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Leonidas Kalogeropoulos
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Léonidas Kalogeropoulos est Président du Cabinet de lobbying Médiation & Arguments qui défend la liberté d’entreprendre, l’innovation, le pluralisme et la concurrence dans les domaines de l’audiovisuel, des télécoms, du sport, d’Internet, de l’énergie,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise politique majeure révélée par les élections régionales est celle d’un peuple qui ne sait plus à quoi sert d’aller voter pour des partis de droite ou de gauche, puisque tout semble irrémédiablement bloqué, enlisé, enkysté, malgré les alternances, malgré les élections successives.

C’est une crise politique majeure que révèlent ces élections régionales, quels que puissent être les soulagements des uns et des autres de s’en être pas si mal sortis, compte-tenu des circonstances. 

Cette crise, c’est celle d’un peuple qui ne sait plus à quoi sert d’aller voter pour des partis de droite ou de gauche, puisque tout semble irrémédiablement bloqué, enlisé, enkysté, malgré les alternances, malgré les élections successives. C'est une crise de la démocratie, parce qu'elle apparaît confisquée par des partis qui lui retirent son sens, celui de rendre possible la maîtrise de son destin collectif.

Près de la moitié du corps électoral ne vote plus et près de la moitié qui vote se tourne vers ceux dont on n’a pas encore essayé les potions miracles, mais qui expriment souvent les exigences impérieuses du corps social, qu’une classe politique enfermée dans son microcosme répugne à traiter. 

Nicolas Sarkozy a dénoncé la « bien-pensance » qui l’aurait empêché d’agir sur la sécurité ou l’identité nationale.La « bien-pensance » est de tout temps. La faute ne lui incombe pas ; elle tient dans l’incapacité de la droite et de la gauche à la transcender pour être capable de proposer des mesures courageuses, et d'y faire adhérer les Français en inventant une nouvelle alchimie entre audace et fidélité aux valeurs qui fondent notre Nation. 

Dans tous les domaines essentiels, l’immobilisme du corps politique illustre cet adage tristement juste jadis énoncé par Edgar Faure : « La France est toujours en avance d’une révolution parce qu’elle est toujours en retard d’une réforme ». 

Toutes les réformes sont en retard! Le durcissement des règles sécuritaires s’est fait avec des mois de tergiversations ; les 10000 articles de notre code du travail qui en font un véritable « code du chômage » exigent qu’il soit réformé d’urgence, et les rapports s’accumulent pendant que le chômage grimpe; le Rapport Perruchot en 2012 fut enterré dans une omerta trans-partisane pour avoir dénoncé la gabegie sur les 32 milliards d’Euros par an de la formation professionnelle, et on découvre aujourd'hui qu’il est temps d’agir, quatre ans après… ; et la réduction des dépenses publiques…

Les Français veulent vivre en paix dans un environnement économique assurant la prospérité de leur famille : cette simple attente élémentaire se heurte à des obstacles que la classe politique traditionnelle se révèle incapable de résoudre. A force d’annihiler le vote des Français par un processus d’anesthésie politique du fait qu’aucun sujet fondamental n’est traité, la révolte démocratique était inéluctable, et le score du Front National en est l’expression.   

Il est donc nécessaire de donner aux Français les instruments démocratiques qui leur permettront de palier les insuffisances de leur classe politique, lorsque celle-ci se révèle incapable de surmonter ses propres blocages pour prendre des décisions courageuses.

Lorsque la démocratie représentative est bloquée, il est indispensable que la Nation dispose des moyens d'agir en passant outre la cécité ou la paralysie de l'Etat. Seul le référendum d'initiative populaire permet de donner au peuple les moyens d'agir.

C'est la mère des réformes, parce que c'est la seule qui va nous permettre de mettre en œuvre toutes les autres dont notre pays a besoin, mais que les majorités et les gouvernements successifs ne parviennent pas à initier. Il est d’ailleurs fort probable que sous l'impulsion des propositions référendaires d’initiative populaire, les gouvernements se montreront plus audacieux à agir, plutôt que d'être débordés par des citoyens capables d'accomplir par eux-mêmes des réformes nécessaires.

Ainsi, tous les ans, à date fixe, par exemple le deuxième dimanche du mois de mars, des propositions référendaires pourraient être soumises au vote des Français dès lors qu'elles auraient recueilli le soutien de plusieurs millions de pétitionnaires (deux millions ?). Celles-ci pourraient être limitées à trois propositions par an, celles qui auront recueilli le plus grand nombre de pétitions. Le Conseil constitutionnel veillera à la compatibilité des propositions de lois référendaires à la Constitution. Les propositions devront être rendues publiques en septembre de l'année précédente, pour laisser au gouvernement, s'il le juge opportun, le soin de pouvoir apporter une réponse parlementaire à la problématique posée. Si cette réponse n'est pas apportée, ou si elle est jugée insuffisante, ce seront les Français, au mois de mars suivant, qui trancheront par la voie référendaire, rendant les dispositions votées à la majorité absolue des suffrages exprimés immédiatement applicables en droit positif. 

L'instauration de ce référendum d'initiative populaire permettra à la France de s'émanciper d'un modèle d'Etat-Nation obsolète et surtout sclérosé, qui fait subir à la Nation la trop fréquente incurie de son appareil politico-étatique. Il est nécessaire de mettre l'Etat sous tension, de le mettre en concurrence pour qu'il agisse, sachant que s'il ne le fait pas, la Nation peut agir à sa place.

Cette réforme est la seule à pouvoir constituer une réponse institutionnelle appropriée à la profonde crise démocratique révélée par ces élections régionales. Les Français veulent reprendre la main. Et s'ils ont fait du Front National le premier parti de France, c'est en grande partie parce que des mesures de sécurité qui étaient prônées par ce parti, et dénoncées par tous les autres, ont fini par se révéler indispensables, mais sous la contrainte des événements meurtriers qui ont ensanglanté notre pays, alors que les alertes avaient été tirées depuis longtemps. Si une procédure référendaire avait existé, elle aurait rendu possible de renforcer l'arsenal répressif correspondant au besoin de sécurité des Français, sans devoir pour autant voter pour l'arrivée au pouvoir d'un parti dont les zones d'ombre l'emportent largement sur la clairvoyance.

Les Français souhaitent disposer de cet instrument de décision. Un sondage  réalisé par Opinion Way en juillet 2014 révélait que 85% des Français considèrent que la mise en place d'un référendum d'initiative populaire serait une avancée positive dont ils approuvent le principe. Le Président de la République devrait soumettre l'instauration du référendum d'initiative populaire au vote des Français, par la voie référendaire. Il réaliserait ainsi la réforme capable de rétablir une relation plus équilibrée entre l'Etat et la Nation. Il doterait notre pays des moyens de redonner ses lettres de noblesse au bulletin vote comme instrument de maîtrise de notre destin collectif, rendant les Français par là-même moins séduits par l'option d'un parti qui proclame vouloir leur rendre la parole. Ne le proclamons pas, faisons-le ; donnons leur la parole. Si on prend du retard sur cette indispensable réforme, on peut craindre que la révolution qui s'en suivra ne prenne les tristes contours d'une victoire indigne de la France à la prochaine élection présidentielle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

04.

Esther Benbassa savez-vous qu'il y a des Juifs antisémites ?

05.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

06.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

07.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

05.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 20/01/2016 - 07:12
A vangog
Donc MLP n'organise pas de référendum, c'est que c'est trop compliqué et qu'elle ne pourrait pas obtenir 4 millions de signature, mon œil, c'est que l'immigration la sert bien. Et une manif, elle ne peut pas non plus, c'est vrai qu'elle etait pro mariage pour tous et seul Marion a eu ce courage. Il faut etre candide d'être certain qu'un candidat fera tout ce qu'il a promis. La gauche se fera un devoir de faire ce qu'elle a fait comme avec NS, le PS fera tout pour bloquer les réformes et eux savent organiser des manifs. Sur le fond, je pense que la VRAIE democratie c'est le système Suisse de votation où il est impossible de gouverner et de prendre des décisions importantes sans demander l'avis des citoyens. Les élites n'hésite pas à se vanter d'avoir pris des décisions importantes contre l'avis des francais et ils appellent ça une democratie.
vangog
- 20/01/2016 - 00:44
@Anguerrand si vous ne vous souvenez pas
du nombre de millions de signatures nécessaires à un référendum "français", c'est qu'il a été conçu dans ce but précis.... Si vous connaissiez l'histoire du socialisme, vous sauriez que pour contrôler l'expression démocratique, ses dirigeants détestent interdire, par principe, mais préfèrent "freiner" l'expression populaire, afin de l'orienter dans le sens qui est favorable à l'idéologie. Ces millions de signatures sont un des freins, il en existe d'autres qui réservent le référendum aux seules associations ou syndicats d'obédience gauchiste, c'est à dire à ceux qui ne s'y risqueront jamais, sous la gauche. Et voilà pourquoi il est si rare, quasi-inexistant! La droite archaïque applique une pratique parallèle de ce défaut de démocratie. Elle accepte quelques rares référendums, mais n'en tient aucun compte. Voilà pourquoi je ré-écris que le Front National est le seul parti qui appliquera sincèrement le référendum populaire et en tiendra compte. Marine Le Pen a eu le courage de révéler que si le référendum qui aurait lieu pendant les six premiers mois de son mandat à propos de l'UE était négatif, elle en tirerait les conséquences et se retirerait...Gaullienne, non?
samsuffit
- 19/01/2016 - 17:30
Référendum d'initiative populaire
le Référendum d'initiative populaire, vous n'y pensez pas mon bon monsieur, c'est pôpuliste comme disent les politiques et autres spécialistes sur les chaines de propagande.
Le populisme c'est laisser libre cours aux bas instincts du peuple. C'est pareil pour le Référendum.