En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

05.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

06.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

07.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 5 heures 33 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 7 heures 36 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 8 heures 34 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 10 heures 17 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 11 heures 34 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 12 heures 32 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 13 heures 41 sec
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 14 heures 34 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 6 heures 20 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 8 heures 8 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 9 heures 54 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 10 heures 30 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 12 heures 17 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 12 heures 49 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 14 heures 57 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 3 heures
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre

François Hollande rappelle le fantôme de Keynes à l’Elysée et renvoie celui de Schumpeter à Bercy

Publié le 19 janvier 2016
Le plan d’urgence contre le chômage ne fera pas d’étincelles sur le marché de l’emploi, il vise essentiellement à sauver la prochaine campagne électorale.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le plan d’urgence contre le chômage ne fera pas d’étincelles sur le marché de l’emploi, il vise essentiellement à sauver la prochaine campagne électorale.

Tous ceux qui pensaient, au 31 décembre, que le président de la République s’était convaincu de la nécessité d’un plan d’urgence contre le chômage et qu’on allait enfin faire sauter tout ce qui empêche les chefs d’entreprise d’embaucher, en auront pour leur grade.

Le plan d’urgence contre l’emploi ne fait que reprendre des mesures de traitement social pour faire baisser les statistiques de chômage. En gros, on promet de mettre 500.000 chômeurs en formation, on crée une prime de 2000 euros pour toute embauche de jeune dans les PME, et on relance l’apprentissage.

On ne dit plus un mot ou à peine sur les projets de réformes plus structurelles visant à simplifier le code du travail, sécuriser les procédures des prud’homme pour les salariés, comme pour les patrons, avec un système de barème. On dit peu de choses sur l’encouragement à la création de l’entreprise, et au travail indépendant. Tout se passe comme si le Président était comme un médecin face à un grand malade qu'il préférerait protéger de la douleur avec de la morphine plutôt que de l’opérer pour le sauver.

Le plan d’urgence contre le chômage, ne sauvera pas la France de son cancer sur l’emploi. Le plan d’urgence va coûter 2 milliards d’euros (la prime et la formation), pour des effets homéopathiques. L’appareil de formation est incapable d’absorber 500.000 chômeurs, pour faire quoi et pour qui ?  Par ailleurs la prime à l’embauche va entraîner un effet d’aubaine que les chefs d’entreprise se feront un plaisir de saisir au vol, mais qui ne changera rien quant à leurs effectifs.  

Le résultat final va être d’alléger un peu les statistiques de chômeurs. François Hollande,  par ce tour de passe-passe, pourra sans doute renverser la courbe du chômage. D’autant que ce qui pèse lourd à Pôle Emploi ce sont surtout les seniors et les jeunes sans qualification.

Le résultat final va être de déverser assez rapidement dans l’économie 2 milliards d’euros de dépenses publiques supplémentaires au minimum. Qui ne sont pas financées. Par conséquent, c’est du déficit pur jus. Ce qui sera toujours bon à dépenser en consommation dans les hypermarchés.

Pour la croissance, l'activité et le dynamisme du système économique c’est nul. Les jeunes actifs, formés n’ont toujours pas intérêts à rester dans l’hexagone mais à partir faire des stages prolongés à l’étranger, en Australie, au Canada et en Asie. Plus de la moitié des jeunes BAC+ 5 sont actuellement partis à l’étranger.

Si le plan n’a pas d’autre impact que de figurer en bonne place dans le bilan du quinquennat et de ramener quelques voix à François Hollande, en revanche, il est porteur de significations lourdes quant à la politique choisie pour traîner le mandat. Ce plan porte trois enseignements lourds de conséquences.

1er enseignement : il signifie que François Hollande a rappelé le fantôme de Keynes  à l’Elysée. C’est clair. La politique sur l’emploi développée par François Hollande est directement sortie de la trousse à outils que tous les Keynésiens ont utilisée au cours des 50 derniers années du siècle précédent. Entre 1950 et 2000, la seule politique économique dont les occidentaux étaient capables était fondée sur le soutien de la demande, y compris par le déficit budgétaire et la dépenses publiques. La mondialisation, l’ouverture des frontières, la concurrence mondiale a obligé les pays matures à jouer davantage de leur compétitivité et de leur capacité à innover. La crise en a ramené beaucoup vers le laxisme monétaire ou budgétaire.

Les politiques monétaires étant épuisées, beaucoup de pays occidentaux reviennent à des politiques budgétaires plus complaisantes. C’est assez vrai en Europe où, même dans les pays qui ont fait des efforts d’ajustement assez sévères, on relâche un peu la dépense publique. C’est surtout vrai en Italie et en Espagne.

Le problème en France, c’est que l’on n'est jamais passé par la case réforme. Donc, toute relance budgétaire ne portera pas sur l’investissement dont nous avons un besoin urgent mais sur la consommation qui ne trouve pas dans la production nationale les produits et les services qui lui correspondent. Le plan de relance Keynésien va directement gonfler les importations et par conséquent le déficit extérieur au bénéfice de nos partenaires européens, les Allemands par exemple, ce qui est un comble parce que l’économie allemande n’en a pas besoin.

2e enseignement : en ressortant le fantôme de Keynes on raccompagne à la porte de sortie les fantômes de Schumpeter, en gros tous les avocats d’une économie de la compétitivité, de l’innovation, de la création d’entreprise. Bref, tout ce que la gauche bien-pensante appelait une économie de l’offre. Ce qui en France est un gros mot.

3e enseignement. En rejetant une politique structurelle, François Hollande renvoie Emmanuel Macron à ses chères études. Il ne présentera pas la loi sur l’emploi, et sa 2e loi Macron, celle qui doit propulser les activités de la nouvelle technologie, et libérer les initiatives indépendantes, risque d’être vidée de son contenu.

La réalité politique est que c’est vraisemblablement Manuel Valls qui a obtenu que Macron soit écarter du processus, considérant qu'il était parfaitement capable de porter tout seul ce courant d’une gauche moderne et pro business. Moyennant quoi, il se trompe. François Hollande comme Manuel Valls peuvent avoir besoin d’un Macron pour occuper la gauche libérale et même pour gratter plus loin.

La question est de savoir maintenant ce que peut faire Macron. Attendre qu'on ait besoin de lui dans une campagne qui aura besoin de tomber à droite sur le terrain économique ou se mettre à son compte.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 21/01/2016 - 07:44
Affligeant!
...."plan contre le chômage", on rêve!!!

On rêve aussi devant la la continuation de M.Sylvestre à ne pas vouloir se doter d'un correcteur grammatical et d'orthographe.

Le fait-il exprès?
FIGAROCB
- 20/01/2016 - 10:23
PLAN DE NON URGENCE !
Ce "plan" comme tout ce qui d'inspiration keynésien est voué à l'échec ! Arrêtons de se borner à faire de l'étatisme à outrance pour régler tous les problèmes économiques ! Ce n'est pas avec des solutions de fonctionnaires que l'on fera fructifier le travail dans les entreprises privées, bien au contraire !
Les entreprises ne veulent pas de subventions, ce qu'elles souhaitent c'est une libéralisation du système économique, moins de taxes et d'impôts en tout genre, moins de contrainte à l'embauche et libéralisation de la gestion du personnel, absences de charges sociales de manière à pouvoir être en véritable concurrence avec les autres entreprises mondiales.
La solution de la TVA sociale était une bonne mesure, au lieu de mettre en place cette usine à gaz du CICE ! Savez vous que le principal bénéficiaire de ce système étatique est "LA POSTE" ! Ce n'est pas cette entreprise qui est tout de même la plus concernée !! d'abord les industriels, en priorité.
Semper Fi
- 20/01/2016 - 01:07
Halte au massacre de la langue française
Par pitié Atlantico, investissez dans un correcteur orthographique + 1 BLED pour chaque rédacteur, et profitez de l'aubaine des 2000 € promis par FH pour embaucher un correcteur humain qui maitrise le français. Je suis peut-être vieux jeu, mais j'en plus qu'assez de voir des articles truffés de fautes d'orthographe ou de grammaire ! Le professionnalisme passe par le souci du détail, et dans votre métier par la maitrise parfaite du français. Votre publication est payante, ce qui signifie donc que le journalisme est votre profession, alors soyez professionnels ! Merci.