En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre

Découragés, les milieux d’affaires considèrent que le président est de plus en plus décourageant

Publié le 18 janvier 2016
Triste semaine pour François Hollande. Embourbé dans son propre parti avec son projet de réforme constitutionnelle dont personne ne veut, le président se retrouve devant une situation économique impossible à redresser.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Triste semaine pour François Hollande. Embourbé dans son propre parti avec son projet de réforme constitutionnelle dont personne ne veut, le président se retrouve devant une situation économique impossible à redresser.

Les milieux d’affaires vont recevoir les vœux du président et de son gouvernement, mais ils sont découragés. Découragés parce que le président est décourageant. François Hollande va tout faire cette semaine pour démontrer à l’opinion, qu’il peut redresser la situation économique et renverser la courbe du chômage. Mais son pari est perdu d’avance, et ce pour trois raisons.

Première raison, la situation internationale s’est encore dégradée. L’extérieur ne nous aide plus, au contraire. Le désordre qui règne dans les pays émergents, et notamment en Chine, commence à peser sur le reste de la planète. Les marchés chinois ou indiens ne sont pas en mesure de capter les exportations européennes, trop chères et trop sophistiquées. Par ailleurs, le propre modèle de relance des économies émergentes par la consommation interne a des ratés.

Le fameux alignement des planètes dans lequel tout le monde voyait la recette magique de la reprise ne fonctionne pas. La baisse des taux d’intérêt n’a toujours pas boosté les investissements, y compris les investissements immobiliers. La baisse de l’euro n’a pas corrigé l’équilibre de la balance commerciale. En théorie, on aurait pu vendre plus facilement à l’extérieur. Encore aurait-il fallu avoir quelque chose à vendre. Nos importations sont toujours plus lourdes que nos exportations. Enfin, la chute du prix du pétrole, au plus bas depuis 2004 à moins de 30 dollars le baril, commence à dérégler tous les compteurs. Un pétrole pas cher améliore certes la productivité cout dans un tas de secteur mais modifie aussi les équilibres qui avaient été établis sur un prix de pétrole plus cher. La transition énergétique par exemple qui impacte les activités de transport et l’industrie de l’habitat s’avère beaucoup moins urgente aujourd'hui qu'hier.

La décision de l’Iran, prête à relever ses exportations de pétrole brut de 500.000 barils par jour, annoncé dimanche quelques heures après la levée internationale des sanctions contre le pays, va immédiatement faire tomber à nouveau les prix.

L’Iran revient sur un marché du pétrole déjà très encombré. Les plus perturbés sont évidemment les pays du golf où toutes les bourses se sont effondrées dimanche. Normal, les recettes s’effondrent et leur pouvoir d’influence avec.

Cette situation va avoir un effet indirect sur les taux d’intérêt. La baisse du pétrole fait fondre les excédents de pétrodollars, ce qui va assécher en occident certains financement, d’où le trend de hausse annoncé sur les taux d’intérêt américains. L’abondance de pétrole génère la rareté de l’argent. Tous ces facteurs  sont autant de freins à la reprise de l’économie sur laquelle François Hollande comptait pour soutenir l’activité en France.

La 2e raison tient au caractère très artificiel de ce qu’il pourrait annoncer pour répondre à l’Etat d’urgence sur le terrain de l’emploi. Personne ne peut croire sérieusement qu’il réussira à créer 500.000 emplois en 2016. En revanche il peut, par un traitement social extrêmement coûteux, sortir des statistiques un nombre significatif de chômeur et les caser dans des centres de formation. Personne ne sera dupe.

La situation de l’emploi dépend essentiellement sur la capacité et la volonté des chefs d’entreprise d’embaucher. Actuellement, ils sont bloqués. Ils sont bloqués parce que le travail leur coûte trop cher en charges sociales mais ça n’est pas la raison principale. Ils sont bloqués parce que c’est compliqué d’embaucher, parce que c’est compliqué de trouver la bonne personne et que Pôle Emploi ne fait pas son travail. C’est compliqué de gérer la fluidité et de se protéger contre les variations d’activité, c’est compliqué de gérer la mobilité. Bref, le chef d’entreprise trouve aujourd'hui que tout est trop compliqué, trop confus.

La simplification de cet écosystème passe par des réformes de structure que tout le monde accepte sur le papier mais que beaucoup refusent dans la pratique. Le président de la République ne pourra pas réformer le droit du travail, alléger les procédures d’embauche ou simplifier les procédures de licenciement et restaurer une efficacité acceptable par tous les partenaires sociaux des prudhommes. Sans parler de la formation qui coute 40 milliards d’euros et qu’il faudrait remettre à plat. La mission est techniquement et politiquement impossible.

3e raison, François Hollande a perdu la plupart de ses soutiens politiques. L'affaire de la réforme constitutionnelle a embarqué le Parti socialiste dans un débat sans issue. Le projet de réclamer une primaire à gauche l’affaiblit davantage.

La situation du Président est devenue intenable. La majorité de gauche lui reproche, à juste titre, de ne pas avoir tenu ses promesses de campagne. Mais s’il a changé de politique c’est justement parce que la politique sur laquelle il a été élu le conduisait dans le mur des réalités. Le problème, c’est que la politique mis en place, depuis deux ans, par Manuel Valls et Emmanuel Macron n’a pas produit de résultats tangibles. C’est normal parce que cette politique d’offre, pro-business a fait l’objet de jolis discours mais n’a jamais été appliquée. Le transfert de 40 milliards d’euros au service des entreprises via la CICE  a servi à compenser les prélèvements fiscaux excessifs de la première année du quinquennat et à préserver l’équilibre financier des entreprises qui étaient en majorité asphyxiées.

Aujourd’hui, la gauche demande une autre politique économique au gouvernement alors qu’elle devrait lui donner le moyens d’appliquer celle qu' il a choisi d’appliquer complètement et jusqu’au bout. Conscient de tout cela, les milieux d’affaires apparaissent découragés parce que le président est décourageant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

02.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

03.

Finale de la CAN : 48% des Français pensent qu'il est normal pour des personnes d'origine algérienne de manifester leur joie et leur attachement à leur pays lors des victoires de l'Algérie en football

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

06.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

07.

Quand Benjamin Griveaux crie tout haut ce que Benjamin Griveaux pense tout bas : "fils de pute", "abrutis"

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

03.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 19/01/2016 - 14:10
Ganesha Alors ça vient votre exposé
sur la politique économique du FN, nous l'attendons tous avec une grande impatience. Ne nous dites tout de même pas que vous ne le connaissez, vous écrivez toujours qu'avec la politique économique du FN tout ira mieux, alors expliquez nous SVP.
Alain Proviste
- 19/01/2016 - 11:05
Rien de surprenant pourtant
FH n'est que la caricature de nos élites politiques. Il persiste à dorloter les assistés et tous ceux qui vivent de la redistribution tout en vampirisant les entreprises qu'il déteste de toute façon. Aucune confiance en l'individu, il faut que l’État mette son groin partout. A noter que la gauche est quand même un cran pire que la droite. Le comble : la France est un pays tellement à gauche que même l'extrême-droite est gauchiste.
Anguerrand
- 19/01/2016 - 09:19
Ganesha ne veut jamais développer ses théories
Il suffit de lui demander de nous expliquer clairement la politique économique du FN et comme par hasard il se défile à chaque fois. N'aurait il pas compris ce qu'il dit ?