En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 12 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 11 heures 22 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 13 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 14 heures 25 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 14 heures 48 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 15 heures 43 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 19 heures 38 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 5 heures 47 sec
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 9 heures 41 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 12 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 14 heures 33 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 15 heures 9 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 16 heures 47 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 17 heures 34 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 19 heures 55 min
© Reuters
© Reuters
A la vitesse de l’atome

Dans les coulisses de Téhéran : pourquoi l’Iran applique l’accord sur le nucléaire plus vite que prévu… par les Américains

Publié le 15 janvier 2016
Il y a six mois cette semaine, l'Iran signait l'accord de Vienne garantissant son renoncement à se doter de l'arme nucléaire, en échange d'une levée progressive des sanctions. Il devrait entrer pleinement en vigueur au plus tard dimanche, a déclaré mercredi un négociateur iranien, appuyé par John Kerry qui table sur une mise en oeuvre dans "les prochains jours". Une application dans les règles qui surprend plus d'un analyste, notamment outre-Atlantique. Ce n'est pas sans liens avec la situation politique intérieure.
Thierry Coville est chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran. Il est professeur à Novancia où il enseigne la macroéconomie, l’économie internationale et le risque-pays. Docteur en sciences économiques, il effectue depuis près de 20 ans des recherches...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Coville
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Coville est chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran. Il est professeur à Novancia où il enseigne la macroéconomie, l’économie internationale et le risque-pays. Docteur en sciences économiques, il effectue depuis près de 20 ans des recherches...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a six mois cette semaine, l'Iran signait l'accord de Vienne garantissant son renoncement à se doter de l'arme nucléaire, en échange d'une levée progressive des sanctions. Il devrait entrer pleinement en vigueur au plus tard dimanche, a déclaré mercredi un négociateur iranien, appuyé par John Kerry qui table sur une mise en oeuvre dans "les prochains jours". Une application dans les règles qui surprend plus d'un analyste, notamment outre-Atlantique. Ce n'est pas sans liens avec la situation politique intérieure.

Atlantico : 6 mois après la signature de l'accord de Vienne, comment avance l'application du processus de démantèlement du programme nucléaire ? On dit qu'il avance plus vite qu'attendu, qu'en dites vous ? Si oui pourquoi ?

Thierry Coville : Je ne crois pas que le démantèlement du programme nucléaire iranien avance plus vite que prévu. Les estimations usuelles évoquaient une levée des sanctions début 2016. On est donc dans les temps. Il est vrai que l'Iran n'a pas perdu de temps depuis la signature de l'accord en juillet 2015. Toutes les questions en suspens ont été graduellement résolues. Il y a d'abord eu un accord avec l'AIEA quant à la question des actions passées de l'Iran visant à militariser son programme nucléaire : les autorités iraniennes ont admis qu'il y a eu des actions dans ce sens mais l'AIEA a reconnu que tout s'était arrêté après 2003. Par ailleurs, l'Iran a transféré en Russie une grande partie de son stock d'uranium enrichi pour ne garder que 300 kg d'uranium faiblement enrichi tout en procédant à la réduction du nombre de ses centrifugeuses. Il doit être procédé à l'enlèvement du coeur du réacteur d'eau lourde d'arak dans les prochains jours. 

Il est logique que certains analystes outre-Atlantique qui croient que depuis des années, "on ne peut pas faire confiance à l'Iran" soient surpris. Par ailleurs, on peut aussi penser que compte tenu de l'opposition forcenée des milieux républicains à cet accord sur le nucléaire, il y ait une certaine déception par rapport à une situation démontrant que cet accord semble fonctionner ...

Par ailleurs, les autorités iraniennes avaient tout intérêt à tenir leurs engagements puisque cela devrait conduire à une levée prochaine des sanctions. Hassan Rohani s'est fait élire président d'abord en promettant de négocier sur le nucléaire pour obtenir la fin des sanctions.  Or des élections législatives ainsi que d'autres portant sur l'assemblée des experts (assemblée ayant notamment le pouvoir de choisir le Guide et de contrôler son action) sont prévues fin février 2016. Le président a donc besoin pour des raisons électorales que les sanctions soient levées le plus tôt possible. D'autre part, le Guide a depuis le début validé et encouragé les négociations sur le nucléaire. Il est donc logique qu'il soit d'accord avec la mise en place de l'accord.

Quel est l'impact de la question du nucléaire sur la politique intérieure iranienne ? En quoi cela joue-t-il sur les rapports de force et clivages politiques en Iran ? Comment se dessine le clivage politique autour de la question du nucléaire ? 

Pour simplifier, il y a un camp des durs qui refuse cet accord, qui considère que l'Iran a fait trop de concessions et s'est trop rapproché des Etats-Unis. Ces conservateurs très radicaux sont majoritaires au Parlement. Ils sont également bien implantés dans le milieu judiciaire. Un certain nombre de dirigeants des Pasdarans en font également partie. Ils s'opposent à la politique de normalisation de Hassan Rohani avec l'occident, et notamment avec les Etats-Unis. Ce même groupe est vent debout contre toute ouverture politique en interne. Ils veulent une application très sévère de la morale islamique et sont contre toute réforme visant à améliorer la situation des droits de l'homme et accroître les libertés individuelles (notamment chez les femmes et les jeunes). On comprend donc que ce groupe soit complètement opposé à cet accord sur le nucléaire. Ils étaient partisans d'une politique visant à passer en force et à "imposer" sans concessions le programme nucléaire iranien au reste du monde.

On peut également penser que ce groupe voit dans cet accord le début d'une normalisation des relations avec les Etats-Unis, possibilité qu'ils rejettent de toutes leurs forces. L'anti-américanisme a été un des fondements de l'idéologie de la république islamique d'Iran. Il faut se rappeler que l'approbation par l'Imam Khomeini de la prise d'otages de l'ambassade des Etats-Unis a été un tournant politique capital qui a permis à l'Imam de se "débarrasser" de tous les modérés et radicaliser le mouvement révolutionnaire. Une reprise des relations même modeste avec les Etats-Unis signerait (signe déjà ?) la fin d'une époque. Il est difficile de résumer en quelques mots les motifs qui poussent ce groupe à agir ainsi. Certains sont de vrais idéologues convaincus que l'Iran doit rester "révolutionnaire". D'autres adoptent cette ligne idéologique car ils profitent largement du système économique mis en place depuis la révolution ...

En face, il y a le groupe des modérés qui regroupe des conservateurs plus modérés ainsi que les partisans des réformateurs. Ces deux tendances sont favorables à une approche plus constructive avec l'occident. Ils veulent une normalisation des relations de l'Iran avec l'occident. Ils sont également "réalistes" notamment dans le domaine économique. Ils savaient qu'il n'était pas possible d'améliorer la situation économique de l'Iran sans une levée des sanctions, et cela passait par une reprise des relations avec les Etats-Unis. Ils considéraient également que le radicalisme de la politique étrangère sous Ahmadinejad avait plutôt isolé et affaibli l'Iran. On pourrait dire qu'ils sont partisans d'une politique étrangère classique basée sur la diplomatie. Toutefois, ces groupes restent farouchement nationalistes et veulent toujours renforcer l'influence régionale de l'Iran. Enfin, on sait que les réformateurs ont un agenda politique qui insiste plus sur l'ouverture démocratique et le respect des libertés individuelles que chez le camp des conservateurs modérés. Les réformateurs demandent également la libération de leurs deux anciens leaders, Hossein Moussavi et Mehdi Karroubi, toujours en résidence surveillée depuis les manifestations de 2009. Pour toutes ces raisons, on comprend pourquoi ce groupe soutient l'accord sur le nucléaire.

On se rend compte que l'accord sur le nucléaire est un vrai "marqueur" idéologique en Iran. Il fait en effet référence à des oppositions irréductibles entre modérées et radicaux en Iran : une politique étrangère constructive basée sur la diplomatie en opposition à une politique révolutionnaire sans concession, des relations normales avec les Etats-Unis ou l'antiaméricanisme, une vision réaliste des rapports de force ou la fidélité à des slogans révolutionnaires, etc. On voit également que ces deux camps ont bâti des stratégies politiques totalement opposées à partir de cet accord. Le camp des durs veut tout faire pour que cet accord ne conduise pas à une ouverture politique en interne et une normalisation rapide des relations avec les Etats-Unis. On peut également penser qu'ils s'opposeront à toute politique économique qui menace directement leurs intérêts économiques. Ils vont donc tout faire pour maintenir leur contrôle du parlement et de l'assemblée des experts.

Le Parlement a beaucoup de pouvoirs en Iran et l'Assemble des experts jouera un rôle clé en cas de décès d'Ali Khameini. Ces conservateurs radicaux comptent sur le rôle du Conseil des Gardiens, qui a le pouvoir de valider ou non les candidats à ces deux élections. Cette assemblée très conservatrice a souvent invalidé des candidatures trop modérées à son gout dans le passé. Elle vient ainsi de déclarer que le petit-fils de l'Imam Khomeini, personnalité proche des réformateurs, ne pourrait pas se présenter aux élections pour l'Assemblée des Experts car il a manqué un examen qui devait tester les connaissances religieuses des candidats ... De son côté, le camp de Rohani compte profiter du capital politique acquis grâce à cet accord (une très large majorité de la population iranienne soutient cet accord) pour asseoir son pouvoir politique à travers ces élections. En cas de victoire, il aura les mains libres pour lancer les réformes nécessaires pour libéraliser l'économie iranienne. On ne sait pas encore s'il lancera également des réformes plus politiques. Tout dépendra des futurs rapports de force en interne. Dans tous les cas, une bataille féroce s'annonce et le rôle d'Ali Khameini peut être ici décisif. Il ne faut pas toutefois négliger comme le font trop d'observateurs la pression que fait peser la société civile iranienne avide d'ouverture sur le système politique ...

Et a contrario, quel impact les enjeux de politique intérieure ont-ils sur la mise en oeuvre de l'accord ? Le bon avancement du démantèlement est-il lié à la situation politique iranienne ? Pourquoi ? 

En dépit de leur opposition à cet accord, ces conservateurs radicaux ne peuvent pas faire grand chose pour gêner son application. En effet, le Guide Ali Khameini a, depuis le début validé cet accord. le Guide a donc également intérêt à ce que cet accord soit appliqué. Il ne faut pas oublier que les décisions en matière de politique étrangère en Iran résultent d'un long processus de négociation entre les différents groupes. Ali Khameini a écouté tous les points de vue et a considéré, pour des raisons économiques (obtenir la fin des sanctions), stratégiques - mettre fin à l'isolement de l'Iran alors que l'Etat Islamique devenait une menace stratégique - et politiques - légitimer le régime en validant la politique d'ouverture de Rohani, il fallait négocier, notamment avec les Etats-Unis. le Guide a également tout intérêt à ce que cet accord soit appliqué.

Par contre, les plus radicaux font tout ce qu'ils peuvent pour s'opposer à la politique étrangère de normalisation de Rohani. Ils ont provoqué l'arrestation de plusieurs irano-américains. On peut également penser que les groupes les plus radicaux sont derrière l'attaque de l'ambassade de l'Arabie Saoudite à Téhéran et de son consulat à Mashad. Ils se moquent de ce qu'ils appellent "la politique du sourire" de Rohani et Zarif et estiment que du fait de cette politique, l'Iran n'est plus respecté. Ils n'arrêtent pas également de critiquer la politique économique de Rohani en arguant du fait que contrairement aux promesses du Président la situation économique s'est dégradée depuis la signature de l'accord (avec une croissance sans doute négative actuellement) ... oubliant de préciser que les sanctions n'ont pas été levées.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

04.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

05.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

06.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

07.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

04.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

05.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires