En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Boys don’t cry
Faut-il séparer garçons et filles à l’école ?
Publié le 12 mars 2012
D’après un article publié par la revue Science, aucune étude scientifique sérieuse ne montre qu’une éducation "unisexe" améliore les résultats scolaires des enfants. En revanche, elle renforce les stéréotypes liés au sexe.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D’après un article publié par la revue Science, aucune étude scientifique sérieuse ne montre qu’une éducation "unisexe" améliore les résultats scolaires des enfants. En revanche, elle renforce les stéréotypes liés au sexe.

Les garçons sont meilleurs en maths, moins sensibles au bruit, préfèrent l’action et le mouvement. Les filles préfèrent la douceur, la lecture et les poupées. En se basant sur ce genre d’affirmations, une école de la banlieue de Saint-Louis, aux Etats-Unis, a décidé de séparer filles et garçons dans des classes différentes. En 2009, la chaîne MSNBC s'est rendu dans cette école où filles et garçons étudient séparément, dans un environnement censé favoriser leur développement et améliorer leurs résultats scolaires.

Visit msnbc.com for breaking news, world news, and news about the economy

D'après le New-York Times, il existait aux Etats-Unis deux écoles séparant filles et garçons au milieu des années 1990. Aujourd'hui, elles sont plus de 500. La National association for single sex public education, qui promeut ce type d'éducation, estime que "si l'on enseigne les mêmes sujets et de la même manière aux filles et aux garçons, à l'âge de 12 ou 14 ans, nous avons des filles qui pensent que "la géométrie c'est dur", et des garçons qui trouvent que "l'art et la poésie c'est pour les filles." Le manque de compréhension des différences entre les sexes a comme conséquence non intentionnelle de renforcer les stéréotypes. A l'inverse, si vous comprenez ces différences, vous pouvez les éviter.

Mais un article récent du magazine Science prend le contre-pied de l'idée selon laquelle une éducation différenciée est meilleure pour les enfants."Il n'y a pas d'études bien construites montrant qu'une éducation "unisexe" améliore les performances académiques, mais il existe des preuves que la séparation des sexes augmente les stéréotypes et légitimise le sexisme institutionnalisé."

Cette étude s'intitule "La pseudo-science de l'éducation séparée des filles et des garçons". Ses auteurs, tous scientifiques, sont membres de l'American council for coeducational schooling. Ils demandent au président Barack Obama de revenir sur une décision prise par l'administration Bush qui a facilité l'ouverture des classes "unisexes". Il a fallu pour cela contourner la règle qui empêche l'inégalité de l'éducation.

Le département de l'Education a pris connaissance de cette étude, et déclaré en étudier les conséquences. "Quand on parle de séparer les élèves, de les traiter différemment, on doit le faire en respectant la constitution, et on veut s'assurer que cela est justifié. Nous voulons nous assurer qu'il existe des garanties contre la fabrique des stéréotypes."

Parmi les stéréotypes, l'idée que les filles ne sont pas faites pour les maths. Une étude américaine montre qu'entre le primaire et le lycée, le nombre de filles qui disent aimer la science tombe de 66 à 48%. Dans le même intervalle, celles qui souhaiteraient arrêter l'étude des mathématiques passent de 9 à 50%. Ce n'est donc pas le cerveau qui est en cause, mais plutôt l'acceptation progressive de l'idée selon laquelle les filles "ne seraient pas faites pour ça". En intégrant ces stéréotypes, les parents peuvent les transmettre à leurs enfants. 

Un autre aspect de l’éducation "unisexe" est l’idée selon laquelle les garçons ont plus besoin de se dépenser physiquement. Le reportage de MSNBC montre par exemple que les garçons sont encouragés à se déplacer quand les petites filles sont tranquillement assises à lire. Le professeur Charles Hillman (Université de l’Illinois) a étudié l’importance des activités physiques dans l’éducation. "Nous n’avons jamais trouvé de différences liées au sexe au cours de notre travail. Nous avons pris en compte le sexe comme variable dans notre étude, et nous n’avons jamais trouvé de quoi soutenir cette idée."

Il existe plusieurs autres recherches montrant qu'il n'y a que de très légères différences entre le cerveau des filles et celui des garçons. L'une d'elle vient du docteur Lise Eliot, neurobiologiste à la faculté de médecine de Chicago. Elle est l'auteure du livre Cerveau rose, cerveau bleu, dont vous pouvez lire des extraits ici. La conclusion de son ouvrage : Il y a "étonnamment peu de preuves solides de différences sexuées dans le cerveau des enfants".

"Les différences entre les individus d'un même sexe sont tellement importantes qu'elles l'emportent sur les différences que l'on peut éventuellement observer entre les sexes" affirme de son côté Catherine Vidal, neurobiologiste et chef de laboratoire à l'Institut Pasteur.

Pourtant l’idée persiste, selon laquelle les petits garçons se tournent naturellement vers les objets, les mathématiques et la science, alors que les filles préfèrent les relations humaines, et ne sont pas des leaders naturels.

Un psychologue britannique, Simon Baron-Cohen, se base sur une étude menée sur des enfants âgés d’un jour seulement. L’étude a montré que les nourrissons de sexe masculin portaient une attention plus prolongée aux objets mobiles alors que ceux de sexe féminin regardaient plus longtemps les visages. Le cerveau masculin, estime Mr Baron-Cohen, est profondément lié au pouvoir, à la chasse et au commerce, quand le cerveau féminin serait lui conçu pour l’amitié, la maternité et les ragots. Un article du magazine Ms. démonte les biais liés à cette étude, notamment le fait que la tête des nourrissons était tenue par leurs parents, qui ont influencé ce que regardent les enfants.

Pour les auteurs de l'étude publiée par Science, rien ne prouve sérieusement qu'il vaut mieux séparer filles et garçons. Ils estiment que "les fonds destinés à la formation des enseignants sur l'apprentissage lié au genre seraient mieux utilisés si on leur apprenait plutôt à intégrer les filles et les garçons dans l'environnement éducatif."

En attendant, à l'école de Saint-Louis, on lit des histoires de monstres aux petits garçons, des histoires de stars du cinéma aux petites filles.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Gilets Jaunes : des échauffourée avec la police, des voitures brûlées et des magasins pillés
05.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
06.
Cette fâcheuse addiction du monde contemporain à la pornographie émotionnelle
07.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Cap2006
- 28/12/2011 - 09:52
il y a aussi des ayatollahs du collectivisme outrancié...
la mixité devait faire diminuer les stéréotypes... je crois qu'elle ne remplis pas vraiment son role... contribuant un peu plus à érotiser les relations dès le plus jeune age...
les filles passent leurs temps à tenir à jour leurs listes de prétendants supposés... les garçons à mater les seins qui poussent...
Et les timides des deux sexes se retrouvent encore plus intimidés..
yoda
- 27/12/2011 - 22:28
encore une etude à la con !
les grands esprit ont parlés amen !

écoutons les comme on écoute depuis des lustres tout ces soit disant grosses têtes qui mene les pays... assez de toute ces études... et cie !
cappucino
- 27/12/2011 - 13:32
Les USA sont aussi le pays des créationnistes
Alors le reste va dans le même sens. Dieu a créé la femme à partir de l'homme, elle dépend donc de lui. Pourquoi lui donner une éducation équivalente aux hommes? Quand à Lilith elle n'a pas fait de vieux os.
Ras le bol des des fondamentalistes qui essayent par tous les moyens d'imposer leur point de vue y compris sous le couvert de l'éducation.