En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

04.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

05.

Il aime le "jeune Adolf", Goebbels et Auschwitz. Et comme c'est du rap…

06.

Emmanuel Macron s'en prend à Olivier Véran

07.

Covid-19 : l'hémisphère sud a réussi à échapper à la grippe pendant son hiver 2020

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Beatrice Dalle & Anthony Delon épousent des jeunesses; Julie Gayet & Francois H. s’engueulent en regardant le foot; Angelina veut pourrir la vie de Brad Pitt, Jade Hallyday commence à pourrir celle de sa mère; Yannick Noah fait ses besoins dehors

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Nous avons tué Dieu. Et un autre a pris sa place : jeune, vigoureux, conquérant.

03.

COVID-19 : y-a-t-il encore un pilote dans l’avion gouvernemental ?

04.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

05.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 6 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 7 heures 8 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 14 heures 34 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 17 heures 15 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 19 heures 38 min
décryptage > Economie
Repenser l'économie

Plan de relance : l’argent ne fait pas le changement

il y a 20 heures 10 min
décryptage > Religion
Ite missa est

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

il y a 20 heures 44 min
décryptage > Science
Grrrrr

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

il y a 21 heures 7 min
décryptage > Politique
Socle électoral

LFI / EELV-PS : qui a vraiment le vent en poupe pour 2022 ?

il y a 21 heures 25 min
décryptage > Santé
Lutte contre le coronavirus

Covid-19 : affinement bienvenu de la stratégie gouvernementale, même défauts opérationnels majeurs

il y a 21 heures 56 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 7 heures 27 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 15 heures 1 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 19 heures 25 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 19 heures 39 min
pépite vidéo > International
Reconfinement
Coronavirus : Israël entre dans une nouvelle phase de confinement ce vendredi
il y a 20 heures 27 min
décryptage > Economie
Crise sociale

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

il y a 20 heures 58 min
pépites > Economie
Chrysanthèmes
2.000 fleuristes ont fermé définitivement leur magasin depuis le début de la crise sanitaire
il y a 21 heures 15 min
décryptage > Politique
Faillite en vue ?

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

il y a 21 heures 42 min
Piqure
Le frelon asiatique envahit la Bretagne
il y a 22 heures 32 min
© Charles Platiau / Reuters
© Charles Platiau / Reuters
Bonnes feuilles

Pourquoi François Mitterrand se considérait comme "le dernier des grands Présidents"

Publié le 10 janvier 2016
20 ans après la mort de François Mitterrand, une centaine d'entretiens inexploités ont décanté peu à peu dans l'esprit de Georges-Marc Benamou. Il nous livre ici ses inédits et répond à toutes les attaques... Le mystère Jean Moulin et la piste Bénouville, son anti-gaullisme, son obsession Mendès-France, les Juifs et la France, la déception Fabius, lui et la postérité avec cette curieuse prophétie : "Je suis le dernier des grands Présidents." Extrait de "Mitterrand : "Dites-leur que je ne suis pas le diable"." de Georges-Marc Benamou, aux éditions Plon 2/2
Georges-Marc Benamou
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Georges-Marc Benamou est producteur de cinéma et journaliste. Ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, il est notamment l'auteur de Comédie française: Choses vues au coeur du pouvoir (octobre 2014, Fayard), ainsi que de "Dites-leur que je ne suis pas...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
20 ans après la mort de François Mitterrand, une centaine d'entretiens inexploités ont décanté peu à peu dans l'esprit de Georges-Marc Benamou. Il nous livre ici ses inédits et répond à toutes les attaques... Le mystère Jean Moulin et la piste Bénouville, son anti-gaullisme, son obsession Mendès-France, les Juifs et la France, la déception Fabius, lui et la postérité avec cette curieuse prophétie : "Je suis le dernier des grands Présidents." Extrait de "Mitterrand : "Dites-leur que je ne suis pas le diable"." de Georges-Marc Benamou, aux éditions Plon 2/2

« Auriol fait ses sept ans et il ne se représente pas… René Coty sombre avec la IVe République, il doit céder la place à de Gaulle… De Gaulle démissionne trois ans avant la fin de son second mandat… Pompidou est fauché par la maladie après quatre années à l’Élysée… Giscard fait ses sept ans la première fois. Il croit être réélu quand je le bats. Aucun d’entre eux n’aura fait mieux que moi. »

Puis il se repose un instant en attendant le repas (oeuf mollet, etc.) ; la fatigue, l’émotion de la journée, tous ces comptes qu’il a faits. À un moment, il se redresse dans son fauteuil, il considère avec étonnement la chambre vide et ces caisses qui traînent encore. Et il reprend, guilleret après avoir été si solennel :

« Ce matin, en Conseil des ministres, j’observais Édouard Balladur qui me rendait hommage. Un hommage vraiment sincère – après tout, il n’était pas obligé… Je le regardais et je me disais qu’il avait bien failli y arriver, que, si près du but, c’était rageant de voir ainsi ses espoirs s’envoler… »

Le regret, s’il est sincère, est bien tardif quand on sait comment Mitterrand a fait chuter Balladur, héros des sondages, avec cette affaire Schuller-Maréchal.

On le disait mort ou presque. L’autre (Balladur) était déjà Président. Président-bis, disait-il. Ah ! Ils allaient voir ! Durant cet épisode, l’artiste montra son talent, poussa ses derniers feux machiavéliens. Il exécuta l’arrogant Balladur.

Il reprend, avec le même air réjoui cette fois, et vaguement moqueur : « Chirac a fini par y arriver… Chirac, Président, vous imaginez ? »

Il n’attend pas ma réponse, il continue à se demander à propos de Balladur : « De toute façon, Balladur est trop impopulaire… Mais avec lui ça aurait peut-être été du sérieux. »

Puis il en vient à ce dont je n’osais parler : le grand débat télévisé qui avait opposé, la veille, Chirac et Jospin. Je pensais qu’aborder ce sujet devait sentir la mort. Nous étions entre les deux tours. Chirac gagnerait.

« Hier soir, c’était vraiment un match nul. »

Il insiste sur le « nul » – j’ai compris. Pour la première fois dans la campagne à sa succession, il a l’air apaisé. Il n’est plus à cran lorsqu’on aborde le sujet, aigre à l’égard de Jospin, trop attentif à Chirac ou ressassant la trahison de Balladur, « l’étrangleur ottoman » ; amer dans tous les cas. Cette fois, il connaît son successeur, ce sera Chirac, et cette perspective a l’air de le rassurer.

Hier soir, après un tel « match nul » en effet, il a dû se coucher en paix. Le débat suintait l’ennui : platitudes, technicité, manque de passion, absence d’accrochages, assauts d’amabilités. Mitterrand n’avait pas participé à ce débat, mais il en était sorti grandi. On allait vite le regretter – il a dû le sentir. Alors il prend un ton nouveau, un air détaché :

« Il y avait trop de chiffres, et pas d’affrontement véritable. Chirac a été moins bon que contre moi en 1988. Il n’était pas stimulé – il n’en avait pas l’air. Quant à Jospin, il s’en est plutôt honnêtement tiré. Au bout du compte, un bon débat de ministres gestionnaires… »

Il dit « ministres gestionnaires », et c’est terrible. Il a eu le même ton d’ordinaire dédaigneux qu’il prend quand il parle de Rocard. Un jugement sans appel, un jugement d’expert. « C’est le niveau d’un bon ministre des PTT. »

Passe un silence désolé. Puis il me fait signe d’approcher. Il fronce les sourcils, l’oeil aigu ; le nez pincé par la volonté, il attend ma totale attention, avant de souffler cette phrase qui résonne encore : « En fait, je suis le dernier des grands Présidents… »

Il a dit ça vite, sans chercher ses mots, sans les classer ; grandiloquent puis aussitôt gêné ; inquiet que je le prenne pour un vieux fou. Il laisse passer un instant, et, en effet, j’en ai besoin pour réaliser l’énormité de l’aveu. Peut-être saisit-il mon trouble, il tente de rationaliser :

« Enfin, je veux dire le dernier… dans la lignée de De Gaulle… Après moi, il n’y en aura plus d’autres. »

Il ordonne ses idées, et en parlant étaye sa conviction :

« À cause de l’Europe…

À cause de la mondialisation…

À cause de l’évolution nécessaire des institutions…

Dans le futur, ce régime pourra toujours s’appeler la Ve République… Mais rien ne sera plus pareil. Le Président deviendra une sorte de super-Premier ministre, il sera fragile. Il sera obligé de cohabiter avec une Assemblée qui aura accumulé bien des rancoeurs et des rivalités et qui, à tout moment, pourra se rebeller. Et ce sera la cohabitation permanente, une sorte de retour à la IVe. »

Je relis ces phrases vingt ans après. Comme elles résonnent.

Extrait de "Mitterrand : "Dites-leur que je ne suis pas le diable"." de Georges-Marc Benamou, publié aux éditions Plon, 2016.  Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 10/01/2016 - 22:41
Collaborateur des Nationo-socialistes avec Pétain...
les Français, desinformés par les médias gauchistes ont élu deux fois un collabo, initiateur de la déchéance de la France!
Borgowrio
- 10/01/2016 - 17:56
Mitterrand , abjecte
Une anecdote qui en dit long sur le cynisme de ce personnage . Rocard étant plus populaire que lui , il le nomme premier ministre alors que la France va très mal , " dans 2 mois il sera transparent" disait il . Or Rocard s'est attelé à la tâche et les choses s'amélioraient , sa popularité aussi . Mitterrand le somma alors de démissionner , parcequ'il lui faisait de l'ombre , pour nommer une nulle ( J'ai oublié le nom) . Voilà , plus que l'avenir de la France , le grand Mitterrand préservait le sien ...
MONEO98
- 10/01/2016 - 17:37
heureusement que le ridicule ne tue pas
On en aurait été débarrassé bien avant.S'il garde une place dans l'histoire ce sera celle du début de la disparition de la France ...
1981 le début de la fin