En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
e salon Napoléon III, la posture debout, le pupitre qui remplace le bureau : malgré les explications de texte distillées par "l’entourage présidentiel" (comprendre le chef de la communication, Gaspard Gantzer), il n’y a tout de même pas de quoi se pâmer !
Rhétorico-laser

Vœux amnésiques pour président en mal d’amnistie ?

Publié le 01 janvier 2016
D’un strict point de vue formel, l’exercice 2014 était au demeurant meilleur (débit, gestuelle, voix) que celui de 2015. Les consonances ("résistance", "vaillance", etc.) et le chiasme sur l’apprentissage ("pas un apprenti sans patron, pas un patron sans un apprenti") étaient certes bien trouvés, mais ont un peu souffert d’un effet trop appuyé.
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D’un strict point de vue formel, l’exercice 2014 était au demeurant meilleur (débit, gestuelle, voix) que celui de 2015. Les consonances ("résistance", "vaillance", etc.) et le chiasme sur l’apprentissage ("pas un apprenti sans patron, pas un patron sans un apprenti") étaient certes bien trouvés, mais ont un peu souffert d’un effet trop appuyé.

A exercice rituel, commentaires attendus : la cuvée 2015 des vœux présidentiels n’aura pas failli à la règle. Les partisans de toujours applaudissent, les adversaires déplorent, les médias cherchent désespérément du « neuf » à quoi s’accrocher. Le salon Napoléon III, la posture debout, le pupitre qui remplace le bureau : malgré les explications de texte sur la « solennité » et « l’autorité » distillées par « l’entourage présidentiel » (comprendre le chef de la communication, Gaspard Gantzer), il n’y a tout de même pas de quoi se pâmer ! D’un strict point de vue formel, l’exercice 2014 était au demeurant meilleur (débit, gestuelle, voix) que celui de 2015. Les consonances (« résistance », « vaillance » etc.) et le chiasme sur l’apprentissage (« pas un apprenti sans patron, pas un patron sans un apprenti ») étaient certes bien trouvés, mais ont un peu souffert d’un effet trop appuyé.

Malgré la promesse présidentielle de vœux différents de « tous ceux qui les ont précédés », on ne perçoit pas de changement notable dans ce qu’on appelle l’énonciation du discours (« qui parle et comment » ?). Contrairement à ce que l’on a pu entendre, François Hollande n’a pas dit davantage « je » que dans les précédentes éditions, notamment celle de 2013 sur le Pacte de responsabilité. Quant au contenu socio-économique, rien de neuf là non plus : la « priorité à la lutte contre le chômage» constitue le leitmotiv de cet exercice comme des autres. Avec le succès que l’on sait.

C’est peut-être justement là que l’interrogation légitime commence : pourquoi ces précédents sont-ils si aisément oubliés ? Pourquoi la confrontation du dire et des résultats est-elle si rare, au bout de trois ans et demi d’exercice du pouvoir ? Et comment entendre des promesses de « 500 000 chômeurs supplémentaires » en formation, d’un « plan de grands travaux » et d’une « mobilisation pour l’apprentissage » sans se poser deux questions simples : « pourquoi donc si tard? » ; « comment autant en si peu de temps ? ». Davantage, comme dans le cas de l’apprentissage, « pourquoi avoir fait le contraire jusqu’ici? »

Réhabilitation soudaine de l’apprentissage et nouvel exemple de « triangulation » d’une proposition de droite, de même que la proclamation de « l’état d’urgence économique », tandis que le président dispute le trophée du « vrai patriotisme » au Front National. Nul doute que celui-ci ne tombera pas dans le piège rhétorique, expert qu’il est en la matière. Mais qu’en est-il de la droite ? 

François Hollande aurait donc bien tort de nous priver de ses promesses et de se priver du procédé. La même raison entraînera les mêmes effets : l’amnésie quasi-totale du débat public fera que le 31 décembre 2016 tout le monde aura oublié les engagements du 31 décembre 2015...Souvenons-nous du sort de la « loi Macron 1 », étrillée dans sa substance et dont seuls ¼ des décrets d’application sont sortis un an après son annonce, avant de nous extasier à l’approche de la « loi Macron 2 ».  

Certes, mais à cette différence près qu’il y a cette fois-ci le terrorisme, vraie nouveauté de ces vœux (à part une courte allusion l’an dernier, Daesh oblige) tristement imposée par les circonstances dramatiques de 2015. L’on sait que l’enjeu a permis à François Hollande de trouver enfin sa « stature présidentielle » et un regain (modeste) de popularité. Mais, hormis les hommages convenus à sa « solennité » (pourtant bien peu frappante, tant dans l’élocution trop uniforme, que dans la voix mal posée), c’est dans les failles savamment occultées de son discours que se donne à voir le vrai art du président. Ainsi de la « faille » entre les attentats de janvier et de ceux de novembre, traités d’un même jet dans les vœux présidentiels, alors que se pose la question de l’action gouvernementale pendant les 10 mois d’intervalle. Ainsi de la faille sur la fameuse « déchéance », sur laquelle, quoi qu’on dise, le président laisse une grande latitude à la discussion parlementaire, notamment pour la rédaction finale. Faille enfin sur les événements de Corse où, étrangement, François Hollande s’est scandalisé à juste titre du saccage du lieu de prière musulman mais n’a pas eu un mot sur l’agression contre les pompiers. Cette faille-là, soyons en sûrs, ne passera pas inaperçue dans l’Île….

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

02.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

03.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

04.

Pourquoi le Roi Lion pourrait être le dernier classique que Disney parvient à recycler

05.

Jordan Bardella sur Sibeth Ndiaye : "Elle est habillée comme un Télétubbies"

06.

Quand les documents officiels sur le SNU montrent que l’occasion de restaurer l’autorité a été manquée

07.

Pourquoi l’Europe ne s’est jamais complètement remise de l’échec de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

03.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

04.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
scrat75
- 02/01/2016 - 07:56
Possible
D'avoir le taux d'audience de ce pantin ?
Parceque moi depuis qu'il se vautre dans les canapés de l,Élysée je ne l'écoute plus le 31.
jmpbea
- 01/01/2016 - 20:20
Il se prend pour un chef de guerre..
mais il n'est qu'un soldat de plomb....il se prend pour un économiste, mais il n'est qu'un épicier....il se croit le stratège politique du monde libre...il n'est que la mouche du coche americano-russe.....j'arrête là , je commence à nouveau à pleurer...
l'enclume
- 01/01/2016 - 18:34
Sait-il ce qui se passe en entreprise
Pauvre connard, "pas un apprenti sans patron, pas un patron sans un apprenti" Je viens d'apprendre qu'un pote de mon petit fils qui était en apprentissage en carrosserie, vient d'avoir son diplôme, résultat la porte, "tu vas nous coûter trop cher que le patron lui a dit. Certes, il ne faut pas généraliser mais quand même, tant qu'il y a du pognon à récupérer OK, dès que ça coûte un peu, basta.