En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Etre seul tue

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 6 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 9 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 9 heures 12 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 11 heures 27 min
pépite vidéo > Insolite
Goût de luxe
Un hôtel espagnol décore son hall d'entrée avec un sapin à 14 millions d'euros
il y a 12 heures 5 min
rendez-vous > Economie
Zone Franche
Retraites et consensus scientifique : peut-on vraiment prendre les retraito-sceptiques au sérieux ?
il y a 13 heures 17 min
décryptage > Europe
Surprises

Surprises à la carte : ce que la géographie de l’euroscepticisme nous apprend des racines du trouble politique qui ébranle l’Union

il y a 13 heures 44 min
décryptage > Terrorisme
Incompréhension

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

il y a 17 heures 27 min
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 1 jour 37 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 7 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 9 heures 6 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 9 heures 29 min
décryptage > Santé
Petites vérités

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

il y a 11 heures 58 min
décryptage > Europe
La juste mesure

Royaume-Uni : la lutte anticorruption cherche la juste mesure

il y a 13 heures 16 min
décryptage > Politique
Petites vérités

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

il y a 13 heures 25 min
décryptage > Science
Découverte

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Economie
Génération 1975

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

il y a 17 heures 14 min
décryptage > Politique
To Reforme or not To Reform

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

il y a 17 heures 32 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 1 jour 1 heure
Plus de 4 millions de soldats auront combattu à Verdun, dont 10 % auront trouvé la mort…
Plus de 4 millions de soldats auront combattu à Verdun, dont 10 % auront trouvé la mort…
Bonnes feuilles

Pétain, alors général, sauve Verdun qui devient, par le sacrifice des poilus, une terre sacrée

Publié le 03 janvier 2016
Quand l’Histoire dérape, les événements s’enfoncent dans l’horreur, les héros côtoient les assassins, et les catastrophes historiques se succèdent. En matière de mensonges, de massacres, de génocides, de manipulations, d’assassinats, les livres d’Histoire dépassent la fiction ! Il était donc urgent de se pencher sur les heures noires, sanglantes et humiliantes u passé. Les auteurs proposent un voyage au coeur de l’Histoire, de ses heures sombres, de ses revers et de ses lâchetés ! Extrait de "Le Pire de l'histoire !" de Luc Mary et Philippe Valode, publié aux éditions de L'Opportun 2/2
Luc Mary est un écrivain et historien. Il a notamment écrit Mary Stuart, la reine aux trois couronnes (l'Archipel, 2009) et Jeanne d'Arc (Larousse, 2012). Il a aussi coécrit avec Philippe Valode Et si... Napoléon avait triomphé à Waterloo ? L&...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Valode est écrivain et éditeur. Ancien directeur de la revue Actualités de l'Histoire, il est l'auteur de Les Présidents des Etats-Unis (L'Archipel, 2005). Historien diplômé en sciences politiques, il est spécialiste de la période...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Mary
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Luc Mary est un écrivain et historien. Il a notamment écrit Mary Stuart, la reine aux trois couronnes (l'Archipel, 2009) et Jeanne d'Arc (Larousse, 2012). Il a aussi coécrit avec Philippe Valode Et si... Napoléon avait triomphé à Waterloo ? L&...
Voir la bio
Philippe Valode
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Valode est écrivain et éditeur. Ancien directeur de la revue Actualités de l'Histoire, il est l'auteur de Les Présidents des Etats-Unis (L'Archipel, 2005). Historien diplômé en sciences politiques, il est spécialiste de la période...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand l’Histoire dérape, les événements s’enfoncent dans l’horreur, les héros côtoient les assassins, et les catastrophes historiques se succèdent. En matière de mensonges, de massacres, de génocides, de manipulations, d’assassinats, les livres d’Histoire dépassent la fiction ! Il était donc urgent de se pencher sur les heures noires, sanglantes et humiliantes u passé. Les auteurs proposent un voyage au coeur de l’Histoire, de ses heures sombres, de ses revers et de ses lâchetés ! Extrait de "Le Pire de l'histoire !" de Luc Mary et Philippe Valode, publié aux éditions de L'Opportun 2/2

Pétain appelé au secours 

Joffre prend la décision de nommer Philippe Pétain, alors général de corps d’armée, comme coordonnateur de la défense du secteur de Verdun. Bien que surpris en galante compagnie, peu après minuit, à l’hôtel Terminus de la gare du Nord, Pétain se hâte vers sa destinée au matin du 25 février 1916. Il parvient dès le lendemain à son poste de commandement de Souilly, en arrière de Verdun, sur la route de Bar-le-Duc. La défense française repose, en cet instant, sur la seule 2e armée. Von Falkenhayn commence à comprendre qu’il a trop concentré ses troupes, ce qui explique leur trop lente avancée sur un chemin parsemé d'embûches. Mais il s’entête.

Soucieux d’éviter le découragement des hommes, en raison de l’importance des pertes, Pétain organise la rotation accélérée des troupes en première ligne. Il en fait venir de tous les fronts. Puis, il les protège mieux en installant une puissante artillerie sur les deux rives de la Meuse. Et il décide de rendre aux forts leur vocation de pôle de résistance en les faisant réoccuper. Enfin, depuis Bar-le-Duc, il met en place la fameuse Voie sacrée qui apporte au front hommes, munitions, pièces d’artillerie, marchandises, équipements militaires… Il faut que Verdun tienne à tout prix. Cette artère vitale qui rejoint Bar-le-Duc à Verdun est empruntée par une noria de 3 500 camions (principalement des Berliet CBA) qui, chaque semaine, transportent 100 000 hommes et 50 000 tonnes de matériel militaire. Environ 10 000 territoriaux empierrent en permanence la route avec des cailloux provenant des carrières proches, rouvertes pour l’occasion. Ils les placent sous les bandages des camions dont le poids dégrade continuellement la chaussée. Les Berliet parviennent ainsi à transporter 2 millions de tonnes de matériel et 4 millions d’hommes. Les blessés sont évacués par 800 ambulances : ils seront 260 000 à gagner les trains sanitaires qui se forment en gare de Bar-le-Duc.

Le cynisme de Pétain

Von Falkenhayn a fini par élargir son périmètre d’attaque à la rive gauche de la Meuse. De sanglants et héroïques combats se déroulent autour de Cumières-le-Mort-Homme, du bois des Bourrus, du bois des Corbeaux. Les pertes de part et d’autre sont considérables. Souvent, les survivants d’une attaque ne sont que quelques dizaines…

La France entière suit avec passion cet affrontement suprême, le sacrifice de ses soldats qui meurent pour qu’à Verdun, on ne passe pas. Menant une bataille défensive, accélérant encore la rotation des hommes, tout à fait paradoxalement, Pétain acquiert la réputation d’un général qui économise la vie de ses soldats. Pourtant jamais les pertes n’ont été aussi élevées ! Ainsi plus de 4 millions de soldats auront combattu à Verdun, dont 10 % auront trouvé la mort… Cette forme de cynisme du général Pétain, on la retrouvera en 1940 chez le maréchal Pétain lorsqu’il s’agira de signer les lois sur les Juifs, osera-t-on écrire au risque de choquer !

En face, les Allemands, qui maintiennent au front les mêmes unités, s’épuisent peu à peu. Le moral baisse malgré l’arrivée des renforts.

Le 1er mai, sans doute inquiet de l’immense popularité de Pétain, Joffre l’écarte en le nommant à la tête des armées du Centre alors dirigées par de Langle de Cary. Pétain qui est donc parvenu à sauver Verdun est remplacé par Nivelle.

Fin de partie

En mai, au prix d’un nouvel effort, les Allemands parviennent à s’emparer du fort de Vaux. Un court moment von Falkenhayn peut penser qu’il va rompre le front français : le sort de la bataille se joue devant Souville où le lieutenant Dupuy, un instituteur pacifiste, tient bon la position. Mais lorsque, enfin, les renforts français pénètrent dans Souville, ils n’y découvrent que quinze survivants.

En juillet, les Allemands interrompent leurs attaques. Aussitôt le général Mangin en profite pour regagner quelques positions perdues. Son offensive culmine le 24 octobre lorsqu’il reprend le fort de Vaux, puis celui de Douaumont. Il finit par réoccuper la rive gauche de la Meuse. Le 15 décembre, les combats cessent. Von Falkenhayn aura ainsi immolé 800 000 hommes, dont environ 380 000 Français, pour un gain territorial infime.

Pour tout le pays, le sacrifice exemplaire des poilus fait désormais de Verdun une terre sacrée.

Extrait de "Le Pire de l'histoire !" de Luc Mary et Philippe Valode, aux éditions de L'Opportun, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paul Emiste
- 04/01/2016 - 08:13
Canons lourds.
Les pertes françaises s'expliquent par le manque de canons lourds à longue portée. Comment contre battre une batterie de 305mm situés à 10 km ou plus avec des 75 qui ont une portée de 6 km maximum?
Les poitrines des poilus ont compensé cette absurdité du haut commandement,et ce dés 1914.
Pétain, artilleur, l'avait très bien compris.