En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 5 heures 42 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 12 heures 48 min
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 13 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 13 heures 43 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 14 heures 15 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 15 heures 18 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 16 heures 34 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 16 heures 56 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 17 heures 12 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 11 heures 45 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 12 heures 59 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 13 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 13 heures 40 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 13 heures 55 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 14 heures 37 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 17 heures 6 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 17 heures 19 min
© Reuters
© Reuters
Coup fatal ?

Reconquête de Ramadi : pourquoi aucune victoire militaire prévisible ne portera un coup fatal à l’Etat islamique

Publié le 29 décembre 2015
Les forces irakiennes viennent de reprendre la ville de Ramadi. La reprise des territoires contrôlés par l’État islamique, en Irak ou en Syrie, peut-elle remettre en cause sa survie ? Pas si simple, car l'organisation terroriste est fluide, et peut-être plus solide qu'il n'y parait.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les forces irakiennes viennent de reprendre la ville de Ramadi. La reprise des territoires contrôlés par l’État islamique, en Irak ou en Syrie, peut-elle remettre en cause sa survie ? Pas si simple, car l'organisation terroriste est fluide, et peut-être plus solide qu'il n'y parait.

Atlantico : L’armée irakienne a annoncé avoir repris la ville de Ramadi à l’Etat islamique. Ce genre de succès militaire est-il significatif dans la guerre contre l’EI ?

Alain Rodier : Il est vrai que la prise de Ramadi est un succès important sur le plan psychologique pour Bagdad. Mais si l’on examine les faits en détail, on s’aperçoit que Daesh n’a opposé qu’une résistance symbolique comme il l’avait fait à Sinjar et à Tikrit. Sa tactique est simple : là où l’EI ne se sent pas en position de force et quand le lieu à défendre n’est pas considéré comme vital, il ne mène qu’un combat retardateur. Pour cela, il utilise des tireurs embusqués, quelques kamikazes et piège le terrain. Cela lui permet de considérablement ralentir la progression des attaquants et d’exfiltrer un maximum de combattants pour conserver son potentiel guerrier et le redéployer ailleurs (en jargon militaire, « se retirer sur des positions préparées à l’avance », ce n’est pas glorieux mais efficace). Il peut aussi, dans certains cas, préparer des contre-attaques redoutables. Cela est par exemple le cas dans la bataille d’Alep qui se déroule en ce moment en Syrie. Pour Daesh, deux localités devront être défendues bec et ongles : Raqqa, la « capitale politique » et Mossoul, la « capitale économique » de l’« Etat » islamique. Mais dans ces deux cas, les villes sont importantes et tous les tacticiens connaissent la difficulté du « combat dans les localités » surtout que le défenseur a préparé soigneusement ses positions en multipliant les points d’appuis fortifiés, les tunnels, les communications filaires, les dépôst d’armes, de vivres et de munitions, etc.

Dans le cadre d’une guerre asymétrique comme celle contre l’EI, est-il possible de porter un coup fatal à l’adversaire ?

Il suffit de regarder l’Histoire pour se rendre compte qu’il n’y a jamais eu de « coup fatal » dans une guerre -classique ou asymétrique- si l’on excepte les explosions d’Hiroshima et de Nagasaki qui ont arrêté le Japon. La défaite -parfois marquée par une bataille qui entre alors dans l’Histoire comme Waterloo- n’est que l’aboutissement d’un processus long et coûteux en vies humaines. Il a fallu traquer Hitler jusque dans son bunker souterrain de Berlin pour obtenir, suite à son suicide, la capitulation des forces allemandes. Diên Biên Phù n’est que l’aboutissement d’une série d’échecs qui ont débuté quatre ans plus tôt lors de la bataille de Cao Bang. Bien sûr, l’Algérie et le Vietnam entrent également dans ce cadre en notant au passage que la propagande communiste a alors joué un rôle déterminant dans les retraits français et américain. Et Daesh est très fort en propagande…

L’EI est à cheval principalement sur deux pays : l’Irak et la Syrie. Est-il envisageable de l’éradiquer dans un de ces pays ? Quelles seraient alors les conséquences d’une telle situation ?

Cette perspective est illusoire. L’EI ne sera pas « éradiqué » car il tient bien de la province d’Al Anbar jusqu’à Mossoul en Irak et la province Deir ez-Zor en Syrie. En gros, il peut sacrifier le reste sans que cela ne nuise trop à son dynamisme.

Dans lequel de ces deux pays serait-il plus aisé de lutter contre l’EI ?

Personnellement, je pense que l’EI est moins en position dominante en Syrie car ce n’est pas un mouvement rebelle « national » puisqu’il a pris naissance en Irak. Il est donc beaucoup vu par les populations locales comme un envahisseur même si de nombreux Syriens l’ont rejoint.

Les forces au sol susceptibles de s’y opposer sont plus importantes : les Kurdes et leurs alliés (qui ne sont plus qu’à 25 kilomètres de Raqqa), différents mouvements rebelles, les forces armées et milices légalistes encadrées par les pasdaran et le Hezbollah libanais appuyés par l’aviation russe. Même Palmyre est à portée de canon des forces légalistes. Problème, il est actuellement hors de question qu’il y ait la moindre coordination entre toutes ces forces (surtout avec les rebelles) tant que Bachar el-Assad reste au pouvoir.

Un groupe comme l’EI peut-il exister sans contrôler un grand territoire, comme il le fait actuellement ? Peut-on dire qu’il sera défait lorsqu’il ne contrôlera plus de territoires ?

Il contrôle effectivement de grands territoires, mais souvent désertiques. Il peut en abandonner sans grand inconvénient pour sa survie. Par contre, la perte de contrôle d’installations pétrolières et d’agglomérations nuira à ses rentrées d’argent (trafics, racket) et à son prestige. Les recrutements de volontaires étrangers risquent de se faire plus rares. Un parallèle peut être fait avec ce qui se passe au Sahel, au Nigeria et en Somalie. Ce n’est pas parce que les mouvements terroristes qui s’y trouvent ne tiennent plus formellement des régions entières qu’ils en sont moins redoutables. D’ailleurs, dans ce cas, ils ont tendance à exporter leurs activités guerrières pour desserrer l’étau qui pèse sur eux. Nous sommes actuellement dans ce cas de figure.

Cela dit, il faut continuer à lutter contre le berceau syro-irakien du « Califat » pour qu’il ne parvienne pas à s’y établir confortablement. Il ne faut pas non plus négliger les wilayas extérieures (Sinaï, Libye, Nigeria, Afghanistan/Pakistan, Caucase et Indonésie) qui représentent également un grand risque pour la stabilité des Etats locaux et donc la paix globale. Enfin, et cela reste une de mes interrogations : Quid d’Al-Qaida ? C’est bien contre l’aile sahélienne de cette nébuleuse que nos forces sont engagées au Sahel où l’EI n’a pas encore vraiment pris pied. Ces salafistes-djihadistes sont aussi très présents et actifs en Syrie, en zone Afpak, aux Philippines, en Indonésie, au Caucase, au Yémen... Et ce sont eux qui sont derrière les attentats de Paris en janvier 2015. Ils rêvent aussi de déclencher des opérations terroristes en Occident, en particulier aux Etats-Unis.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
VV1792
- 29/12/2015 - 21:22
@C3H5.NO3.3
Il faut qd meme un peu se mettre un peu plus au courant: c'est justement parce que l' EM a lance ses meillleure Armees, dont la 1ere, sur la Frontiere Hollandaise a partir du 10 mai, et donc que justement elle n' a pas effectue de repli tactique, qu' elles se sont faites prendre a revers malgre des combats acharnes ( la aussi, completement passes sous silence..) Les Armees disseminees et de moindre qualite faisant face aux Ardennes, elles, se sont pris le coup de faux en plein..la tenaille s'est refermee a Dunkerque..
LouisArmandCremet
- 29/12/2015 - 13:39
Clauswitz...
Cette recherche de la bataille décisive qui permettra d'anihiler l'armée ennemie pour prendre sa capitale, et ainsi le vaincre définitivement, est une conception purement clauswitzienne de la guerre.
C'est ce qu'ont recherché les allemands face au russes en 1941, et qui n'a pas fonctionné car cette approche était largement dépassée. Et c'est pour ça que les grands encerclements de l'été 1941, puis la course à Moscou n'ont servi à rien. Quand bien même Moscou arait été pris, les allemands n'auraient pas gagné.
En raisonnant plus pragmatiquement, en se fixant des objectifs réalistes et en porgessant pas bonds en profondeur le dispositif ennemi, l'armée rouge a su se montrer bien plus efficace.
Ce concept de bataille décisive, déjà périmé en 1941, l'est encore plus aujourd'hui, avec des guerres assymétriques, non délcarée, où un ennemi se fond dans une population.
La guerre à l'occidentale avec les conventions de Genève n'existe plus, tout comme a disparu, la guerre du Moyen Age où les chevaliers rançonnaient leur ennemi mais évitaient de le tuer, ou encore la guerre en dentelle des corsaires de course qui faisaient démater le navire ennemi qui se rendait.
Gordion
- 29/12/2015 - 13:11
@zouk
La situation géopolitique, confessionnelle, ethnique, instrumentalisation des grandes puissances, plus les nouveaux "joueurs sur zone que sont l'Iran et les Séoudiens, et la Turquie" est inextricable.....les alliances de circonstances en Irak, Syrie se font et se défont pour des raisons tribales, financières, confessionnelles.

Chacun des principaux acteurs, la Turquie, les Kurdes de Syrie soutenus par les US, les Russes, Bachar al Assad/du Kurdistan irakien soutenus par les US et la Turquie/ceux d'Iran ne sont pas encore rentrés dans l'histoire, les Turkmènes - turcomans - de Syrie soutenus par la Turquie, les Turkmènes d'Irak soutenus par la Turquie, les milices chiites irakiennes, le Hezbollah - en perte de vitesse - le front Al Nosra - soutenu par la Turquie, le Qatar, les Séoudiens, Al Ahrar as-Sham, puis les Russes soutenant Bashar avec l'Iran mais pas pour les mêmes raisons, etc...- j 'en ai oubliés forcément, A.Rodier pourra compléter - sont soit en frontal pour des besoins confessionaux, soit de revendications nationalistes et territoriales - Les Kurdes en sont l'exemple parfait - ou téléguidées par des coalitions internationales multiples, dont les buts sont différents..