En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

07.

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 8 heures 48 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 10 heures 27 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 13 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 14 heures 15 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 15 heures 21 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 16 heures 26 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 17 heures 19 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 17 heures 43 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 18 heures 22 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 18 heures 47 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 9 heures 20 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 11 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 13 heures 53 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 15 heures 1 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 15 heures 37 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 17 heures 6 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 17 heures 33 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 18 heures 16 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 18 heures 40 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 18 heures 48 min
© Reuters
L’émergence, puis l’affirmation de l’extrême droite, et le maintien d’une extrême gauche néocommuniste et écologiste ont transformé le premier tour sélectif de la présidentielle en piège à favori, comme Lionel Jospin en fit l’expérience cuisante en 2002.
© Reuters
L’émergence, puis l’affirmation de l’extrême droite, et le maintien d’une extrême gauche néocommuniste et écologiste ont transformé le premier tour sélectif de la présidentielle en piège à favori, comme Lionel Jospin en fit l’expérience cuisante en 2002.
Bonnes feuilles

Des "primaires à la française" pour respecter les choix des citoyens et non ceux des partis politiques

Publié le 29 décembre 2015
Dès la fin des années 1980, face aux divisions de la droite, Charles Pasqua invente les "primaires à la française". Il y voit le seul moyen d’enrayer la "machine à perdre". Plus de vingt ans plus tard, ce ténor de la vie politique française réactive cette idée pour que la France sorte de sa crise politique mortifère. Ce texte, défense et illustration des primaires, est aussi une fresque sans concession du paysage politique et de la droite française. Extrait de "Petit manuel de survie pour la droite" Charles Pasqua et Pierre Monzani, publié aux éditions Fayard 1/2
Charles Pasqua
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles Pasqua, résistant, fidèle parmi les fidèles du général de Gaulle, député puis sénateur des Hauts-de-Seine, fut deux fois ministre de l’Intérieur et homme-clef du RPR. Disparu le 29 juin 2015, il n’aura pu voir la publication de cet ouvrage, qu...
Voir la bio
Pierre Monzani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Monzani, ancien élève de l’ENS et de l’ENA, agrégé d’histoire, a partagé bien des combats avec Charles Pasqua, de la place Beauvau au Parlement européen, du RPR au RPF, et des Hauts-de-Seine à "Demain la France".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dès la fin des années 1980, face aux divisions de la droite, Charles Pasqua invente les "primaires à la française". Il y voit le seul moyen d’enrayer la "machine à perdre". Plus de vingt ans plus tard, ce ténor de la vie politique française réactive cette idée pour que la France sorte de sa crise politique mortifère. Ce texte, défense et illustration des primaires, est aussi une fresque sans concession du paysage politique et de la droite française. Extrait de "Petit manuel de survie pour la droite" Charles Pasqua et Pierre Monzani, publié aux éditions Fayard 1/2

D’un système fait pour un homme, nous avons laissé faire un système contrôlé par les partis, qui choisissent leur champion souvent loin des souhaits du peuple. Pire, l’émergence, puis l’affirmation de l’extrême droite, et le maintien d’une extrême gauche néocommuniste et écologiste ont transformé le premier tour sélectif de la présidentielle en piège à favori, comme Lionel Jospin en fit l’expérience cuisante en 2002.

Dès lors, l’excès du nombre de candidats peut conduire à, paradoxe de la démocratie, biaiser le choix des Français, puisque la victoire n’est pas promise au meilleur mais à celui qui a su, par habileté ou par chance, minorer les divisions de son camp.

La compétition entre Jacques Chirac et Valéry Giscard d’Estaing avait ainsi favorisé l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981. En 2002, les Français eurent un choix de second tour atypique à cause des divisions de la gauche, et ils auront peut-être des frustrations du même type en 2017.

Voilà pourquoi, dès la fin des années 1980, j’ai eu l’idée des « primaires à la française » – singulière démarche pour un gaulliste d’aller chercher son inspiration aux États-Unis ! Mais, en fait, réalisme salutaire pour éviter, alors, que le combat fratricide entre les champions du RPR et de l’UDF ne fasse de nouveau le miel de la gauche.

Pour que les primaires servent à quelque chose, il est impératif qu’elles mobilisent l’ensemble de la gauche socialiste d’une part et l’ensemble de la droite dite républicaine de l’autre. Sinon, chacun comprendra qu’elles ne seraient que le choix d’un leader par les militants d’un parti, et qu’elles ne serviraient à rien, en empêchant d’aucune façon l’émiettement défavorable à l’expression de la véritable aspiration des Français.

Le paradoxe – et le danger – de la situation présente de la France est bien là. Les divisions nombrilistes de la classe politique, accompagnées des communautarismes et des poujadismes nourris de toutes les frustrations sociales, conduisent à un choix démocratique illisible.

À cet égard, l’intérêt politique du dernier roman de Michel Houellebecq, Soumission, n’est pas tant ce que les médias en disent que le choix tronqué d’un second tour de présidentielle qui donne le choix aux Français entre un parti d’extrême droite et un parti religieux musulman. C’est-à-dire entre deux options dont chacune est, en fait, repoussée et répulsive pour une majorité de Français.

Ainsi, la présidentielle n’offre plus au second tour un choix roboratif et satisfaisant pour l’esprit démocratique et pour le corps national entre deux hommes d’État, mais l’adhésion forcée au supposé « moins pire » entre deux opportunistes. Qui peut se satisfaire du choix romancé de Michel Houellebecq, ou du choix possible en 2017 entre François Hollande et Marine Le Pen, entre deux incapables notoires d’incarner la fonction suprême, pour dire les choses clairement ?

Quand le peuple est amené à choisir le moins pire, si tant est qu’il y en ait un, c’est l’ensemble de la confiance démocratique qui est miné.

En effet, un choix par défaut donne à la France un chef sans véritable appui. Ainsi est réalisée la prouesse de faire une incarnation sans adhésion, sans âme, sans reconnaissance populaire. Ainsi est réalisé l’oxymore politique d’un président de la Ve impuissant. 

Mesurent-ils cet enjeu, ceux qui minaudent en contestant par avance les primaires et en indiquant leur volonté d’être candidats ? Ont-ils deux doigts d’intelligence, pour saisir que non seulement ils affaiblissent leur camp, mais qu’ils affaiblissent la République elle-même ?

À la fin des années 1980, il me semblait utile de créer des primaires pour éviter les erreurs fatales à notre famille politique et favorables aux socialistes.

Aujourd’hui, il nous faut faire des primaires de qualité et incontestables pour redonner au choix du second tour, conditionné par les concurrences du premier tour, son sens, sa dignité et son utilité.

Extrait de "Petit manuel de survie pour la droite" Charles Pasqua et Pierre Monzani, publié éditions Fayard, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MONEO98
- 29/12/2015 - 10:33
Pasqua ?
Lui qui a activé les réseaux du parti pour empêcher la victoire de VGE...et faire élire son ami monsieur mittrand comme il disait .......
Pourquoi fait on de la politique?
Pour vivre comme une sangsue sur le dos des contribuables le plus longtemps possible? ou par idéal ?
un parti se doit de débattre, éventuellement de voter en son sein pour déterminer quelle ligne doit être suivie et s'il y a trop d e divergence alors aller au divorce.A quoi cela sert il d'avoir une NKM et un Sarkozy dans le même parti ? l'union nationale? pour faire quoi ? de l'eau tiéde à tous les étages?
bien entendu faut il avoir un idéal autre que celui :c'est moi le Chef . A quoi croit on in fine ? que le sort du pays dépend de l'initiative individuelle? ou des idées brillantes de la Haute administration?
s'il existe un idéal de ce genre alors il faut inlassablement défendre publiquement les moyens d' y aboutir et ce sont les citoyens qui choisiront .ils ne peuvent faire de mauvais choix ,ce sera le leur, leur responsabilité ou alors... ça veut dire que la démocratie est faite pour les Dieux... ou qu'il faut reconstruire la notion de citoyenneté comme les grecs inventeurs du concept..