En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

05.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

06.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

07.

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 9 heures 59 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 10 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 13 heures 36 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 13 heures 47 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 14 heures 48 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 15 heures 54 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 17 heures 40 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 17 heures 40 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 10 heures 31 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 11 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 13 heures 39 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 14 heures 16 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 15 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 16 heures 44 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 17 heures 22 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 17 heures 37 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 17 heures 40 min
Bonnes feuilles

Les primaires, un système inspiré par le modèle américain... et intransposable en France

Publié le 30 décembre 2015
Dès la fin des années 1980, face aux divisions de la droite, Charles Pasqua invente les "primaires à la française". Il y voit le seul moyen d’enrayer la "machine à perdre". Plus de vingt ans plus tard, ce ténor de la vie politique française réactive cette idée pour que la France sorte de sa crise politique mortifère. Ce texte, défense et illustration des primaires, est aussi une fresque sans concession du paysage politique et de la droite française.Extrait de "Petit manuel de survie pour la droite" Charles Pasqua Pierre Monzani, publié aux éditions Fayard 2/2
Charles Pasqua
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Charles Pasqua, résistant, fidèle parmi les fidèles du général de Gaulle, député puis sénateur des Hauts-de-Seine, fut deux fois ministre de l’Intérieur et homme-clef du RPR. Disparu le 29 juin 2015, il n’aura pu voir la publication de cet ouvrage, qu...
Voir la bio
Pierre Monzani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Monzani, ancien élève de l’ENS et de l’ENA, agrégé d’histoire, a partagé bien des combats avec Charles Pasqua, de la place Beauvau au Parlement européen, du RPR au RPF, et des Hauts-de-Seine à "Demain la France".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dès la fin des années 1980, face aux divisions de la droite, Charles Pasqua invente les "primaires à la française". Il y voit le seul moyen d’enrayer la "machine à perdre". Plus de vingt ans plus tard, ce ténor de la vie politique française réactive cette idée pour que la France sorte de sa crise politique mortifère. Ce texte, défense et illustration des primaires, est aussi une fresque sans concession du paysage politique et de la droite française.Extrait de "Petit manuel de survie pour la droite" Charles Pasqua Pierre Monzani, publié aux éditions Fayard 2/2

Les primaires, petit précis d'histoire

Pour concevoir ces primaires fiables, l'exemple américain nous est assez peu utile. Pour une raison simple, les États-Unis d'Amérique sont un État fédéral, et la France, malgré les efforts des féodaux d'hier et, hélas, d'aujourd'hui, reste encore un État unitaire. Néanmoins, un coup d'oeil chez nos amis d'outre-Atlantique peut nous aider à comprendre la complexité de ces procédures. 

La Constitution américaine de 1787 ne mentionne pas du tout les partis politiques. Les pères fondateurs de la première démocratie du monde les méprisaient et s'en méfiaient (comme les gaullistes bien plus tard, d’ailleurs !). Jusqu'en 1828, ce sont les groupes parlementaires qui désignent leur candidat à l’élection présidentielle, comme si, aujourd'hui, les groupes UMP du Sénat et de l’Assemblée nationale choisissaient notre candidat pour 2017 (bien malin celui qui devinerait quel serait l’heureux élu !). Les réunions des groupes parlementaires américains, ce sont les « caucus ». La pression des partis va changer la donne et, dès 1832, c'est une convention, c'est-à-dire la réunion des délégués du parti, qui désigne le candidat (ou plutôt les candidats à la présidence et à la vice-présidence des États-Unis).

Chaque parti réunit ainsi sa convention tous les quatre ans, et même un président sortant doit obtenir cette investiture. Le président Pierce échouera ainsi à se représenter en 1856, en n’obtenant pas la majorité à la convention du parti démocrate. Ce sont les statuts des partis américains qui prévoient l'organisation de ces conventions, qui vont réunir les délégués de chaque État de l’Union.

Donc comprenons bien cet aspect important des « primaires » américaines : ce sont des délégués qui choisissent finalement le candidat du parti. 

Le nombre de délégués varie selon les États en fonction de divers facteurs, comme la population électorale de l’État, les scores précédents du candidat à la présidentielle dans l’État, le nombre d’élus du parti… La désignation des délégués est, elle aussi, tout sauf uniforme. Dans certains cas, elle n’est le fait que des seuls membres du parti avec une succession de délégués (délégués du bureau de vote, puis du comté, puis de l’État, puis de la convention nationale) ; dans d’autres, et c’est le mode le plus connu, il s’agit d’un choix par de véritables primaires.

Ces primaires, qui ne sont donc pas la seule façon de désigner les délégués (et non le candidat national lui-même), sont ouvertes à tous les électeurs qui vont voter comme pour une « vraie » élection, ou, selon les États, sont limitées à certains électeurs. Dans certains États, ce sont en effet tous les électeurs inscrits sur les listes électorales qui peuvent voter. Dans d’autres, l’électeur indique, au moment de son inscription, son affiliation partisane. La primaire est dite « ouverte » dans le premier cas : les électeurs partisans et les électeurs indépendants peuvent choisir les délégués du parti librement.

Le système américain fait donc cohabiter primaires ouvertes et primaires fermées selon les États. De plus, les circonscriptions de vote, la nature du scrutin (majoritaire ou proportionnel) varient, là encore, d’un État à l’autre. Les primaires sont à la fois financées par des dons privés et des dotations publiques.

Retenons donc que le système américain est complexe et divers, et qu’il est intransposable dans notre France qui pense que l’uniformité des règles démocratiques est indépassable (à tort, comme le démontre le puzzle américain !).

Il fallait faire un rapide détour par cette complexité américaine pour comprendre pourquoi l’idée, dès que je l’ai lancée, ne pouvait que prendre la forme de « primaires à la française ».

Extrait de "Petit manuel de survie pour la droite" Charles Pasqua et Pierre Monzani, publié éditions Fayard, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 31/12/2015 - 08:05
Les primaires brouillent les programmes des partis
S'ils apparaissent démocratiques, les programmes définitifs restent incertains, chaque courant raconte ce qu'il veut et les électeurs sont perdus au milieu de cette discordance. Il y a bien un moyen d'avoir un message clair c'est de se faire " élire " à 99,9% comme au FN. Ça n'a rien de démocratique mais la situation est figée une on ne fois pour tout. Une SEULE tête émerge et attention si vous n'êtes pas d'accord, il vous faudra vous attendre à vous faire virer comme par exemple Chauprade pour ne parler que de lui.