En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Aubaine ?
Anne Hidalgo ferait passer pour des HLM des logements loués aux classes moyennes
il y a 7 min 14 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dark Waters" de Todd Haynes : un homme seul contre une toute puissante industrie chimique...

il y a 3 heures 11 min
pépites > Santé
Médicaments efficaces ?
La chloroquine, un traitement contre le paludisme, pourrait-elle être efficace contre le coronavirus ?
il y a 4 heures 13 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Coronavirus : le patient français décédé à Paris était un enseignant dans l'Oise
il y a 5 heures 23 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 6 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 7 heures 11 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 7 heures 59 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 8 heures 55 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 9 heures 11 min
décryptage > France
Question prioritaire

La sécurité, bien partie pour être la clé de 2022… et certains prennent une longueur d’avance

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 2 heures 53 min
light > Culture
Réforme majeure
Académie des César : la productrice Margaret Menegoz est nommée présidente par intérim
il y a 3 heures 26 min
pépites > Education
Faits religieux à l'école
Mobilisation de soutien envers l'instituteur de Malicornay, Matthieu Faucher, suspendu pour prosélytisme après avoir utilisé des textes de la Bible
il y a 4 heures 51 min
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 6 heures 23 min
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 7 heures 52 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 8 heures 24 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 10 heures 3 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 24 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 10 min
© Reuters
© Reuters
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre

Emmanuel Macron et Patrick Drahi, les deux hommes qui en 2015 ont beaucoup dérangé le monde politique et celui des affaires

Publié le 28 décembre 2015
Deux hommes ont marqué l'actualité politique et économique en 2015 : Emmanuel Macron et Patrick Drahi. Le premier s'est illustré en politique par sa capacité à faire ce que les cadres du PS n'ont jamais voulu et su faire : faire rentrer la France dans l'ère de la modernité. Quant au second, sa stratégie de rachats à crédit des principaux groupes médiatiques mondiaux lui a permis de bousculer le monde affaires.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deux hommes ont marqué l'actualité politique et économique en 2015 : Emmanuel Macron et Patrick Drahi. Le premier s'est illustré en politique par sa capacité à faire ce que les cadres du PS n'ont jamais voulu et su faire : faire rentrer la France dans l'ère de la modernité. Quant au second, sa stratégie de rachats à crédit des principaux groupes médiatiques mondiaux lui a permis de bousculer le monde affaires.

Personne ne peut dire si Macron d’un côté et Drahi de l’autre, laisseront des traces indélébiles dans le fonctionnement du système économique. Personne ne sait si ces traces seront bénéfiques dans l’avenir en termes de performance globale. Mais ce qui est évident, c’est que ce sont les deux hommes qui auront secoué la sphère des affaires.

Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique s’est taillé une place bien à part sur l’échiquier politique. Il appartient plus à la société civile qu’à la tribu des politiciens professionnels. Sorti de l’ENA, passé par la haute administration et par la banque, on l’a découvert au cabinet de François Hollande comme conseiller économique au début du quinquennat. On ne lui connaissait pas d’engagement politique, on le savait même un peu agacé par la supercherie de certains arguments socialistes…Toujours est-il qu’il n’était pas encarté à gauche.

Les amis qui le soutiennent ne sont pas très militants socialistes. On dit que c’est Jean-Pierre Jouyet, le secrétaire général de l’Elysée, l’ami intime du Président, qui a convaincu François Hollande de le faire renter au gouvernement. Son mentor Jacques Attali, auprès duquel il a beaucoup travaillé quand Attali cherchait à convaincre Nicolas Sarkozy d’engager des réformes libérales, le suit de très près. Entre les trois hommes, la confiance et l’estime sont réciproques. Et ces trois hommes ne vont pas chômer pour essayer de faire bouger la gouvernance française.

Leur ambition est de faire évoluer ce pays vers plus de modernité. Il faut donc s’adapter à la mondialisation inéluctable, à l’Europe et à l’euro incontournables, et au progrès technologique. 

Pour ces trois hommes qui ont le sentiment de porter une ambition partagée par une bonne moitié de l’opinion publique, le problème est que cette moitié n’est ni de droite, ni de gauche. Elle est plus libérale au sens américain du terme que conservatrice… En Europe, cette ambition est donc de droite (mais pas toute la droite) et elle est de gauche (mais pas de toute la gauche), ce qui ne facilite pas la formation d’une majorité quand il s’agit de faire passer des lois.

Emmanuel Macron, qui restera le ministre de l’Economie le plus jeune de la Vème République après Valéry Giscard d’Estaing, qui passe bien à la télévision et qui semble habité par une liberté de parole totale, va, en 2015, briser beaucoup de totems utilisés par la gauche historique. D'autant plus que les mots ne lui font pas peur. Il appelle un chat, un chat : un capitaliste, un marché, une concurrence, une performance, un goût de l’argent... Ce qui a pour effet de mettre en colère une grande partie du Parti socialiste pour qui l’économie n’a pas dû changer beaucoup depuis l’époque de Jeanne D’Arc. Le vocabulaire et les attitudes très pro-business ont pour avantage de plaire aux chefs d’entreprise, mais pas à tous.

Ceci dit, le monde du business ne se contente pas de promesses, il attend des réformes, des faits, des résultats. La première loi Macron est passée au terme d’une bataille parlementaire homérique.

La gauche a commencé à se couper en deux. Les frondeurs, les écologistes, et une partie de la gauche traditionnelle ne pouvaient pas admettre une loi-cadre déréglementant certaines professions, libérant les initiatives et amorçant un début de compétitivité. Face à un Parti socialiste qui en est resté à considérer que la concurrence est une addiction honteuse, face à des écologistes pour lesquels toutes mesures propre à relancer l’activité et la croissance va forcément produire des pollutions supplémentaires, et face aux partisans de l’ordre rigoureux (il y en a à gauche), il ne pouvait pas faire voter une loi qui dérégule les professions de notaires, de pharmaciens ou encore les taxis et les autocaristes. La gauche française, c’est aussi la gauche des petites rentes de situation et des bobos enrichis. Dans cette gauche-là, Macron voulait relancer la machine plutôt que protéger les avantages acquis.  

A droite, alors que l'on considérait que beaucoup de réformes étaient justifiées, on a préféré s’abstenir ou voter contre. Parce que la droite française aussi protège les petites rentes économiques. C’est là-même ce qui avait empêché Nicolas Sarkozy de reprendre beaucoup des recommandations de la commission Attali.  

Le résultat, c'est que la loi a néanmoins été votée; elle est désormais appliquée, mais il faudra qu'elle soit suivie d’un Macron 2, puis 3 … sinon, les autocaristes risquent d’être les seuls à pouvoir profiter de cette ouverture. Le succès des ouvertures de lignes d'autocars a été foudroyant : en six mois, 200 lignes ouvertes et 1000 emplois créés.

A la fin de l’année 2015, il semble bien que Macron ait été sommé de ne plus rien dire et d’attendre que l’orage populiste passe. La loi Macron 2 est, non pas annulée, mais retardée... ce qui revient au même quand on sait l’agenda 2016. La réalisation la plus importante de Macron aura été d’accélérer la pédagogie des socialistes beaucoup plus vite que les cadres du parti eux-mêmes le croient.

Alors en 2016, de deux choses l’une : ou François Hollande utilise Macron pour poursuivre et forcer la mue du Parti socialiste vers l'économie de marché. Ou bien il se sépare de ce symbole de la modernité pour se replier sur le cœur de sa famille, même si les dogmes traditionnels du PS sont absolument incompatibles avec les contraintes de la modernité.

Dans le premier scénario, François Hollande a une petite chance d’être réélu et Macron a la chance de faire ce que Michel Rocard n’a pas réussi à engager.

Dans la sphère privée, l’homme à abattre parce qu'il a dérangé tellement d’habitudes et de situations acquises, c’est Patrick Drahi.

Patrick Drahi est désormais aussi connu qu'un ministre. Il s’était fait connaitre en 2014 par le rachat de SFR. Il a fait beaucoup plus et beaucoup plus fort en 2015, puisqu’il a continué à racheter des affaires. Dans les télécoms aux Etats-Unis (Suddenlink et Cable Vision) pour plus de 26 milliards de dollars. Patrick Drahi aurait pu racheter Time Warner mais c’était un peu gros; il l’a laissé à un de ses amis, qui le garde peut-être au chaud pour plus tard.

Dans les médias, il a mis la main sur Libération, L'Express, L'Expansion et vient de mettre un pied dans la porte de NextRadio TV, le propriétaire de BFMTV et de RMC.

Le seul échec qu'on lui connait, c’est de ne pas avoir réussi à racheter Bouygues Télécom. Mais les jeux ne sont sans doute pas finis. En moins d’un an, Patrick Drahi est devenu un des acteurs majeurs du marché de la téléphonie et des médias sur les marchés mondiaux.

Ce qui trouble le monde des affaires, c’est que Patrick Drahi a beau être polytechnicien, il n’appartient pas au gotha français, un peu comme Bernard Arnaud, Français Pinault ou Vincent Bolloré à leurs débuts. Drahi chasse seul avec pour rabatteurs et complices quelques banques internationales qui lui ouvrent des lignes de crédit sans compter ou presque.

Ce qui trouble le monde des affaires, c’est que Patrick Drahi achète tout à crédit. Son endettement dépasse ses actifs, 50 milliards d'euros environ. La stratégie est intelligente si la rentabilité dégagée est supérieure au coût du crédit, et c’est évidemment le cas. D’abord, parce que Patrick Drahi sait comment faire cracher une entreprise. Ensuite, parce que le coût du crédit n’est pas très élevé, on peut même dire qu'il est proche de zéro grâce à la générosité de Mario Draghi, le président de la BCE.

Drahi travaille indirectement avec l’argent de la BCE. Le jour où la BCE changera de politique, que se passera-t-il ? Et le jour où les banques lui seront moins fidèles ?

Patrick Drahi n’a qu’une réponse : demain est un autre jour ! Le monde des affaires, bousculé dans ses habitudes et ses équilibres patrimoniaux, n’aime pas ce genre de provocation. Ceci dit, le patronat traditionnel, qui manque tellement de performance, est admiratif. Demain est un autre jour !  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 28/12/2015 - 10:41
Macron + Drahi
Voilà qui devrait nous réveiller;;;; quand?