En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

03.

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

04.

Communication politique : Jean Castex et Olivier Veran, perdus pour la France

05.

Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres

06.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) confirme l’illégalité de la publication d’enregistrements de Mme Bettencourt par Mediapart

07.

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

01.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Trump, le plus détesté des présidents mais celui qui a fait une des politiques les plus profitables à tous les Américains

04.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

05.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

06.

Diam's bientôt de retour, Alain Chabat bientôt papy; Grand froid entre Charlène & Albert de Monaco, grand frais entre Emmanuel Macron & sa famille; Divorce imminent chez les Kardashian West; Ben Affleck se gave de doughnuts, Laura Smet prend un coach

01.

Ces impensés de l’affaire Duhamel que masque son intense médiatisation

02.

Trump banni de Twitter : « Nous, Français, ne pouvons accepter ce qui se joue en ce moment pour la liberté du monde »

03.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

04.

Affaire Duhamel : les inavouables secrets des bourgeois de la gauche caviar

05.

Les complotistes et autres trumpistes ou Gilets jaunes radicalisés, enfants monstrueux de la déconstruction, de la cancel culture et des guérilleros de la justice sociale

06.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 9 heures 13 min
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 13 heures 51 min
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 14 heures 40 min
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 15 heures 17 min
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 15 heures 55 min
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 16 heures 32 min
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 17 heures 1 min
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 17 heures 41 min
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 18 heures 28 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 12 heures 12 min
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 14 heures 4 min
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 15 heures 1 min
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 15 heures 34 min
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 16 heures 9 min
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 17 heures 59 min
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 18 heures 8 min
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 18 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre

Les grandes manoeuvres de François Hollande pour occulter la réalité désastreuse de la situation économique

Publié le 19 décembre 2015
Le Président prépare depuis dimanche ce qui sera sa stratégie pour l’année prochaine : tout faire pour oublier les désastres économiques annoncés et apparaitre finalement comme le seul capable d’affronter le Front national.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Président prépare depuis dimanche ce qui sera sa stratégie pour l’année prochaine : tout faire pour oublier les désastres économiques annoncés et apparaitre finalement comme le seul capable d’affronter le Front national.

Toute cette semaine, les services de l’Elysée ont radiographié les prévisions de l’Insee pour 2016 et 2017. Les notes qui ont été données comme éléments de langage au Président, comme aux principaux ministres qui s’expriment depuis vendredi, mettent l’accent sur la probable éclaircie de la conjoncture.

Ni à Bercy, ni à Matignon, ni au PS, on n’ose parler de l’inversion de la courbe du chômage, mais on insiste grassement sur l’accélération de l’activite au 2e semestre qui va se prolonger en 2016, si l'on en croit le document de l’Insee. C’est vrai que les économistes perçoivent un redémarrage. On devrait terminer l'année à un rythme annuel de 1,1% puis accélérer de 0,4 % au premier semestre 2016.

Pas de quoi pavoiser. Bien sûr, en s’inscrivant sur une pente de 1,4% en 2016, on sera trois fois mieux que ce que l’on prévoyait. Mais comme on ne faisait déjà « rien », on fera désormais trois fois rien. Ce n’est pas beaucoup.  

Ce qui est intéressant pour les médecins de l’économie, c’est que cette légère reprise, qui ne sera pas suffisante pour déclencher les décisions d’emplois, est essentiellement due selon l’Insee à la baisse des prix du pétrole, à l’argent gratuit et à la baisse de l’euro. Or, nous ne trouvons rien ou presque dans la compétitivité française, rien dans le rééquilibrage des déficits (extérieurs et budgétaires), rien dans les investissements qui pourraient relancer les machines.

Pour ce qui est de l’impact des facteurs pétrole, taux et monnaie, nous n’avons aucune garantie de stabilité. L’environnement est très incertain, les émergents sont en panne et l’économie américaine ralentit.

La seule région dans le monde qui dispose d’un potentiel de croissance, c’est l’Europe parce que la politique monétaire reste très généreuse. Mais cette générosité ne profitera qu’aux pays qui a engagés les réformes structurelles capables d’améliorer leur compétitivité. Ces réformes commencent d’abord par des efforts d’ajustement budgétaires. Ce qu’ont fait tous les pays européens avec, pour certains, beaucoup de difficultés. Tous, sauf la France qui a toujours trouvé plein d'excuses pour s’exonérer de ces efforts et s’affranchir des contraintes de Maastricht.

Le résultat, c’est que la France est dans la position la plus fragile par rapport à cette perspective d’amélioration, et aussi la plus vulnérable par rapport à un dérèglement de la planète pétrole, taux ou euro. Résultats, les agences de notation viennent d’envoyer un avertissement au gouvernement.

Standard and Poor’s, et Fitch ont pour l’instant maintenu la note AA  sur la France assortie d’une perspective négative. Ce qui veut dire que, dans six mois, si la France n’a pas amélioré ses grands équilibres, elle sera forcément dégradée. L’examen des grands agrégats qui a eu lieu, à la veille du deuxième tour des régionales a d’ailleurs été sportif, les analystes des agences se sont inquiétés avec raison des coûts entrainés par la réponse aux attentats. Ce qui les préoccupe, ça n’est pas tant le coût direct de la politique sécuritaire décidée, ce qui a d’ailleurs motivé, une demande d’indulgence auprès de la commission.

Non, ce qui préoccupe les agences de notation c’est l’incapacité du gouvernement à maintenir les dépenses publiques à un niveau auquel il s’était engagé, indépendamment  des dépenses contraintes par la lutte contre le terrorisme.

Les agences de notation ont donc mis en garde le gouvernement en le prévenant qu’il était en risque de dégradation à cause d’endettement excessif. Dans ces conditions, les efforts faits pour relancer la compétitivité ne seront pas suffisants tant que, parallèlement, on n’aura pas engagé un vaste programme de diminution des dépenses publiques. La réalité de la situation économique ne permet pas au gouvernement d’être optimiste sur un retour à court terme du dynamisme et de la création d’emplois.

Dans ce contexte-là, François Hollande se met en position de ne pas être comptable d’un bilan qui ne lui serait pas favorable. Si on doit, lors de la présidentielle, juger son bilan, il sera aussi celui de Manuels Valls. Au premier tour, il peut pour ne pas affronter l’extrême gauche que le programme conduit par le Premier ministre n’a pas généré de résultats. La faute en incombe donc aux démocrates.

Au deuxième tour, il peut aussi expliquer  que le programme d’ouverture et de compétitivité qu' il avait demandé au Premier ministre n’a pas pu être mené à son terme. Dans les deux cas, il sacrifie Manuel Valls et à l’issue du deuxième tour, il rattrape Emmanuel Macron pour rassurer l’élargissement de son assise électorale.  La stratégie politique de François Hollande s’est étonnement clarifié cette semaine. Il espère avoir créer une situation politique qui lui sera très favorable sans avoir à rendre des comptes sur les dossiers économiques et sociaux.  

1er point, il fait les yeux doux à Xavier Bertrand et  à Christian Estrosi pour bien souligner la réalité des fronts républicains et la réalité de l’adversaire Marine le Pen.

2eme point, il donne à Manuel Valls la responsabilité de la politique de l’emploi. Du coup, il la retire à Emmanuel Macron. Ca n’est sans doute pas pour le sanctionner, mais plus surement pour le protéger. Au lendemain des présidentielles, il peut alors congédier son Premier ministre et récupérer Emmanuel Macron.

3e point, il va pouvoir se consacrer essentiellement à l'élimination des risques de condidature à gauche autre que la sienne : Cécile Duflot, Jean Luc Mélenchon et Arnaud  Montebourg (on ne sait jamais), et organiser son face à face avec Marine le Pen.

4e point, cette stratégie ne peut fonctionner que s'il réussit à éliminer du débat l’examen de la situation économique.

Les discours officiels de fin d’année seront tous sur le même modèle. La vraie richesse de la France ce sont ses valeurs, son identité, sa concorde nationale, son destin etc. Toutes choses importantes bien sûr mais dont les Français ne sont pas obsédés. En revanche, il sont plus obsédés par la dernière ligne de leur feuille de paie et par la perspective de travail. Dont on parlera le moins possible. Même De Gaulle n’aurait pas osé parler de façon aussi monocolore. La grandeur de la France pour de Gaulle était plus économique, commerciale que politiquement correcte.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Borgowrio
- 20/12/2015 - 18:59
ça me fait bondir ...
Il faudrait une chaine télé d'information de droite , ou au moins réellement indépendante . Il y en a bien au moins 6 de gauche I-télé , BFM tv , la 2 , la 3 , canal + et même TF1 ( pourquoi) . Tout ce qui peut faire du tort au PS est soigneusement édulcoré et tout ce qui nuit à la droite passe en boucle , est dramatisé ( pour le FN aussi ) Dans les débats des plateaux télés , la droite est sous représentée , l'animateur lui coupe la parole et pas à ses chouchous . ça finit par entrer dans les têtes .
cloette
- 20/12/2015 - 10:16
les medias SONT le pouvoir
mais il n'est pas interdit d'entrer en résistance , et refaire le coup de des Français parlent aux Français !
Liberte5
- 20/12/2015 - 00:02
La gauche et Hollande sont sur labonne voie......
pour gagner en 2017. La droite risque d'imploser et il n'y a personne qui puisse porter un programme libéral conservateur. Les médias ont choisi leur camp: c'est celui de Hollande. France télévision est reprise en main. Les nominations s'enchainent et vont toujours dans le même sens, à gauche.Il n'y avait déjà pas beaucoup de pluralisme, maintenant c'est la fin. Les médias ont gagné les élections régionales , ils vont gagner la présidentielle pour la gauche. .