En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
Les mouvements régionalistes ont rarement eu un tel niveau électoral en France : 11% en Alsace (diluée dans la nouvelle région Nord-est) et presque 7% en Bretagne.
Régionalistes et indépendantistes unis
Corse, l’autonomiste Simeoni aux commandes : un vote porté par le fait régionaliste tout autant que par le rejet de la classe politique traditionnelle
Publié le 18 décembre 2015
Le maire de Bastia a été choisi pour présider le conseil exécutif. Son allié, l’indépendantiste Jean-Guy Talamoni, a pour sa part été élu président de l’Assemblée de Corse. Un tandem issu de la mouvance autonomiste s’installe donc aux commandes de la collectivité.
Vincent Laborderie est chercheur à l'Université Catholique de Louvain, ses recherches sont particulièrement concentrées sur les conditions de reconnaissance d'un État, les processus menant à l'indépendance et l'évolution du fédéralisme...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Laborderie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Laborderie est chercheur à l'Université Catholique de Louvain, ses recherches sont particulièrement concentrées sur les conditions de reconnaissance d'un État, les processus menant à l'indépendance et l'évolution du fédéralisme...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le maire de Bastia a été choisi pour présider le conseil exécutif. Son allié, l’indépendantiste Jean-Guy Talamoni, a pour sa part été élu président de l’Assemblée de Corse. Un tandem issu de la mouvance autonomiste s’installe donc aux commandes de la collectivité.

Atlantico : En Corse, les indépendantistes ont eu des mots très durs au cours de la première assemblée suivant les régionales ? En quoi cette "violence nationaliste et indépendantiste" et le vote qui a amené les électeurs à voter pour ces indépendantistes s'explique par l'histoire corse? 

Vincent Laborderie : Précisons d'abord que la liste arrivée en tête au second tour des élections régionales résulte de la fusion de deux listes du premier tour dont la plus importante, dirigée par Gilles Siméoni, est régionaliste et non indépendantiste. Leur objectif affiché n'est pas l'indépendance de la Corse mais une plus grande autonomie.

Concernant ce vote, il faut mentionner que la Corse a toujours eu une identité particulière par rapport au reste de la France. Ce n'est pas tant lié à son histoire qu'à sa géographie avec deux éléments fondamentaux. D'abord l'insularité qui fait qu'elle est physiquement séparée de la France. L'activité économique est forcément impactée par cette situation. Ensuite le relief montagneux qui a forgé une société morcelée où la famille, le clan et le village ont un rôle fondamental. Ceci fait que nous ne sommes pas dans l'idéologie de l'individualisme républicain. Pour en revenir à l'histoire, la Corse a intégré la France relativement tard (fin XVIIIème siècle). Mais d'autres régions de France sont entrées plus tardivement encore (Savoie, Nice) sans qu'il y ai de mouvement nationaliste comparable.

Concernant l'explication du vote régionaliste, il faut aussi le voir comme un rejet de la classe politique traditionnelle Corse qui fonctionne sur un mode clientéliste, clanique avec une transmission des fiefs et mandats politiques de père en fils. Au-delà d'un vote simplement protestataire, il y a aussi l'espoir que les nationalistes agissent dans l'intérêt de l'ensemble des Corses.

Ces indépendantistes vont-ils jouer une stratégie plus politique, à la catalane, qu'une logique d'opposition qu'armée ?

La lutte armée n'est plus vraiment de mise en Corse. Si elle existe encore, c'est le fait de groupes isolés qui ne représentent rien politiquement. L'objectif des nationalistes est d'obtenir davantage d'autonomie. Si le gouvernement français refuse ces demandes - qui apparaitront tôt ou tard - on risque effectivement de se retrouver dans une situation poche de celle de la Catalogne où l'on assiste à une fuite en avant vers l'indépendantisme.

En quoi, les régionalismes ont augmenté en France lors des régionales ? Dans quelles régions cette hausse a été forte et comment expliquer ces scores ?

Les mouvements régionalistes ont rarement eu un tel niveau électoral en France : 11% en Alsace (diluée dans la nouvelle région Nord-est) et presque 7% en Bretagne. En Midi-Pyrénée-Languedic-Roussignon, leur poids exact est plus difficile à mesurer car la liste de M. Onesta intégrait également écologistes et Front de Gauche. Enfin n'oublions pas l'outre-mer : en Martinique la liste régionaliste est, comme en Corse, arrivée en tête au second tour et dirigera la région.

Concernant les explications possibles, laissons de côté la Martinique qui connait un contexte très spécifique. Pour la France métropolitaine, on peut avancer qu'il s'agit en partie d'un vote de défiance par rapport aux partis traditionnels qui sont manifestement en crise de légitimité. Certains électeurs seront tentés de voter pour le Front National, d'autres pour des partis régionaliste. Dans le cas de l'Alsace il est aussi probable que le bon score soit le résultat d'un mécontentement ou d'une crainte pas rapport à la fusion avec deux autres régions. On craint de perdre ce qui fait la spécificité de l'Alsace, en particulier la langue et certains statuts particuliers (concordat, sécurité sociale).

En quoi l'évolution progressive des mouvements indépendantistes en mouvements régionalistes est-elle favorable finalement à de meilleurs résultats aux élections ? 

A part dans quelques régions spécifiques d'Europe, la grande majorité des électeurs ne veulent pas l'indépendance. Celle-ci effraie car il s'agit tout de même d'un saut dans l'inconnu. Le régionalisme consiste à privilégier la région par rapport au reste du pays et à demander davantage de compétences exercées au niveau local. Dans un État français en crise et taxé d'inefficacité, l'idée que les choses seraient mieux gérées au niveau local est séduisante. 

Peut-on parler d'un mouvement de fond européen tendant à un renforcement électoral important des mouvements régionalistes ? Les raisons sont-elles communes ?
En effet, les mouvements et partis régionalistes ont le vent en poupe en Europe. Cela va bien au-delà des quelques cas dont les médias parlent souvent - Écosse, Flandre, Catalogne - qui sont d'ailleurs dans une logique indépendantiste. 
Les raisons sont toutes différentes et les contextes locaux et nationaux jouent énormément. Mais on peut tout de même dégager quelques constantes. D'abord le mouvement doit s'appuyer sur une certaine spécificité culturelle et/ou linguistique. Ensuite, il y a deux types de circonstances qui font progresser le vote régionaliste. Le premier, c'est une région plus riche que le reste du pays et qui ne veut plus payer ou, plus souvent, estime que l'argent est mal utilisé par l’État central. Le second, c'est une orientation politique structurellement différente entre la région et l’État auquel elle appartient. C'est par exemple le cas de l'Alsace qui vote toujours plus à droite que le reste de la France. Concernant la Corse, il s'agit de problématiques de politiques publiques fondamentalement différentes du fait de l'insularité et de la ruralité. Plus ces facteurs se combinent et plus le vote régionaliste peut se développer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
02.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
03.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
04.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
05.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
06.
Forte hausse des cleantechs. Bulle financière ou investissement d’or et déjà productif ?
07.
"Les nationalistes stupides aiment leur pays… et n'aiment pas ceux qui viennent de loin" (Jean-Claude Juncker)
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
05.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
06.
Mais que ferait l’UE face à une répétition de la grande crise 2008 ? Le sujet étrangement absent de la campagne des Européennes
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
L'arrêt des soins de Vincent Lambert a débuté
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 20/12/2015 - 01:22
Les autonomistes corses réclament une autonomie de décision...
mais une augmentation des subventions...cela serait risible, si ce n'était qu'une des étapes multiples du processus de désintégration de la Nation francaise par la gauche. En créant artificiellement une "région Corse", alors qu'elle aurait dû naturellement se greffer à la PACA, les gauchistes savaient parfaitement que les autonomistes minoritaires en gagneraient la Présidence... Ces pompiers pyromanes ne sont plus capables d'eteindre tous les feux qu'ils déclenchent aux quatre coins de la France...prochaine étape, la Guyane, puis les Antilles, puis les Basques et les Bretons vont se réveiller, eux-aussi...un assassinat de la Nation programmé par la bêtise de quelques uns!
MONEO98
- 18/12/2015 - 19:32
beaucoup de maso sur atlantico
vous aimez payer plus qu'il n'en faut ,vous faire cracher dessus vous faire menacer ,voir vos biens détruits pour non-paiement au racket ,pourquoi pas?.il y de clubs sado _maso , mais une fois pour toute la France s'est faite par la contrainte depuis Louis XI et donc la France n'est pas les USA ,mais essayer donc aux USA une majorité d'un Etat fédéré refusant de chanter l'hymne américain .... on peut avoir une culture locale la choucroute c'est pas la bouillabaisse mais la Marseillaise c'est le trait d'union ,si vous ne comprenez pas cela alors pourquoi trouvez vous invraisemblable des gens qui refusent de chanter le chant national lors d'événements sportifs? je suis d'avis qu'un bon referendum soit posé aux corse: voulez vous rester français oui? alors basta de vos outrances régionales ,non? alors bon vent :on arrête tout en corse ,ceux qui veulent rester fonctionnaires s'installent sur le continent et bonne chance :demandez votre adhésion à l'Europe si vous le voulez ou transformez vous en casino mondial;.Nous on viendra en vacances si on nous traite bien sinon y a d'autres destinations moins chères et +accueillantes
cloette
- 18/12/2015 - 17:47
Deudeuche
Vous avez raison finalement une fédération pourquoi pas car quoi de commun entre les Provençaux les Ch'tis les Bretons ou les Poitevins ? ( et pourtant je n'aime pas les patois ou les folklores )