En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

07.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

06.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 13 min 57 sec
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 2 heures 46 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 3 heures 19 min
décryptage > Politique
Certitudes

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Santé
Gestion de crise

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

il y a 4 heures 47 min
pépites > France
Un boost pas comme les autres
Le confinement dynamise les révisions du Code de la route
il y a 21 heures 31 min
Les marques sont elles aussi solidaires
Coca-Cola et d'autres marques créent des logos de «distance sociale»
il y a 22 heures 27 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Le cauchemar

il y a 23 heures 43 min
pépites > Santé
Une nouvelle pénurie à cause du Covid-19
Vers une pénurie mondiale de préservatifs ?
il y a 1 jour 52 sec
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 1 heure 49 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 2 heures 32 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les dividendes 2020 seront aussi confinés : les dirigeants politiques veillent au grain, par démagogie ou par nécessité

il y a 4 heures 34 min
décryptage > International
Résolution ?

Fin de crise en Israël

il y a 16 heures 28 min
pépites > International
Israel
Coronavirus: Benjamin Netanyahu placé en quarantaine
il y a 22 heures 15 min
décryptage > International
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

Les Virus, l’économie, les politiques et la mort. Premières leçons de la gestion de la pandémie

il y a 23 heures 5 min
décryptage > Culture
ATLANTI-CULTURE

Contes de la rue Broca

il y a 23 heures 49 min
pépites > France
Un transfert pas comme les autres
Coronavirus: le transfert de patients s'accélère, l'épidémie aussi
il y a 1 jour 18 min
© Reuters
© Reuters
La Russafrique

Après les Chinois, les Russes : Moscou à la reconquête de l'Afrique comme au bon vieux temps de l’URSS

Publié le 20 décembre 2015
Lentement mais sûrement, la Russie reprend pied depuis plusieurs années sur le sol africain en y pratiquant de massifs investissements. Au-delà du profit économique, cette implantation économique permet à Vladimir Poutine de retrouver une place majeure dans l’échiquier géopolitique mondial.
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lentement mais sûrement, la Russie reprend pied depuis plusieurs années sur le sol africain en y pratiquant de massifs investissements. Au-delà du profit économique, cette implantation économique permet à Vladimir Poutine de retrouver une place majeure dans l’échiquier géopolitique mondial.

Atlantico : À l'instar de ce qu'a pu faire la Chine depuis plusieurs années maintenant, la Russie investit massivement en Afrique. Quel est l'intérêt pour Vladimir Poutine de se tourner vers ce continent en particulier ?

Cyrille Bret : Il y a une première raison qui est matérielle. Comme tous les grands pays émergents et comme tous les grands pays producteurs d’hydrocarbures, la Russie a constitué des réserves de change très importantes. Elles ont eu un pic à près de 400 milliards de dollars en 2008 et elles sont maintenant à 360 milliards. Pour que ces réserves ne produisent pas d’inflation, il faut évidemment les investir, et les investissements internes ne suffisent pas à absorber cette manne, donc il faut les investir quelque part. Pourquoi en Afrique ? Parce que c’est un continent qui a un potentiel de croissance démographique et économique très important, et de ce point de vue-là, la Chine et la Russie obéissent à peu près à la même logique. Ensuite, cela permet aussi à la Russie de se réinviter dans la compétition internationale puisque l’Afrique fait l’objet de toutes les attentions bien sûr de l’ancienne puissance coloniale, la France, mais aussi des États-Unis, qui sont très présents en Afrique de l’ouest, et de la Chine, à travers tout le continent. De sorte que c’est, comme en Syrie, le moyen pour Moscou de récupérer son statut de puissance internationale.

L'Afrique a longtemps été un partenaire privilégié pour les grandes puissances occidentales dans leur ensemble, l'arrivée de la Russie peut-elle conduire à terme à faire de l'Afrique le théâtre d'une nouvelle lutte d'influence, dans le cadre d'une nouvelle Guerre Froide ?

Je vais faire deux nuances. Il ne s’agit pas de l’arrivée mais du retour de la Russie, qui a été extrêmement présente durant toute la période de l’URSS, en Angola, au Mozambique, dans les régimes non-alignés en Egypte, etc. Donc il s’agit pour la Russie de reprendre pied en Afrique, elle qui était vraiment présente notamment en terme d’infrastructures, d’éducation, etc. Deuxième nuance, ce n’est évidemment pas une Guerre Froide puisqu’il y a deux dimensions qui sont absentes : la dimension militaire et la dimension idéologique. La Russie n’exporte pas d’idéologie, alors que l’URSS avait pour vocation d’exporter l’idéologie de certains types de régimes. L’URSS avait pour but d’implanter des bases militaires et navales, or toutes les bases en Afrique ont été démantelées immédiatement après la disparition de l’URSS. Donc ça ne peut pas être une Guerre Froide. La logique, c’est bien sûr de reprendre pied dans la rivalité internationale et dans la définition d’une sphère d’influence avec cette perspective historique que, comme au 19e siècle, la Russie est une parvenue dans la compétition internationale. Elle arrive en Afrique en outsider, alors que pendant la Guerre Froide elle avait l’immense avantage d’être en position de challenger, voire de leader.

Peut-on dire que la politique économique russe en Afrique est de nature à favoriser un rapprochement avec la Chine, qui adopte une stratégie similaire, ou bien ces deux géants sont-ils appelés à entrer en concurrence l'un avec l'autre ? L'axe Poutine-Jinping peut-il souffrir de cette situation ?

Il s’agit d’une concurrence, bien sûr, mais une concurrence entre deux partenaires qui ne sont pas du tout de même taille. La Chine peut déverser sur l’Afrique des réserves de change d’une capacité bien supérieure puisqu’on parle de 4000 milliards de dollars, selon la Banque Mondiale, alors que c’est 360 milliards pour la Russie. De plus, ce n’est pas du tout la même réserve de main-d’œuvre : la Russie ne peut pas envoyer des dizaines de milliers de travailleurs dans les infrastructures comme la Chine le fait en Algérie, au Soudan, etc. Donc en Afrique, comme c’est le cas en Sibérie et en Asie, la compétition est entre deux partenaires qui sont vraiment très différents. C’est un peu la compétition d’un éléphant et d’une souris. Cela ne peut pas donner lieu à une coopération puisque les secteurs dans lesquels les deux pays interviennent ne sont pas les mêmes.

Lors du vote de l'Assemblée Générale de l'ONU qui a condamné la Russie pour son intervention militaire en Ukraine, une grande majorité d'Etats africains se sont abstenus, et deux d'entre eux l'ont même soutenue. Doit-on y voir le signe d'un prochain renversement du rapport de force à l'ONU en faveur de Vladimir Poutine, ou cela reste-t-il anecdotique, compte tenu des différences de pouvoir entre l’Assemblée Générale et le Conseil de sécurité ?

D’une certaine façon, c’est ni l’un ni l’autre, et et l’un et l’autre. Effectivement il y a des dynamiques au sein de l’Assemblée Générale qui échappent au mainstream du Conseil de sécurité des Nations Unies, ce qui fait que les politiques des grandes puissances qui essayent de contrer la Russie ne s’appliquent pas, typiquement, à l’Assemblée Générale. À cela s’ajoute, évidemment, la préoccupation très interne de certains régimes africains de prévenir toute velléité d’ingérence dans les affaires intérieures, donc c’est un peu ni l’un ni l’autre et les deux à la fois. De toute façon, l’Afrique n’a pas d’intérêt direct à contrecarrer les initiatives des Occidentaux au sein du Conseil de sécurité, mais l’Afrique n’a pas non plus intérêt à ce que l’ONU se mêle de trop près aux questions de frontières, de rectification de frontières et d’ingérence. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Coronavirus : ces cadavres dans le placard qui gênent la Chine dans son offensive de charme

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

05.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

06.

LR : quand la droite ne comprend plus le libéralisme, ni l’économie, ni la nature de la crise que nous traversons...

07.

Sauver l’économie ou sauver des vies ? Pourquoi les citoyens occidentaux ne sont pas plus au clair que leurs gouvernements

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

05.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

06.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires