En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

03.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Journée de commémorations
11 novembre : Emmanuel Macron inaugure un monument en mémoire des soldats morts
il y a 3 heures 59 min
pépites > International
Incertitude
Bolivie : Morales démissionne, le pays plonge dans l'incertitude
il y a 5 heures 24 min
pépites > Terrorisme
Expulsion
La Turquie va expulser 11 djihadistes français dans les prochains jours
il y a 6 heures 41 min
décryptage > Europe
Les entrepreneurs parlent aux Français

Margrethe Vestager : Démission !! Le Breton vite ! Mais nous sauvera-t-il ?

il y a 8 heures 21 min
décryptage > Economie
(Piètres) raisons

1,3% de croissance en France : pourquoi pas plus ? Quatre (piètres) raisons et une obligation

il y a 11 heures 48 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

La droite française est-elle maudite ? : les causes historiques de la malédiction de la droite

il y a 12 heures 11 min
décryptage > Environnement
Immobilité

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Media
Totalitarisme de la gentillesse

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

il y a 13 heures 2 sec
décryptage > Politique
Esprit du 11 novembre, es-tu là ?

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

il y a 14 heures 3 min
pépites > Economie
Renouveau
Le Medef pourrait changer de nom et être rebaptisé "Entreprises de France"
il y a 1 jour 23 min
Grossière erreur...
Etats-Unis : un jeune américain choque Twitter après s'être déguisé en Jawad Bendaoud pour Halloween
il y a 4 heures 30 min
light > Culture
Hommage
Abou Dabi inaugure sa nouvelle avenue Jacques Chirac
il y a 6 heures 13 min
décryptage > Politique
Vraiment ?

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

il y a 8 heures 6 min
décryptage > Sport
Réel succès ?

Cette maladie du tennis français qui se cache derrière la victoire de la France en finale de la FED Cup

il y a 11 heures 33 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les mystères médicaux autour de l’affaire de la nouvelle formule du Levothyrox

il y a 12 heures 10 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Au secours ? Amazon veut rendre Alexa intelligente en traitant nos données personnelles
il y a 12 heures 23 min
décryptage > Religion
Nouvelle ère

Cette nouvelle ère politique que vient s’ouvrir avec la marche contre l’islamophobie

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

il y a 13 heures 58 min
décryptage > Histoire
L'air du temps

11 Novembre : il y a 100 ans débutaient les années folles… Aujourd’hui, les années vaches (sacrées) folles ?

il y a 14 heures 15 min
light > Finance
Bon investissement
Actions de la Française des Jeux : attention aux arnaques aux sites frauduleux
il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
L’armée américaine a décidé d’intégrer les femmes dans toutes ses unités de combat.
© Reuters
L’armée américaine a décidé d’intégrer les femmes dans toutes ses unités de combat.
Politiquement (in)correct

L’armée américaine décide d’intégrer les femmes dans toutes ses unités de combat... malgré les études qui montrent que la mixité nuit à l’efficacité : quel prix sommes-nous prêts à payer pour la lutte anti-discrimination ?

Publié le 11 décembre 2015
Jeudi 3 décembre, le secrétaire à la Défense américain, Ashton Carter, a annoncé que l’armée américaine ouvrait aux femmes tous ses postes de combat "sans exception". Cette décision a été pourtant prise après qu'une étude ait été publiée en septembre par les US Marines, qui conclut que certaines équipes de combat seraient moins efficaces lorsqu’elles intègrent des femmes.
Patrick Chamorel est professeur à l'université de Stanford.Il y enseigne les sciences politiques, à l'aulne des relations transatlantiques et des différences de systèmes politiques européens et français. Il collabore réguliérement au Wall Street Journal...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine de Gabrielli est dirigeant de Companieros, fondateur de l'association Mercredi-c-papa et initiateur du projet Happy Men. Blogueur sur la question de l'égalité professionnelle entre hommes et femmes (www.mercredi-c-papa.com), il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Chamorel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Chamorel est professeur à l'université de Stanford.Il y enseigne les sciences politiques, à l'aulne des relations transatlantiques et des différences de systèmes politiques européens et français. Il collabore réguliérement au Wall Street Journal...
Voir la bio
Antoine de Gabrielli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine de Gabrielli est dirigeant de Companieros, fondateur de l'association Mercredi-c-papa et initiateur du projet Happy Men. Blogueur sur la question de l'égalité professionnelle entre hommes et femmes (www.mercredi-c-papa.com), il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jeudi 3 décembre, le secrétaire à la Défense américain, Ashton Carter, a annoncé que l’armée américaine ouvrait aux femmes tous ses postes de combat "sans exception". Cette décision a été pourtant prise après qu'une étude ait été publiée en septembre par les US Marines, qui conclut que certaines équipes de combat seraient moins efficaces lorsqu’elles intègrent des femmes.

Atlantico : Début septembre, une étude publiée par les US Marines conclut que certaines équipes de combat seraient moins efficaces lorsqu’elles intègreraient des femmes. Pour autant, Jeudi 3 décembre, le secrétaire à la défense américain, Ashton Carter, a annoncé que l’armée américaine ouvrait aux femmes tous ses postes de combat « sans exception ». Comment expliquer une telle décision ? Quel mécanisme/motivation peut-être à l’origine de ce choix ?


Patrick Chamorel : Cette décision a été prise suite à une consultation générale qui a été faite dans les différents corps de l’armée, afin de comprendre l’impact de l’intégration des femmes sur les différentes forces de combats. Les U.S Marines sont les seules à y avoir émis une réticence sur certains postes particuliers. Ils ont conclu de leurs études que les équipes de combat étaient moins efficaces lorsqu’elles comprenaient des femmes. Si Ashton Carter est passé malgré tout outre l’avis de son général des Marines, cela peut s’expliquer par plusieurs raisons. Pour un nouveau Secretaire à la Defense, il n'est pas jamais inutile de rappeler que les civils dirigent les militaires, et pas l’inverse.

Cette décision n’est pas très surprenante. Elle intervient après qu’Obama ait autorisé les homosexuels à combattre au sein de l’armée et à moins d’un an des élections présidentielles. Il s’agit alors d’un moyen de rappeler que les démocrates sont favorables aux droits des femmes.  L'armée elle-meme pourrait profiter d'un soutien plus large des femmes a ses engagements.  Au moment ou les Etats-Unis se reengagent militairement au Moyen-Orient, l'armee a besoin de plus d'effectifs, plus de flexibilite, plus de competences et d'un maximum de soutien politique, y compris chez les femmes, traditionnellement plus sceptiques sur l'utilite des engagements militaires.

Dans le court terme, les primaires entrent aussi peut-etre en jeu.  Cette décision rend service a Hilary Clinton dans sa campagne pour la primaires démocrates. Il s’agit d’un combat qu’elle défendait et qui lui fait une sorte de publicité. Il apparaît évident qu’au sein du parti démocrate, certains se soient mobilisés en faveur de cette annonce.

N’y a t-il par une part de volonté politique de vouloir parvenir à une égalité homme-femme presque absolue, quitte à perdre en efficacité ? 

Antoine de Gabrielli : Pour Ashton Carter, l'ouverture de tous les postes aux femmes est considérée comme une règle générale, qui s'applique à l'ensemble du monde du travail, et donc à l'armée américaine, même si le métier de militaire est évidemment particulier. Cette règle n'oblige pas à un taux minimum de femmes, ou encore à la parité. L'armée américaine n'a pas reçu l'ordre d'intégrer des femmes à ses équipes de combat, mais de ne pas les refuser a priori. Chaque responsable reste libre de choisir les personnes à intégrer à son groupe de combat, rien de changé à cela. Par ailleurs attention à prendre avec un minimum de distance les d'études (notamment américaines) portant sur les performances comparées des hommes et des femmes. L'étude à laquelle vous faites allusion indique que "certaines" équipes "seraient" moins efficaces lorsqu'elle intègrent des femmes. Ce ne sont donc pas toutes les équipes qui sont en cause, et leur moindre efficacité est mise au conditionnel. Soyons clairs : dans quelque armée que ce soit, aucun chef ne serait assez fou pour intégrer une femme incompétente à un groupe de combat simplement parce qu'elle est une femme.

Comment trouver la juste limite entre l’égalité saine et productive et l’excessivité, voire l’obsession d’une égalité parfaite qui peut conduire à ne plus reconnaître une femme par ses compétences, mais par son sexe ? Dans quel piège peut-on alors tomber ?

Antoine de Gabrielli : L'obsession doit moins porter sur une égalité de principe que sur la traque de tout ce qui peut, pour de mauvaises raisons, limiter l'accès des femmes à des postes particuliers. Quand on y regarde de plus près, on peut découvrir par exemple que le frein principal à arrivée de femmes dans un environnement masculin est la mise à leur disposition de toilettes spécifiques. Ou de devoir enlever les affiches pornographiques des murs d'un atelier. Ou que la réunion annuelle d'une équipe dirigeante ne puisse plus se tenir dans un sauna de tradition nordique (c'est à dire où les participants sont habituellement totalement nus) : le cas est avéré ! On est souvent surpris par l'étonnante trivialité des vrais motifs d'exclusion des femmes. Le plus souvent l'enjeu est simplement de changer, un peu, des habitudes masculines non essentielles à l'exercice d'un métier ou l'occupation d'un poste.

 

L’égalité homme/femme est-elle de respecter intégralement une égalité totale entre les deux sexes - qui n’accepterait de reconnaitre aucune différence - ou est-ce lutter pour une équité entre l’homme et les femmes en tenant compte des différences naturelles ? 

Antoine de Gabrielli : Comme indiqué précédemment, l'enjeu de l'égalité est d'offrir autant de potentialités aux unes qu'aux autres. Il n'y a par exemple aucune obligation morale à ce qu'autant de filles que de garçons intègrent des écoles d'ingénieurs. En revanche il est intéressant de se demander pourquoi les filles se dirigent en priorité vers les sciences du vivant et les garçons vers les sciences physiques ou mécaniques. Est-ce en raison de stéréotypes? De la rareté de rôles modèles féminins dans les grandes entreprises d'ingénieurs ? Serait-ce un besoin d'identité qui pousserait filles et garçons à se diriger, selon les cas, soit vers un métier dit "de femmes", soit vers un métier dit "d'hommes" ? Est-ce que notre nature sexuée, masculine ou féminine, nous ouvre prioritairement à un certain type de rapport au monde et donc, possiblement, de travail ? Le débat n'est pas tranché. 

En se basant sur l’étude qui a été publiée par les U.S Marines et si l’on accepte de partir du postulat que les hommes et les femmes sont différents sur certains points, quelles seraient les différences qui justifient qu’elles n’étaient jusque-là pas intégrées dans certains corps ?

Antoine de Gabrielli : C'est la force physique qui peut en premier lieu venir à l'esprit. Les soldats modernes peuvent par exemple être amenés à se déplacer sur le champs de bataille avec des équipements extrêmement lourds. Dans le combat rapproché, la force pure peut aussi jouer un rôle déterminant. Mais, une fois encore, méfions-nous des stéréotypes : il y a quelques années, il semblait évident qu'une femme ne pouvait pas être pilote de chasse : Caroline Aigle a pourtant été en 1999 la première femme française pilote de chasse affectée à un escadron de combat. En 2009, le commandant Virginie Guyot a quant-à elle été la première femme leader de la Patrouille de France, qui réunit les meilleurs pilotes de chasse français. Très récemment des unités combattantes de femmes Peshmergas ont été engagées avec succès à Kobané face à l'Etat Islamique. Et il y a 60 ans les femmes étaient aussi très présentes dans l'infanterie ou l'armée de l'air soviétique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

03.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Alibaba tente d’acclimater le « Single Day » en France, sans TVA ni droits de douane

07.

Mais pourquoi la pollution en Inde est-elle bien pire qu’en Chine ?

01.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

05.

Présomption d’innocence et tribunaux sont-ils indispensables si l’accusé a vraiment l’air méchant ?

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

06.

LR : l’illusion de la renaissance par le local

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Semper Fi
- 08/12/2015 - 20:20
@abracadarixelle
Vous avez parfaitement raison, mais l'armée US, avec son bon sens pratique, a la bonne idée d'imposer les mêmes tests physiques (et les mêmes barêmes) aux hommes et aux femmes, les capacités physiques n'étant qu'une compétence opérationnelle comme les autres. Peu importe le sexe de la personne, il suffit juste de remplir les critères physiques requis...une démarche juste et pragmatique (qu'hélas l'armée française n'applique pas avec les conséquences néfastes que cela comporte pour la reconnaissance de la capacité opérationnelle du personnel féminin).
MONEO98
- 07/12/2015 - 22:49
ils ont raison
en sport aussi faut faire jouer les femmes avec et contre les hommes.
c'est vrai pousser en mêlée ça doit être sympa..-:)
bande de ........bachibouzouks
vangog
- 07/12/2015 - 20:16
Pas besoin d'études compliquées pour comprendre
que la mixité imposée nuit à l'efficacité et dévalorise la République (en reléguant au 2eme voire 3eme plan le mérite républicain. On pourrait s'interroger sur les points communs qui rapprochent les politiques de Flamby et d'Obama et amènent à la même déconsidération, la seule différence étant que les USA possèdent un vrai socle libéral qu'il est difficile de détruire, même en y mettant de la bonne volonté comme Obama. Ce socle n'existe pas dans la France gauchiste, et c'est la raison pour laquelle elle régresse plus rapidement que les USA. Les résultats politiques sont identiques: le dégoût par les électeurs d'une classe mediatico-politique corrompue, alternative et cooptée, et le recentrage de la politique vers des partis qui choisissent ce qu'il y a de meilleur à gauche et à droite, en prenant bien garde d'éviter le pire...c'est grâce à ces erreurs grossières d'Obama que Donald Trump à toutes ses chances. Quand à Marine Le Pen, en France, elle est déjà virtuellement élue, grâce à l.affligeante médiocrité des UMPS...adiieu, les Anti-France, vous pouvez faire vos valises!