En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 10 min 15 sec
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 1 heure 11 sec
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 3 heures 38 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 5 heures 6 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Europe
Avenir de l'Union européenne

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

il y a 9 heures 10 min
décryptage > International
Leçons de la crise sanitaire

Et si Trump avait raison sur la Chine

il y a 9 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 20 heures 14 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 35 min 23 sec
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 2 heures 42 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 4 heures 32 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 5 heures 43 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 6 heures 47 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 7 heures 25 min
décryptage > Economie
Crise de défiance

Casse-tête de la reprise : les entreprises face à la destruction de confiance massive générée par les pouvoirs publics

il y a 8 heures 51 min
décryptage > France
Chute libre

Apocalypse zéro, suite : les fausses prédictions sur le chaos dans les banlieues plus démenties que jamais

il y a 9 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

il y a 9 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 20 heures 38 min
Réchauffement catastrophe

La Polynésie française engloutie par les eaux (mais tout le monde s’en fout)

Publié le 16 décembre 2011
A Tahiti, tous les spécialistes du climat se réunissent cette semaine pour évoquer le drame : l'eau monte, la Polynésie française coule. Une catastrophe qui touche 270 000 personnes mais dont personne ne parle.
François Gemenne est chercheur en sciences politiques, au sein du programme politique de la Terre. Il est enseignant à l'université de Versailles-Saint Quentin, et à Sciences Po Paris.Spécialiste du climat et des migrations.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Gemenne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Gemenne est chercheur en sciences politiques, au sein du programme politique de la Terre. Il est enseignant à l'université de Versailles-Saint Quentin, et à Sciences Po Paris.Spécialiste du climat et des migrations.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A Tahiti, tous les spécialistes du climat se réunissent cette semaine pour évoquer le drame : l'eau monte, la Polynésie française coule. Une catastrophe qui touche 270 000 personnes mais dont personne ne parle.

Atlantico : Les spécialistes du climat se réunissent cette semaine à Tahiti. Ils évoquent une potentielle catastrophe environnementale et humaine en Polynésie française où 118 îles et 270 000 personnes pourraient être touchées par la montée des eaux au cours des prochaines années. Quels sont les risques encourus par cette région ?

François Gemenne : La première des menaces, c’est l'érosion côtière et la disparition de territoires qui imposent le déplacement de populations sur d’autres iles ou vers d’autres pays. La seconde, c'est la perte de ressources, la montée du niveau des mers entraînant une salinisation des sols qui entrave la culture. Les gens dépendent de plus en plus d’aliments importés. La troisième menace, ce sont les catastrophes de type cyclone par exemple. Ces iles restent dépourvues de terres intérieures où se réfugier et seront de plus en plus exposées.

Le niveau des eaux monte en Polynésie comme ailleurs. Ce qui inquiète c’est que de nombreuses îles polynésiennes sont particulièrement vulnérables à cette montée des eaux, notamment en raison de leur faible élévation. La particularité de la Polynésie française, c’est qu’elle est française. Elle n’est pas représentée en tant que telle dans les enceintes internationales alors que certaines iles voisines comme Tuvalu ou les îles Marshall peuvent attirer l’attention du monde entier sur les risques que courent leurs populations.

La France a tendance à résumer les enjeux climatiques à la métropole. La Polynésie se sent parfois sous représentée et peu défendue. La question du financement de l’adaptation se pose aussi. Ce financement doit forcément venir de la France et la Polynésie française risque de ne pas pouvoir prétendre aux financements internationaux destinés aux pays en développement.

 

Jusqu’ici, qu’est ce qui a été entrepris pour aider ces populations ?

Pour le moment, pas grand-chose. Ces zones géographiques sont caractérisées par de très petits pays qui n’ont pas les moyens d’entreprendre des démarches seuls. L’avenir de cette région dépend des négociations internationales sur le climat. C’était l’un des enjeux de Durban : comment organiser le "fond vert pour le climat" qui devra fournir des ressources aux petits pays afin de mettre en œuvre des processus d’adaptation.

Pour la Polynésie française, il y a encore une fois le problème de son appartenance étatique : elle ne sera pas éligible à ce fond d’aides. Les populations sur place aimeraient que la métropole se penche sur les enjeux très spécifiques de ces îles.

 

Des solutions concrètes existent elles ?

Les solutions dépendent des îles et de leur contexte. Pour certaines, il est possible d’envisager la construction de digues, de barrages ou la surélévation des habitations grâce à des pilotis. Il s’agirait de les protéger au maximum. Pour les iles les plus urbanisées, qui ne dépendent plus de leur écosystème, c’est envisageable.

Pour les îles qui dépendent encore totalement de leur environnement, ça ne peut pas marcher. Il faudra alors envisager un déplacement pur et simple des populations. Il est possible d’envisager une migration vers les autres iles françaises. Pour de tout petit pays comme Tuvalu, il faudra demander l’accueil par un autre Etat, faute de territoires.

 

Vous avez évoqués les catastrophes naturelles telles que les cyclones ou les tsunamis. Quel est l’impact de ces événements sur la Polynésie française ?

Il est très difficile de se préparer contre ces phénomènes : ils sont parfaitement imprévisibles. En 2010, 44 millions de personnes ont été déplacées par des catastrophes naturelles. C’est plus que pour les guerres ou les violences. Il est amené à s’amplifier. Les catastrophes plus lentes comme les désertifications ou les dégradations de territoires côtiers entraînent elles aussi des conséquences et des migrations de populations que l’on remarque beaucoup moins.

Le vrai enjeu à long terme, sera de permettre aux populations qui n’ont pas les moyens de migrer, d’avoir des solutions. Le problème, ce n’est pas que les gens qui partent, c’est aussi les gens qui restent.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (41)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
mitah
- 18/12/2011 - 23:55
www.shotmovies.fr
Realite ou fixion , nous serons fixer en 2012

www.shotmovies.fr
Le gorille
- 17/12/2011 - 19:20
Indpendance-association ou accords de Tahiti Nui
Je reste anonyme, M de Winecki.
L'analyse de M Tauran reste livresque et manque de terrain.
Si l'idée d'indépendance progresse, ce serait sous le statut "indépendance-association", qui lie les Îles Cook à la N-Z (la mère de Oscar Temaru est de Rarotonga), statut à démarquer dans des "accords de Tahiti Nui" que le président appelle de ses voeux.
Le contraste entre Cook et Tahiti est saisissant.
Marc-Antoine
- 17/12/2011 - 14:27
à qui cela porte préjudice?
à bien y regarder, à qui cela porte-t-il préjudice? L'information est-elle réellement juste, ne serait-ce pas un coup de pub douteuse pour inciter la population métropolitaine à faire du tourisme dans cette région en se disant pressons-nous avant qu'il ne soit trop tard, histoire d'éviter aux groupes hôteliers de boire le bouillon et aux actionnaires de pleurer misères sur leurs dividendes.