En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© Reuters
En 2004, un livre intitulé "le management de la sauvagerie", écrit sous le pseudonyme Abu Bakr Naji a été mis en ligne.
Mode d’emploi
“Le management de la sauvagerie”: le livre qui a inspiré l’Etat Islamique dans son expansion par la violence extrême
Publié le 23 novembre 2015
L'Etat Islamique cherche à dresser les musulmans de France contre les autres citoyens du pays. C'est l'objectif théorisé dans "Le management de la sauvagerie", le livre rédigé par Abu Bakr Naji, qui sert de guide spirituel à de nombreux djihadistes, tant des les rangs de l'EI qu'ailleurs. Ses théories risquent de poser problème même après la disparition du mouvement.
Hosham Dawod est anthropologue, chercheur au CNRS, et directeur adjoint de l'Observatoire des radicalisations, en charge des affaires du Moyen-Orient, auteur et le co-auteur de nombreux ouvrages sur les tribus et ethnies et sur le pouvoir et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hosham Dawod
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hosham Dawod est anthropologue, chercheur au CNRS, et directeur adjoint de l'Observatoire des radicalisations, en charge des affaires du Moyen-Orient, auteur et le co-auteur de nombreux ouvrages sur les tribus et ethnies et sur le pouvoir et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Etat Islamique cherche à dresser les musulmans de France contre les autres citoyens du pays. C'est l'objectif théorisé dans "Le management de la sauvagerie", le livre rédigé par Abu Bakr Naji, qui sert de guide spirituel à de nombreux djihadistes, tant des les rangs de l'EI qu'ailleurs. Ses théories risquent de poser problème même après la disparition du mouvement.

Atlantico : En 2004, un livre intitulé "le management de la sauvagerie", écrit sous le pseudonyme Abu Bakr Naji a été mis en ligne, et est considéré comme ayant eu une large influence dans l’établissement de l’Etat Islamique. En quoi les méthodes de l’Etat islamique peuvent-elles être liées à ce livre ? 

Hosham Dawod : Je tiens à préciser que ce titre, cette référence à la sauvagerie, signifie, en arabe, de ramener l’état des choses avant les structures étatiques et civilisationnelles, dans un sens anthropologique. C’est un livre tiré de l’expérience des Djihadistes d’Afghanistan, du Pakistan et d’ailleurs, qui a été fait par des activistes qui ont quitté les premières terres du Djihad moderne, c’est-à-dire après 2002. Ce livre en fait le bilan. On peut faire le lien entre l’Etat Islamique et ce livre parce qu’il s’agit d’un programme, d’une méthode à suivre. Il tient compte de la façon dont il faut opérer, avant, pendant et après, l’établissement d’une structure étatique ou proto-étatique djihadiste. Mais il a été écrit près de 10 ans avant la création du Daeshistan, le "califat".

Ce livre est également un guide moderne de recommandations, avec des raccourcis historiques, il explique l’ordre mondial, le monde arabo musulman, les pressions et les divisions, et pourquoi il est nécessaire de revenir en arrière pour rebâtir autrement. Le livre adopte une rhétorique simple compréhensible par tous, ce qui lui donne sa force. De ce fait il a connu une large diffusion parmi les djihadistes. 

L’idée de "polarisation" des populations est centrale dans le livre. L’usage d’une violence extrême n’ayant d’autre but que d’obliger les populations à choisir leur camp. Quelle a été l’efficacité de cette stratégie sur le terrain ? 

Une fois les territoires tombés sous le contrôle de l’Etat Islamique, on peut voir qu’une partie de la population se rallie, soit par la force et la coercition, donc la violence, soit par un alignement réel idéologique, du fait du contexte concret sur le terrain. Mais la violence permet de convaincre les moins convaincus. De plus, cette violence permet également de laisser penser à ceux qui sont déjà convaincus, qu’il s’agit de la seule méthode efficace. On passe davantage par la pression, en pensant que le consentement viendra plus tard.

Mais avant cela, la violence a pour but de défaire une situation. Pour cela, l’objectif est d’attaquer la partie faible d’une réalité existante, ce qui délégitime l’état, c’est-à-dire le pouvoir en place. A ce stade, les populations n’ont plus d’autre moyen que de recourir au repli sur soi, c’est-à-dire vers les seules relations de proximité, parentales, tribales, ou de communauté villageoise etc… Donc il n’y a plus aucun recours possible à la loi, à la politique, au pouvoir ou à la citoyenneté. Et à partir du moment où l’autre est délégitimé, le chaos se créée et s’impose, c’est l’état de la "sauvagerie". Puis, après, on donne les moyens aux djihadistes de se maintenir pour imposer leur propre vision. Donc, déconstruire, pousser les gens vers le repli, délégitimer le pouvoir, et, finalement donner les moyens à ceux qui vont constituer l’alternative. La violence, dans cette opération, est le fil rouge, le fil conducteur qui fait passer du stade 1 au stade final.

Cette idée de polarisation est également évoquée concernant le terrorisme, notamment en France, celle-ci ayant pour objectif de diviser la population au sein du pays. Cette idée a–t-elle été effectivement théorisée par l’Etat Islamique ?

La question est de savoir si l’Etat Islamique essaye de tirer profit de ce type d’attentats. Dans "l’état de sauvagerie", oui. Ce qui n’est pas explicite dans Le management de la sauvagerie mais très explicite chez Daesh. L’Etat Islamique s’appuie sur l’islamisme le plus zélé moyennant la violence la plus extrême. Donc, ils ont intérêt, à chaque fois, à trouver des failles dans le rapport identitaire entre musulmans et non musulmans, pour s’implanter parmi ceux-ci en instrumentalisant un discours victimaire, en disant : "vous êtes mal considérés, mal valorisés, marginalisés, vous êtes victime de racisme etc.. et il n’y a pas d’autre réponse que notre alternative pour vous venger. Nous ferons ce qui est nécessaire pour qu’ils comprennent qui vous êtes et pourquoi on vous défend". C’est une manière belliqueuse de mettre face à face les musulmans et les non musulmans. Les raisons de choisir la France sont claires. C’est en France que vit la plus grande communauté musulmane en Europe. C’est en France que, plus qu’ailleurs, on recourt à la notion de citoyenneté avant l’identité religieuse. Or, philosophiquement et politiquement, c’est l’antithèse de Daesh. C’est la raison pour laquelle la France est visée. Peut être également pour des raisons techniques et opérationnelles. 

L’Etat islamique est-il en train de muter ? Les récentes attaques hors du territoire, en Turquie, au Liban, en Egypte, et aujourd’hui en France, traduisent-elles une évolution particulière ? 

Daesh, à la différence d’Al Qaeda, est un projet avec un territoire, qui cherche à se transformer en Etat. Ils n’ont pas réussi parce que c’est un projet impossible, parce que Daesh c’est la violence permanente, c’est la guerre tous azimuts, c’est le rejet radical de l’autre, qu’il soit sunnite d’une autre obédience, chiite, yézidi, chrétien, laïque, occidental, etc.

En dehors de son territoire Daesh a des affinités, voire de l’influence sur plusieurs organisations djihadistes à travers le monde. Mais de là à dire que Daesh gère tous les combattants, en Lybie ou ailleurs à partir de Raqqa ou de Mossoul, c’est exagéré. En revanche, il y a bien une identification. Daesh devient un modèle pour beaucoup de djihadistes qui considèrent qu’Abu Bakr al-Baghadadi peut devenir leur guide spirituel, leur calife. Ainsi, il peut y avoir une coordination et une synchronisation sur certaines opérations de portée symbolique.

Tôt ou tard, nous arriverons à la fin de Daesh en tant que structure militaire djihadiste. Et je crois que cette fin sera relativement rapide, sur le moyen terme. Cependant, Daesh regroupe 30 à 40 000 combattants, et autant de personnes qui travaillent dans son "administration". Certains vont périr, d’autres vont fuir, d’autres encore pourront revenir vers une position plus hésitante, en abandonnant le djihadisme, mais il restera une partie irréductible. Certains seront traduits en justice, mais d’autres vont s’échapper et reparaître ailleurs. Ces gens-là poseront le problème de l’après Daesh. Parce qu’ils ont des moyens à l’extérieur, parce que c’est une organisation criminelle très riche. Cet argent pourra alors être utilisé pour mener des opérations. C’est un autre type de danger, pour l’avenir, et qui implique une coordination internationale. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
04.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
05.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
07.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
06.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 22/11/2015 - 22:19
Pourquoi la France?
Parce qu'elle est en état de faiblesse juridique et institutionelle, parce que, par illusion électoraliste et économique, elle a importé une forte communauté musulmane, avec, pour une partie d'entre elle, un fort ressentiment anti-français...la polarisation y est donc la plus facile! Seules solutions:les réponses du Front National, mais nous nous répétons, depuis trente ans...
langue de pivert
- 22/11/2015 - 10:56
On devrait pouvoir "s'arranger" ? ☺
L'E.I. en gros c'est avant tout un bon bizness qui rapporte fric et pouvoir (anciens militaires Irakiens + cadres du parti BAAS recyclés vert ? peu importe !) Ils ont besoin de main-d’œuvre et de viande à canon et convoitent probablement avec gourmandise les musulmans d'Europe pour faire tourner leur machine et en plus "récupérer" LEURS ressortissants ! Çà tombe bien : on a besoin ni des uns ni des autres ! ☺
zouk
- 22/11/2015 - 10:37
Daesh, coopération internationale?
A court terme peut être, c'est en tous cas très souhaitable. Mais, admettant que Daesh échoue, soit dispersé, l'indispensable coopération internationale durera-t-elle?