En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

07.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 1 heure 11 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 2 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 4 heures 48 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 5 heures
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 6 heures 7 sec
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 7 heures 6 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 8 heures 49 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 8 heures 52 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 1 heure 43 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 2 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 4 heures 51 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 5 heures 28 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 6 heures 41 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 7 heures 56 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 8 heures 52 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 8 heures 52 min
© REUTERS/Thomas Peter
© REUTERS/Thomas Peter
Cyberguerre

Anonymous déclare la guerre à l'Etat islamique : mais qu'ont-ils les moyens de faire réellement ?

Publié le 16 novembre 2015
Le groupe d'activistes en ligne ne se limite plus aux canulars : depuis les attaques contre Charlie Hebdo, et à nouveau depuis les attentats à Paris, Anonymous veut combattre Daesh. Mais ils ne risquent pas d'être plus qu'une épine dans le pied.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le groupe d'activistes en ligne ne se limite plus aux canulars : depuis les attaques contre Charlie Hebdo, et à nouveau depuis les attentats à Paris, Anonymous veut combattre Daesh. Mais ils ne risquent pas d'être plus qu'une épine dans le pied.

 

Anonymous, le groupe de "hacktivistes" (activistes-hackers), aurait déclaré la guerre à Daesh. Ils ont publié ce matin une vidéo YouTube promettant une "cyberguerre" sans précédent contre le groupe terroriste islamiste. En réalité, ce mouvement avait commencé après les attaques contre Charlie Hebdo. 

 

Anonymous n'est pas une entité centralisée, mais plus un label que choisissent des groupes d'activistes en ligne et qui recouvre un grand nombre d'initiatives à origine décentralisée. A l'heure actuelle, dans Anonymous il existe sans doute quelques dizaines d'activistes fortement engagés qui représentent le centre du collectif, et une galaxie beaucoup plus large de compagnons de route. Pour Fabrice Epelboin, cofondateur de Yogosha, société de sécurité informatique, Anonymous est à l'économie numérique ce que le syndicalisme fut à la révolution industrielle--un mouvement transversal avec sa propre logique, qui défend les valeurs et les intérêts d'une communauté donnée. Anonymous pourraient potentiellement priver temporairement Daesh de moyens de communication mais pas faire beaucoup plus.

 

Le groupe s'était fait connaître il y a plusieurs années par ses attaques contre la scientologie. Le plus souvent, leurs initiatives se résument à des canulars, et à des "attaques" en ligne sans conséquences vraiment grave, comme des attaques "DDoS" qui peuvent pousser un site à être momentanément indisponible mais sans dégâts de long terme. Ainsi, ils ont récemment dégommé 5elafabook, un réseau social pour radicaux islamistes créé sur le modèle de Facebook.

 

Après les attaques contre Charlie Hebdo, donc, certains des membres du groupe, révoltés par le barbarisme des attaques, avaient décidé de mette leurs compétences informatiques au service d'une cause plus importante, celle de la lutte contre le terrorisme. Ce qui s'est passé depuis peut nous donner des indications sur ce qui se risque de se passer--en résumé, pas grand-chose. 

 

Le domaine principal d'action des Anonymous est les médias sociaux. Après l'attaque de Charlie Hebdo, les activistes d'Anonymous ont créé une base de données de plusieurs dizaines de milliers de comptes Twitter selon eux tenus par des membres de Daesh ou par des sympathisants. Ils ont ensuite organisé des campagnes pour forcer Twitter à désactiver ces comptes. Parfois, plus prosaïquement, ils submergaient les conversations en ligne publiques des islamistes de messages hostiles (et souvent orduriers), rendant ces conversations impraticables.  

 

Ils ont également répertorié les sites utilisés par les jihadistes et les ont attaqués, soit directement, soit indirectement, en les dénonçant aux hébergeurs, la plupart d'entre eux ne voulant pas être associés au jihadisme. 

 

L'heure de gloire de cyberguerre d'Anonymous contre Daesh serait survenue lorsque, avec une combinaison de surveillance de Twitter et de géolocalisation, ils auraient déjoué une attaque prévue par un groupe tunisien affilié à Daesh, en transmettant les informations au FBI. 

 

GhostSec, un groupe issue d'Anonymous et qui prend très au sérieux cette cyberguerre, relaierait souvent des informations aux services de sécurité américains à travers des intermédiaires. Certains de ces renseignements auraient de la valeur, selon Michael Smith, responsable de la société en conseil en sécurité informatique Kronos Advisory. 

 

Dans l'ensemble, à quoi mène donc cette cyberguerre ? Pas à grand-chose. Malgré quelques bons points, Anonymous ne semble pas plus qu'une épine dans le pied de Daesh, et encore. 

 

Mais peut être que l'objectif d'Anonymous n'est pas tant d'obtenir des résultats, que de se battre--et de se battre, pour une fois, pour une cause méritoire, et pas juste pour faire des canulars en ligne. Les attaques de Daesh étaient des attaques contre les valeurs de la France et des Lumières, mais également contre les valeurs d'Anonymous. Ce genre d'initiative peut montrer aux terroristes qu'une société ouverte et libre ne se laisse pas faire, et dispose de nombreuses ressources pour combattre au terrorisme, en ligne ou dans la réalité. Et ce n'est pas rien.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 17/11/2015 - 09:59
Anonymous contre Daesh
Quelle portée? Mais ils sont très présents sur le réseaux sociaux, ils seront peut être une contribution marginale, faible.