En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

03.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

04.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

05.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 9 heures 18 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 11 heures 22 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 12 heures 19 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 14 heures 2 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 15 heures 19 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 16 heures 18 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 16 heures 46 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 17 heures 34 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 18 heures 19 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 10 heures 5 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 11 heures 54 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 13 heures 40 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 14 heures 16 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 16 heures 3 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 16 heures 35 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 18 heures 43 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 7 heures
Retour vers le futur

Pourquoi il faut remettre au goût du jour le tirage au sort en politique

Publié le 16 janvier 2012
Jadis pilier de la démocratie et de la pratique républicaine, le tirage au sort est tombé en désuétude. Pourtant, le réintroduire dans nos sociétés pourrait dynamiser la pratique politique.
Gil Delannoi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Docteur d’Etat en 1982, Gil Delannoi est chercheur au CEVIPOF, Centre de recherches politiques de Sciences Po, depuis 1982. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jadis pilier de la démocratie et de la pratique républicaine, le tirage au sort est tombé en désuétude. Pourtant, le réintroduire dans nos sociétés pourrait dynamiser la pratique politique.

Pour désigner une personne ou attribuer un bien, les moyens pratiques ne sont pas illimités. Les principaux sont : le vote, l’hérédité, l’offre et la demande, la nomination hiérarchique et… le tirage au sort. Les quatre premiers sont courants aujourd’hui, puisque nos sociétés fonctionnent sur la base d’élections, de la transmission héréditaire du patrimoine, du marché et du recrutement bureaucratique. Pourquoi l’oubli du tirage au sort ? On savait pourtant dès l’antiquité et encore à la Renaissance qu’il pouvait jouer un rôle aussi important que les autres procédures. Le tirage au sort était l’un des piliers de la démocratie et une composante de la pratique républicaine à la renaissance. Et comme ses avantages et ses inconvénients sont différents de ceux des autres procédures, pourquoi s’en priver ?

Les dernières décennies ont vu un timide mais évident retour du tirage au sort. D’une part, dans la théorie politique. De l’autre, dans certaines expériences. Pour faire court, les plus connues sont la sélection d’échantillon de citoyens dans la « démocratie participative » ou « délibérative ». Mais les usages réels et potentiels vont bien au-delà de cet exemple phare. Les exemples potentiels ne se limitent pas à la politique générale. Le tirage au sort peut être combiné avec d’autres procédures et dans d’autres domaines : jurys judiciaires (c’est déjà en partie le cas en France), gouvernements locaux, assemblées, bureaucraties, syndicats, associations, entreprises, marchés.

On ne peut détailler ici ses avantages et ses inconvénients. Contentons-nous de remarquer que, en parallèle aux autres procédures, ses avantages existent. Mais comment et avec quelle volonté les mettre en pratique ?

Ma réponse est la suivante. Mépriser le tirage au sort comme procédure est signe d’arrogance intellectuelle, de paresse politique et de manque d’imagination. L’avenir du tirage au sort, s’il existe, passera par l’expérimentation locale, limitée, variée. Aujourd’hui, deux lignes d’argumentation, par leur fréquence et leur extension, se partagent l’essentiel de l’argumentation : l’une est minimale, l’autre maximale. Selon la ligne minimale, le tirage au sort doit être employé dans les cas où, en dépit de ses défauts, il est moins mauvais que les autres options. Selon la ligne maximale, le tirage est présenté comme l’ultime moyen de radicaliser la démocratie et de démocratiser la société.

Je propose une voie intermédiaire. Au minimalisme on doit répondre que l’on peut essayer le tirage au sort même quand il est équivalent en inconvénients et avantages aux autres procédures, puisque ces qualités et défauts sont équivalents mais pas identiques. Au maximalisme on peut répondre que l’expérimentation sera plus acceptable et plus efficace en étant prudente et progressive plutôt que radicale et brutale. Je suggère de distinguer deux approches. L’une, libérale, républicaine quand on vise l’impartialité, la neutralité, la lutte contre l’abus de pouvoir. L’autre, démocratique, quand on vise l’égalité, la participation, l’autogouvernement. Par sa mécanique, le tirage au sort est toujours égalitaire et impartial, mais selon son niveau de référence, selon le cadre englobant, l’usage devient autant élitiste que démocratique s’il est appliqué dans des groupes restreints, présélectionnés.

En résumé, le tirage au sort peut être démocratique, républicain, libéral, mais aussi élitiste ou démagogique. Il peut servir des fins de consultation, de délibération, d’exécution, d’allocation. Le tirage au sort sera méritocratique s’il s’applique à une population restreinte et préalablement étroitement qualifiée. Il sera démocratique quand il s’applique à tous ou presque. Son usage, de plus, peut être exclusif ou hybride. Ces distinctions nécessaires n’empêchent pas de résumer les effets et les fins du tirage au sort par la devise : impartialité, égalité, sérénité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
HR
- 16/01/2012 - 16:44
Démocratie? mais de quoi il parle?
Et pendant ce temps , en France, par exemple, on n'a toujours pas le droit d'élire directement: le maire, le conseiller municipal, le sénateur, le président de la Région, les conseillers de la région, le député européen.
Et Sciences Po, qui fabrique la Noblesse d'Etat moderne, les hauts fonctionnaires énarques et autres magistrats vient de l'Ordre des Clercs donner une leçon de démocratie!
HR
- 16/01/2012 - 16:38
Démocratie? mais de quoi il parle?
En période de crise, les ennemis de la démocratie moderne se sentent naturellement pousser des ailes.
zelectron
- 16/01/2012 - 15:32
démocratie mixte directe/indirecte, clérocratie, stochrastie
A l'instar du mode de tirage au sort des jurés populaires en correctionnelle, en placer un certain nombre aux cotés de certaines catégories d'élus éviterait qu'ils commettent des "erreurs" voire leur donner des conseils pour l’exécution de leur mandat à raison d'une ou deux fis par semaine et puis les faire placer en garde à vue en cas d'abus (à la majorité) en attendant mieux (confiscation?)