En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Angela Merkel.
Mythes au Kärcher
Les 5 graphiques qui vous feront renoncer à tout jamais à croire au modèle allemand de croissance par le commerce extérieur
Publié le 10 novembre 2015
Une fois encore, les chiffres du commerce extérieur allemand devraient battre un nouveau record en cette année 2015. Et c’est sur la base de ce succès que s’est progressivement construit le modèle allemand. Pourtant, à y regarder de plus près, ce succès n'est pas si évident, même en le comparant aux résultats français.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une fois encore, les chiffres du commerce extérieur allemand devraient battre un nouveau record en cette année 2015. Et c’est sur la base de ce succès que s’est progressivement construit le modèle allemand. Pourtant, à y regarder de plus près, ce succès n'est pas si évident, même en le comparant aux résultats français.

Ce 9 novembre, l’institut national de statistiques allemand, Destatis, publiait les derniers chiffres du commerce extérieur. Et encore une fois, le succès est au rendez-vous, avec une balance positive de 186.7 milliards d’euros de janvier à septembre, contre 156.3 milliards l’année précédente, le surplus commercial allemand progresse de 19.4% sur une année. Désormais, le pays se place à la première place mondiale de la balance courante.

Ainsi, au fil des années, le miracle du modèle allemand se poursuit, et permet au pays de se présenter comme la grande puissance économique de la zone euro. A l’inverse, depuis la création de la monnaie unique, la France déçoit sur ce même point, et l’écart qui sépare les deux pays en matière de balance commerciale serait la cause principale, majeure, du succès de l’un et de la défaite économique de l’autre.

Balance de compte courant. En % de PIB. France Allemagne. Source : INSEE-DESTATIS

Cliquez pour agrandir

Le résultat est insoutenable. Alors que l’Allemagne est parvenue à faire progresser sa balance courante de plus de 6 points de PIB, la France voit la sienne s’enfoncer de près de 4 points, soit un différentiel de 10 points entre les deux pays. Fin de l’histoire. D’évidence, il ne faut pas aller chercher plus loin la cause du différentiel de taux de chômage pour ce mois de septembre 2015, soit 4.5% pour l’Allemagne et 10.7% pour la France. (Données Eurostat).

Parce qu’en cherchant plus loin, le résultat devient un peu différent. En effet, malgré ce différentiel de 10 points de PIB sur la balance courante, la croissance des deux pays, depuis 15 ans, ressemble à une anomalie. En premier lieu, la croissance nominale, c’est-à-dire tenant compte de l’inflation (ce qui correspond à la « demande »), est largement à l’avantage de la France :

Croissance à prix courants. France – Allemagne. Source INSEE-DESTATIS

En second lieu, si l’on considère la croissance réelle, c’est-à-dire sans inflation, l’écart se resserre, mais reste toujours favorable à la France.

Croissance réelle. France – Allemagne. 1999-2015. Source INSEE-DESTATIS

Si la croissance allemande a progressé de 19.45% depuis la création de l’euro, celle de la France s’est bien accrue de 20.83%, et ce, malgré l’impressionnant différentiel de balance courante entre les deux pays. Ce qui vient légèrement déranger le puzzle du miracle allemand, et qui vient poser la question du chômage. Car si la croissance entre les deux pays a été si proche au cours des 15 dernières années, sans que la balance commerciale n’ait pu y changer quoi que ce soit, comment expliquer une telle divergence des taux de chômage ?

Pour se faire une idée sur ce point, il suffit d’entrer dans les détails de ces chiffres du chômage, entre, d’une part, le nombre d’emplois crées par l’économie et, d’autre part, l’évolution de la population active. Dans un premier temps, l’emploi total. Et ici encore, c’est la surprise, car si l’économie allemande a effectivement et proportionnellement créée plus d’emplois que la France en 15 ans, l’écart entre les deux pays reste ténu :

Progression en % de l’emploi total. Allemagne. France. Source. INSEE -DESTATIS

+9.54% en Allemagne contre +8.45% en France, si ce léger différentiel peut s’expliquer par l’absence de salaire minimum en Allemagne jusqu’au 1er janvier 2015, et l’existence de plus 6.6 millions de mini jobs, payés un maximum de 450 euros par mois, la croissance de l’emploi total ne permet toujours pas de justifier une telle divergence des taux de chômage entre les deux pays. Ce n’est pas l’unique pourcent d’emplois crées qui justifie un écart de 6 points de taux de chômage. De plus, la simple observation permet de s’apercevoir que jusqu’en 2013, la France prenait la tête en termes de création d’emplois depuis la naissance de la zone euro. Ici encore, chou blanc.

Reste la croissance de la population active, c’est-à-dire la population en âge et ayant la volonté de travailler, soit un simple comparatif démographique entre les deux pays. Et ici, selon les chiffres de la banque mondiale, la divergence est réelle :

Croissance de la population active. France-Allemagne. 1999-2013. Source Banque Mondiale

Alors que la population active a progressé de plus de 10.52% en France, celle de l’Allemagne n’a augmenté que de 3.74%, soit un différentiel de près de 7 points depuis 1999. Le voilà le miracle allemand. Celui qui permet de comprendre la baisse du chômage. Pas la balance commerciale, pas la croissance, pas la création d’emplois, mais la démographie.

La réalité de la « superpuissance allemande » est que le pays n’a pas besoin de créer plus d’emplois que la France pour voir son taux de chômage baisser. Tout simplement parce que le nombre de personnes entrant sur le marché de l’emploi progresse beaucoup moins rapidement de l’autre côté du Rhin qu’en France. Et selon ces mêmes données, si l’Allemagne avait connu la même croissance de population active que son voisin, son taux de chômage serait de 10.3% aujourd’hui.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
elvin
- 11/11/2015 - 11:51
Que fait-il encore ici ?
Bien d'accord avec artesan : cet article de NG est tout simplement ridicule, et il ridiculise du même coup Atlantico.
Il n'y a personne pour s'en apercevoir (à part quelques lecteurs) ?
Ganesha
- 11/11/2015 - 10:25
Excédent Commercial Généralisé !
Les ''fans d'Angela'' sont, heureusement devenu de plus en plus rares sur Atlantico ! Suivons donc le ''modèle allemand'', c'est pourtant simple : tous les pays du monde devraient être en ''excédent commercial''. Mais, alors, qui sera en déficit ? La planète Mars ?
artesan
- 11/11/2015 - 09:36
L'enfumeur Goetzmann
M. Goetzman est un grand spécialiste pour tordre les chiffres et la réalité et nous faire croire à ses illusions. Ce n'est pas de l'économie qu'il nous fait là, c'est de la propagande. Bien d'autres facteurs distinguent les deux pays, qui expliquent le dynamisme économique (et en particulier industriel) de l'Allemagne (nature et volume des dépenses publiques, système social, système scolaire et e formation professionnelle, organisation du marché du travail, relations sociales et rôle des syndicats, système politique décentralisé, ...). M.Goetzman, lui, nous sort quelques statistiques macro économiques pour nous faire croire que si l'économie Allemande se porte mieux que la notre, c'est parce qu'il ne font pas d'enfants . Un argumentaire au service de son idéologie, pas de la vérité.