En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© USHMM, courtesy of Dokumentationarchiv des Oesterreichischen Widerstandes.
Membres d’un Einsatzkommando faisant feu sur des hommes debout au fond d’une tranchée. Circa : 1941-1942. Localisation inconnue.
D'un crime à l'autre
Yahad-in Unum, l’association française qui travaille sur la Shoah par balle, exporte son expérience pour la préservation de la mémoire des massacres en Amérique latine
Publié le 08 novembre 2015
Le travail d'un prêtre français pour mieux comprendre et documenter la "Shoah par balle" perpétrée par les Einsatzgruppen allemands en Europe de l'Est est dupliqué au Guatemala, où la guerre civile a fait 200.000 morts.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le travail d'un prêtre français pour mieux comprendre et documenter la "Shoah par balle" perpétrée par les Einsatzgruppen allemands en Europe de l'Est est dupliqué au Guatemala, où la guerre civile a fait 200.000 morts.

L'exposition "La Shoah par balles" montée par l'association Yahad-In Unum est montrée pour la première fois en Amérique du sud, à Guatemala City depuis le 5 octobre. Son but, explique l'association, est "d'enseigner ce chapitre sombre de l'histoire à la jeune génération, dans l'espoir d'éviter de futurs cas de violence de masse".

Mais quel est le lien entre la Shoah par balle, c'est-à-dire l'assassinat de plus d'un million de personnes de 1940 à 1943 par les Einsatzgruppen (groupes d'intervention) en Europe de l'Est, et le Guatemala ?

"Depuis l'Holocauste, personne n'a bâti de système basé sur les camps de concentration", a expliqué à Fox News Latino Marco González, directeur de Yahad-In Unum. "Mais malheureusement, l'idée nazie d'aligner les gens pour les abattre a été dupliquée dans beaucoup de pays de par le monde", ajoute-t-il.

L'un d'eux est son pays d'origine, le Guatemala.

Yahad–In Unum est née en 2004 grâce à Patrick Desbois, un prêtre catholique, directeur du Service national des évêques de France pour les relations avec le judaïsme et consulteur de la commission du Saint Siège pour les relations religieuses avec le judaïsme. Le but de l'association est de rassembler plus d'informations sur la Shoah en Ukraine.


LA SHOAH PAR BALLES, L’HISTOIRE OUBLIÉE (extrait) par figra"

À l’aide d’archives, des enquêteurs vont de village en village repérer les témoins. Une équipe constituée d’un chef d’équipe, de traducteurs, de chauffeurs, d’un scripte, d’un caméraman et d’un photographe se déplacent en camionnette pour les interroger et les filmer. Souvent les villageois n’ont encore jamais parlé des massacres auxquels ils ont assisté", détaille le journal Le Dauphiné.

Grâce à ces enquêtes, il devient possible localiser les fosses communes. A ce jour, Yahad a effectué des recherches sur 1.744 sites d’exécutions et a rassemblé 4.485 témoignages au cours de 105 séjours de recherche dans sept pays (Ukraine, Biélorussie, Russie, Pologne, Roumanie, Moldavie et Lituanie), précise l'ambassade de France au Guatemala.

"La majorité des témoins sont aujourd'hui octogénaires, et pour 98% d'entre eux, c'est la première fois qu'ils racontent leur histoire", explique Marco González.

Quand il a rejoint le comité de direction de l'association, il y a quatre ans, Marco González – qui a rencontré le Père Desbois dès le lancement de l'association – a eu l'idée d'étendre cette méthode de travail en Amérique du sud.

Le Guatemala, notamment, a connu une effroyable guerre civile, qui a opposé entre  1960 et 1996 différentes guérillas marxistes au gouvernement. Débuté par un soulèvement d'officiers le 13 novembre 1960 contre l'influence des États-Unis, le conflit s'est achevé en 1996 par un accord de paix signé entre les groupes armés et le gouvernement. Mêlant des causes sociales, économiques, politiques et ethniques (le pays était secoué par les divisions entre les Ladinos d'origine européenne et les mayas), le conflit a fait plus de 100 000 morts et des dizaines de milliers de disparus.

Yahad-In Unum a d'ores et déjà réalisé trois voyages dans des zones rurales du pays, où des massacres de masse de mayas ont été perpétrés au début des années 1980. Leur but : récolter de l'information, et si possible des témoignages de témoins oculaires.

"L'idée est de récréer le crime. Comme avec une affaire non résolue et classée. De récolter assez de preuves pour que l'affaire puisse être jugée. Au Guatemala, contrairement à la Shoah, beaucoup des responsables sont encore vivants", explique Marco González.

Il explique que le travail de l'association a été bien reçue dans le pays, suite à un véritable changement de climat politique et social. Pour preuve, le président guatémaltèque Otto Pérez, a démissionné jeudi 3 septembre, après des semaines de pression populaire. Le président conservateur, un général en retraite de 64 ans au pouvoir depuis 2012, avait déjà été privé quelques jours plus tôt de son immunité par un vote à l’unanimité du Parlement et la justice avait interdit à l’élu, déjà accusé par le passé de violations des droits de l’homme, de sortir du territoire.

"Notre but est d'aller en Colombie, à El Salvador et au Pérou, où il y a eu beaucoup de crimes similaires. Cela se fera si l'on trouve les financiers et les bons partenaires", explique le directeur de Yahad.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
04.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
05.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
06.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mike Desmots
- 09/11/2015 - 06:09
Chaque fois dans l'histoire qu'il y du " socialisme "et/ou...
ses dérivés cancérigènes ,il y a des drames humains ,de la misère, de l'endoctrinement à coup de pioche, la prison ,et des millions de civiles assassinés ....le constat est aisé ...Allemagne avec le national socialisme et ses camps de la mort et assassinats de masses, le marxo/socialisme en URSS (Union des républiques socialistes soviétiques) depuis 1917 ,avec ses prisons ,le goulag ; les assassinats de masse encore des millions de morts , en Chine avec sa république populaire ,ses prisons ,ses purges et la "révolution culturelle" encore des millions de morts, Cambodge Pol Pot , des millions de morts, Cuba ,ses prisons célèbres ,ses disparitions ...et assassinats politiques et...etc...
valencia77
- 09/11/2015 - 00:36
suivez l'example de l'ussr
quelle bonne idee de remuer la merde. C'est comme les soviets pendant la revolution. Inutile de se rendre et de les joindre ils ne pardonaient pas et eliminaient les vaincus.
Alors au Peru qui va etre juge? Le gouvernement ou le sendero luminoso qui foutait en l'air le campesino qui avait un poulet de trop selon la regle du sendero luminoso?
zouk
- 08/11/2015 - 10:13
Guatemala
Non seulement les responsables sont toujours vivants mais aussi les témoins, nombreux, espérons un dénouement comme celui que l'Afrique du Sud a su produire.