En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

03.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

04.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

05.

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

06.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

07.

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

06.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Emploi du temps
Ségolène Royal, ambassadrice des pôles, n'aurait pas assisté aux réunions du Conseil de l'Arctique
il y a 1 min 26 sec
light > Justice
Butin important
Les propriétaires du château de Vaux-le-Vicomte ont été séquestrés
il y a 1 heure 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois, "L'amour est aveugle" de William Boyd

il y a 3 heures 5 min
pépites > Politique
Victoire ?
Procès de Jean-Luc Mélenchon : le renvoi du parquet a été refusé
il y a 3 heures 55 min
décryptage > Sport
LDC

PSG - REAL : 3 - 0 Sans ses stars mais avec un Idrissa Gueye impérial, Paris surclasse le Real de Zidane

il y a 6 heures 43 min
décryptage > Economie
Vie professionnelle

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

il y a 7 heures 16 min
décryptage > France
Riposte

Recrudescence des mites mangeuses de vêtements à cause des fibres naturelles et du lavage à basse température

il y a 7 heures 48 min
décryptage > Politique
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

il y a 9 heures 2 min
pépites > Europe
Brexit
Il pourrait y avoir une alternative au "backstop" pour Boris Johnson
il y a 22 heures 57 min
light > Société
Vocation
Traverser la rue pour trouver un emploi : la nouvelle vie de Jonathan
il y a 49 min 36 sec
pépite vidéo > International
Campagne
"Blackface" : Justin Trudeau présente ses excuses après la diffusion d'une photo polémique
il y a 2 heures 41 min
pépites > Santé
Mesures
Un rapport parlementaire dévoile la prise en charge "catastrophique" des patients en psychiatrie
il y a 3 heures 16 min
décryptage > High-tech
Le monde d’après Snowden

Mémoires de Snowden : mais où en est-on de la surveillance mondiale à l’heure actuelle ?

il y a 6 heures 12 min
décryptage > Santé
Santé

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

il y a 6 heures 52 min
décryptage > Economie
Epargne

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

il y a 7 heures 36 min
décryptage > Politique
Évaporation du domaine de la lutte

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

il y a 8 heures 8 min
décryptage > Défense
La guerre à l’heure des ennemis non identifiés

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

il y a 8 heures 39 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales
il y a 9 heures 14 min
pépite vidéo > Insolite
record
Une américaine traverse la Manche à la nage quatre fois d'affilée
il y a 23 heures 14 min
© Reuters
Nicolas Sarkozy et François Hollande.
© Reuters
Nicolas Sarkozy et François Hollande.
Duo de choc

Présidentielle 2017 : et si Nicolas Sarkozy devenait le Premier ministre de François Hollande ?

Publié le 05 novembre 2015
Dix-sept. Nous sommes à dix-sept mois de l’élection présidentielle de 2017 et le scrutin est déjà dans toutes les têtes. Fortement distancé dans les sondages, l’actuel locataire de l’Élysée semble d’ores et déjà disqualifié pour le second tour au profit d’un duel quasi joué d’avance opposant Les Républicains au Front national. Et si pourtant la droite ne gagnait que les législatives, tandis que François Hollande remportait quant à lui la présidentielle ? Une nouvelle cohabitation en perspective qui n’a rien d’un scénario improbable. Explications.
Anthony Escurat est doctorant en science politique à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence.Il est l'auteur de la note "Le lobbying : outil démocratique" pour la Fondation pour l'innovation politique.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anthony Escurat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anthony Escurat est doctorant en science politique à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence.Il est l'auteur de la note "Le lobbying : outil démocratique" pour la Fondation pour l'innovation politique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dix-sept. Nous sommes à dix-sept mois de l’élection présidentielle de 2017 et le scrutin est déjà dans toutes les têtes. Fortement distancé dans les sondages, l’actuel locataire de l’Élysée semble d’ores et déjà disqualifié pour le second tour au profit d’un duel quasi joué d’avance opposant Les Républicains au Front national. Et si pourtant la droite ne gagnait que les législatives, tandis que François Hollande remportait quant à lui la présidentielle ? Une nouvelle cohabitation en perspective qui n’a rien d’un scénario improbable. Explications.

Les élections présidentielles se suivent et ne se ressemblent pas. Par-delà cette lapalissade, il convient toutefois de tirer quelques enseignements du passé. En regardant dans le rétroviseur de la Vème République, la défaite de François Hollande en 2017 – déjà proclamée, voire célébrée, dans les chorus politique et médiatique, à gauche comme à droite – perd en substance et en crédibilité. Plus encore, dans une élection où le Front national et l’abstention risquent de constituer les deux principales variables d’ajustement, le spectre du 21 avril 2002 ressurgit avec acuité au profit, cette fois-ci, du Parti socialiste.

Nicolas Sarkozy : le meilleur candidat de la droite en 2007, le pire en 2017 

Avec plus de 53% des suffrages exprimés au second tour, Nicolas Sarkozy est en 2007 l’un des candidats les mieux "élus" de la droite sous la Vème République. Un succès dont l’actuel président des Républicains et la droite en général semblent aujourd’hui avoir oublié la recette et les principaux ingrédients. Car si Nicolas Sarkozy n’était pas le candidat sortant en 2007, le ministre de l’Intérieur de l’époque appartenait pourtant à la majorité en place. Martelant à l’envi ses désirs de "rupture", le président de l’UMP est parvenu alors – de manière habile – à se créer une image décalée, tirant à boulets rouges sur le "chiraquisme" sans pour autant renier sa famille politique, apparaissant comme un homme d’expérience tout en incarnant la nouveauté, et ce au grand dam de Ségolène Royal qui tenta – en vain – de s’en arroger les attributs. 

Pour ce faire, le président de l’UMP a, de façon inédite, opéré une synthèse savamment orchestrée entre la droite classique dont il était le candidat et les deux camps qui la bordaient. En convoquant dans ses discours Jaurès et Blum – deux figures tutélaires de la gauche – tout en proposant, parfois dans la même allocution, de créer un ministère de l’Immigration, de restaurer l’autorité de l’État et d’engager un débat sur l’identité nationale, le futur président de la République est parvenu à agréger autour d’un même bulletin de vote une partie des électeurs du Front national ainsi que des populations jusqu’alors traditionnellement dévolues à la gauche. C’est ainsi qu’à la surprise générale Nicolas Sarkozy a devancé Ségolène Royal à la fois chez les ouvriers (+1 point) et les employés (+8 points). En parallèle, se targuant d’aller "chercher un à un" les électeurs du FN, le candidat de la droite a réussi le pari osé de "siphonner" – selon l’expression consacrée – l’électorat frontiste. En effet, selon le Cevipof, 26% des électeurs ayant voté Jean-Marie Le Pen en 2002 se sont ralliés dès le premier tour au candidat de la droite ; expliquant en creux la forte contraction du score du président du FN passé de 11,7% des voix en 2002 à seulement 8,6% en 2007. Autrement dit, c’est en rassemblant son camp puis en "mordant" sur les deux côtés qui l’entoure que Nicolas Sarkozy a été élu de manière éclatante en 2007.

Deux quinquennats plus tard, la donne a changé et le divorce entre les Français et l’ancien chef de l’État est largement consommé. Bien qu’auréolé du titre envié de "personnalité politique préférée des Français", Alain Juppé ne dispose pas en "interne" du soutien dont jouit Nicolas Sarkozy et, malgré des sondages les plaçant généralement au coude à coude, tout porte à croire que le président des Républicains est aujourd’hui le mieux placé pour remporter les primaires de novembre prochain. Une funeste erreur pour la droite car s’il bénéfice toujours d’un fort plébiscite auprès de sa base, le désamour est profond avec l’ensemble des Français. En témoignent les enquêtes d’opinion successives qui révèlent qu’en moyenne seul un quart des sondés porte un regard positif sur l’actuel chef de l’opposition, soit deux fois moins que le score enregistré par le maire de Bordeaux.

De surcroît, les premières déclarations du nouveau président des Républicains à l’orée de son élection ont donné le ton de la candidature Sarkozy pour 2017 : clairement positionnée à droite, à la remorque du FN et dans le droit fil de la campagne de 2012, faisant ainsi abstraction de la recette payante de 2007, à savoir conquérir la France à la fois par sa droite et par sa gauche. Dès lors, n’en déplaise à ses thuriféraires, honni par une grande partie des Français, mis face au bilan de son quinquennat et sous le couperet d’une éventuelle candidature centriste, l’ancien chef de l’État – s’il est investi par Les Républicains – pourrait bien être l’artisan malgré lui de la défaite de la droite au premier tour de l’élection présidentielle.

François Hollande : le succès d’un échec

S’il y avait un doute, il est levé depuis janvier 2015. Malgré un quinquennat jugé même à gauche des plus décevants, François Hollande sera bien candidat à sa succession et le chef de l’État – multipliant visites de terrain, interviews fleuves, confessions et mea culpa, etc. – est aujourd’hui clairement en campagne. Et, pour ce faire, force est de constater qu’il bénéficie depuis plusieurs mois d’un alignement des planètes inattendu. Tandis que la bataille engagée par les "frondeurs" – orphelins de Martine Aubry, leur "leader from behind" finalement rallié à la motion du gouvernement – s’est soldée par la victoire par KO du duo exécutif lors du dernier congrès socialiste, les Verts ont littéralement implosé à l’été sur l’autel des querelles intestines. Bien que Cécile Duflot ait confié en septembre à Libération se préparer à la prochaine échéance présidentielle, son isolement suite à la défection des principaux poids lourds écologistes ne lui laisse que peu d’espoirs de dépasser la barre des 5%. En parallèle, également brouillés, il y a fort à parier que Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent ne parviendront pas à refaire cause commune en 2017. Les chiffons rouges et verts ne devraient donc pas s’agiter bien fort sous les lambris de la rue de Solferino et du Palais de l’Élysée.

Dans ce maelström et face à cette "gauche plurielle" mue aujourd’hui en "gauche plus rien", François Hollande voit s’éloigner le spectre des primaires – ainsi qu’une éventuelle candidature de Manuel Valls – que d’aucuns dans son camp réclamaient à hue et à dia. Mieux encore, alors qu’il avait dès 2013 lié sa candidature à la baisse du chômage, le président de la République a certainement dû accueillir avec délectation les chiffres du mois de septembre (-23 800 demandeurs d’emploi) ainsi que l’accalmie anticipée par l’UNEDIC pour 2016. Une conjugaison de signaux positifs inespérée qui – sans trouver encore de véritable traduction dans l’opinion – accrédite l’idée d’une possible victoire du président sortant en 2017.

Une victoire favorisée par la présence de Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle. Catalysée par la frénésie sondagière (31% des Français se déclarant prêts à voter pour la candidate frontiste lors d’un récent sondage IFOP), confirmée par ses succès électoraux, la présence au second tour du FN apparaît aujourd’hui comme une évidence. Dans cette configuration et face à l’étiolement de la gauche de la gauche, à l’atonie du centre ainsi qu’à la détestation que suscite Nicolas Sarkozy dans l’opinion, François Hollande dispose d’un boulevard pour prolonger son bail à l’Élysée.

En revanche, à la lumière des dernières élections européennes, municipales et départementales, et compte tenu du fait que le chef de l’État ne devrait pas modifier le mode de scrutin d’ici 2017 (pour réintroduire une dose de proportionnelle comme avait pu le faire François Mitterrand en 1986), les prochaines élections législatives s’annoncent périlleuses pour le Parti socialiste, même en cas de victoire à la présidentielle. À cette aune, ouvrant la voie à une nette victoire de la droite, elles pourraient déboucher sur une nouvelle cohabitation. Or, comme le veut la tradition inaugurée il y a bientôt trente ans, le président de la République a coutume de nommer à Matignon le chef de l’opposition. Pas certain que Nicolas Sarkozy accepte alors la proposition de François Hollande…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

03.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

04.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

05.

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

06.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

07.

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

06.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Philippine
- 07/11/2015 - 17:54
Un petit supplément à mon commentaire précédent .....
Quant à savoir si Sarkozy deviendra peut-être le premier ministre de Hollande, c'est sans doute une plaisanterie et à mon humble avis l'ancien Président ne deviendra JAMAIS le ministre de Hollande, alors, ne rêvez pas trop et redescendez sur terre .
Philippine
- 07/11/2015 - 17:49
Détestation ?
Les Français détestent Sarkozy, diable ! Ce qui importe, c'est la question que vont se poser les Français au moment de mettre leur bulletin dans l'urne : Est -ce que la vie était moins dure tous les jours sous Sarkozy ,malgré la terrible crise de 2008,par rapport à ce que nous endurons depuis 2012 ? ! La réponse SERA UN OUI MASSIF .Alors , Mr ESCURRAT, sortez un peu de votre bulle et allez un peu partout chez les petits retraités, dans les familles, chez les ouvriers smicards,les handicapés, etc, etc ......et la liste est très longue et vous pourrez voir et constater que la situation des petites gens s'est beaucoup dégradée depuis 3 ans avec beaucoup de misère .
vangog
- 07/11/2015 - 01:33
Pas bête...
Dans une configuration "front Ripoublicain" contre Front National, qui paraît effrayer tous les intervenants de ce site, ce scenario est plausible. Une chose est certaine, on va vers une cohabitation: Je pense plutôt à Juppé président, Bayrou ou Macron 1er ministre. Mais cette cohabitation, quelle que soient les noms des impétrants ne conduira à rien de mieux que l'actuel gouvernement: immigration débridée, culture de la dette et du chômage, clientélisme et corruption à tous les étages...voilà pourquoi, Marine Le Pen sera appelée par le Président, au bout de deux ans de cohabitation stérile, comme seule capable de réformer la France et susceptible d'inverser la courbe de sa décadence...un espoir pour la France!