En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Manuel Valls et Emmanuel Macron.
La main dans le sac

Vallsisation de la gauche plutôt que hollandisation de Valls : le flagrant déni du Premier ministre

Publié le 05 novembre 2015
Lors d'une visite à Sciences-Po le 3 novembre, le Premier ministre a réagi à une question des étudiants en expliquant que c'était l'ensemble de la gauche s'était "Vallsisée", et non le contraire.
Julien Gonzalez  est auteur pour la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) des notes « Enseignement supérieur : les limites de la ‘mastérisation’ » et « Trop d’émigrés ? Regards sur ceux qui partent de France ». 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Gonzalez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Gonzalez  est auteur pour la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) des notes « Enseignement supérieur : les limites de la ‘mastérisation’ » et « Trop d’émigrés ? Regards sur ceux qui partent de France ». 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors d'une visite à Sciences-Po le 3 novembre, le Premier ministre a réagi à une question des étudiants en expliquant que c'était l'ensemble de la gauche s'était "Vallsisée", et non le contraire.

Atlantico : Manuel Valls s'est rendu ce mardi 3 novembre à Sciences-Po, où il a été amené à débattre avec les étudiants. L'un deux lui aurait demandé s'il s'était "assagi" et le Premier ministre a réagi en expliquant qu'à l'inverse, l'ensemble de la gauche s'était "Vallsisée". Peut-on vraiment croire Manuel Valls ? Dans quelle mesure est-ce qu'il n'est pas le déni ?

Julien Gonzalez : Manuel Valls a-t-il raison ? Oui et non. Oui si l’on se fie à la politique du gouvernement ; son social-libéralisme à peine voilé et doublement symbolisé par le pacte de responsabilité et la loi Macron, la rhétorique de la réforme de François Hollande, tout cela fait référence au "blairisme" à la française auquel Manuel Valls fait référence depuis des années. En façade, l’empreinte du Premier ministre sur le positionnement de la gauche peut ainsi apparaitre prépondérante.

Mais si l’on gratte un peu, tout cela semble bien fragile et les idées de Manuel Valls sont loin d’être majoritaires dans son propre camp. Deux raisons à cela : une déconnexion entre la base militante – bien plus radicale – et l’électorat de gauche (constat valable également à droite), et la "gauchisation" des alliés naturels du PS, au premier rang desquels EÉLV. L’emblème de l’équivoque étant sans conteste Christiane Taubira, égérie de la gauche partisane et ultra-minoritaire dans l’opinion. Son maintien au gouvernement contre vents et marées vaut toutes les preuves de schizophrénie ; la gauche est bel et bien "hollandisée".

Si la gauche ne s'est pas "Vallsisée", François Hollande incarne-t-il la nouvelle ligne de la gauche ? Sur quels domaines cette hollandisation gouvernementale (et de la gauche) est-elle le plus visible ?

L’ "hollandisation" est une sorte de machiavélisme du pauvre, une confusion entre la malice et l’indécision ; le résultat d’une campagne électorale où la taxe à 75% et le mariage pour tous masquaient un discours de quasi orthodoxie budgétaire et de prudence sur l’immigration et les naturalisations. Une ambivalence qui tutoie le mensonge, histoire d’agréger à la fois le vote de la classe moyenne et des catégories populaires.

Tout le reste est à l’avenant, un va-et-vient systématique entre les minuscules calculs d’appareils et l’urgence du quotidien, sous le regard permanent de BFM. Des symboles ? Les gouvernements successifs et leur équilibre improbable : Moscovici, Montebourg et Hamon à Bercy, Taubira en Garde des Sceaux et Manuel Valls en premier flic de France. Un olympe ? L’affaire Leonarda et le feu d’artifice de la main tendue présidentielle : humanisme pour la petite, fermeté pour les parents.

L’angoisse d’une candidature dissidente à gauche en 2017 et la montée du Front national ne risquent pas de mettre un frein à cette infernale mécanique du calcul.

Pourtant, en dépit de l'hollandisation du PS, ses alliés historiques semblent se radicaliser, comme on peut le voir chez les Verts ou plus à gauche. François Hollande n'est-il pas en train de créer une vraie rupture idéologique ? Qui seront les premiers concernés ?

La victoire de 2012 s’est faite au prix de la lisibilité de la ligne éditoriale de la gauche. La finance était son ennemie, mais le ministre de l’Économie est un ancien banquier d’affaires ; l’humanisme pénal de Christiane Taubira a dû composer dès le début du quinquennat avec le viril républicanisme du ministre de l’Intérieur Valls ; les 60 000 postes dans l’Éducation nationale doivent désormais cohabiter avec les allègements de charges pour les entreprises et la réduction des dépenses publiques.

Tout cela n’est pas une rupture idéologique, c’est un épais brouillard, une éclipse de la cohérence. La gauche ainsi déboussolée, le terrain était mûr pour toutes les rebellions : les verts, Mélenchon et les communistes, les frondeurs, ont de la place sur l’échiquier pour essayer d’incarner la "gauche". Mais qui le veut ? Les velléités contestataires devraient être largement impactées par le danger d’un nouveau 21 avril et tout ce petit monde rentrer dans le rang. Martine Aubry n’a-t-elle pas signé la motion défendue par le gouvernement lors du dernier congrès du Parti socialiste ?

Quelles conséquences politiques sur le pays cette hollandisation peut avoir ?

En 2012, François Hollande a usé et abusé de grossiers symboles infantilisants pour gagner l’élection. Mais le boomerang allait forcément revenir. Le voici aujourd’hui, avec une décrédibilisation de la parole publique qui vient de tout en haut. L’électorat populaire cocufié, la conséquence était inéluctable : voilà le Front national dans 11 mairies, aux portes des conseils régionaux de Nord-Pas-de-Calais-Picardie et de PACA et du second tour de la présidentielle.

Les Français s’étaient lassés du show constant du sarkozysme ; le consensus mou à la Hollande leur ferait presque aimer ce qui les ulcérait hier. Proposer le droit de vote des étrangers en dépit de toute logique – la modification de la Constitution nécessitant le vote du Parlement réuni en Congrès au 3/5ème, ce que n’a jamais eu la majorité actuelle – c’est faire deux mécontents : l’électeur de droite pour la promesse, celui de gauche pour sa non tenue. Le premier ira peut-être grossir les rangs de l’électorat frontiste, le deuxième donnera une raison d’être à EÉLV ou au Front de Gauche.

Cela pose la question du sens même de l’action politique : gagner mais pour quoi faire ? Le Hollandisme en est le plus flamboyant exemple.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

05.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

06.

Psychogénéalogie : comment les générations familiales qui nous précèdent laissent leur empreinte sur notre identité

07.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mike Desmots
- 06/11/2015 - 05:03
En amont de ce non-événement...
Il est a considéré que , le pouvoir " adaptif " des marxo/socialistes est proche des facultés naturelles du caméléon....avant la chute du mur de Berlin et l'implosion du paradis socialiste (26 ans déjà) ,la propagande du PS et ses dérivés ...mettait l'accent sur les bienfaits que procure le socialisme en ex-Urss...puis dans la propaganda et leurs journaux le socialisme s'est mué en sociale/démocratie ..sa fait plus chic intellectuellement parlant et sa se vend mieux ... maintenant la doctrine du PS en fin de cycle et aux abois ....essaye de se travestir sans vergogne, en libéral/socialisme ...hélas ,(ou tant mieux) ...., le ficelle est aussi grosse qu'un cordage du Titanic car le libéral/socialisme n'existe pas...! c'est une antinomie.....!
Pourquoi-pas31
- 05/11/2015 - 18:59
Oui mais, Vallsification,
cela fait maladie incurable. Les malades sont condamnés à partir dans une grande souffrance.
brennec
- 05/11/2015 - 14:10
Phonétique.
Vallsisation n'est pas un beau mot, trop déséquilibré, trop de sifflantes. Vallsification me parait beaucoup mieux et parle mieux a l'oreille.