En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

05.

Les conseillères de l’Elysée avaient alerté et dénoncé des comportements misogynes au plus haut sommet de l’Etat en 2018

06.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

07.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

01.

Les préjugés du macaque

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
Liban
Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions
il y a 18 min 57 sec
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un homme a été placé en garde à vue
il y a 2 heures 45 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 4 heures 7 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 6 heures 58 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 7 heures 36 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 8 heures 29 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 9 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 20 heures 24 min
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 21 heures 7 min
pépites > Faits divers
Centre-ville du Havre
Fin de la prise d'otages dans une agence bancaire du Havre
il y a 22 heures 34 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 51 min 5 sec
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 3 heures 27 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 4 heures 31 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 9 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 20 heures 49 min
pépites > Histoire
Mémoire
Japon : commémorations à Hiroshima, 75 ans après la première bombe atomique de l’histoire
il y a 21 heures 58 min
light > Science
Peau robotique
Inspirés par Star Wars, des scientifiques ont créé une peau artificielle révolutionnaire
il y a 23 heures 16 min
© Reuters
Manuel Valls et Emmanuel Macron.
© Reuters
Manuel Valls et Emmanuel Macron.
La main dans le sac

Vallsisation de la gauche plutôt que hollandisation de Valls : le flagrant déni du Premier ministre

Publié le 05 novembre 2015
Lors d'une visite à Sciences-Po le 3 novembre, le Premier ministre a réagi à une question des étudiants en expliquant que c'était l'ensemble de la gauche s'était "Vallsisée", et non le contraire.
Julien Gonzalez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Gonzalez  est auteur pour la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) des notes « Enseignement supérieur : les limites de la ‘mastérisation’ » et « Trop d’émigrés ? Regards sur ceux qui partent de France ». 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors d'une visite à Sciences-Po le 3 novembre, le Premier ministre a réagi à une question des étudiants en expliquant que c'était l'ensemble de la gauche s'était "Vallsisée", et non le contraire.

Atlantico : Manuel Valls s'est rendu ce mardi 3 novembre à Sciences-Po, où il a été amené à débattre avec les étudiants. L'un deux lui aurait demandé s'il s'était "assagi" et le Premier ministre a réagi en expliquant qu'à l'inverse, l'ensemble de la gauche s'était "Vallsisée". Peut-on vraiment croire Manuel Valls ? Dans quelle mesure est-ce qu'il n'est pas le déni ?

Julien Gonzalez : Manuel Valls a-t-il raison ? Oui et non. Oui si l’on se fie à la politique du gouvernement ; son social-libéralisme à peine voilé et doublement symbolisé par le pacte de responsabilité et la loi Macron, la rhétorique de la réforme de François Hollande, tout cela fait référence au "blairisme" à la française auquel Manuel Valls fait référence depuis des années. En façade, l’empreinte du Premier ministre sur le positionnement de la gauche peut ainsi apparaitre prépondérante.

Mais si l’on gratte un peu, tout cela semble bien fragile et les idées de Manuel Valls sont loin d’être majoritaires dans son propre camp. Deux raisons à cela : une déconnexion entre la base militante – bien plus radicale – et l’électorat de gauche (constat valable également à droite), et la "gauchisation" des alliés naturels du PS, au premier rang desquels EÉLV. L’emblème de l’équivoque étant sans conteste Christiane Taubira, égérie de la gauche partisane et ultra-minoritaire dans l’opinion. Son maintien au gouvernement contre vents et marées vaut toutes les preuves de schizophrénie ; la gauche est bel et bien "hollandisée".

Si la gauche ne s'est pas "Vallsisée", François Hollande incarne-t-il la nouvelle ligne de la gauche ? Sur quels domaines cette hollandisation gouvernementale (et de la gauche) est-elle le plus visible ?

L’ "hollandisation" est une sorte de machiavélisme du pauvre, une confusion entre la malice et l’indécision ; le résultat d’une campagne électorale où la taxe à 75% et le mariage pour tous masquaient un discours de quasi orthodoxie budgétaire et de prudence sur l’immigration et les naturalisations. Une ambivalence qui tutoie le mensonge, histoire d’agréger à la fois le vote de la classe moyenne et des catégories populaires.

Tout le reste est à l’avenant, un va-et-vient systématique entre les minuscules calculs d’appareils et l’urgence du quotidien, sous le regard permanent de BFM. Des symboles ? Les gouvernements successifs et leur équilibre improbable : Moscovici, Montebourg et Hamon à Bercy, Taubira en Garde des Sceaux et Manuel Valls en premier flic de France. Un olympe ? L’affaire Leonarda et le feu d’artifice de la main tendue présidentielle : humanisme pour la petite, fermeté pour les parents.

L’angoisse d’une candidature dissidente à gauche en 2017 et la montée du Front national ne risquent pas de mettre un frein à cette infernale mécanique du calcul.

Pourtant, en dépit de l'hollandisation du PS, ses alliés historiques semblent se radicaliser, comme on peut le voir chez les Verts ou plus à gauche. François Hollande n'est-il pas en train de créer une vraie rupture idéologique ? Qui seront les premiers concernés ?

La victoire de 2012 s’est faite au prix de la lisibilité de la ligne éditoriale de la gauche. La finance était son ennemie, mais le ministre de l’Économie est un ancien banquier d’affaires ; l’humanisme pénal de Christiane Taubira a dû composer dès le début du quinquennat avec le viril républicanisme du ministre de l’Intérieur Valls ; les 60 000 postes dans l’Éducation nationale doivent désormais cohabiter avec les allègements de charges pour les entreprises et la réduction des dépenses publiques.

Tout cela n’est pas une rupture idéologique, c’est un épais brouillard, une éclipse de la cohérence. La gauche ainsi déboussolée, le terrain était mûr pour toutes les rebellions : les verts, Mélenchon et les communistes, les frondeurs, ont de la place sur l’échiquier pour essayer d’incarner la "gauche". Mais qui le veut ? Les velléités contestataires devraient être largement impactées par le danger d’un nouveau 21 avril et tout ce petit monde rentrer dans le rang. Martine Aubry n’a-t-elle pas signé la motion défendue par le gouvernement lors du dernier congrès du Parti socialiste ?

Quelles conséquences politiques sur le pays cette hollandisation peut avoir ?

En 2012, François Hollande a usé et abusé de grossiers symboles infantilisants pour gagner l’élection. Mais le boomerang allait forcément revenir. Le voici aujourd’hui, avec une décrédibilisation de la parole publique qui vient de tout en haut. L’électorat populaire cocufié, la conséquence était inéluctable : voilà le Front national dans 11 mairies, aux portes des conseils régionaux de Nord-Pas-de-Calais-Picardie et de PACA et du second tour de la présidentielle.

Les Français s’étaient lassés du show constant du sarkozysme ; le consensus mou à la Hollande leur ferait presque aimer ce qui les ulcérait hier. Proposer le droit de vote des étrangers en dépit de toute logique – la modification de la Constitution nécessitant le vote du Parlement réuni en Congrès au 3/5ème, ce que n’a jamais eu la majorité actuelle – c’est faire deux mécontents : l’électeur de droite pour la promesse, celui de gauche pour sa non tenue. Le premier ira peut-être grossir les rangs de l’électorat frontiste, le deuxième donnera une raison d’être à EÉLV ou au Front de Gauche.

Cela pose la question du sens même de l’action politique : gagner mais pour quoi faire ? Le Hollandisme en est le plus flamboyant exemple.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mike Desmots
- 06/11/2015 - 05:03
En amont de ce non-événement...
Il est a considéré que , le pouvoir " adaptif " des marxo/socialistes est proche des facultés naturelles du caméléon....avant la chute du mur de Berlin et l'implosion du paradis socialiste (26 ans déjà) ,la propagande du PS et ses dérivés ...mettait l'accent sur les bienfaits que procure le socialisme en ex-Urss...puis dans la propaganda et leurs journaux le socialisme s'est mué en sociale/démocratie ..sa fait plus chic intellectuellement parlant et sa se vend mieux ... maintenant la doctrine du PS en fin de cycle et aux abois ....essaye de se travestir sans vergogne, en libéral/socialisme ...hélas ,(ou tant mieux) ...., le ficelle est aussi grosse qu'un cordage du Titanic car le libéral/socialisme n'existe pas...! c'est une antinomie.....!
Pourquoi-pas31
- 05/11/2015 - 18:59
Oui mais, Vallsification,
cela fait maladie incurable. Les malades sont condamnés à partir dans une grande souffrance.
brennec
- 05/11/2015 - 14:10
Phonétique.
Vallsisation n'est pas un beau mot, trop déséquilibré, trop de sifflantes. Vallsification me parait beaucoup mieux et parle mieux a l'oreille.