En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 12 min 6 sec
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 1 heure 42 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 4 heures 54 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 5 heures 29 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 5 heures 50 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 6 heures 44 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 8 heures 15 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 8 heures 46 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 46 min 52 sec
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 2 heures 27 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 5 heures 3 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 5 heures 46 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 6 heures 23 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 7 heures 49 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 8 heures 33 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 8 heures 51 min
© Reuters
Une nouvelle étude de la NASA semble démontrer que la fonte des glaces en Antarctique n'a pas été aussi importante que cela en raison de la neige qui est tombée.
© Reuters
Une nouvelle étude de la NASA semble démontrer que la fonte des glaces en Antarctique n'a pas été aussi importante que cela en raison de la neige qui est tombée.
Calotte palotte

Antarctique : effondrement irréversible de la calotte glaciaire d’un côté mais masse totale de glace qui augmente, que se passe-t-il réellement sur le continent blanc ?

Publié le 06 novembre 2015
De nombreuses études démontrent que la glace fond en Antarctique. Une nouvelle étude de la NASA démontre le contraire en raison du nombre important de précipitations qui se transforment en neige.
Catherine Ritz
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Ritz est directeur de recherche au CNRS et travaille au laboratoire de Glaciologie et de Géophysique de l'Environnement à Grenoble.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De nombreuses études démontrent que la glace fond en Antarctique. Une nouvelle étude de la NASA démontre le contraire en raison du nombre important de précipitations qui se transforment en neige.

Atlantico : Une nouvelle étude de la NASA semble démontrer que la fonte des glaces en Antarctique n'a pas été aussi importante que cela en raison de la neige qui est tombée (voir ici). Au contraire il semble que la fonte des glaces n'a jamais été aussi importante en antarctique. Que se passe t il réellement ?

Catherine Ritz : Tout d'abord, il y a  plusieurs façons de mesurer. La méthode ici utilisée, l'altimétrie (laser et radar), tend à donner des valeurs plus positives que les deux autres méthodes, surtout pour l'Antarctique de l'Est. Par exemple, dans une comparaison il y a deux-trois ans, cette méthode donnait déjà une moyenne positive (gain global de masse pour l'antarctique) alors que les deux autres méthodes, gravimétrie et méthode des entrées – sorties, étaient elles négatives. Ces résultats restent quand même dans les marges d'erreur des différentes méthodes. Il faut donc souhaiter que les efforts se poursuivent afin d'évaluer les causes de ces différentes appréciations.  En revanche, il est observé par les trois méthodes que certaines régions côtières s'affaissent et un phénomène de déstabilisation dû à l'écoulement est possible mais nous avons du mal à le projeter comme nous le verrons.

Comment concilier des résultats aussi contradictoires ? Le continent risque-t-il de fondre en fin de compte ?

Il faut faire la différence entre l'observation qui est différente en fonction des méthodes utilisées et l'estimation de comment la situation va évoluer. Le phénomène d'épaississement est relativement limité. Le risque d'effondrement semble quant à lui bien plus important. Nous n'avons cependant pas la certitude. Le risque de déstabilisation dynamique (accélération de l'écoulement) existe. A court terme, il peut (ou pas) être compensé par une augmentation des précipitations et l'effet "historique". Beaucoup de chercheurs estiment que l'effet dynamique l'emportera et à long terme, la contribution à l'échelle du millénaire peut être de l'ordre de plusieurs mètres (3 m). Par contre, on estime en général que pas plus de 20 m (équivalent niveau des mers) est mobilisable et encore, ça prendrait des dizaines de milliers d'années et il faudrait vraiment un réchauffement important.

Comment arriver à calculer précisément le niveau de la perte des glaces sur le continent Antarctique ? La NASA utilise des satellites par exemple. Une méthode est-elle à privilégier ?

C'est la seule façon mais il y a trois sortes d'instruments (tous satellitaires) pour mesurer cela, chacun avec des erreurs propres à la méthode.

- l'altimétrie. C'est ce qu'a utilisé J. Zwally dans cet article. Ca mesure la position de la surface de la neige à l'aide de radar ou de laser. L'erreur possible vient de la pénétration du radar dans la neige (on ne sait pas trop quelle couche on mesure) et du fait que la neige (et le névé) peuvent se tasser sans que la masse de glace change (c'est la masse qui contribue au niveau des mers)

- la gravimétrie. (le satellite GRACE par exemple), mesure la masse jusqu'au centre de la Terre. Du coup, ça mesure aussi les mouvements sous la croute terrestre (dans l'asthénosphère). L'incertitude vient principalement de là car on sait que la dernière déglaciation a modifié la Terre solide (rebond isostatique).

- la méthode des entrées - sorties. On fait le bilan entre ce qui sort (les vitesses sont mesurées par satellite) et les précipitations (modèle de climat). Là l'erreur vient en bonne partie d'une mauvaise cartographie de l'épaisseur des fleuves de glace. On connait la vitesse mais pas le flux.

D'après Shepherd 2012, systématiquement l'altimétrie donne des bilans plus positifs (moins de pertes) que la méthode entrée-sortie et la gravimétrie est au milieu.

Donc en fait, l'information n'est pas si nouvelle. Effectivement l'altimétrie donnait déjà une valeur positive au contraire des autres méthodes, mais les barres d'erreur arrivaient à peu près à réconcilier les 3 (sur une valeur négative).

La conclusion est qu'il faut continuer à travailler pour mieux estimer la cause des incertitudes.

Est-ce une bonne nouvelle pour l'élévation du niveau de la mer qui serait moins important en conséquence ? Sur le long terme quels sont les risques liés à la perte des glaces de ce continent ?

Les chiffres en jeu (0.23 mm/an, ce qui ferait 2.3 cm en 100 ans !) sont petits par rapport à l'incertitude qu'on a sur la dynamique où  on a des projections qui peuvent monter à quelques dizaines de cm en 2100. (30 cm max dans mes propres études pour 2100).

Par contre, la différence entre cette étude et celle de Shepherd est de l'ordre de 0.5 mm/an  par rapport à la montée actuelle du niveau des mers qui est d'environ 3 mm/an. Cela signifie que pour les scientifiques qui cherchent à faire le bilan de toutes les contributions, il faut éventuellement trouver une autre source (Groenland, effet thermique dans l'océan, ...) pour expliquer l'évolution actuelle du niveau des mers.

En conclusion, l'évolution de l'épaisseur de glace en Antarctique n'est pas uniforme. Dans certaines régions il y a un léger gonflement mais comme ces régions sont très étendues, cela arrive à cumuler des gains importants. Dans d'autres régions, surtout vers la mer d'Amundsen, il y a un affaissement très fort. En raison des difficultés de mesure, il n'est pas possible d'évaluer précisément si le bilan global est positif ou négatif. Cependant le deuxième mécanisme est en lui même inquiétant car on estime qu'il pourrait être le début d'une déstabilisation d'une bonne partie de l'Antarctique de l'Ouest. Enfin, Il ne faut pas oublier que l'on a seulement 20 ans de mesures, depuis l'existence des mesures par satellites qui constituent les seuls moyens d'évaluer l'ensemble de  l'Antarctique. Pendant ces 20 ans, on a observé des changements importants mais l'Antarctique est un système relativement lent et on a du mal à évaluer ce qui constitue le fonctionnement normal et quel est l'effet du changement climatique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MONEO98
- 05/11/2015 - 10:31
ce qui est sûr
on cherche du pognon... beaucoup....Tout le monde il est vert ,même les plus pollueurs..... et comme les gens qui parlent et décident au nom de l'Etat doivent faire croire qu'ils peuvent faire quelque chose ,cette histoire est parfaite :HOU ....HOU ayez peur bonnes gens ,la fin du monde arrive,repentez vous , abandonnez vos pratiques néfastes pour la Planète "Gaga" heureusement nous avons la solution ,un nouvel impôt mondial. faites une prière Planète Gaga faites que la COP 21 soit un succès,taxez , imposez pour changer le monde ;votre President vous sauvera
gwirioné
- 04/11/2015 - 23:58
Arnaque Cop 21 et GIEC!
Cette scientifique a , honnêtement, parfaitement illustré l'arnaque du"réchauffement": scientifiquement, on ne sait rien de sûr sur rien, mais il est sûr qu'il y a réchauffement....
Texas
- 04/11/2015 - 17:43
Etrange affaire
Les Glaciers reculent....incontestables .....et la masse glaciaire polaire augmentent ( en surface selon le CNRS ) . Mais nous n' avons plus de nouvelles de la couche d' ozone ( ce gaz plus lourd que l' air ) , le trou s' est refermé en 10 ans , avec l' arrêt de l' utilisation des CFC ? .