En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 3 heures 3 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 4 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 7 heures 17 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 9 heures 16 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 10 heures 39 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 11 heures 31 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 21 heures 4 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 4 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 7 heures 4 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 10 heures 55 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 11 heures 2 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 11 heures 3 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 11 heures 28 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 11 heures 36 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 21 heures 18 min
© Reuters
Christophe Caresche aux côtés du président du parti socialiste.
© Reuters
Christophe Caresche aux côtés du président du parti socialiste.
Contre-productif

Christophe Caresche : "Il est désolant de voir une gauche suicidaire qui passe son temps à faire le procès de la politique d'un gouvernement socialiste'

Publié le 06 novembre 2015
Président le plus impopulaire de la Vème République, François Hollande ne lésine pas sur la communication, au point d'agacer au PS. Mais plus que tout, ce qui ennuie Christophe Caresche (député PS de Paris), c'est l'incapacité de la gauche à s'unir et son obsession à s'en prendre à la politique d'un gouvernement de gauche.
Christophe Caresche est député de Paris du 18e arrondissement, membre du Parti socialiste.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Caresche
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Caresche est député de Paris du 18e arrondissement, membre du Parti socialiste.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Président le plus impopulaire de la Vème République, François Hollande ne lésine pas sur la communication, au point d'agacer au PS. Mais plus que tout, ce qui ennuie Christophe Caresche (député PS de Paris), c'est l'incapacité de la gauche à s'unir et son obsession à s'en prendre à la politique d'un gouvernement de gauche.

Atlantico : Vous avez vivement critiqué, dans Le Figaro du lundi 2 novembre 2015, l’hyper communication de François Hollande. Vous l’accusez de mettre en scène son impopularité. Cela vous parait-il dangereux à quelques semaines des régionales ?

Christophe Caresche : Non ça n’est pas le problème. Je considère que cet activisme communicationnel a des aspects contre productifs. Je pense qu’il faut d’abord redonner de la consistance politique, une orientation politique, avant de faire de la com. Je suis de ceux qui pensent que c’est par la politique que l’on pourra retrouver une audience et restaurer la confiance. Je pense que c’est aussi l’avis du Président de la République. Il s’est souvent exprimé sur ces questions, prenant une certaine distance sur ces stratégies de communication. Je crois que le Président de la République essaie, à travers cette stratégie, de retrouver un certain lien avec les Français, qu’il essaie de retrouver une forme de proximité qu’il avait durant la campagne de 2012. Ses intentions sont louables mais il faut que cette stratégie soit plus consistante sur le plan politique.

Vous dites qu’il faut redonner de la consistance politique, cette stratégie de communication masque-t-elle un certain vide politique ?

Le Président de la République a une grande constance et une grande cohérence sur le plan de l’orientation politique notamment avec le pacte de responsabilité, il n’a jamais vraiment dévié de son orientation, même lorsqu’un certain nombre de ses amis le lui demandaient donc  je lui reconnais une cohérence, une persévérance, et je pense comme lui que c’est ce qui fera la différence. Mais c’est vrai que l’on est à la recherche de résultats car cette stratégie, pour qu’elle soit crédible, a besoin de résultats et c’est ce qui nous manque aujourd’hui. Que faire, je ne sais pas mais je pense qu’une trop grande dispersion ne répond pas au problème même si je comprends la volonté de répondre à un certain nombre d’angoisses et de peurs.

Selon vous, la seconde phase du quinquennat, le temps de la redistribution, théorisée par François Hollande, n’est pas arrivée ?

Cette théorie était plausible mais si la France est sur la bonne voie, elle sort de la crise par à-coup, ça reste peu perceptible et l’on est toujours dans la phase de redressement. Je ne pense donc pas que ce soit par un coup de barre à gauche, en distribuant de l’argent que l’on n’a pas, en satisfaisant un certain nombre de revendications catégorielles, qu’on sortira de la difficulté. Je crois qu’à partir du moment où les résultats s’affirmeront un peu plus, le regard des Français changera. Mais c’est un pari. C’est le pari qu’a pu faire Schroeder en Allemagne et il a perdu les élections. On peut faire ce pari et perdre les élections, il faut l’assumer.

Les élections de 2017 semblent assez compliquées pour François Hollande, qu'en pense votre camp ?

La situation politique en France est de toute façon compliquée. Elle est compliquée puisqu'il y a un climat politique assez délétère avec une forte mise en cause des responsables politiques et une perte de confiance des Français dans la Politique. Les partis politiques comme le Parti Socialiste devraient être poussés en conséquence à s'unir. Or, c'est le contraire qui arrive en ce moment avec une gauche qui se divise et une majorité souvent éclatée avec des tendances d'opposition. Ce contexte est donc très inquiétant. Après les élections régionales, s'il doit y avoir un rassemblement de la gauche et même au-delà. Je pense notamment à tous les démocrates et les républicains en France. Une partie de la gauche, quant à elle, parie sur l'échec du Parti Socialiste il faut être clair là-dessus. François Hollande a peut-être sa part de responsabilité mais elle pèse sur tous les hommes politiques de façon générale. 2017 n'est pas encore joué et les responsables qu'ils soient de gauche ou de droite auront une responsabilité. Pour l'instant il semble plus probable que nous nous dirigions vers une défaite. Il est désolant de voir une gauche suicidaire qui passe son temps à faire le procès de la politique d'un gouvernement de gauche. Même si elle est difficile je ne pense pas qu'il y ait d'autre alternative.

Vous annoncez un colloque sur l'Europe pour le 17 novembre. Sur ces questions-là le PS doit encore panser les plaies du référendum de 2005 sur la Constitution pour l'Union européenne. Ne seriez-vous pas plus proche d'un François Bayrou ou d'un Alain Juppé sur ces thémathiques ? Est-ce que l'on ne se redirige pas vers une recomposition du paysage politique français sur ces sujets ?

C'est une véritable difficulté pour la gauche et pour la droite lorsqu'ils gouvernent. Il y a toujours des difficultés à trouver une majorité. La droite était prise en otage par ces "ultras" de la même façon que la gauche dite modérée – terme absolument pas péjoratif – prise en otage par ses propres radicaux. Longtemps la culture de la différence entre la droite et la gauche était prioritaire mais aujourd'hui c'est l'une des causes de l'impuissance de la droite ou la gauche au pouvoir. Il devient très difficile de mener une politique de réforme. Les pays qui ont réussi à faire des réformes dans le Nord de l'Europe ont obtenu un consensus dans la durée : arrivée au pouvoir, ni la droite, ni la gauche n'ont remis en cause ce qu'ont fait leur prédécesseur dans un grand nombre de domaines. Le consensus pouvait également être simultané avec l'exemple de l'Allemagne avec la grande coalition qui a permis d'avoir un accord de la gauche et de la droite. Cette manière de faire donne évidemment des résultats et permet d'avancer. Les institutions françaises ne sont pas très favorables à ce type d'accord même si l'on peut évidemment en discuter. Je ne crois pas à des modifications profondes de celles-ci. Les responsables politiques devront trouver des réponses dans le cadre des institutions actuelles. En ce qui concerne François Hollande, s'il était candidat, il ne l'a pas annoncé mais c'est très probable, il devra répondre à cette question compte tenu de la politique qu'il a mené. De toute évidence la majorité actuelle n'a pas toujours été capable de suivre son orientation. Hubert Védrine par exemple disait qu'il fallait des coalitions pour la réforme, elles sont effectivement nécessaires pour pouvoir avancer.

Au sein des réformateurs en discutez-vous actuellement avec d'autres responsables de partis ?

Du côté de la droite la primaire absorbe toute l'énergie des candidats. Et puis aujourd'hui il serait mal vu à droite de se présenter comme quelqu'un qui pourrait avoir la volonté de travailler avec certains socialistes. Après les primaires de la droite les choses changeront peut être.

Tout dépendra du vainqueur ?

Effectivement je pense qu'à droite comme à gauche il y a la même tentation de la radicalité. A droite elle vient évidemment de la pression très forte venant du FN. La gauche radicale quant à elle refuse carrément le pouvoir. Ces extrêmes des deux côtés rendent difficile de trouver des accords au centre. Ils restent souhaitables d'autant plus que cela n'a pas toujours été ma position. C'est mon expérience qui me fait dire ça.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

05.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 04/11/2015 - 06:35
Gouvernement de coalition ?
Bien sur, pour participer a la destructuration de notre société et ses valeurs LR-PS peuvent très bien s' entendrent, et d'ailleurs la fausse droite claironne qu'elle ne remettra pas en cause le mariage gay ,ni l'euro,ni l'UE!
Pour ce qui est de comparer Hollande a Schroeder, c'est abuser.Bref, les socialo sont mort et Hollande est le fossoyeur de la gauche .
jurgio
- 03/11/2015 - 23:17
Dans une curée au profit
à se jeter sur la bête, on arrive à se mordre dans la mêlée.
Mike Desmots
- 03/11/2015 - 17:39
J'ajouteais en toute modestie...
Que le socialisme se vend ..., par la propagande mensongère, animée de contre- vérités et de vrais mensonges...pour en finalité, être expliquée aux récalcitrants ... par le sophisme ou un mixte des trois...voilà ....