En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

07.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 46 min 22 sec
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 1 heure 42 min
décryptage > International
A l'intérieur comme à l’extérieur

Le régime iranien confronté à une double contestation

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

il y a 3 heures 5 min
décryptage > Société
Vos gueules les mouettes

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

il y a 3 heures 32 min
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 18 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 21 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 21 heures 35 min
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 23 heures 11 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 23 heures 41 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 1 heure 28 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 1 heure 59 min
décryptage > Environnement
"J’ai trois Greta Thunberg à domicile"

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

il y a 2 heures 38 min
décryptage > France
Rapport

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

il y a 3 heures 18 min
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 18 heures 7 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 19 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 21 heures 26 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 23 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 23 heures 30 min
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 23 heures 50 min
© Reuters
Les transports seront le sujet central de l'élection régionale en Ile-De-France.
© Reuters
Les transports seront le sujet central de l'élection régionale en Ile-De-France.
Sortie de route

Transports en Île-de-France : un bilan à assumer pour la majorité sortante

Publié le 03 novembre 2015
Les transports seront le sujet central de l'élection régionale en Ile-De-France. Claude Bartolone annonce que "tout commence par les transports", quand Valérie Pécresse indique qu’elle veut lancer une véritable "révolution". En 2004, l’équipe de Jean-Paul Huchon promettait déjà des transports "sans défaut", "pour tous et partout". Dix ans plus tard, et après deux mandats complets pour la majorité socialiste, il est temps de dresser le bilan.
Damien Liccia est directeur associé d’IDS Partners, agence de communication spécialisée dans l’analyse de données. Spécialiste de l’analyse de l’opinion en ligne, il travaille sur les problématiques liées à la désinformation. Il est également le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Damien Liccia
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Damien Liccia est directeur associé d’IDS Partners, agence de communication spécialisée dans l’analyse de données. Spécialiste de l’analyse de l’opinion en ligne, il travaille sur les problématiques liées à la désinformation. Il est également le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les transports seront le sujet central de l'élection régionale en Ile-De-France. Claude Bartolone annonce que "tout commence par les transports", quand Valérie Pécresse indique qu’elle veut lancer une véritable "révolution". En 2004, l’équipe de Jean-Paul Huchon promettait déjà des transports "sans défaut", "pour tous et partout". Dix ans plus tard, et après deux mandats complets pour la majorité socialiste, il est temps de dresser le bilan.

Les transports en commun ont un rôle structurant pour les territoires qu’ils desservent. S’ils jouent un rôle crucial quant à la mobilité des personnes, dans l’acception plurielle de cette notion, leur fonction en matière de structuration sociale et territoriale est tout aussi importante.  De leur inefficience découlent de facto des problèmes politiques, sociaux et sociétaux. Elément central des questions de mobilité, la question des transports en commun revêt une importance majeure pour une région comme l’Ile-de-France. Or, l’héritage et la prégnance des 17 années de gestion socialiste apparaissent comme fortement problématiques. Faute d’avoir appréhendé les nouvelles logiques sociétales, l’évolution de la localisation du marché de l’emploi, ainsi que les mouvements de dispersion accrue de l’habitat, la majorité socialiste n’a pas su adapter les transports en conséquence. De ce manque de vision prospective, découle aujourd’hui une inégalité accrue entre les Franciliens, en fonction tant de leur catégorie socio-professionnelle que de leur lieu de résidence.

En Ile-de-France, la majorité socialiste, comme l’illustre nombre de rapports dont un particulièrement saillant de la Cour des Comptes paru en Novembre 2010, n’a en aucune manière pris en compte les nouvelles formes de mobilité. "Le réseau de transports collectifs s’est insuffisamment adapté aux évolutions des modes de vie des habitants de la région et, en particulier, au fait qu’une part majoritaire et croissante des déplacements s’effectue désormais de banlieue à banlieue. Dans ces conditions, la part des transports collectifs demeure faible pour ce type de trajet", faisaient déjà remarquer les Sages de la rue Cambon en 2010. En ayant accentué la structuration en radiales du maillage francilien, la région dirigée par les socialistes depuis ces 17 dernières années, a aggravé les problèmes engendrés par les évolutions sociétales des Franciliens. Alors que les déplacements entre deux bassins de vie en banlieue représentent plus de 32% des déplacements des Franciliens, l’offre en matière de transports collectifs est très loin de répondre à cette nouvelle demande. 

Peu adaptés aux nouvelles logiques des habitants de la région, les transports en commun ne posent pas les conditions de possibilité d’un véritable polycentrisme régional. 

Dans cette configuration, alors qu’en moyenne les Franciliens consacrent à leurs déplacements 1 heure 24 par jour, on comprend le rôle essentiel et structurant des transports en commun pour assurer la cohésion territoriale. La polarisation et la spécification accrues des territoires, avec une dichotomie de plus en plus affirmée entre lieux de résidence et lieux de travail, font de la mobilité une question fondamentale. Or, les logiques de gentrification et la hausse constante des prix de l’immobilier dans la capitale incitent une part importante des populations modestes à s’éloigner du centre de la région. Hausse du chômage, flexibilité accrue dans le marché du travail, essor des contrats à temps partiel, bouleversent la donne en matière de transports en commun et de mobilité. En Ile-de-France, une proportion grandissante d’actifs, ces dernières années, connait une multiplication et une diversification de ses déplacements. Alors que les emplois non qualifiés se sont progressivement éloignés du centre-ville, pour gagner la périphérie, cela a induit une augmentation certaine du temps passé dans les transports en commun pour ces individus. Dans l’agglomération parisienne, ce sont les franges périurbaines de la population, celles qui ont été reléguées dans les marges du territoire, qui pâtissent le plus de l’inefficience et de la faiblesse structurelle du maillage actuel. 

En Île-de-France, hormis quelques exceptions notables, il existe une corrélation entre la position spatiale et la position sociale. Des politiques publiques concernant les transports en commun on attend une résorption des inégalités, et non une accentuation et une reproduction de ces dernières. Faute d’avoir pris en compte les nouvelles formes de disparités, ainsi que l’éloignement dans les stratégies résidentielles, les socialistes ont mis les transports en commun au service d’une reproduction de l’ordre social actuel. En ayant contribué à une accentuation du déséquilibre entre un maillage très dense à Paris, et inversement très relâché et distendu en périphérique, ils ont alourdi le poids représenté par les transports pour les franges périurbaines de la population francilienne.

Pour les péri-urbains Franciliens, la mobilité complexe qui caractérise leur déplacement, a par ailleurs un coût, ou plutôt un fort surcoût lié à l’éloignement. Pour ces populations, on constate l’existence d’une double peine : contraintes de s’exiler de Paris en raison des prix de l’immobilier, et corrélativement contraintes de palier à cet éloignement avec un budget déplacement très important qui pèse sur le budget des individus et des ménages. Un rapport de la Chambre de Commerce et d’Industrie Paris Île-de-France, publié en 2009, montre par exemple que plus on s’éloigne de Paris, plus la proportion de ménages possédant un ou plusieurs véhicules augmente. Alors que 53% des ménages parisiens ne possèdent pas de véhicules, ils ne sont que 15% en grande couronne. Cela représente donc un coût déplacement d’autant plus important pour les populations périphériques, tant sur le plan budgétaire que temporel.

Cette disparité entre les potentialités en matière de transports intra et extra-muros, vient aggraver les inégalités entre le centre et la périphérie. Pour les populations périphériques, le trajet domicile-travail est donc caractérisé par le complexe « voiture - transports en commun ». Or, les carences du RER, notamment sur les lignes B et D, rendent extrêmement problématique la mobilité de ces populations. L’utilisation de certaines lignes réputées pour leur faible efficience pouvant même s’avérer discriminante sur le marché du travail. 

S’ils ont un rôle structurant, les transports peuvent donc également contribuer à produire des inégalités sociales et économiques, en aggravant l’exclusion de populations déjà à la marge : c’est ce que l’on constate en Ile-de-France après 17 années de gestion socialiste.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

07.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 03/11/2015 - 21:42
Transports
La vraie question est de savoir pourquoi on continue d'accepter que les entreprises restent dans Paris alors que l'essentiel de leur main-d'oeuvre vient de l'extérieur et n'a pas les moyens d'y habiter (et même si elle avait les moyens il n'y a pas de place pour tous.
Quand va-t-on arrêter de subventionner (transports) des systèmes incohérents (et nuisibles, pollution). Quand va-t-on stopper le développement des concentrations urbaines?
tubixray
- 03/11/2015 - 10:36
Analogie avec les routes
Cela fait 30 ans que Francilienne et A86 ont été construites avec de nombreux tronçons empruntant des voies express / autoroutes existantes, des échangeurs trompeurs (avant le GPS...) ... un beau bazar. Pour les transports en commun c'est bien pire puisque au delà des uniques radiales citées dans l'article (exception = la petite ceinture), c'est saturation, matériel vétuste et insécurité. Un beau bilan pour la gauche. Le meilleur pour la fin = l'absence de coordination RATP / SNCF Francilien.
vangog
- 03/11/2015 - 10:09
le gauchisme va à l'inverse des mécanismes
naturels et produit plus d'effets pervers, qu'il ne tente vainement d'en résoudre! Nous sommes arrivés à un virage en épingle à cheveux qu'il ne saura négocier, à cause de son inertie dogmatique...plutôt que vouloir régenter et orienter la vie des Français dans un sens toujours plus égalitariste et homogène, les gauchistes vont devoir se conformer au besoin naturel de différenciation et de création des Français, ou disparaître... La politique de la ville est l'exemple visible de l'échec total de cette politique dirigiste: des centres urbains saturés, privilégiant une population de bobos aisés, rentiers ou sans travail, mais excluant impitoyablement les populations modestes, les familles et les ménages, produisant une pollution et une augmentation de prix de l'immobilier réactionnelle, avec ses corollaires indirects, l'enrichissement patrimonial de la frange la plus aisée et l'incapacité des jeunes à accéder à la propriété, et voilà le résultat de 17 années de politique discriminatoire et perverse...il faut en finir avec ces politiques sadiques et mettre à la porte ces incapables...en Décembre!