En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

07.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 18 min 21 sec
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 1 heure 56 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 2 heures 43 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 4 heures 11 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "Trahison" de Harold Pinter : Pour Michel Fau et Harold Pinter

il y a 19 heures 29 min
pépites > Economie
Dans la rue
Baisse des mobilisations contre la réforme des retraites
il y a 20 heures 39 min
pépites > Sport
Dopage
Docteur Mabuse au banc des accusés
il y a 21 heures 50 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 52 min 41 sec
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 2 heures 15 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 3 heures 41 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 4 heures 47 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 5 heures 23 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 18 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 19 heures 15 min
pépites > Société
Devoir de mémoire
Enfin un hommage marseillais à Arnaud Beltrame
il y a 19 heures 42 min
décryptage > Terrorisme
Motivations

Dans la tête du tueur de Hanau

il y a 21 heures 10 min
pépites > Santé
Quid du 4ème vol de rapatriés ?
Le point sur les conditions d'accueil des rapatriés français
il y a 22 heures 21 min
© Reuters
Les top-models correspondent plutôt aux années 1990. Cindy Crawford était une super star...
© Reuters
Les top-models correspondent plutôt aux années 1990. Cindy Crawford était une super star...
Naomi, Claudia, Cindy...

"La fin des top-modèles humains ? Et alors ? Ils ont toujours été des porte-manteaux !"

Publié le 09 décembre 2011
La marque H & M fait scandale pour utiliser dans sa campagne de Noël des mannequins dont le corps a été dessinés par ordinateur. La virtualisation du corps est-elle choquante ? Pas sûr...
Laurent de Sutter est écrivain et éditeur. Passionné de cinéma, il dirige la collection "Perspectives Critiques" aux Presses Universitaires de France. Il vient de publier Théorie du trou aux éditions Léo Scheer.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent de Sutter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent de Sutter est écrivain et éditeur. Passionné de cinéma, il dirige la collection "Perspectives Critiques" aux Presses Universitaires de France. Il vient de publier Théorie du trou aux éditions Léo Scheer.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La marque H & M fait scandale pour utiliser dans sa campagne de Noël des mannequins dont le corps a été dessinés par ordinateur. La virtualisation du corps est-elle choquante ? Pas sûr...

Atlantico : Pour sa campagne de Noël, H&M utilise des top-modèles conçus par ordinateur : leur visage est bien celui de mannequins humains, mais leur corps est "virtuel". La marque suédoise a-t-elle franchie la ligne jaune ?

Laurent de Sutter : Comment regarder une top-modèle ? Notre premier réflexe, lorsque nous sommes confrontés à cette question, est de répondre : "comme un être humain, comme une femme". Mais c’est une erreur. Lorsque nous rencontrons une top-modèle, c’est toujours dans une campagne de publicité. Nous ne connaissons d’un top-modèle que l’image qui fait d’elle ce qu’elle est. En ce sens, un top-modèle n’a jamais été un corps physique.

Comme image, la top-modèle est une sorte d’apparition : un corps de lumière soumis à notre regard, un pur fantasme que personne, nulle part, ne rencontrera jamais pour de vrai. Les théologiens, jadis, avaient un mot pour décrire cette apparition épiphanique d’une image : ils parlaient de « corps glorieux ». C’est ce corps glorieux qu’Ernst Kantorowicz avait à l’esprit lorsqu’il élabora la théorie des « deux corps du roi » (séparant le corps concret du souverain mortel, et le corps mystique du Roi éternel). C’est sans doute aussi à lui que pensait Gilles Deleuze lorsque, dans un texte de jeunesse, il analysa le maquillage comme le mode d’accès privilégié au secret de la femme. Ou bien Paul Valéry lorsqu’il formula sa célèbre formule : « Le plus profond, c’est la peau ».

Dans tous ces cas, ce dont il s’agit, c’est d’accepter la différence fondamentale qu’il y a entre un être humain et la manière dont cet être humain peut se transformer en image. Car, en effet, ce qui compte, c’est bien l’image : s’il y a un secret à chercher chez la top-modèle, ce n’est pas dans la fille qui fait ce métier, mais dans les images auxquelles elle donne lieu. Du reste, les couturiers sont les premiers à s’en rendre compte, eux qui n’hésitent pas à parler des mannequins travaillant pour eux comme autant de « porte-manteaux » destinés à mettre en valeur la surface sublime qui viendra y dessiner leurs vêtements, tandis que l’œil du photographe transformera cette pure surface en images. Si l’on est d’accord avec cela, l’argumentation utilisée par H&M pour défendre la campagne de publicité qui fait scandale ces jours-ci est tout à fait légitime. Si les mannequins sont de pures images, en quoi, en effet, celles-ci devraient avoir une origine véritable ?

 

Les top-models correspondent plutôt aux années 1990. C’est à cette époque que Naomi Campbell, Claudia Schiffer ou Cindy Crawford furent des super stars et prirent le pouvoir dans les magazines people sur les actrices. Mais seulement vingt ans plus tard, on leur signifie qu’elles n’ont plus lieu d’exister. Comment analysez-vous cette évolution ?

Je crois que toute la question est ici celle de la démocratisation du monde – c’est-à-dire le fait que, dans les sociétés occidentales, l’égalité est devenue la plus importante des valeurs.

Comme pouvait l’écrire Edgar Morin il y a presque quarante ans, les stars n’étaient possibles que dans un monde où l’identification avec plus grand que soi ne paraissait pas grotesque. Or c’est ce qui se passe dans une société intégralement démocratisée : personne, nulle part, ne peut être considéré comme plus grand que moi, c’est-à-dire plus beau, plus riche, plus important. H&M, d’ailleurs, a joué un rôle crucial dans ce processus de démocratisation : en devenant, par sa politique stylistique et publicitaire, un acteur légitime du monde de la mode, le prestige dont bénéficiaient les créations impayables issues de la haute couture est aussi devenu celui du prêt-à-porter de masse. Tout le monde s’est retrouvé égal devant la mode : ce n’est plus l’argent (le prix des vêtements) qui permet désormais de faire la distinction entre plouc anonyme et star internationale, mais le goût, aussitôt sanctionné par les magazines spécialisés.

Cette situation, toutefois, n’est pas nouvelle. En réalité, elle constitue le point d’aboutissement d’une logique qui remonte aux Lumières : la logique du soupçon, c’est-à-dire la logique voulant que, derrière toute grandeur, il y a une petitesse qui se cache. Derrière le pouvoir se dissimule la corruption, derrière l’argent se dissimule l’oppression, derrière le bonheur se dissimule la névrose, derrière la religion se dissimulent des prêtres pédophiles, etc. La généralisation, depuis le XVIII° siècle, de la logique du soupçon a abouti à déboulonner chaque grandeur du piédestal où celle-ci croyait se trouver à l’abri de la critique : c’est ce que Jean-François Lyotard appelait la « fin des grands récits ». Nous refusons de croire – mais nous refusons de croire d’une manière très particulière : nous ne refusons de croire que pour autant que notre incroyance aboutisse à une diminution de ce qui se voulait grand. Ainsi des stars, dont la presse people nous a appris que, au fond, il ne s’agissait que de filles et de garçons plus ou moins névrosés, plus ou moins alcooliques, plus ou moins incapables d’amour, et qui, comme tout le monde, doivent se battre contre la peau d’orange, les vergetures ou les boutons. Il y a vingt ans, à l’époque des « super-tops », on y croyait encore. C’est désormais fini, semble-t-il. 

 

Il est intéressant de constater que ces « top models virtuels » ne sont pas seulement des femmes, mais aussi des hommes...

Je n’en suis pas certain. L’histoire des fantasmes suscités par les « corps glorieux » est aussi ancienne que celle l’art, et aussi peu genrée que celui-ci – voyez les éphèbes de la statuaire grecque. Il est vrai, qu’une sorte de mouvement de balancier a pu s’observer : dans l’amour courtois, c’était la Dame qui était le fantasme pur, tandis qu’à l’époque de la musique romantique, c’étaient les solistes virtuoses. Franz Liszt, par exemple, provoquait chez ses fans des crises d’hystérie tout aussi peu réalistes, je veux dire : tout aussi hantée par les fantasmes, que celles dont ont pu faire l’objet les Beatles, Patrick Bruel ou Justin Bieber. De ce point de vue-là, je ne crois pas du tout que la « virtualisation » des corps d’hommes soit une nouveauté.

 

Mais alors pourquoi ces « top-modèles virtuels » font scandale aujourd’hui ?

Je dirais que le scandale causé par les « top-modèles virtuels » est au fond de l’ordre de la peur. Mais cette peur n’est pas celle, dont on a beaucoup parlé, du remplacement prochain des humains par les machines. Je crois que c’est une peur beaucoup plus profonde. Le progrès de la logique du soupçon a en effet conduit à abattre toutes les idoles des temps passés – le dieu, le roi, la star. Mais abattre une idole ne signifie pas pour autant sortir de la croyance : derrière ce qu’on prenait pour une illusion à dissiper se cache toujours une autre illusion attendant son heure. Or il se fait qu’à nos illusions nous tenons plus que tout : ce sont elles qui définissent ce que nous sommes, le monde dans lequel nous vivons, et les gestes que nous avons à faire pour y vivre. Et il se fait aussi que, malgré la « fin des grands récits », nous ne sommes pas différents de ceux qui nous ont précédés : nous aussi nous avons nos illusions – à commencer par celle de la « fin des grands récits », de la fin des illusions. Ainsi, celle à laquelle s’attaquent aujourd’hui les « top-modèles virtuels » nous est d’autant plus précieuse que nous nous croyons désillusionnés de tout. Quelle est cette illusion ? Je dirais que c’est celle de l’authenticité de notre être – l’authenticité de notre humanité d’être humain.

Que l’être humain puisse être remplacé par des machines est une perspective bien moins effrayante que celle voulant que ce sont les êtres humains eux-mêmes qui ont toujours été des machines. Ou plutôt, dans le cas qui nous occupe : qu’ils ont toujours été des porte-manteaux, c’est-à-dire des images.

Notre illusion a été de croire que le « corps glorieux » ne concernait que nos ancêtres obsédés de religion, alors que celui-ci était une part intégrante de notre être, lequel ne s’est donc jamais résumé à notre corps. C’est ce que nous réalisons aujourd’hui : toucher à notre image est peut-être beaucoup plus grave que toucher à notre corps. En même temps, c’est aussi une chance : nous avons à nouveau l’occasion de nous rendre compte de la différence qu’il y a entre nous et notre image, et donc de nous réconcilier avec ces images que nous n’avions jamais cessé de considérer comme des mensonges.

 

Propos recueillis par Aymeric Goetschy

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

04.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Pénurie en vue : le coronavirus menace la production mondiale d’antibiotiques

07.

Macron cherche, dit-il, un plan pour lutter contre le "séparatisme islamique". Qu'il commence donc par le nommer comme il se doit !

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Yop
- 09/12/2011 - 10:17
Nouveauté, vraiment ?
Des années que Photoshop sévit dans le milieu de la mode, au point d'en oublier des nombrils, des bras et des jambes, comme nous le rappelle drôlatiquement le site Photoshop Disasters. Créer un mannequin ex-nihilo ou modifier à 100% une photo pour en faire une chimère totale, quelle différence ? Le but recherché, la technique et les conséquences sur les jeunes crédules sont les mêmes...