En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Les glaciers peuvent se révéler une source importante en archéologie.
Âge de glace
Hibernatus : la nouvelle science des découvertes permises par la fonte des glaciers
Publié le 30 octobre 2015
Depuis la découverte d'Ötzi en 1991, une momie retrouvée congelée dans un glacier entre la frontière italienne et autrichienne, les archéologues se penchent de plus en plus sur un nouveau type d'archéologie dite "glaciaire".
Gérard Daponi est archéologue spécialisé dans la recherche glaciaire.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Daponi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Daponi est archéologue spécialisé dans la recherche glaciaire.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis la découverte d'Ötzi en 1991, une momie retrouvée congelée dans un glacier entre la frontière italienne et autrichienne, les archéologues se penchent de plus en plus sur un nouveau type d'archéologie dite "glaciaire".

Atlantico : Pourquoi les glaciers peuvent se révéler une source importante en archéologie aujourd'hui ? Peut-on assimiler cela à une nouvelle "science" ? Quelles découvertes y a t-on faite ?

Gérard Daponi : Les glaciers permettent de conserver des vestiges composés de matières périssables et ce pendant des millénaires. La glace préserve de façon exceptionnelle le bois, les tissus, les cuirs, la peau humaine… Seule l’archéologie lacustre permet de récolter des éléments en matière organique en si bon état.

Les vestiges ne sont pas mis au jour par des fouilles en excavation, mais apparaissent à l’air libre : il s’agit de récoltes d’objets de surface suivant la méthode de relevé archéologique traditionnelle.

De plus, les vestiges proviennent souvent de zones d’altitude et livrent des informations totalement inédites sur les parcours à travers les massifs, sur les passages, sur l’équipement des "voyageurs".

La "glacial archaeology" n’est pas véritablement une nouvelle science ; elle est totalement du ressort de l’archéologie avec ses méthodes d’investigation spécifiques ; s’y ajoutent cependant plusieurs disciplines applicables au vu de la conservation des vestiges : analyses ADN, etc.

On a déjà fait des découvertes de ce type au tournant du XIX-XXe siècle, et quelques découvertes au milieu du XXe siècle. Les recherches dans le pergélisol en Sibérie à la recherche de mammouths congelés ont été menées dès le XIXe siècle, mais ont été ciblées sur ce mammifère tout particulièrement.

Cependant le point de départ reste dans les Alpes à la découverte de la momie du Hauslabjoch Oetzi en 1991, qui a suscité de nombreux travaux et de réflexions mais dans l’immédiat peu de recherches directement orientées sur les milieux glaciaires. La mise en place d’une vraie "glacial archaeology" date du tournant du XXe au XXIe siècle (travaux des chercheurs anglo-saxons, en particulier E. James Dixon), puis s’est développée en Alaska, Canada, Norvège ; en altitude, dans les Andes et les Alpes. Une revue a vu le jour en 2014 le "Journal of Glacial Archaeology".

Quelle est la part de responsabilité du réchauffement climatique dans l'évolution de cette matière ?

Il est évident que le réchauffement climatique et la fonte accélérée des glaces entraînent en parallèle une augmentation du nombre de découvertes de vestiges et l’urgence de sauvegarder ce patrimoine en péril. 

Quelles difficultés les archéologues peuvent-ils rencontrer ?

Les difficultés sont surtout d'ordre pratique. Dans les zones septentrionales de l’hémisphère nord (Canada Alaska, Norvège, Sibérie), ce sont les étendues importantes des secteurs à prospecter qui rendent les opérations difficiles à organiser (vols hélicoptère, etc.).

Dans les Alpes, c’est surtout un problème d’accessibilité (parcours parfois dangereux, dénivelés importants, etc.) qui rendent les opérations délicates dans certains secteurs couverts de glaces.

A l'heure actuelle il y a des recherches en cours, dans les Alpes autrichiennes, dans les Alpes du Haut-Adige (vestiges de la Guerre Blanche Guerra Bianca). Mais aussi des travaux dans les Alpes suisses (canton des Grisons, dans les Alpes suisses orientales, Canton du Valais et de Berne dans les Alpes suisses occidentales)  qui visent à créer des modèles de déplacement, des modèles glaciologiques du retrait glaciaire, etc. Mais aussi des parcours, des travaux de prospection plus ou moins systématiques.

Comment la science peut-elle aider à cibler les zones à explorer ? Des programmes spéciaux sont-ils mis en place ?  Quelles sont les projections faîtes dans les prochaines années ?                                                                                                                    

Les surfaces glaciaires importantes qui sont en cours de fonte où que ce soient, rendent illusoires des opérations de prospection systématique ; il s’avère nécessaire de trouver des méthodes de travail permettant de cibler les zones les plus "sensibles".

A ce titre, l’emploi des outils appliqués dans le domaine des systèmes d’information géographique (outils SIG) s’avère très prometteur. Ces outils permettent de proposer des modèles théoriques de déplacement (hommes, animaux) dans l’espace, avec des parcours et des points de passage obligés ; l’apport de modèles glaciologiques permet également de simuler la fonte des glaces dans le futur. La conjonction de ces deux types de modèles doit permettre de proposer des zones archéologiques "sensibles", où devrait se concentrer les opérations de sauvegarde du patrimoine archéologique, un patrimoine extrêmement fragile et une source d’informations de premier plan.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
02.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
03.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
04.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
"Les nationalistes stupides aiment leur pays… et n'aiment pas ceux qui viennent de loin" (Jean-Claude Juncker)
07.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
brennec
- 31/10/2015 - 09:29
Bizarre.
La fonte des glaciers révèle des vestiges enfouis sous la glace depuis fort longtemps, voila qui confirme que la fonte des glaciers n'est pas quelque chose qu'on avait jamais vu auparavant.