En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 2 heures 17 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 3 heures 37 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 4 heures 52 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 5 heures 29 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 7 heures 48 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 9 heures 16 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 9 heures 57 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 9 heures 59 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 3 heures 2 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 4 heures 12 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 5 heures 19 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 6 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 8 heures 26 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 8 heures 48 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 9 heures 32 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 9 heures 59 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 9 heures 59 min
© Reuters
Manuel Valls a estimé que "tout devra être fait pour empêcher" des victoires du FN aux prochaines élections régionales.
© Reuters
Manuel Valls a estimé que "tout devra être fait pour empêcher" des victoires du FN aux prochaines élections régionales.
Faux-semblants

Peur pour la République ou peur que le FN fasse ses preuves à la tête d’une région ? La nature trouble des pulsions de retour au Front républicain

Publié le 03 novembre 2015
Manuel Valls a estimé que "tout devra être fait pour empêcher" des victoires du FN aux prochaines élections régionales qui se tiendront au mois de décembre. La crainte exprimée par le Premier ministre, avec en filigrane l'irruption d'étendards anti-républicains, voire "fascistes", est-elle sincère ?
Jean Garrigues est professeur d'histoire contemporaine à l'université d'Orléans et président du Comité d'histoire parlementaire et politique. Il a notamment publié L'histoire secrète de la corruption sous la Vème République (Nouveau...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Moinet, ancien Président de l’Observatoire de l’extrémisme, est chroniqueur, directeur de la Revue Civique.  Son compte Twitter : @JP_Moinet.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Garrigues
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Garrigues est professeur d'histoire contemporaine à l'université d'Orléans et président du Comité d'histoire parlementaire et politique. Il a notamment publié L'histoire secrète de la corruption sous la Vème République (Nouveau...
Voir la bio
Jean-Philippe Moinet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Moinet, ancien Président de l’Observatoire de l’extrémisme, est chroniqueur, directeur de la Revue Civique.  Son compte Twitter : @JP_Moinet.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Manuel Valls a estimé que "tout devra être fait pour empêcher" des victoires du FN aux prochaines élections régionales qui se tiendront au mois de décembre. La crainte exprimée par le Premier ministre, avec en filigrane l'irruption d'étendards anti-républicains, voire "fascistes", est-elle sincère ?

Atlantico : Alors qu'il était l'invité du Bondy Blog mardi 27 octobre, Manuel Valls a estimé que "tout devra être fait pour empêcher" des victoires du FN aux prochaines élections régionales qui se tiendront au mois de décembre. Que peut craindre concrètement le PS d'une ou de plusieurs victoires du FN ? 

Jean Garrigues : Une implantation territoriale des élus frontistes est probablement, à l'heure actuelle, la raison majeure des élus socialistes de craindre une victoire du FN aux régionales. Dans le Nord, le FN a principalement conquis un électorat de gauche, anciennement communiste ou socialiste. Ce sont aujourd'hui dans des anciens bastions socialistes que s'implantent les maires du FN comme à Hénin Beaumont. Ce phénomène de transfert est bien entendu inquiétant pour le PS, notamment dans le Nord, mais cela commence aussi à l'être dans le Sud-Est. C'est une implantation beaucoup plus massive que les premières poussées du Front national dans les années 80 ou même dans les grandes villes de Provence-Alpes-Côte d'Azur aux municipales de 1995. C’est un véritable maillage d’élus qui risque de s’installer et l’on sait qu'une implantation d'une force politique dans les pouvoirs territoriaux est le socle nécessaire à une implantation nationale durable.

Pour autant ce n'est pas la seule motivation du PS. Il ne faut pas non plus oublier que la culture de la gauche française a été nourrie par une opposition frontale vis à vis de l'extrême droite depuis la fin du XIXème siècle. Ces affrontements ont culminé au moment du Front populaire, qui est né après le 6 février 1934 d’un réflexe de défense antifasciste. Il y a donc une forte culture de la défense républicaine au PS, et cette culture a été spectaculairement réactivée face à Jean-Marie Le Pen lors du deuxième tour des élections présidentielles de 2002. Pour les socialistes, cela apparaît comme une évidence de constituer un barrage des partis modérés contre l'extrême droite. Mais évidemment c'est beaucoup plus difficile de le justifier auprès des électeurs d’aujourd’hui, après la mutation-normalisation du Front national. La ligne de Marine Le Pen et Floriant Philippot accorde beaucoup d'importance aux préoccupations sociales, donc elle parle aux électeurs populaires que le PS prétend défendre. De manière objective, sur les enjeux de la protection sociale, le FN d'aujourd'hui peut apparaître comme plus à gauche que le gouvernement Valls, par exemple sur le retour à la retraite à soixante ans.  

Jean-Philippe Moinet : Non, simplement, comme il l'avait fait avant les élections départementales, le Premier ministre reprend sa casquette de chef de la majorité parlementaire et sonne le tocsin pour lancer la campagne des régionales. L'expression "tout devra être fait" peut susciter l'interrogation (des socialistes eux-mêmes) ou provoquer la polémique, mais elle est sans doute faite aussi pour cela: polariser l'attention. La crainte du PS, qui préside aujourd'hui toutes les régions sauf une, l'Alsace, est d'abord qu'il soit rejeté dans une large majorité de régions et que dans l'un de ses bastions historiques, le Nord-Pas-de-Calais (la région d'un autre hôte de Matignon socialiste, Pierre Mauroy), la berezina et l'humiliation soient totales avec une victoire de Marine Le Pen. Une telle victoire de la Présidente du FN serait, en effet, un tremblement de terre politique. Surtout pour la gauche, mais aussi pour la droite et le centre. La peur est, au-delà d'hypothétiques résultats de gestion FN, que le premier mouvement d'extrême droite en Europe soit ainsi sur un tremplin à 18 mois de l'élection présidentielle. On imagine aisément l'exploitation que ferait la leader du FN d'une éventuelle victoire régionale.

La crainte exprimée par le Premier ministre, avec en filigrane l'irruption d'étendards anti-républicains, voire "fascistes" vous semble-t-elle vraiment sincère ? A quel élément rationel peut-elle répondre ?

Jean Garrigues : Cette crainte relève à mon sens davantage de l'ordre du fantasme que d'une réalité politique dans la mesure où le FN a connu une incontestable épuration de ses cadres. Le nouveau FN les a filtré et parfois de manière spectaculaire, y compris avec la mise à l’écart de Jean-Marie Le Pen. Maintenant il demeure tout autant incontestable qu'en dépit de cette épuration, le FN reste marqué par une culture de l’exclusion identitaire qui par bien des aspects peut être considérée comme extérieure au socle des valeurs de l’humanisme républicain. Pour dire les choses simplement, et sans même parler des dérives néo-fascistes ou néo-pétainistes, il y a des relents de fermeture, de racisme, de xénophobie et d’autoritarisme qui ne sont pas compatibles avec la culture républicaine. Mais plus encore que cette crainte plus ou moins fantasmée par la gauche de la culture frontiste, il y a la crainte de voir se diffuser les thématiques d’exclusion du FN par le truchement des réseaux d’élus territoriaux. Laisser se déployer un tel réseau d'élus frontistes porteurs de ces valeurs représente un risque à terme de voir ces valeurs devenir dominantes. C'est le problème de la dynamique acculturatrice du FN, un problème qui se pose de manière plus aiguë aux Républicains de Nicolas Sarkozy (et dont il est en grande partie responsable) car on voit qu'une grande partie des militants sont de plus en plus sensibles aux thèmes d'exclusion identitaire.

Jean-Philippe Moinet : Oui, cette crainte me semble sincère même si, en politique, convictions et calculs sont souvent entremêlées. De l'extrême gauche à l'extrême droite. Pour le PS et Manuel Valls, une rationalité est de tenter de réaliser avant le premier tour des régionales ce que le "referendum" lancé par Jean-Christophe Cambadélis n'a pas réussi à provoquer : la réunion des "gauches plurielles", socialistes, écologistes, néo-communistes (PC et Front de gauche) en une seule liste. Il est manifeste, dans la région Nord-Picardie tout particulièrement, que la gauche réduit toutes ses chances en partant actuellement divisée à la bataille du premier tour.

Dans l'espace républicain, l'irruption actuelle semble moins être celle de la crainte des menaces "fascistes" que la crainte d'une vague xénophobe, qui existe bel et bien, en France et dans le reste de l'Europe et qu'utilisent de tous temps les mouvements nationalistes. Cette vague xénophobe porte, en son sein, des virulences racistes et antisémites dont la dangerosité ne doit pas être sous-estimée. Une étude d'opinion, commandée par la Fondapol et rendue publique il y a un an lors de la convention nationale du CRIF, montrait que le plus fort pourcentage d'opinions antisémites se trouvaient dans deux catégories de la population : chez les électeurs de Marine Le Pen au premier tour de la présidentielles de 2012 et chez les personnes se disant appartenir à la religion musulmane. C'est l'une des réalités du mouvement lepéniste, que masque la stratégie de "notabilisation" menée par Marine Le Pen et Florian Philippot.

Mais cette acculturation n'est-elle pas un processus déjà commencé ? 

Jean Garrigues : On peut effectivement se demander si le combat n'est pas un peu tardif, car cette acculturation correspond à l'évolution la plus importante de nos valeurs politiques dans la dernière décennie. Cela  constitue d'ailleurs un échec important pour la droite comme pour la gauche. Pour le Parti socialiste, la question est donc de savoir comment récupérer l’électorat populaire séduit par les thématiques du Front national, et c'est en ce sens que plusieurs intellectuels de gauche - comme Laurent Bouvet notamment- demandent courageusement à la gauche de prendre à bras le corps les questionnements sur ces thématiques. Il s’agit de sortir du discours lénifiant ou incantatoire en essayant de mieux coller aux aspirations et aux angoisses, c'est-à-dire à l'insécurité culturelle des couches populaires qui se sentent menacées sur tous ces champs sociaux et identitaires.

Selon le Premier ministre, cet empêchement d'une victoire du FN doit être faite quitte à retirer des listes PS dans l'entre-deux tours. Dans quelle mesure peut-on y voir aussi une tactique en vue des élections régionales du mois de décembre ?

Jean Garrigues : Comme toujours, et malheureusement, ce qui prévaut dans le discours politique à l'aube d'une campagne électorale, ce sont les préoccupations tactiques. C'est par exemple ce qui avait motivé le référendum sur l'unité de la gauche, et les déclarations de Manuel Valls en sont une extension. Dans un premier temps on a essayé d'appeler à l'unité de la gauche plurielle dans la perspective du premier tour, et dans un deuxième temps on vise au rassemblement de la droite et de la gauche au second tour en appelant à un désistement républicain. Manuel Valls est dans son rôle en appelant à ce réflexe de défense républicaine, mais la ficelle est un peu grosse. C'est aussi une façon de pousser la droite républicaine dans ses retranchements et de préparer les lendemains d’élection. De la même manière que l’appel à l’unité de la gauche était destiné à pointer du doigt la responsabilité du Front de gauche et des Verts dans l’échec programmé du premier tour, le refus par la droite du désistement républicain permettrait au Parti socialiste de lui imputer d’éventuels succès du FN, dans le Nord ou en PACA. La politique est toujours un jeu de billards à trois bandes.

Jean-Philippe Moinet : Il semble clair que la logique du "désistement républicain" - et non du "front républicain", qui impliquerait des listes communes PS/Les Républicains - est dès à présent dans les esprits, beaucoup de responsables de gauche étant prêts à faire l'impasse sur le 2ème tour pour éviter que le FN prenne une région (dans le Nord et en Provence). Mais cet état de fait des réflexions de la gauche est à double tranchant car, en paraissant précipiter le débat du soir du 1er tour, le Premier ministre peut aussi affaiblir son camp avant ce 1er tour. Les jours semaines qui viennent montreront rapidement si c'est l'effet unité et mobilisation qui prévaudra à gauche ou si, au contraire, c'est le sentiment de la défaite du PS qui l'emportera avant l'heure, dans le Nord en particulier. En ce cas, Xavier Bertrand cherchera à bénéficier, avant l'heure aussi, d'un phénomène de "rassemblement républicain" pouvant s'amorcer dès le premier tour, en vue de resserrer l'écart qui le sépare encore fortement, selon certains sondages récents, de Marine Le Pen. Mais dans cette région clé, la campagne ne fait que commencer, et tous les électeurs sont loin d'avoir décidé fermement de leur vote et pour certains d'aller simplement voter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
von straffenberg
- 30/10/2015 - 23:19
le front républicain...SUITE
Pour répondre à Leucate je suis favorable à ce que le FN dirige plusieurs régions (bien que je ne partage pas toutes les convictions de Marine) Pour moi la seule sortie valable pour la France c'est une alliance entre un gaullisme évolutif et un frontisme plus ouvert au niveau économique de façon à marginaliser le PS .
tubixray
- 30/10/2015 - 09:46
Plus républicains que qui ?
La politique suivie par ce gouvernement depuis 3 ans et demi ne sera pas inscrite au tableau d'honneur de la république française .... loin s'en faut. Je considère que le FN version Marine est plus républicain que la gauche gouvernementale. Alors banco, que le FN fasse ses classes dans deux / trois régions au détriment du PS.
Leucate
- 30/10/2015 - 00:19
@von straffenberg - qui se fait harakiri ?
Car le problème de l'UMP.PS est bien là et pas ailleurs.
N'oubliez pas que les régionale se font au scrutin de liste à la proportionnelle, avec un deuxième tour inventé il y a longtemps sous Jean Marie pour éviter qu'il y ait trop de conseillers FN dans les régions. Prétexte invoqué ? la bonne gouvernance des régions ... N'importe quoi ! ou bien les gens veulent travailler ensemble au bien commun, ou bien ils ne veulent pas.
Le problème est donc, là où le FN sera en première ou seconde position si le parti arrivé en troisième veut se faire harakiri au second tour.
Soit il se désiste, mais alors il n'aura plus d'élus dans la région pendant cinq ans, soit il fusionne, mais alors le sigle UMP.PS prend tout son sens aux yeux de l'électeur lambda et il n'est pas du tout certain qu'il appréciera. Et puis combien de PS l'UMP voudra-t'il prendre dans sa liste ?
De quoi par avance se rouler par terre en rigolant très fort !