En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

04.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

07.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 6 heures 57 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 8 heures 57 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 10 heures 2 min
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 10 heures 45 min
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 23 heures 41 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 1 jour 6 heures
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 6 heures 8 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 10 heures 16 min
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 23 heures 14 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 1 jour 5 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 1 jour 6 heures
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 1 jour 8 heures
© Reuters
Le Chlordécone, utilisé dans la culture de la banane, serait à l'origine de ces nombreux cancers.
© Reuters
Le Chlordécone, utilisé dans la culture de la banane, serait à l'origine de ces nombreux cancers.
Gangrène

Taux record de cancer : mais qu’est-ce qui rend les hommes martiniquais malades ?

Publié le 30 octobre 2015
La Martinique détient le record du nombre d'hommes atteints du cancer de la prostate. Un pesticide, le Chlordécone, utilisé dans la culture de la banane, serait à l'origine de ce phénomène.
Jean-François Narbonne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Narbonne est l'un des experts de l'ANSES, l'Agence nationale de sécurité sanitaire, professeur de Toxicologie, expert pour l’affaire du Chlordécone.Il est par ailleurs professeur à l'Université de Bordeaux 1 et docteur en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Martinique détient le record du nombre d'hommes atteints du cancer de la prostate. Un pesticide, le Chlordécone, utilisé dans la culture de la banane, serait à l'origine de ce phénomène.

Atlantico : La Martinique détient le triste record du monde d’hommes atteints du cancer de la prostate. Une enquête a été menée en 2007 révélant que le pesticide utilisé dans les plantations de banane, le Chlordécone, en serait à l’origine. Comment expliquer le niveau si élevé de cancers de la prostate ?

Jean-François Narbonne : Il est exact que les populations antillaises présentent une incidence particulièrement élevée de cancer de la prostate. Cela est en grande partie expliqué par les origines sub-sahariennes de la majorité de la population et l’accessibilité aux soins. L’incidence de ce cancer aux Antilles est similaire à celle observée parmi les populations dites afro-américaines aux USA et afro-caribéennes résidentes au Royaume Uni. Il faut noter que l’incidence de la majorité des autres cancers, y compris du cancer du sein, est moindre aux Antilles qu’en France métropolitaine.
L’exposition au chlordécone chez l’adulte, estimée par la concentration plasmatique de la molécule, est associée statistiquement à un risque accru de survenue d’un cancer de la prostate, ce qui n’est  pas synonyme de causalité. Il est significativement augmenté pour la classe la plus élevée d’exposition et parmi ceux ayant des antécédents familiaux (père, frères), le  risque  apparaissant  fortement  augmenté  chez  les  sujets  porteurs d’une mutation génétique de la chlordécone réductase  (AKR1C4) enzyme impliquée dans le métabolisme du Chlordécone. En conclusion il y a un risque augmenté pour les anciens travailleurs des bananeraies et ceux génétiquement sensibles  

L’utilisation du Chlordécone est à présent interdite. A-t-il été remplacé par un pesticide tout aussi nocif ? Existe-t-il encore des traces de ce produit dans les sols qui le rendrait toujours nocif aujourd’hui ?

Les anciennes terres des bananeraies ont été utilisées ensuite pour la culture de plantes alimentaires comme les patates douce et autres légumes racines ce qui a entraîné une contamination de ces aliments (pour ceux cultivés sur les terres contaminées). Pour les cultures des Antilles ce sont les pesticides autorisés en France et en Europe qui sont aujourd’hui utilisés. Des valeurs limites ont été édictées par l’ANSES pour les aliments végétaux et animaux en 2005. Des études d’exposition successives ont été effectuées par l’ANSES ce qui permet de dire aujourd’hui : avant 2005 pour la population générale, le pourcentage de dépassement moyen du seuil sanitaire (DJA) était de l’ordre de 6% pour les enfants et de 3% pour les adultes. Pour les populations vivant en zones contaminées (ou consommant des aliments provenant de ces zones) le pourcentage de dépassement est de 30% pour les enfants et de 15% pour les adultes. Après les premières applications de valeurs limites dans les aliments (étude 2007) il n’y avait  pas de dépassement de la DJA pour les populations vivant en zones non contaminées alors que pour celles vivant en zones contaminées on obtenait un pourcentage moyen de dépassement de 8% à la Guadeloupe et de 18% à la Martinique pour les enfants et de 0,2% pour la population adulte. Aujourd’hui il n’y a plus de dépassement de la DJA pour les populations consommant les produits du marché.

Dans cette affaire un lien direct a été fait entre l’utilisation de pesticides et l’apparition du cancer de la prostate. Les pesticides ne sont pas responsables de tout mais des liens peuvent être établis avec le risque de cancer. Où en est la recherche sur les risques de cancer provenant de pesticides ?

Pour ce qui concerne les relation pesticides et cancers ils ont été établis chez les agriculteurs mais pas pour les autres parties de la population sauf éventuellement chez des riverains d’exploitations agricoles où des effets sont suggérés mais non démontrés aujourd’hui. Une étude collective de l’INSERM a fait récemment le point sur le sujet. Pour les populations d’agriculteurs on a montré une association significative entre exposition aux pesticides et incidence des LNH, des cancers de la prostate, des myélomes, des leucémies et une association plus faible avec le cancer du testicule, des tumeurs cérébrales  et du mélanome cutané. D’autres effets que le cancer ont été aussi trouvés en association avec l’utilisation professionnelle des pesticides, il s’agit des maladies de Parkinson et d’Alzheimer, de troubles cognitifs, de troubles de la reproduction et de la fertilité, puis dans une moindre mesure de la sclérose en plaque et de troubles dépressifs (surtout chez les applicateurs). Pour ce qui concerne le cancer de la prostate le lien n’a donc pas seulement été fait pour les travailleurs des bananeraies aux Antilles mais aussi pour les agriculteurs métropolitains et les pesticides utilisés en métropole. 

La France est-elle suffisamment consciente des risques sur les pesticides ? Les mesures prises en la matière sont-elles suffisantes ?

Pour les usages agricoles le nombre de matières actives autorisées est passé en 10 ans de plus de mille à environ 400, la réglementation sur les usages agricoles a été très renforcée, ceci a amené une diminution dans les teneurs en résidus des végétaux produits en France une diminution de l’ordre de 25%. Malheureusement les consommateurs achètent de plus en plus de fruits et légumes importés moins chèrs ce qui aboutit à une augmentation de plus de 10% des expositions alimentaires. De plus des recherches sur les effets cocktails ont été financées par le Ministère de l’Agriculture. Pour aller plus loin il faudrait faire un révolution agricole, mais il s’agit là d’une décision politique et sociétale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Monkeyman
- 31/10/2015 - 22:44
Et encore ! Si Me Taubira ne s'était pas démenée ... ! ! !
Pas besoin d'ajouter quoi que ce soit puisque tout le monde sait que la Dame "qui ne ment jamais" a té constamment sur la brèche et pendant des décennies pour s'opposer à la dérogation ...

D'ailleurs, n'est-elle pas connue de par le Monde en tant que "MADAME aNTI-Chlordécone" ? !
Sans parler de ses grèves de la faim pour obtenir cette abolition ... !

! ! ! ! ! MERCI MADAME TAUBIRA !
C3H5.NO3.3
- 31/10/2015 - 11:35
a peine 6% de mortalité en plus
Comparé avec le rhum, ce dernier est bien plus mortifère.
vangog
- 31/10/2015 - 00:47
La chloredecone a été une bombe atomique
pour les Antilles. Cet organo-phosphoré perturbateur endocrinien (potentiellement cancérogène) s'est répandu dans les sols, dans les rivières, dans la mer. Les normes appliquées par l'UE ont été trop peu contraignantes, par complaisance coupable, et pour éviter d'handicaper l'économie antillaise. les coquillages n'étaient même pas visés par les interdictions...l'usage d'autres organo-chlorés continue!