En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Renault en plein chaos post Ghosn

04.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

05.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

06.

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 8 min 42 sec
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 31 min 28 sec
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 58 min 51 sec
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 1 heure 14 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 1 heure 29 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 1 heure 44 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 15 heures 18 min
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 16 heures 6 min
pépites > Politique
Neutralité religieuse
Elections municipales : Bruno Retailleau propose un projet de loi pour interdire les "listes communautaristes"
il y a 18 heures 42 min
pépite vidéo > Europe
Avenir du Royaume-Uni
Brexit : Boris Johnson se résigne à demander un nouveau report
il y a 19 heures 59 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 14 min 15 sec
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 48 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 1 heure 7 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 13 heures 46 min
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 15 heures 37 min
pépites > Politique
Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI
Election présidentielle : Marine Le Pen confirme son "envie d'être candidate" en 2022
il y a 17 heures 49 min
pépites > Justice
Dénonciation calomnieuse
Alexandre Benalla a déposé une plainte contre l'association Anticor
il y a 19 heures 20 min
pépites > Politique
Voix sociale et républicaine
Des élus PS et des soutiens d'Emmanuel Macron signent une tribune en faveur de la création d'un "pôle de gauche" dans la majorité
il y a 20 heures 21 min
© REUTERS/Eric Gaillard
© REUTERS/Eric Gaillard
Bonnes feuilles

Natacha Polony : "Nous sommes la France", mais qui est ce "nous" ?

Publié le 26 octobre 2015
Après les attentats de janvier 2015, 4 millions de Français ont défilé sous le slogan "Nous sommes la France". Mais qui sont ce "nous" et cette France ? Il est essentiel d'affirmer ce qui nous rassemble, au-delà des diversités, à travers la France et la République, pour ne pas voir les fractures se creuser et les plaies s'infecter. Extrait de "Nous sommes la France", de Natacha Polony, publié aux éditions Plon (1/2).
Natacha Polony est directrice de la rédaction de Marianne et essayiste. Elle a publié Ce pays qu’on abat. Chroniques 2009-2014 (Plon) et Changer la vie (éditions de L'Observatoire, 2017).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Natacha Polony
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Natacha Polony est directrice de la rédaction de Marianne et essayiste. Elle a publié Ce pays qu’on abat. Chroniques 2009-2014 (Plon) et Changer la vie (éditions de L'Observatoire, 2017).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après les attentats de janvier 2015, 4 millions de Français ont défilé sous le slogan "Nous sommes la France". Mais qui sont ce "nous" et cette France ? Il est essentiel d'affirmer ce qui nous rassemble, au-delà des diversités, à travers la France et la République, pour ne pas voir les fractures se creuser et les plaies s'infecter. Extrait de "Nous sommes la France", de Natacha Polony, publié aux éditions Plon (1/2).

Que nous dit Renan de la Nation ? Que son principe fondateur n’est pas une race, pas une religion, pas même une langue ni une géographie. « Une Nation, dit-il, est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis. »

>>>>>>>> A lire également : Natacha Polony : ce que révèle la réaction de ceux qui n'ont pas condamné les attentats de Charlie Hebdo sur l'état de la France

 

Passé et présent. « Possession en commun d’un riche legs de souvenir » et « volonté de continuer à faire valoir l’héritage ». Cette conception française de la Nation, formulée en 1882 dans Qu’est-ce qu’une Nation ?, s’oppose explicitement à la conception allemande. Renan s’emploie à invalider les thèses de l’anthropologie et de la philologie allemandes qui font reposer l’idée de Nation sur la race et la langue. Ces thèses, pourtant, auront au xxe siècle une triste postérité. Au contraire du fantasme de définir une « race pure », il insiste sur le principe essentiel qui permet de faire, à partir de Burgondes, de Francs et de Normands, un même peuple parmi lequel les différences sociales ne refléteront pas les différences ethniques. Renan cite d’ailleurs la France, l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne et l’Angleterre : « Qu’est-ce qui caractérise ces différents Etats ? C’est la fusion des populations qui les composent. » Une fusion qui ne signifie nullement une uniformisation, mais le refus de statuts différents. La fédération yougoslave, avec ses « nationalités » inscrites sur l’état civil, ne forma jamais une Nation, et c’est bien tout le drame. Deuxième point fondamental, d’ailleurs, Renan formule dès 1882 la notion de droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Puisque la Nation relève d’une volonté, rien ne sert d’y maintenir de force une population et un territoire qui veulent s’en détacher. La Nation et les peuples sont une prophétie autoréalisatrice : ils existent quand des êtres humains se sentent former un peuple et constituer une Nation.

Cependant, pour qu’il y ait cette « volonté », pour que perdure cette « âme », ce « principe spirituel », il faut qu’il y ait « héritage commun ». L’enjeu est encore plus crucial quand s’ajoutent aux populations déjà présentes des populations venues d’ailleurs, qui ne sont pas porteuses, par les récits familiaux, par une culture commune, de cet héritage. S’agit-il de dire que des enfants nés français de parents immigrés seraient moins français que les autres ? Non. Mais si personne ne songe à leur transmettre l’héritage qui est le leur en tant que Français, alors la France n’existe plus comme Nation. Elle n’est qu’une forme administrative vide, substituable à n’importe quelle autre. Or il ne semble pas que le fantasme d’un individu libre et détaché de tout lien dans une entité neutre régie par le droit et le marché soit réellement l’idéal recherché par une majorité d’êtres humains. Pour preuve, ces identités de substitution que tant de gens investissent pour combler le vide existentiel laissé par l’effacement des appartenances et l’éradication des institutions qui en sont la manifestation.

Pourtant, la réduction de toute forme de patriotisme à un nationalisme xénophobe – Le  Monde, « journal de référence », avait en 2002 surnommé les défenseurs de la souveraineté de la Nation et de l’expression du peuple à travers les institutions républicaines de « nationaux républicains » (toute ressemblance avec le national-socialisme étant en la matière rien moins que fortuite) –, le refus systématique de transmettre le patrimoine culturel, historique et littéraire, jugé discriminant pour ceux qui ne le possèdent pas, tous ces réflexes idéologiques ont depuis des décennies cherché à détruire toute spécificité française. Pourquoi ?

L’appartenance à une Nation, comme tout autre lien affectif et moral qui structure la vie d’un homme, est le meilleur frein à l’extension indéfinie du marché. Elle est la preuve que nous ne saurions être réduits à des individus rationnels poursuivant leur seul intérêt et cherchant à maximiser leur plaisir, ce qui est la définition de l’être humain dans la pensée libérale classique et celle du consommateur dans les sociétés contemporaines. Il s’agira donc de présenter l’attachement à la Nation comme un renfermement « rance » et xénophobe, selon  le vocabulaire consacré, pour mieux permettre l’extension des échanges libérés des contraintes que peuvent être la protection des peuples, la prise en compte de leurs spécificités, de leur histoire… Une fois de plus, les gentils libertaires « citoyens du monde » ouvrent la porte aux libéraux les plus déterminés.

La France, donc, n’est qu’une formule imprimée sur un passeport. Elle est pur présent. Il faut en effacer le passé, soit pour se faire croire qu’on va rendre l’humanité plus généreuse quand elle n’aura plus de racines, soit pour lui permettre d’acheter, partout dans le monde, les merveilles produites à bas coût par la société industrielle. Il est d’ailleurs frappant de voir à quel point certains tentent de réduire la France à sa dimension comptable, à ces chiffres sans grandeur et sans passé : les immigrés ne seraient venus que pour remplir les usines, qui plus est à notre demande. Quoi, pas un qui n’ait cru en la promesse de notre histoire ? Pas un qui ne soit venu parce qu’il avait cru trouver cette France de Voltaire et de Victor Hugo à laquelle on croit encore ailleurs que dans nos frontières ? Ah si, quelques-uns tout de même, mais à condition qu’on puisse leur faire dire que la réalité les a bien déçus.

Extrait de "Nous sommes la France", de Natacha Polony, publié aux éditions Plon, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Renault en plein chaos post Ghosn

04.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

05.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

06.

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Renault en plein chaos post Ghosn

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
RBD
- 24/10/2015 - 22:09
approximations
J'espère que la promesse de l'Histoire de France ne se résume pas à l'espace existant entre Victor Hugo et Voltaire !!! Marc Bloch la ciblait déjà bien mieux.

De plus il faudrait en finir avec ce mythe de Renan grand penseur de la conception républicaine de la Nation, en opposition aux vilains Allemands bismarckiens de cette époque préparateurs du nazisme. La IIIe république a fait oeuvre d'uniformisation profonde de la France (ne serait-ce que pour la langue, justement) pour en faire une nation, rattrapant dans les faits ce modèle allemand. Ça crève tant les yeux, qu'on ne veut plus le voir à présent.
Pourquoi-pas31
- 24/10/2015 - 20:48
Il faut donc être patriote
ou ne pas se dire français ! Le choix est là, entre ces deux positions.
Il faut donc accepter de lire dans les manuels scolaires : " Nos ancêtres les gaulois ......" . Tout ceci ne nous empêche pas d'être européens, et même donne plus de force à notre attachement à l'Europe.
cremone
- 24/10/2015 - 17:24
Le marché
Quels que soient les sujets qu'aborde Natacha Polony, on aboutit toujours à la mise en cause du marché et du libéralisme. Encore une fois, j'aimerais bien qu'on me cite un exemple de société non libérale et néanmoins vivable.