En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 1 heure 51 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 2 heures 55 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 3 heures 13 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 3 heures 32 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 3 heures 58 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 4 heures 54 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 5 heures 23 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

COVID-19 : ce qu’il est encore possible de faire malgré une situation hors de contrôle

il y a 6 heures 33 min
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 22 heures 52 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 2 heures 22 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 3 heures 47 sec
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 3 heures 30 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 3 heures 52 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 4 heures 37 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 5 heures 6 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 5 heures 40 min
décryptage > France
Clash des confessions

Boycott pour "attaques contre l’islam" : saurons-nous éviter notre guerre du Liban à nous ?

il y a 6 heures 6 min
pépites > Santé
Coronavirus
L'épidémie de Covid-19 a franchi un nouveau seuil avec 52.010 nouveaux cas en 24 heures, selon les chiffres officiels publiés hier soir
il y a 7 heures 2 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 23 heures 19 min
© Reuters
Mario Draghi se trouve une nouvelle fois confronté à un contexte défavorable.
© Reuters
Mario Draghi se trouve une nouvelle fois confronté à un contexte défavorable.
Changement de stratégie

Lueur d’espoir à Francfort : la BCE a des idées pour lutter contre le ralentissement mondial

Publié le 22 octobre 2015
Au programme du conseil des gouverneurs organisé jeudi 22 octobre : le ralentissement de la croissance mondiale qui inquiète les marchés financiers... Un contexte délicat qui pourrait être résolu par des ajustements de la politique de rachats d'actifs initiée par la BCE en début d'année.
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au programme du conseil des gouverneurs organisé jeudi 22 octobre : le ralentissement de la croissance mondiale qui inquiète les marchés financiers... Un contexte délicat qui pourrait être résolu par des ajustements de la politique de rachats d'actifs initiée par la BCE en début d'année.

Ce jeudi 22 octobre, à Malte, le conseil des gouverneurs de la BCE se réunira afin de décider de la suite à donner à la politique monétaire européenne. Son Président, Mario Draghi, se trouve une nouvelle fois confronté à un contexte défavorable. Entre une croissance qui peine à retrouver un rythme acceptable, une inflation toujours aussi basse, des marchés émergents à la peine, et la décision de la FED de conserver ses taux inchangés, les défis ne font que s’empiler les uns sur les autres. La BCE est donc attendue au tournant par les marchés financiers, qui veulent une réponse concrète sur le moyen de soutenir l’activité économique de la zone euro.

Pourtant, depuis le mois de mars dernier, la BCE s’était déjà lancée dans un programme de rachat d’actifs pour un montant mensuel de 60 milliards d’euros, à échéance de septembre 2016. Soit un montant total de 1140 milliards d’euros sur 19 mois. L’objectif de ce plan était clair, réanimer une économie européenne incapable de s’extirper de la grande récession débutée en 2008. Et une limite : le respect absolu de la stabilité des prix, soit une inflation inférieure mais proche de 2%. Si l’activité économique se reprend légèrement depuis le début de l’année, passant d’une croissance de 0.9% en 2014 à une projection de 1.4% en 2015, l’inflation reste faible, à 0.1% pour 2015. Ainsi, en conséquence de cette faiblesse persistante de l’inflation, une marge de progression est encore envisageable pour la BCE. C’est du moins ce que semble indiquer Ewald Nowotny, membre du conseil, et gouverneur de la Banque d’Autriche.

"La BCE - et de nombreuses autres banques centrales - définissent la stabilité des prix comme un taux d'inflation inférieur mais proche de 2%. Pour 2015 notre prévision d'inflation pour la zone euro est de 0,1%, pour 2016, il est de 1,1%. Donc, nous allons manquer clairement notre objectif. La cause principale en est la chute spectaculaire du prix du pétrole et des matières premières, que les banques centrales ne peuvent évidemment pas influencer. Mais les taux d'inflation sous-jacente sont aussi nettement en dessous de notre objectif. Il est évident que dans de telles circonstances nous avons besoin d’une croissance économique plus forte, ce qui devrait contribuer à réduire le chômage et nous rapprocher de notre objectif de stabilité des prix. La BCE utilise les instruments de politique monétaire disponibles - mais il est bien évident que, dans la situation macroéconomique actuelle, des outils supplémentaires sont nécessaires. Ceux-ci comprennent des mesures structurelles - et nous voici au cœur du sujet de la conférence : la compétitivité. Mais n'oublions pas que la croissance économique ne dépend pas seulement du côté de l'offre, mais aussi du côté de la demande et des paramètres institutionnels d'une économie."

En indiquant frontalement que la BCE "manque clairement son objectif", Ewald Nowotny met directement en cause l’institution dont il est membre, et cherche ainsi à faire bouger les lignes. S’il soutient la nécessité de mise en place de reformes structurelles en Europe, il n’oublie pas deux autres éléments essentiels.

La relance budgétaire

D’une part, le Gouverneur vise directement la politique fiscale de la zone euro. En effet, le 19 octobre, dans une interview au journal polonais Rzeczpospolita, Ewald Nowotny est interrogé sur cette question de la politique budgétaire européenne :

"Durant un temps, elle a été restrictive. Maintenant, elle peut être qualifiée de neutre, mais il pourrait y avoir besoin de la rendre expansive".

Désormais, même la tête de la Banque d’Autriche, pourtant réputée ultra conservatrice, souhaite relancer l’arme budgétaire au niveau européen. Ici, la cible est clairement identifiée. En qualité de première économie du continent, avec un tiers du PIB de la zone euro, l’Allemagne s’entête dans une recherche dogmatique de déficit budgétaire 0 ; et ce, alors même que les taux d’intérêts sont également proches de 0%. L’Allemagne serait ainsi en capacité, tout en respectant le traité de Maastricht, et pour un coût insignifiant, de relancer l’économie du pays pour un montant de 90 milliards d’euros, (3% de son PIB) soit l’équivalent d’un point de croissance pour l’ensemble de la zone euro. Une précieuse source de croissance pour le continent.

La relance monétaire

D’autre part, en reconnaissant le manque de résultats de la BCE par rapport à son objectif, Ewald Nowotny ouvre la porte à un soutien supplémentaire de la part de l’institution monétaire. Voilà pourquoi les marchés financiers espèrent une extension du programme de rachat d’actifs vers un montant de 80 milliards par mois, en lieu et place des 60 milliards actuels. Si une telle décision serait positive (mais plutôt attendue pour le mois de décembre), elle ne permettra pourtant pas une amélioration substantielle de la situation.

En effet, en fixant un montant à priori, et une date de fin établie dès le départ, la BCE répète les mêmes erreurs que son homologue américaine, la FED, lors de la mise en place de ses deux premiers plans d’assouplissement quantitatif, les QE1 et QE2 (QE : Quantitative Easing ou assouplissement quantitatif). Mais la FED était parvenue à faire face, dès septembre 2012, en lançant un troisième plan d’assouplissement quantitatif dont l’infrastructure était différente. Il s’agissait alors de procéder à des rachats d’actifs pour un montant mensuel fixe, mais pour une durée indéfinie, et dont la seule limite était la réalisation d’un objectif. En l’occurrence, l’objectif fixé par la FED était de parvenir à un taux de chômage de 6.5% pour une inflation maximale de 2.5%. Ainsi, les marchés financiers disposaient d’une cible claire et nette, ce qui a permis une plus grande efficacité de ce qui a été appelé le "QE Illimité".  De cette façon, l’objectif de taux de chômage de 6.5% a été atteint en quelques 18 mois, puisque réalisé dès avril 2014.

Après 7 années de crise, d’erreurs et d’hésitations, les autorités européennes ont aujourd’hui la possibilité de mettre en place un plan de relance coordonné, entre politique monétaire et budgétaire, et ce, tout en respectant les fameux critères de Maastricht. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bjorn borg
- 22/10/2015 - 19:30
Draghi
va faire des Q.E. no limit !
Gré
- 22/10/2015 - 19:22
Sur du papier, tout est simple
réanimer une économie européenne incapable de s’extirper de la grande récession débutée en 2008 --------------- Désolé, mais ce n'est pas en devant consacrer une grande partie de son budget à l'accueil et à la surveillance d'une immigration non contrôlée qu'on s'extirpera de la récession. Dans quel monde vivent ces technocrates ? Faudrait leur dire parfois de quitter leurs statistiques sur ordinateur et de regarder par la fenêtre.
zouk
- 22/10/2015 - 13:12
BCE
Mais l'Allemagne est toujours arc-boutée sur le budget équilibré. Avec les promesses de Madame Merkel aux réfugiés du Proche Orient... il est à craindre que l'Allemagne resserre encore sa politique budgétaire dans tous les autres domaines, obsédée qu'elle est par l'inflation Zéro