En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 1 heure 28 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 2 heures 15 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 4 heures 15 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 5 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 5 heures 56 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 7 heures 19 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 7 heures 40 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 8 heures 12 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 8 heures 54 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 1 heure 50 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 3 heures 4 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 4 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 5 heures 40 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 6 heures 39 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 7 heures 24 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 7 heures 55 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 8 heures 19 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 8 heures 54 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 9 heures 16 min
© Reuters
La Chine a publié des chiffres parfaitement faux en minimisant son ralentissement.
© Reuters
La Chine a publié des chiffres parfaitement faux en minimisant son ralentissement.
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre

La Chine publie des chiffres faux et fait semblant que tout va bien et l’Occident fait semblant de la croire

Publié le 20 octobre 2015
La Chine a confirmé le ralentissement de son économie, mais les chiffres publiés n’ont pas paniqué les marchés occidentaux comme on le craignait. Les explications sont convaincantes mais inquiétantes.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Chine a confirmé le ralentissement de son économie, mais les chiffres publiés n’ont pas paniqué les marchés occidentaux comme on le craignait. Les explications sont convaincantes mais inquiétantes.

En réalité, la Chine a publié des chiffres parfaitement faux en minimisant son ralentissement. Le gouvernement chinois proclame partout que tout va bien et le monde occidental fait semblant de le croire. Donc tout va bien. Rien ne bouge mais tout change.

Officiellement, la croissance chinoise a été de 6,9% au 3e trimestre. Objectivement, c’est un chiffre mauvais. La Chine n’a pas connu un tel chiffre depuis dix ans. Faut-il rappeler qu’en dessous de 7% de croissance, les dirigeants chinois expliquent qu’ils sont en risque Tian'anmen.

Hier, les Chinois ont franchi la ligne jaune alors que tous les observateurs pensaient que l’économie chinoise était beaucoup plus ralentie, voir stagnante, si on se fonde sur la consommation d’energie et de matières  premières.

La réalité, c'est que les autorités chinoises ont très certainement manipulé les statistiques pour éviter les ondes de choc sur les marchés, depuis le krach boursier de Shanghai au mois d’août dernier. La plupart des spécialistes internationaux jugent les chiffres officiels du PIB très surévalués par rapport à la réalité. Les dirigeants chinois se sont calés sur les objectifs qu’ils avaient eux-mêmes fixés. Ils font donc semblant d’être en phase avec les ambitions politiques. "On va considérer et dire que tout va bien". 

En fait, le gouvernement de Pékin se retrouve dans une situation très compliquée. L’équation qu'il a résoudre n’est pas facile.

Tout d'abord, Pékin a absolument besoin d’une croissance rapide pour absorber et assimiler ses populations qui descendent de la campagne pour s’installer dans les villes... Pékin a besoin d’usines qui tournent à plein régime. Et pendant presque 20 ans, la Chine a multiplié les usines pour approvisionner le monde occidental. La Chine était devenue l’usine du monde.

Ensuite, la crise mondiale a cassé cette mécanique. Le monde occidental a donné un coup de frein à sa consommation, donc les importations en provenance des pays émergents ont piqué du nez. D’où le ralentissement des usines chinoises, d’où la baisse du prix des matières premières et de l’énergie. La Chine, l’Inde et le Brésil ont été les premiers touchés.

Enfin, pour réagir à cette situation, les autorités chinoises ont amorcé un nouveau réglage de politique économique. Pour faire simple, ils ont commencé à dévaluer leur monnaie pour baisser le prix des exportations et les soutenir. Mais surtout, par une politique budgétaire interne, ils ont essayé de relancer (et même de créer) une demande interne.

Cette politique monétaire et budgétaire n’a pas produit les effets escomptés. Les Chinois se sont mis, certes, à consommer un peu plus (mais pas trop) et surtout les dirigeants chinois n’ont pas osé jouer le jeu jusqu’au bout. Ils n’ont pas libéré la consommation interne. Par conséquent, cette consommation n’a pas compensé le déficit d’exportations.

De l’aveu même des dirigeants chinois, ils ne savent pas gérer une population qui pourrait bénéficier d’une consommation de biens et services, y compris une consommation sociale. La conséquence de cette situation, c'est que le régime s’est durci politiquement.

Les consequences économiques pour le reste du monde ne sont pas aussi dramatiques que ce que l’on pensait. Au contraire, les pays occidentaux vont, sans doute, grâce à la révolution digitale et à des accords de compétitivité, réussir à relocaliser une partie de leurs fabrications industrielles. C’est ce qui se passe déjà en Grande-Bretagne, en Suisse et même en Allemagne. Ce qui se passe également aux Etats-Unis.

Cela dit, le monde occidental à de bonnes raisons de s’inquiéter des fragilités de l’équilibre politique et social de la Chine. On a cru pendant quinze ans que la révolution libérale en Chine et l’installation d’une économie de marché allait progressivement faire évoluer la société chinoise vers plus de liberté politique. On s’aperçoit aujourd’hui que la mutation sera beaucoup plus lente et difficile que prévu.

Le problème Chinois qui inquiète le monde entier est très simple. La Chine est coincée entre le risque d’explosion sociale et celui d’une explosion politique. Si les usines chinoises ne tournent pas, c’est le risque social. Si les Chinois se mettent à consommer comme des occidentaux, ils revendiqueront comme des occidentaux, et c’est le risque d’explosion politique.

Confidence du ministre chinois de l’Economie lors du dernier forum de Davos à son homologue français : "Ne nous demandez pas de réformer immédiatement la Chine qui compte 1,3 milliards d’habitants. Quand on voit le mal que vous avez, vous, Français à faire fonctionner et à moderniser une démocratie où ne se frottent que 60 millions d’habitants."

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 21/10/2015 - 07:08
Les Chinois ont toujours mentis
Ils publient leurs chiffres dès la fin du mois, et n'ont donc pas la possibilité de donner des chiffres crédibles. En Occident il faut au moins 3 semaines d'études avant de publier ces chiffres alors que la Chine a 3 fois plus d'habitant que l'UE et que chaque gouvernement a des spécialistes. Il faut dire qu'en France, on n'a pas de difficultés on reste à zéro! Je
gwirioné
- 21/10/2015 - 00:34
Ca m'étonnerait...

Blagounette éculée: Macron n'était pas à Davos, et personne ne connait le ministre de l’économie chinois, vu que le titre n'existe pas...Par contre , il y avait Le Kiang... Dommage, M. Sylvestre, l'article étant pertinent par ailleurs...
zouk
- 20/10/2015 - 09:57
Chine
Le bon sens du Ministre chinois de l'économie..... il nous renvoie à nos propres démons, et pire, il a raison, nous sommes paralysés de peur devant les réformes nous devons absolument mettre en oeuvre ET réussir