En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

03.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

04.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

07.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

01.

Le prince Andrew rompt avec un délinquant sexuel

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 42 min 24 sec
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 3 heures 7 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 3 heures 29 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 3 heures 45 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 4 heures 16 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 4 heures 34 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 6 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 3 heures 17 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 4 heures 29 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 4 heures 46 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 5 heures 22 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 6 heures 23 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 6 heures 30 min
Conflit 2.0

La cyberguerre, c’est maintenant : cet autre front entre la Russie et l’OTAN largement aussi inquiétant que celui de la Syrie

Publié le 23 octobre 2015
A côté de la guerre bien réelle en Syrie se développe un nouveau front entre la Russie et les pays membres de l'Otan... et qui se déroule dans le cyberespace.
François-Bernard Huyghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A côté de la guerre bien réelle en Syrie se développe un nouveau front entre la Russie et les pays membres de l'Otan... et qui se déroule dans le cyberespace.

Atantico : Les pirates informatiques ont déjà attaqué de nombreux centres névralgiques. Que faut-il craindre de ce conflit 2.0 ? Quels sont les enjeux de cette cyberguerre ?

François-Bernard Huyghe : Les cyber-attaques peuvent servir à trois choses. Elles peuvent servir à espionner, à voler de l'information pour préparer des plans ou rattraper son retard en Recherche et Développement. C'est globalement ce que fait la Chine. Par ailleurs, elles peuvent servir à paralyser des systèmes d'information cruciaux de souveraineté comme la banque, l'énergie, les communications. Dans ce cas-là, il s'agirait d'une action de sabotage pour paralyser un pays ou un système militaire pendant un certain temps. Il est évident que les russes ont des capacités dans ce domaine-là. Enfin, une cyber-attaque peut servir à faire de la propagande : on peut ridiculiser l'adversaire, mettre un message sur sa page d'accueil, etc.

Il y a évidemment un risque d'escalade important. D'abord, les Etats-Unis – et l'OTAN en général – prennent les cyber-attaques très sérieux et ont annoncé qu'ils les considéraient comme des attaques au titre de l'article 5 du Traité des Nations Unies. C'est-à-dire qu'elles pourraient être considérées comme aussi graves que des attaques par des missiles, par le fer et par le feu et attirer des répliques avec des missiles, des bombes. Il y a donc un risque d'escalade du côté occidental avec une riposte non seulement par des moyens informatiques mais aussi par des moyens militaires classiques. Ensuite, il y a aussi la possibilité de manipulation : des pirates informatiques peuvent faire attribuer à un pays une attaque qu'il n'a pas menée en réalité dans le but de créer de la tension et du chaos.

La surveillance des réseaux électriques et des réseaux de fourniture d'énergie s'est intensifiée aux États-Unis, en Europe et au Canada. Les règles de cette cyberguerre diffèrent fondamentalement de celles des conflits qui se développent sur le terrain. Comment les Etats doivent-ils se défendre face à ces attaques ? 

La première méthode consiste évidemment à renforcer sa défense : faire signaler très vite les incidents, renforcer les systèmes de sécurité, avoir des équipes d'intervention d'urgence et des systèmes redondants. Ce sont des techniques défensives que développent tous les pays. D'ailleurs, en France nous ne sommes pas les plus mauvais dans ce domaine.

L'autre méthode consiste à faire peur à l'adversaire. C'est à peu près l'équivalent de la dissuasion. Mais il y a une grande différence avec la dissuasion atomique, qui se fait en général à deux, chacun connaissant les forces de l'autre. Dans le cadre de la dissuasion dans le domaine des cyber-attaques, encore faut-il déjà savoir qui est coupable et que ce coupable ait peur de vos armes. Il y a toute une part de bluff. Pour prendre par exemple la doctrine française – que je trouve très bonne -, elle consiste à dire que le pays a des armes informatiques offensives, c'est-à-dire que nous serions en mesure d'envoyer des virus à un pays, un groupe ou une entreprise qui nous attaquerait. Mais on ne donne pas davantage de précisions. L'idée est que la position stratégique de la France est suffisante pour décourager les attaques.

Le vrai problème derrière tout cela, c'est qu'il faut du bon renseignement. Il faut avoir un véritable service de renseignements qui sache qui sont les agresseurs et qui sache les identifier pas seulement techniquement. Et là on rentre dans le domaine du secret d'Etat.  

De récentes cyber-attaques ont été attribuées à la Russie. Comment peut-on en être sûr ?

Deux problèmes se posent à propos des attaques attribuées à la Russie. Il est d’abord absolument incontestable que la Russie de Vladimir Poutine se prépare à des cyber-conflits et qu'elle se dote des moyens qu'il faut dans ce domaine. Il y a par ailleurs énormément de hackers – que l'on pourrait qualifier de mercenaires – qui fonctionnent en Russie et qui peuvent louer leurs services. Donc, lorsqu'on a une attaque informatique attribuée à la Russie, il faut savoir si l'on est en présence de hackers russes – dont l'adresse IP est sur le territoire russe – ou de véritables services d'Etat.

Le deuxième problème est que l'on a tendance à attribuer énormément d'attaques aux hackers russes et très curieusement le nombre de ces attributions d'attaques a augmenté depuis la Crimée. Alors qu'auparavant, les sociétés de cyber-sécurité américaine avaient beaucoup plus tendance à pointer vers la Chine. Il faut donc beaucoup se méfier de ce genre d'attributions.

Cela dit nous savons que la Russie est capable d'accompagner des opérations militaires de cyber-attaque, comme elle l'a fait en Géorgie il y a plusieurs années. Elle est par ailleurs capable d'exercer une pression politique par des cyber-attaques. On l'a vu en Estonie en 2007.

Quelles pourraient être les prochaines cibles de ces attaques ?

Il est difficile de répondre à cette question car la société d'aujourd'hui fonctionne pratiquement à tous les niveaux avec des systèmes informatiques. Les ordinateurs contrôlent presque tout. Mais dans la mesure où l'objectif d'une cyber-attaque est d'obtenir les effets les plus paralysants possibles, je pense qu'il faut s'attendre à ce que les trois cibles principales soient les systèmes d'énergie, les systèmes bancaires et les agences gouvernementales. Mais on pourrait évidemment imaginer aussi des systèmes qui détraqueraient les tours de contrôle des aéroports ou les feux de signalisation d'une ville pour créer du désordre. Plus un système est complexe, plus il est menacé par les cyber-attaques.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bretondesouche
- 18/10/2015 - 11:10
La cyber guerre est celle du 21 eme siecle
Elle se fait sans arme et sans militaire,ce qui va créer du chômage en France grand pays exportateur d armes
valencia77
- 17/10/2015 - 23:03
WTF?
Don't worry France, NSA can take care of it . For a reasonable price.
bjorn borg
- 17/10/2015 - 16:47
vangog
Quand il veut, est très intéressant. Nous sommes gouvernés par des guignols !