En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

ça vient d'être publié
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 7 heures 7 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 7 heures 55 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 8 heures 41 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 10 heures 8 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 10 heures 27 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 13 heures 51 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 14 heures 30 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 14 heures 53 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 14 heures 55 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 7 heures 31 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 8 heures 18 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 9 heures 33 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 10 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 13 heures 33 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 14 heures 19 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 14 heures 36 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 14 heures 53 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 14 heures 56 min
Conflit 2.0

La cyberguerre, c’est maintenant : cet autre front entre la Russie et l’OTAN largement aussi inquiétant que celui de la Syrie

Publié le 23 octobre 2015
A côté de la guerre bien réelle en Syrie se développe un nouveau front entre la Russie et les pays membres de l'Otan... et qui se déroule dans le cyberespace.
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A côté de la guerre bien réelle en Syrie se développe un nouveau front entre la Russie et les pays membres de l'Otan... et qui se déroule dans le cyberespace.

Atantico : Les pirates informatiques ont déjà attaqué de nombreux centres névralgiques. Que faut-il craindre de ce conflit 2.0 ? Quels sont les enjeux de cette cyberguerre ?

François-Bernard Huyghe : Les cyber-attaques peuvent servir à trois choses. Elles peuvent servir à espionner, à voler de l'information pour préparer des plans ou rattraper son retard en Recherche et Développement. C'est globalement ce que fait la Chine. Par ailleurs, elles peuvent servir à paralyser des systèmes d'information cruciaux de souveraineté comme la banque, l'énergie, les communications. Dans ce cas-là, il s'agirait d'une action de sabotage pour paralyser un pays ou un système militaire pendant un certain temps. Il est évident que les russes ont des capacités dans ce domaine-là. Enfin, une cyber-attaque peut servir à faire de la propagande : on peut ridiculiser l'adversaire, mettre un message sur sa page d'accueil, etc.

Il y a évidemment un risque d'escalade important. D'abord, les Etats-Unis – et l'OTAN en général – prennent les cyber-attaques très sérieux et ont annoncé qu'ils les considéraient comme des attaques au titre de l'article 5 du Traité des Nations Unies. C'est-à-dire qu'elles pourraient être considérées comme aussi graves que des attaques par des missiles, par le fer et par le feu et attirer des répliques avec des missiles, des bombes. Il y a donc un risque d'escalade du côté occidental avec une riposte non seulement par des moyens informatiques mais aussi par des moyens militaires classiques. Ensuite, il y a aussi la possibilité de manipulation : des pirates informatiques peuvent faire attribuer à un pays une attaque qu'il n'a pas menée en réalité dans le but de créer de la tension et du chaos.

La surveillance des réseaux électriques et des réseaux de fourniture d'énergie s'est intensifiée aux États-Unis, en Europe et au Canada. Les règles de cette cyberguerre diffèrent fondamentalement de celles des conflits qui se développent sur le terrain. Comment les Etats doivent-ils se défendre face à ces attaques ? 

La première méthode consiste évidemment à renforcer sa défense : faire signaler très vite les incidents, renforcer les systèmes de sécurité, avoir des équipes d'intervention d'urgence et des systèmes redondants. Ce sont des techniques défensives que développent tous les pays. D'ailleurs, en France nous ne sommes pas les plus mauvais dans ce domaine.

L'autre méthode consiste à faire peur à l'adversaire. C'est à peu près l'équivalent de la dissuasion. Mais il y a une grande différence avec la dissuasion atomique, qui se fait en général à deux, chacun connaissant les forces de l'autre. Dans le cadre de la dissuasion dans le domaine des cyber-attaques, encore faut-il déjà savoir qui est coupable et que ce coupable ait peur de vos armes. Il y a toute une part de bluff. Pour prendre par exemple la doctrine française – que je trouve très bonne -, elle consiste à dire que le pays a des armes informatiques offensives, c'est-à-dire que nous serions en mesure d'envoyer des virus à un pays, un groupe ou une entreprise qui nous attaquerait. Mais on ne donne pas davantage de précisions. L'idée est que la position stratégique de la France est suffisante pour décourager les attaques.

Le vrai problème derrière tout cela, c'est qu'il faut du bon renseignement. Il faut avoir un véritable service de renseignements qui sache qui sont les agresseurs et qui sache les identifier pas seulement techniquement. Et là on rentre dans le domaine du secret d'Etat.  

De récentes cyber-attaques ont été attribuées à la Russie. Comment peut-on en être sûr ?

Deux problèmes se posent à propos des attaques attribuées à la Russie. Il est d’abord absolument incontestable que la Russie de Vladimir Poutine se prépare à des cyber-conflits et qu'elle se dote des moyens qu'il faut dans ce domaine. Il y a par ailleurs énormément de hackers – que l'on pourrait qualifier de mercenaires – qui fonctionnent en Russie et qui peuvent louer leurs services. Donc, lorsqu'on a une attaque informatique attribuée à la Russie, il faut savoir si l'on est en présence de hackers russes – dont l'adresse IP est sur le territoire russe – ou de véritables services d'Etat.

Le deuxième problème est que l'on a tendance à attribuer énormément d'attaques aux hackers russes et très curieusement le nombre de ces attributions d'attaques a augmenté depuis la Crimée. Alors qu'auparavant, les sociétés de cyber-sécurité américaine avaient beaucoup plus tendance à pointer vers la Chine. Il faut donc beaucoup se méfier de ce genre d'attributions.

Cela dit nous savons que la Russie est capable d'accompagner des opérations militaires de cyber-attaque, comme elle l'a fait en Géorgie il y a plusieurs années. Elle est par ailleurs capable d'exercer une pression politique par des cyber-attaques. On l'a vu en Estonie en 2007.

Quelles pourraient être les prochaines cibles de ces attaques ?

Il est difficile de répondre à cette question car la société d'aujourd'hui fonctionne pratiquement à tous les niveaux avec des systèmes informatiques. Les ordinateurs contrôlent presque tout. Mais dans la mesure où l'objectif d'une cyber-attaque est d'obtenir les effets les plus paralysants possibles, je pense qu'il faut s'attendre à ce que les trois cibles principales soient les systèmes d'énergie, les systèmes bancaires et les agences gouvernementales. Mais on pourrait évidemment imaginer aussi des systèmes qui détraqueraient les tours de contrôle des aéroports ou les feux de signalisation d'une ville pour créer du désordre. Plus un système est complexe, plus il est menacé par les cyber-attaques.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bretondesouche
- 18/10/2015 - 11:10
La cyber guerre est celle du 21 eme siecle
Elle se fait sans arme et sans militaire,ce qui va créer du chômage en France grand pays exportateur d armes
valencia77
- 17/10/2015 - 23:03
WTF?
Don't worry France, NSA can take care of it . For a reasonable price.
bjorn borg
- 17/10/2015 - 16:47
vangog
Quand il veut, est très intéressant. Nous sommes gouvernés par des guignols !