En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Les enfants introvertis sont mal pris en charge par l'Education nationale.
Tableau noir
Pourquoi l’école ne sait toujours que très mal gérer les introvertis
Publié le 23 octobre 2015
L'augmentation des cours magistraux en dépit des travaux en petit groupe fait souffrir de plus en plus les enfants introvertis. Pourtant, un enfant qui s'enferme sur lui-même diminue fortement ses chances de réussir.
Brigitte Prot est psychopédagogue, formatrice d'enseignants et enseignante.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie-France Le Heuzey est psychiatre pour enfants et adolescents au sein de l'hôpital Robert Debré à Paris.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Brigitte Prot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Brigitte Prot est psychopédagogue, formatrice d'enseignants et enseignante.
Voir la bio
Marie-France Le Heuzey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marie-France Le Heuzey est psychiatre pour enfants et adolescents au sein de l'hôpital Robert Debré à Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'augmentation des cours magistraux en dépit des travaux en petit groupe fait souffrir de plus en plus les enfants introvertis. Pourtant, un enfant qui s'enferme sur lui-même diminue fortement ses chances de réussir.

Atlantico : Fin septembre, Michael Godsey, un professeur d'anglais aux Etats-Unis soulignait combien le système éducatif oublie de prendre en compte les enfants introvertis. Et ce malgré la mode apparente de "l'apprentissage collaboratif". Et en France, l'école est-elle adaptée à ces enfants ? Les travaux en petits groupe sont encouragés, en quoi sont-ils une réponse ?

Brigitte Prot : Non ! L'école n'est pas forcément adaptée. Je considère que les écoles et les collèges ne prennent pas assez  en compte ces élèves en repli. Ces enfants ont besoin d'être sollicités par l'enseignant ou l'éducateur, qui peut par exemple lui confier la représentation d'un projet en petit groupe. J'ai suivi l'an dernier un enfant qui n'osait pas s'exprimer à l'oral par manque de confiance en lui, et qui, dès que l'enseignant lui a demandé d'intervenir en petit groupe, s'est révélé brillant. Il a osé sortir de sa coquille pour s'exprimer au nom d'un petit groupe de travail car il s'exprimait justement sur un résultat obtenu collectivement. (…) Ce type de travail est conseillé, notamment par le ministère de l'Education nationale, mais sur le terrain cela se fait très peu et c'est regrettable.

Les enseignants ont certes des contraintes en termes d'effectifs et de salles disponibles pour dispatcher les élèves, mais je considère tout de même que dans ce domaine, quand on le veut on le peut ! J'ai des exemples autour de moi qui montrent que c'est possible. Or, beaucoup d'enseignants fonctionnent encore en cours magistraux et ont tendance à laisser les élèves en retrait. Professionnellement, il est inacceptable de ne pas solliciter un élève, si il reste plus d'un mois sans prendre une seule fois la parole ! On n'y attache actuellement pas suffisamment d'importance lors de la formation des enseignants. Concernant les directives, autant elles sont claire pour ce qui est de l'enseignement en primaire, autant elles le sont bien moins pour les collèges. On y observe encore beaucoup de cours magistraux et la pédagogie différenciée n'est pas assez mise en avant.

Marie-France Le Heuzey: Les travaux en petits groupes sont la meilleure des thérapeutiques, pour traiter des enfants trop repliés sur eux-mêmes. C'est une excellente initiative si c'est mis en place dans les écoles, il est alors beaucoup moins paniquant pour l'élève d'oser lever la main que dans une classe traditionnelle. Après dans la vie professionnelle, on est tous obligés de travailler en groupe, et cela prépare tout simplement à la vie en société. Au sein du système éducatif, les enseignants ont la tâche difficile de gérer à la fois des enfants avec de gros troubles du comportement - pour certains violents - et une population qui manque d'assurance. Je n'ai pas de réponse miraculeuse mais il est certain qu'il faut privilégier des classes pas trop chargées en effectif. Et au sein d'un même petit groupe, il faudra mélanger les enfants pour que chacun tire des bénéfices de la personnalités des autres..

Néanmoins, un enfant introverti n'est pas forcément timide, quelle est la différence entre les deux ?

Brigitte Prot : Oui, il y a effectivement une différence de degré. Etre introverti, c'est une tendance à être tourné vers soi, la crainte de s'ouvrir vers l'extérieur est modérée.  Tandis que, le mot "timide" vient du latin timidus qui signifie "qui craint, craintif, timide, peureux". Cela relève de l'hyper-protection. C'est un degré beaucoup plus fort. J'emploi d'ailleurs très peu le mot "timide" et constate à regret que trop d'adultes l'emploient pour décrire le comportement d'un enfant en sa présence. Celui-ci peut adopter un comportement timide, justement en réponse à cette description, pour se mettre en conformité avec ce qu'il a l'impression que les adultes attendent de lui.

Marie-France Le Heuzey: Il existe trois catégories d'enfants en difficulté socialement. Ceux qui souffrent d'anxiété ou de phobie sociale, qui ont d'être ridicules ou que l'on se moque d'eux, ceux totalement mutiques, et ceux très solitaires qui vivent un peu dans leur monde imaginaire, souvent atteints du syndrome d'Asperger. La timidité est, elle, dû à un manque d'estime de soi.

L'introversion a-t-elle un impact sur les résultats scolaire ?

Brigitte Prot : Oui, cela peut avoir un impact quand l'enfant ne s'autorise pas à apprendre, à réussir. Dans ce cas, l'adulte, qu'il soit enseignant ou parent, ne doit pas attendre longtemps et agir au plus tôt car l'enfant risque de s'enfermer dans cette attitude, qui pourrait devenir une habitude.

J'ai accompagné un enfant de CM1 qui ne faisait plus aucun exercice en classe. Au départ, la maîtresse le disait "timide". Lorsqu'on l'a interrogé calmement sur les raisons de ce blocage, il a répondu "la maîtresse elle crie !". Il y avait en fait une inhibition lié à cette façon de communiquer. L'enfant a petit à petit repris confiance en lui à partir du moment où l'enseignante s'est adressée de manière très calme et douce à son encontre. Il faut donc être attentif et écouter l'enfant.

Marie-France Le Heuzey: Oui, ces enfants peuvent être très bons élèves par écrit mais dans l'avancement des études, il arrive un moment où il faut pouvoir s'exprimer à l'oral, interagir. C'est là que cela peut coincer et aller jusqu'à la phobie sociale. Au-delà, ce sont ces enfants qui sont victimes du harcèlement scolaire, ils sont des victimes toute désignées. 

Propos recueillis par Adeline Raynal

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
01.
Cyndi Lauper charme l'aéroport de Buenos Aires
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 20/10/2015 - 07:52
ils savent gérer ...
leurs vacances petites et grandes ,leurs aménagements d'horaires ,leurs absences ,leurs rémunérations , ....et tout ça , ça fait beaucoup .
Faut pas déconner y travaillent qu'a tiers temps annuel !
Roulez camping cars !