En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 5 heures 34 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 6 heures 12 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 9 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 10 heures 56 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 13 heures 52 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 14 heures 13 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 14 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 5 heures 54 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 7 heures 56 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 9 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 10 heures 50 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 13 heures 34 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 13 heures 49 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 14 heures 3 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 14 heures 17 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 14 heures 55 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 14 heures 59 min
© Reuters
Le DRH Xavier Broseta mis à nu par les salariés grévistes de Air France.
© Reuters
Le DRH Xavier Broseta mis à nu par les salariés grévistes de Air France.
Écorché vif

Humiliation à Air France : quand la violence symbolique des vêtements arrachés choque plus encore que la violence physique

Publié le 07 octobre 2015
Mis à nu par les salariés de sa propre entreprise, le DRH Xavier Broseta a été humilié devant le monde entier. Les photos des événements du lundi 5 octobre à Air France le montrent fuyant les manifestants, torse-nu, destitué à la fois de son statut social et du respect qui incombe à chaque être humain. Une pratique qui n'est pas sans rappeler celle des lynchages qui avaient cours pendant des heures sombres de notre Histoire.
Jean-François Amadieu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Amadieu est sociologue, spécialiste des déterminants physiques de la sélection sociale. Directeur de l'Observatoire de la Discrimination, il est l'auteur de Le Poids des apparences. Beauté, amour et gloire (Odile Jacob, 2002), DRH...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mis à nu par les salariés de sa propre entreprise, le DRH Xavier Broseta a été humilié devant le monde entier. Les photos des événements du lundi 5 octobre à Air France le montrent fuyant les manifestants, torse-nu, destitué à la fois de son statut social et du respect qui incombe à chaque être humain. Une pratique qui n'est pas sans rappeler celle des lynchages qui avaient cours pendant des heures sombres de notre Histoire.

Atlantico : Lundi 5 octobre, pendant la réunion d'un comité central d'entreprise (CCE) d'Air France, le DRH Xavier Broseta a été mis à nu par les salariés grévistes. Ce geste, ainsi que les images qui en découlent, ont provoqué l'émoi. Comment expliquer que l'image d'un homme déshabillé choque presque plus que certains gestes de violence physique dans d'autres circonstances (jet d'oeufs, bousculade, etc) ?

Jean-François Amadieu : Ces images évoquent d’assez près les scènes de lynchage dans lesquelles les vêtements sont souvent déchirés. Un syndicaliste présent indique d’ailleurs que les cadres auraient échappé à un véritable lynchage. Par ailleurs, le passage du cadre en costume à l’homme déshabillé est très inhabituel en étant dégradant pour ceux qui en sont victimes. Surtout, la mise à nu est un traitement indigne qui rappelle les pires heures de notre histoire. 
 

Pendant l'évènement, plusieurs responsables syndicaux auraient scandé le slogan "à poil !". En quoi, dans une société où la nudité est pourtant commune, le fait de retirer le costume d'un DRH peut-il représenter une humiliation profonde ? Et à travers lui une humiliation pour ce qu'il représente ?

Le fait de montrer son torse à la plage n’a rien de commun avec le fait d’être forcé à le faire et, si nos sociétés montrent souvent les corps, elles n’admettent pas cette forme de violence. La mise à nu vise à humilier les individus, à les dégrader. Le slogan qui aurait pu être une simple provocation (nous perdons nos emplois, comme déshabillés par les mesures annoncées et vous allez faire de même) a été interprété au premier degré et mis en œuvre par quelques-uns. Ce faisant, la négation de la distinction entre l’homme et la fonction est complète alors que cette distinction est à la base des relations sociales.
 

Les photos de l'événement se sont rapidement diffusées sur la toile et dans les médias. Le choc provoqué par ces images est-il susceptible de faire évoluer l'opinion ? Dans quel sens et comment cela pourrait-il peser sur les débats ?

Les français ont cette singularité de soutenir massivement les grévistes et les manifestations. Ils valorisent le conflit et le rapport de force plus que la négociation. Ils tolèrent aussi les actions dures et illégales comme les séquestrations lorsqu’il s’agit de défendre des emplois (des sondages ont montré en 2009 que la moitié des français les trouvaient légitimes). Mais, la diffusion il y a un an de vidéos de cadres de Goodyear séquestrés et apostrophés, comme les vidéos de lundi au siège d’Air France, plus choquantes encore, devraient faire évoluer l’opinion des français au sujet des formes radicales d’action sociale. Jusqu’alors le durcissement des conflits restait relativement désincarné, ce n’est plus le cas.
 

Plus généralement, y a-t-il d'autres exemples dans l'histoire française où la force de l'humiliation ou de la dégradation sociale est matérialisée par une atteinte symboliques au costume, à l'uniforme ou à l'esthétique ?

Arracher des éléments d’un uniforme, dénuder et exposer publiquement les individus, déshabiller et raser les cheveux, on pourrait multiplier les exemples de ces traitements dégradants et déshumanisants dont la période de la dernière guerre mondiale a notamment été l’occasion.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
scrat75
- 08/10/2015 - 05:37
c'est vraiment pas gagné
On pleurniche souvent dans ce pays.
On travaille en moyenne 200 heures de moins que nos voisins, on Part 3 ans plus tôt à la retraite et on viens parler d'austérité ?
Mais ça va donner quoi quand nous allons devoir réellement prendre des mesures d'austérités comme l'ont fait les allemands les italiens les espagnols ou les portugais pour ne citer qu'eux
JMAndré
- 07/10/2015 - 23:58
ultragauche
Le pire est sans doute d'entendre un responsable politique prononcer ces mots en direction des lyncheurs: moi, je les remercie !
Orchidee31
- 07/10/2015 - 13:25
RIEN ne justifie
Les violences physiques et les attaques aux personnes - ces gens-là
Sont des bêtes sauvages - les syndicats sont la mort des entreprises -