En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

04.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

07.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 11 min 2 sec
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 58 min 33 sec
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 2 heures 31 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 3 heures 28 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 3 heures 48 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Economie
Différence de taille

Le match du plan de relance allemand et français

il y a 3 heures 50 min
décryptage > International
La France en première ligne

Liban : l'Europe portée disparue

il y a 3 heures 51 min
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 21 heures 11 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 28 min 47 sec
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 1 heure 24 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 2 heures 47 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 3 heures 35 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 3 heures 48 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le Français ?

il y a 3 heures 49 min
décryptage > Media
Economie des médias

Tuer les cookies pour sauver le journalisme ? Les très intéressantes leçons venues des Pays-Bas

il y a 3 heures 51 min
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 20 heures 53 min
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 21 heures 49 min
© Reuters
Un avocat spécialisé en droit automobile a recensé les premières plaintes de particuliers Français contre Volkswagen.
© Reuters
Un avocat spécialisé en droit automobile a recensé les premières plaintes de particuliers Français contre Volkswagen.
L'union fait la force

Plainte de particuliers contre Volkswagen : un pari difficile mais possible en cas de class action

Publié le 05 octobre 2015
Le combat de David contre Goliath. Volkswagen l'immense, le puissant, l'inébranlable (par delà les scandales), attaqué par quatre petits particuliers marseillais, qui s'estiment lésés, trahis, arnaqués. Un affrontement juridique au dénouement jusqu'ici certain : un particulier qui s'en prend à une firme d'une telle taille finit toujours broyé, faute de moyens financiers suffisants. Du moins, c'était le cas avant les class action.
Bruno Deffains
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Deffains est économiste, professeur à l'Université Panthéon-Assas et directeur du laboratoire d'économie du Droit. 
Voir la bio
Frédéric Pelouze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Pelouze est ancien Avocat au Barreau de Paris, Fondateur d'Alter Litigation Funding, société de financement de litiges.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le combat de David contre Goliath. Volkswagen l'immense, le puissant, l'inébranlable (par delà les scandales), attaqué par quatre petits particuliers marseillais, qui s'estiment lésés, trahis, arnaqués. Un affrontement juridique au dénouement jusqu'ici certain : un particulier qui s'en prend à une firme d'une telle taille finit toujours broyé, faute de moyens financiers suffisants. Du moins, c'était le cas avant les class action.

Atlantico : Récemment, un avocat spécialisé en droit automobile a recensé les premières plaintes de particuliers Français contre Volkswagen, comme le rapportent France Info et Europe 1. Au vu et au su des moyens dont dispose la firme, à quoi faut-il s'attendre dans le cadre d'un procès opposant un particulier à Volkswagen ?

Bruno Deffains : Il est bien difficile de répondre à cette question tant l’incertitude est grande dans ce type de dossier. Il convient notamment de faire la part des choses entre procédures au civil ou au pénal. Au civil, la démarche est nécessairement longue, lourde et fait porter au demandeur le fardeau de la preuve. En outre, se porter partie civile ne permet pas nécessairement de viser directement l’entreprise Volkswagen, mais plutôt les garages qui, dans un second temps, pourraient à leur tour se retourner contre le constructeur allemand. Au pénal, les choses sont différentes dans la mesure où les faits semblent assez clairement établis de l’aveu même de la firme allemande. C’est ce qui explique notamment qu’une plainte pour tromperie aggravée et mise en danger de la vie d’autrui a déjà été déposée mercredi par l’ONG "Ecologie sans Frontière" auprès du procureur de la République du tribunal de grande instance de Paris. Il n’en demeure pas moins que le risque du procès est important d’autant plus qu’il existe un déséquilibre entre les particuliers, en tant que victimes individuelles, et Volkswagen. Les moyens sont clairement disproportionnés.

Frédéric Pelouze : Cet avocat fait son métier et c'est louable. Cela étant, notre expérience en matière de litiges de masse montre que les ressources humaines financières et surtout technologiques sont des facteurs clé de réussite dès lors qu'on dépasse un certain nombre de demandeurs.

Pour autant, avec l'arrivée des Class Action, le combat est-il rééquilibré ? Dans quelle mesure un collectif de particuliers pourrait s'en prendre, et potentiellement gagner face à Volkswagen ou une autre firme de la même trempe ?

Bruno Deffains : Les actions collectives constituent effectivement un moyen de rééquilibrer les moyens des forces en présence. La logique économique qui prévaut dans le cadre de ce type de procédure repose sur un partage des coûts et de l’information entre les victimes qui améliore les conditions dans lesquelles les victimes vont pouvoir s’organiser pour agir en justice. C’est précisément ce qui contribue à faire des actions collectives un moyen de promouvoir l’efficacité de la justice en assurant une meilleure prise en charge de la réparation des préjudices et en renforçant les incitations des auteurs de dommages à changer leurs comportements. Le dossier Volkswagen présente toutes les caractéristiques qui justifient de s’engager dans ce type de procédure, ce qui semble déjà le cas dans plusieurs pays. L’argument est d’autant plus fort que les victimes se chiffrent en millions...

Frédéric Pelouze : Les actions de groupe instaurées par la loi Hamon sont un outil intéressant pour les associations de consommateurs mais il est imparfait. Très imparfait. Les actions de groupe sont limitées à l'indemnisation des préjudices patrimoniaux ce qui veut dire que certains préjudices nés du scandale VW ne seront jamais indemnisés si une association de consommateur agit. 

Les associations de consommateurs ne peuvent pas non plus agir en matière boursière : impossible avec les actions de groupe d'indemniser les actionnaires. 

Quelle alternative ? 

La possibilité pour les avocats de pouvoir conduire des actions collectives de droit commun en démarchant des clients est un outil bien plus puissant surtout si l'avocat agrège ses clients via des plateformes dédiées dont c'est le métier, qui peuvent financer les frais et honoraires et fournir des services de gestion des pièces, de génération automatique de documents etc. 

WECLAIM est une start-up spécialisée dans les litiges qui fournit ces services: tout est donc réuni pour qu'une action d'envergure nationale voire européenne puisse être engagée: les consommateurs n'auraient qu'à cliquer en ligne pour être indemnisé

 

Les Class Action existent depuis maintenant un an en France, pourtant elles font assez peu de bruit. Faut-il voir dans le scandale Volkswagen l'occasion de lancer véritablement cette procédure ?

Bruno Deffains : Les actions collectives font peu de bruit en France car les conditions de mise en oeuvre sont assez restrictives mais aussi parce que la Loi consommation qui les a introduites ne date que de 2014 et les pratiques évoluent assez lentement. Il y a néanmoins de nombreuses actions en cours pour lesquelles il convient d’attendre l’issue. Mais il est vrai qu’une affaire comme celle née du scandale Volkswagen devrait contribuer à faire mieux connaître les "class actions" à la française et contribuer à leur développement.

Frédéric Pelouze :  Le mécanisme des class actions à la française a ses limites quel que soit l’importance du contentieux en jeu, c’est bien pourquoi nous avons avec weclaim une approche plus large et délibérément moins frontale et contentieuse…

S'agissant de VW il est trop tôt pour dire si ce contentieux va lancer les class actions en France. Si Volkswagen a certes reconnu la fraude, il reste à déterminer la nature et le quantum des préjudices : les actes du groupe VW dans les prochains jours seront précieux pour voir ce qui est vraiment envisageable.

Existe-t-il d'autres armes juridiques que la Class Action dont la visée est d'équilibrer le combat juridique entre petits et grands ? Comment ces alternatives parviennent-elles à mettre en tort la célèbre maxime de la Fontaine "Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir." ?

Bruno Deffains : La question de fond est surtout celle de l’accès à la justice. Le débat existe depuis longtemps est pose la question du financement des conditions d’accès au juge. Dès lors que les moyens sont déséquilibrés, il est évident que le risque est de voir certaines victimes renoncer à agir soit qu’elle considère que le jeu n’en vaut pas la chandelle (gain attendu inférieurs au coût supporté en termes financiers mais aussi de délai ou de coût psychologique), soit tout simplement parce qu’elle n’ont pas les moyens suffisants. Ce problème général est bien entendu aggravé si l’autre partie dispose de moyens considérables. Comment rétablir l’équilibre ? Les solutions sont multiples et plus ou moins sophistiquées (on pense par exemple immédiatement à des mécanismes assurantiels). Les actions collectives répondent en partie à ce soucis de rééquilibrage au même titre que d’autres instruments comme les dommages-intérêts punitifs (ou amende civile), le pacte de quota lits (honoraires proportionnels aux résultats) ou encore le financement du contentieux par des tiers. Chaque mécanisme présente ses propres avantages et limites mais pour s’en tenir à la question du rééquilbre des forces en présence, ils présentent un intérêt potentiel du point de vue de l’organisation de la justice. 

Frédéric Pelouze : Plutôt que des armes juridiques alternatives, il s'agit plus d une conjugaison d'outils qui rendent les armes juridiques existantes désormais efficaces. 

Hier, il fallait payer les honoraires des avocats. Quand une plateforme comme WECLAIM propose de financer l'action, l'argent ne joue plus en faveur de Goliath. 

Hier, il était impossible de regrouper les victimes: aujourd'hui les victimes sont à un clic d'être représenté par un avocat. 

Hier, les entreprises géraient leur communication unilatéralement. Aujourd'hui, les consommateurs peuvent interpeller l'entreprise via les réseaux sociaux : imaginez si les clients tweetent chaque jour la trace qu'ils vont laisser pour les années à venir.

Dans ce nouvel environnement, peu d'entreprise se risqueront à un bras de fer car elles ne peuvent plus tirer parti de leur puissance financière. Une approche CRM des litiges va naître.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 05/10/2015 - 21:00
Les amerloques ne vont probablement pas se gener,
pour la class action. VW va prendre gros, et sur tout les fronts. C'est costaud comme groupe VW, mais jusqu’à quel point ?
Anguerrand
- 05/10/2015 - 08:38
Une fois cette tromperie rectifiee
il est évident que les voitures n'auront plus ni les mêmes performances, ni les mêmes consommations, je pense que cette fraude va coûter cher à VW et aux marques de son groupe comme Audi, Skoda, Porsche, etc. En image de marque et en procès dans le monde. La fiabilité n'était déjà plus au rendez vous, VW risque bien de payer cher cette affaire.